AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Devices & Desires - Fiction

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:09

Dans la salle de soin, un jeune interne lui terminait son plâtre. Une entorse de la cheville, 3 semaines d’arrêt complet. Elle allait devoir rester ici et surement avec Alex. Elle émit un léger soupir de frustration. Elle vit le médecin lever les yeux vers elle mais elle secoua la tête. Tourner en rond pendant trois semaines avec Alex dans les parages ?! Elle allait devenir dingue ! Se passant une main dans les cheveux, elle tentait toujours d’essayer de savoir où elle en était. Alex avait été là à chaque coup dur. Leurs relations avaient toujours été tumultueuses mais il avait su être présent à chaque fois sans qu’elle le sache réellement. Mais pas avec Carter… il n’avait pas été là et il n’avait jamais rien su. Elle imaginait sa réaction si elle se confiait à lui. De son souvenir, il n’avait jamais été violent mais elle se rappela facilement du jour où il s’était battu avec Danny. Une nausée l’envahit à ce souvenir. Un jour parviendrait-elle à se sortir de la tête qu’elle n’était pas responsable ? Elle culpabilisait toujours mais enfouissait ça profondément, tentant de poursuivre sa vie et d’être heureuse. Heureuse, l’était elle réellement ? Elle se contentait de peu. Un bon job, des amis fidèles… quand à son fiancé ou plutôt ex fiancé, elle n’avait jamais éprouvé pour lui le trouble qui l’envahissait dès qu’Alex se trouvait dans la même pièce qu’elle. Etait ce un signe qu’Alex avait un rôle bien à lui dans sa vie et qu’elle ne pouvait l’écarter ? Ou bien était ce tout simplement elle qui ne pouvait le laisser partir car ce qu’elle éprouvait pour lui allait au-delà de cette attirance réciproque.

Elle sortit de ses pensées soudainement, réalisant qu’on la dévisageait. Tournant la tête, elle l’aperçut planté sur le seuil de la salle d’examen, l’observant méticuleusement. Leurs regards se croisant une brève et longue seconde, elle détourna les yeux, reprenant contact avec la réalité écoutant l’interne qui lui parlait.

- Je vous reverrais dans 3 semaines pour vous retirer le plâtre-

- D’accord… concéda-t-elle à voix basse, troublé par la présence d’Alex.

- Je vous ais prescrit des antidouleurs, ainsi qu’une tige… pour les démangeaisons, poursuivit il en lui tendant l’ordonnance.

- Merci.

- A dans trois semaines alors, Mlle Conrad…

Elle lui adressa un timide sourire et ce dernier hocha simplement la tête, sortant de la salle et saluant Alex. Ce dernier s’approcha alors d’elle après une longue minute de silence. La tête baissé, il vint s’appuyer contre le lit à coté d’elle, levant rapidement les yeux vers elle puis se remettant à fixer le carrelage de l’hôpital.

- Tu vas rentrer à Washington… pendant ses trois semaines, chuchota-t-il craignant de croiser son regard.

Levant les yeux vers lui, elle fronça les sourcils. Il était évident qu’elle devait rentrer à Washington. Pourquoi posait-il la question ? À cause de Carter ? Parce qu’il comptait retourner à Los Angeles par la même occasion ? Elle éprouvait encore des difficultés avec lui. Il se contentait toujours de parler peu. Par conséquent, elle ne savait jamais sur quel pied danser.

- C’est là bas que j’habite, souffla-t-elle prudemment.

- Je vois…

- Tu vois ? Releva-t-elle sceptique. Tu vois quoi Alex ? Franchement j’arrive plus à te suivre. A quoi ça rime nous deux ? s’énerva-t-elle soudainement devant le calme et l’impassibilité d’Alex.

Durant un long moment, elle l’aperçut fixer le couloir à travers la vitre de la salle de soin puis il tourna la tête vers elle, accrochant son regard on ne peut plus troublé.

- Je croyais que tu l’avais comprit, avança-t-il prudemment, toujours aussi calme. Je ne cherche pas d’aventure ou d’histoire d’un soir… j’attends la seule femme qui a le pouvoir de me rendre aussi heureux que désespéré… et cette personne c’est toi.

Son regard rivé au sien, elle resta silencieuse ce qui sembla une éternité à Alex. Il se redressa alors faisant quelques pas, se passant une main nerveuse dans les cheveux. A quoi servaient toutes ses déclarations si les conséquences étaient qu’elle se murait dans ce silence insupportable ? Il releva cependant les yeux vers elle malgré cet agacement qui l’envahissait peu à peu. Leurs regards s’accrochant finalement, elle lui tendit une main fébrile et fit quelques pas dans sa direction, s’attendant enfin à voir une réaction chez elle.

- Je suis désolée… souffla-t-elle, baissant la tête un instant sur leurs mains qui s’entrelaçait. Pendant tout ce temps, je pensais pas que j’étais aussi importante pour toi. Tu vis à Los Angeles, tu fréquentes des centaines de femmes, tu te fais régulièrement photographier avec des personnes du show business… alors il ma paraissait évident que tu aimais ça. En comparaison, je n’ai rien de valeur à t’offrir-

- C’est là que tu te trompes Rain. Je ne fais que mon boulot en assistant à des galas accompagné de femmes. Je dois me faire voir… mais si une seule seconde j’avais imaginé que ça t’aurais heurté ou blessé… c’est toi que j’aurais invité et aucune autre. Et le jour où tu sera prête à m’ouvrir ton cœur, je te promets d’en prendre soin…

Elle était touchée par sa douceur mais en même temps, elle était terrorisée à l’idée qu’il lui brise le cœur. Car même si elle se sentait bien avec lui, elle crevait de trouille de se retrouver seule une fois qu’il serait repartit à Los Angeles, sans elle. C’était surement stupide de sa part, mais elle ressentait le besoin de l’avoir près d’elle souvent. Toujours était il, que rien qu’une fois, elle aurait voulu porter une robe de grand couturier et assister à l’un de ses galas avec Alex à son bras. Mais ne serait ce pas trop espéré ?

- Un jour peut être alors… se contenta-t-elle de répondre, détournant les yeux et attrapant ses béquilles à quelques centimètres d’elle. On y va ? Changea-t-elle de conversation.

Durant près d’une minute, il la fixa sans détacher son regard de son visage et la voyant s’appuyer sur ses béquilles il lui dégagea le passage jusqu’à la porte avant de l’ouvrir pour la laisser passer. Il ajouta alors qu’un silence s’installait entre eux, posément.

- J’ai parlé à Lucas… Karine a fait un malaise. Elle a été hospitalisée-

- Et c’est maintenant que tu me le dis ?!! Bon sang !! Elle est où ?! Le bébé va bien ?! qu’est ce qui s’est passé-

Il soupira alors qu’elle franchissait le seuil de la porte puis se retourna vers lui. Il ne l’avait jamais vu ainsi, à la fois inquiète, agacé, et sur les nerfs. Il tira la porte derrière lui et se mit à marcher dans les couloirs avant de s’immobiliser devant une porte, à quelques mètres derrière lui, il se tourna vers Rain.

- Je ne sais pas ce qui s’est passé… mais le médecin de Karine lui a recommandé du repos et aucun stress inutile. Lucas m’a confié qu’il allait essayer de la convaincre de ne pas retourner au lycée.

- Humm… mais il refusera qu’elle reste seule chez eux…

- C’est pour ça que je resterais autant que je le pourrais… ça me fera une bonne raison de rester en ville…

- ce qui veut dire que tu serais reparti… plus tôt…

- Rain… souffla-t-il alors qu’elle le poussait pour entrer dans la chambre de son amie. Il soupira puis se tourna à son tour entrant dans la pièce puis croisa le regard fatigué de Lucas. Il posa alors les yeux sur Rain et Karine, qui discutait déjà avec entrain. Il était déjà perdu. Rain se remettait sur la défensive alors que cinq minutes plus tôt, il lui avait paru que leur relation prenait enfin le tournant qu’il avait tant espéré.

*.*.*.*.*.*.

1 semaine plus tard,

Allongé sur le canapé, Karine était revenue à la maison, une semaine plus tôt. Un magasine dans les mains, elle se reposait tranquillement tout en parlant à Rain qui était à coté d’elle dans un fauteuil, sa cheville plâtre posée sur la table basse du salon et un livre de médecine sur ses jambes tandis qu’elles entendait des bruits suspects venant de la cuisine où Alex était censé leur préparer le déjeuné. Elles n’étaient pas vraiment inquiètes même si Karine était démangé par sa curiosité d’aller voir. Toutefois, Rain était parvenue à la retenir jusqu’à maintenant. Depuis le mariage annulé, Karine et Rain avaient largement eut le temps de parler de sa décision même s’il n’y avait pas grand-chose à en dire. Toutefois, Rain ne s’était jamais confié à son amie concernant sa relation avec Alex et à vrai dire, elle ne savait quoi lui dire. Tout était encore confus dans sa tête. Elle ne se sentait pas « amoureuse » d’Alex. Elle était bien en sa présence, elle était sereine mais qu’en serait il après son départ ? Elle tentait de refouler sans cesse cette question puis jeta un regard de biais à Karine qui s’était redressé au dernier brut d’Alex dans la cuisine. Elle lança alors de but en blanc.

- Il est amoureux de moi.

A moitié ailleurs, Karine se figea et se tourna enfin vers Rain qui osait à peine croiser le regard de son amie.

- Hein ? Répète ça !

- Tu as bien entendu… hésita-t-elle, fermant les yeux une longue seconde avant de se replonger dans son manuel de médecine que Karine lui ôta rapidement des mains.

- T’es en train de me dire que vous deux… vous êtes ensemble ? sourit Karine avec cette lueur malicieuse et espiègle dans le regard.

- J’ai dit qu’il était amoureux de moi-

- ça j’ai bien comprit… et je t’ai posé une question, reprit Karine avec un sourire extatique sur le visage.

- Plus ou moins…

- Y’a pas de plus ou moins ! C’est oui ou non ! Et pas les deux !

- Disons qu’officiellement, j’y réfléchis… et qu’officieusement, je passe mes nuits dans son lit. Ça te va ?

Karine ne put s’empêcher de rire en ajoutant un « Alléluia ! ». Elle était heureuse pour Alex car elle se doutait qu’il avait dû être d’une étonnante patience pour parvenir à ses fins avec Rain. Toujours ce petit sourire sur les lèvres, elle fixa son amie qui semblait de plus en plus mal à l’aise. Réfléchissant, elle réalisa que c’était la première fois depuis des semaines que Rain acceptait le sujet « Rain et Alex », Karine ne pouvait qu’en être ravit mais elle n’était pas dupe au point de ne pas s’apercevoir que Rain semblait à la fois paumé et ailleurs par moments.

- ça me va oui… mais quelque chose m’intrigue… murmura-t-elle sans quitter Rain des yeux. Comment se fait il que tu acceptes aujourd’hui d’en parler ? ça aurait un rapport avec Carter ? le mariage… ou tes sentiments pour Alex ?

- Je… hésita-t-elle, grimaçant légèrement. En vérité… c’est un tout.

- Un tout ? tu veux dire que tu les aime tous les deux-

- Non… c’est bien plus compliqué… soupira-t-elle en s’enfonçant un peu plus dans son fauteuil. Pour tout t’avouer, je suis pas sure de ce que je ressens pour Alex. Il est charmant, protecteur, adorable, surprenant, aimant… et je te passe les détails-

- Quelques détails ne me dérangeraient vraiment pas ! lança-t-elle avec un clin d’œil et une curiosité grandissante à l’égard de ses amis.

Rain ne put s’empêcher de rire et de lever les yeux au ciel. Karine était décidément incorrigible. Elle secoua la tête, réfléchissant à ce qu’elle s’apprêtait à dire à Karine lorsque cette dernière la devança.

- Mais je vois pas où est le problème. Tu tiens à lui, Carter ne fait plus partit de ta vie… et surtout, il était la raison principale de ta fuite au mariage, ce qui en soit prouve que ressens bien plus de choses pour Alex que pour Carter.

- Carter ne m’aurait jamais fait souffrir émotionnellement… alors qu’Alex en a les capacités et les possibilités.

- Vivre une relation dénuée d’amour n’est pas sain, je te l’ai déjà dit, ajouta Karine avec douceur. Je comprends que tu veuilles te protéger d’Alex…

Rain se mordait l’intérieur de la joue. Devait-elle dire immédiatement à Karine qu’elle était enceinte mais ne savait pas qui était le père de son bébé ? Elle se remémora parfaitement l’échographie qu’elle avait passé deux jours plus tôt avec Alex à ses cotés. Elle avait vu les traits de son visage se détendre et avait pu lire la joie qui s’emparait de lui, lorsqu’il avait entendu les battements du cœur du bébé. Elle sortit alors de ses pensées lorsque Karine la pinça soudainement.

- Aïee ! gémit elle, en se passant une main à l’endroit où son amie l’avait pincée volontairement. T’étais obligée de me pincer ?!

- Oui, parce que t’étais parti je ne sais où avec un certain grand brun aux yeux bleus ! répliqua-t-elle, on ne peut plus sure d’elle. Ce que je comprends pas, c’est pourquoi tu t’obstines à tant réfléchir.

- Danny.

- Danny ? répéta Karine, incomprise. Je vois pas le rapport avec toi et Alex.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:10

- La semaine où Danny a disparut… cette semaine précisément, c’était la semaine où Alex et moi, on est sorti ensemble… littéralement. Puis tu nous as apprit la mort de Danny…

- Et vous avez rompus, réalisa Karine soudainement.

- On vivait notre souffrance différemment… et on s’est éloignés… très éloignés…

- Mais aujourd’hui tout est différent. Il est là-

- Jusqu’à ce qu’il rentre à Los Angeles pour ses tournages…

- Pourquoi tu ne retiens que le négatif ? Il est là, à quelques mètres de toi. Profites en ! Passe du temps avec lui, montre lui qu’il existe en toi, une femme qui veut aller de l’avant et être heureuse… la convainc Karine. Le passé est le passé, tu ne peux pas revenir dessus… mais le futur tu peux le changer voir même l’améliorer. Tu peux être heureuse si tu t’en donnes les moyens.

Rain soupira. Karine avait entièrement raison et en tant normal, elle aurait tenu ce même discours mais tant de choses étaient en jeu. Et si cet enfant qu’elle portait était celui de Carter ? Qu’adviendrait il de sa relation avec Alex ? La plaquerait il et retournerait il à ses bimbos du show bizz ? ou bien l’accepterait il avec cet enfant en bagages.

- Le problèmes est que je ne suis pas toute seule… confia-t-elle, levant les yeux vers Karine. Je suis enceinte et je ne sais pas qui est le père de mon bébé-

- Quoi ? T’es quoi ?! J’ai l’impression d’être dans un film là ? réagit Karine. Tu veux dire qu’entre toi et Alex-

- Lorsque je l’ai fait libéré… je te l’ai dit. Après je suis retourné auprès de Carter…

- Oh… réalisa son amie. En effet, il y a un petit problème dans ce cas. Et Carter dans tout ça-

- Il ne sait pas…

- Et s’il est de lui ? tu ne peux pas garder ça pour toi-

- Je refuse de retourner voir ou parler à Carter…

- Le jour du mariage… j’ai vu le mot que tu as écrit à Carter.

Rain grimaça. Elle n’en avait pas parlé à Alex, comment le pourrait-elle à sa meilleure amie ? elle soupira puis baissa la tête. Tout ça était difficile à avouer sans parler que certaines images ne la quittaient plus. Elle s’était forcée puis avait essayé de se confier à Alex mais les souvenirs étaient encore trop douloureux pour que les mots franchissent la barrière de ses lèvres.

- Je sais que vous vous posez des questions sur ce qui c’est passé entre Carter et moi. Mais je n’y arrive pas. Ça sort pas… peut être plus tard…

Karine posa sa main sur celle de son amie et ajouta, rivant son regard au sien.

- Tu sais que je suis là si tu veux en parler. Je m’étonne qu’il ait pas encore réussit à te faire parler…

- Il est si patient… que parfois j’ai le sentiment que tout le problème c’est moi. Tout serait plus simple si j’étais sure de porter son enfant…

- Ne te focalise pas là-dessus… vis Rain. C’est la chose le plus importante. Ensemble vous êtes heureux, alors vis le à fond et si effectivement cet enfant n’est pas le sien alors vous trouverez une solution en temps et heure…

- J’ai du mal à croire que c’est toi qui me dit ça… ironisa Rain. Toi et Luke… vous deux ça a toujours été si évident-

- Evident peut être mais c’est pas simple pour autant… j’angoisse rien qu’à l’idée de l’accouchement et au fait qu’il se pourrait qu’il ne soit pas là… je pourrais pas le faire sans lui.

- Je sais que je devrais pas poser la question mais… hésita-t-elle à poursuivre.

- Mais ? reprit Karine, tout bas.

- Mais t’as pas des doutes ? Après tout, Luke part généralement plusieurs jours en reportage… comment tu sais qu’il ira pas voir ailleurs ?

Karine lui sourit doucement, se rallongeant dans le canapé et fixant une longue minute le plafond avant de tourner la tête vers son amie.

- C’est vrai que j’aurais pu douter à maintes reprises de lui, à chacune de ses absences… mais j’ai confiance et surtout… quand il rentre, il a cette lueur indéfinissable dans les yeux. Il est à la fois heureux, rassuré et émerveillé… et j’ai pas besoin de l’entendre me dire qu’il m’aime parce que je le lis dans ses yeux… poursuivit Karine, songeant à plusieurs épisodes où Lucas était revenus exténué mais souriant comme jamais d’être enfin là où il avait voulut être.

Rain sourit à la réponse de son amie puis à son tour, elle se mit à réfléchir. Que craindrait-elle réellement avec Alex ? Irait-il voir ailleurs ? Serait il capable de l’aimer inconditionnellement comme c’est le cas entre Lucas et Karine ? Elle se redressa alors et vit Karine qui la dévisageait.

- Tu vas me dire que je réfléchis trop… mais mes inquiétudes sont fondés. Qu’est ce qui se passera quand il rentrera à Los Angeles ?

- T’as le temps de voir venir d’ici là. L’important c’est que tu sois heureuse… plus tu sera heureuse, plus ta grossesse se passera bien…

Elle savait qu’elle avait raison et pourtant elle n’arrivait toujours pas à se décider. Elle devrait pourtant le faire. Elle l’avait près d’elle pour une durée indéterminée mais qui ne durerait pas pour autant toute la vie. Il rentrerait un jour ou l’autre mais à cet instant il était à quelque mètres. Devait elle suivre les conseils de son amie et de profiter de lui au maximum puis de souffrir de son absence par la suite ? ou bien devait elle se barricader pour ne rien ressentir à son égard et revêtir ce masque glacial et impassible ?
Levant la tête, ce fut à cet instant qu’elle vit une ombre derrière le fauteuil, Alex. Croisant son regard, il lui sourit tendrement alors qu’elle lui tendant sa main qu’il prit sans l’ombre d’une hésitation.

- Je veux pas dire mais vous êtes long à la détente tous les deux. Encore heureux que Luke et moi, on ait pas été aussi long que vous ! sourit elle, en s’extirpant du canapé, ajoutant à l’égard d’Alex. Je meurs de faim…

Alex n’était pas étonné de la réaction de sa meilleure amie. Elle passa près de lui presqu’en l’ignorant tandis qu’il voyait à son tour Rain se mettre debout. Il vit se mettre sur son passage, glissant une main sur sa taille.

- Tu t’inquiétais sur sa réaction ? demanda-t-il, tout bas.

- Pas vraiment… Karine nous a toujours soutenus. Elle faisait même le nécessaire pour nous pousser l’un vers l’autre…

- Tu lui as dit pour le bébé ?

- Oui, baissa-t-elle la tête. S’il est de Carter, je sais pas ce que je ferais… avoua-t-elle, désespérée à l’idée de porter l’enfant de l’homme qui l’a brutalisé durant des mois.

- Shttt, l’attira-t-il dans ses bras. Je passerais les tests nécessaires en temps et heures pour avoir ces réponses. Tu ne vivras pas cette grossesse toute seule. Je suis avec toi, aujourd’hui, demain et pour toutes les années à venir… fais-moi confiance.

Elle hocha brièvement la tête et se serra dans ses bras alors qu’elle sentait ses mains parcourir tendrement son dos. Soupirant doucement, elle écoutait les battements de son cœur à quelques centimètres de son oreille puis son souffle murmurant.

- Le plus important est que je vous aime tous les deux… et que je serais toujours là. Toujours…

Elle ne voulait pas remettre sa parole en doute, il était si convaincant et convaincu. Il était là, lui prouvait son amour et la soutenait tous les jours. Que pouvait-elle espéré de mieux ? Il était présent à chacun de ses coups de cafards. C’était plus que tout ce qu’avaient fait tous ses ex. Elle releva les yeux vers lui et approchant ses lèvres des siennes, elle murmura tout en les frôlant.

- Je te promets que si tu ne tiens pas parole, tu iras en enfer ! répliqua-t-elle avec un léger sourire tandis qu’il la forçait à se taire, l’embrassant furieusement.

Elle était là, à quelques mètres d’eux, les observant enlacés alors qu’ils se dirigeaient maintenant vers elle pour déjeuner. Elle leur adressa un regard malicieux puis s’asseyant à table, elle leur sourit, embrayant très vite avant même qu’ils aient eu le temps de s’asseoir.

- Maintenant, le plat de résistance… commença-t-elle. Je veux les détails, qui a fait le premier pas ?! lança-t-elle, les fixant tour à tour, songeant qu’elle ne les laisserait pas échapper à cette passionnante discussion.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:10

Chapitre 11 : Protect me


Depuis déjà quelques semaines, il se cantonnait à un boulot standard et ennuyeux. Il ne cachait pas qu’il préfèrerait être au cœur de l’information, sur des histoires à Washington ou en reportage mais il avait fait ce choix pour elle et pour sa famille. Il avait fait le bon choix. Cependant il était frustré à l’idée de devoir écrire des papiers sur la nouvelle campagne de pub d’un magasine de tricot ou encore de la nouvelle organisation de la déchetterie. Il avait besoin de plus. Il voulait bouger et, pas rester cloué sur sa chaise à écrire des articles de seconde zone. Le regard porté sur son écran, il soupira puis tenta de se reprendre en se passant une main sur le visage. Perdu dans ses pensées, il ne s’était pas aperçu qu’il était observé. Il se redressa néanmoins sur sa chaise lorsque son regard balaya la salle de rédaction puis capta ce regard fixé sur lui. Il soutint une longue seconde le regard de son ami et supérieur Nicholas Anderson, rédacteur en chef du journal. Ils s’étaient rencontrés dans cette même salle des années plus tôt alors que Lucas venait d’être embauché tout en poursuivant ses études. Ces années n’avaient pas été simples entre ses études et son travail sans cesse jugés par ses collègues et le précédent rédacteur en chef. Il soupira alors en repoussant ses pensées parasites. Il posa de nouveau son regard sur son écran. La page blanche et le curseur noir clignotait, attendant un ordre précis. Toutefois, il n’avait pas le cœur à continuer. Non, il avait besoin d’autre chose. De Karine ? C’était une possibilité… Elle lui manquait. Tout le temps. Elle ne quittait jamais ses pensées. Un mot, un rire, un parfum… un détail pouvait lui faire retrouver le sourire, qui lui faisait penser à elle. Il faisait tout ça pour elle et leur famille mais il avait lui aussi ses moments de cafards et de panique totale. Serait-il un bon père ? Saurait-il être là pour eux ? Son enfant l’aimerait il ? Il avait tant de questions sans réponses. Sans compter que Karine refusait toujours de l’épouser. Il l’aimait et la voulait comme femme mais elle n’écoutait rien. Il ne supportait pas l’idée qu’il pourrait la perdre. Il serra les mâchoires mais une voix le fit sortir de ses réminiscences.

- Rentres chez toi Luke. Tu as une tête à faire peur et je me doute que tu es attendu de pied ferme chez toi-

- J’ai pas fini mon article… commença-t-il.

Nick sourit doucement. Lucas faisait toujours tout parfaitement. Ses articles étaient sans fautes, toujours dans les délais. Il ne s’en faisait pas pour cet article, il pouvait largement le publier un peu plus tard. Il sentait son ami au bord de la rupture. Il s’assit sur la chaise à coté du bureau de Lucas, le fixant intensément. Nicholas Anderson était en dernière année de fac de journalisme lorsqu’il rencontra Lucas qui débutait tout juste. Nick avait mérité la place qu’il occupait aujourd’hui, il avait travaillé dur, ne s’était jamais plains lorsqu’on l’avait envoyé sur des reportages dangereux. Il avait fait preuve de courage et s’était investi dans son travail. Il en avait aujourd’hui la reconnaissance, en occupant le poste de rédacteur en chef. Toutefois, il était à l’écoute de ses reporters. Il n’était pas idiot, il lisait bien l’inquiétude de Lucas, même si ce dernier parlait très peu de lui, voir même pas du tout.

- Tu sais bien que ce n’est pas ton article qui va m’inquiéter, rajouta Nick cherchant le regard de Lucas. Tout va bien en ce moment pour toi ?

- Bien sûr.

- Luke-

- Il n’y a rien à ajouter Nick. J’ai un boulot qui me plait, je vais devenir père, j’ai mes amis et ma famille. Qu’est ce que je peux demander de plus ?

- Prends quelques jours. Tu es exténué et avec la grossesse de Karine, je ne crois pas me tromper en disant que ça ne doit pas être facile.

- Non ça ira.

- C’n’était pas une suggestion. Je ne veux pas te revoir en salle de rédaction pendant au moins une semaine…

Luke tourna la tête, croisant le regard inquiet de son supérieur. Il n’avait jamais pensé être si transparent aux yeux des autres. Travailler lui permettait d’éviter de trop s’inquiéter pour Karine mais en même temps, il ne rêvait que d’être près d’elle.

- Merci… mais je peux continuer-

- Ecoutes, tu n’as rien à prouver à personne ici. J’ai entendu dire que c’était assez mouvementé en ce moment-

- Karine a fait un malaise la semaine dernière.

- Pourquoi tu ne me l’a pas dit ? Elle va bien ? Le bébé ? Je t’ai dit qu’on pouvait s’arranger par rapport à ta situation.

- Je ne veux pas de favoritisme, oubliant les autres questions de Nick.

- J’ai été à ta place, Luke… alors fais moi plaisir, rentre chez toi, aère toi la tête, passe du temps avec Karine, ta famille et tes amis… reviens quand tu seras reposé. Tu es mon reporter, et tu retourneras sur le terrain mais pas pour le moment. Tu dois profiter au maximum… crois moi, tout le monde n’a pas ta chance…

Luke savait bien sur de quoi parlait Nick. Il avait tout perdu en l’espace de quelques jours. Qui n’en avait pas entendu parler ? Nick était de Washington, sa famille était toute une lignée de journaliste mais le drame dont il avait été victime avait fait les gros titres du Washington Post. Nick était en reportage en Californie quand il apprit qu’un feu intentionnel s’était propagé dans sa maison en pleine nuit. Sa femme, Rose et ses jumeaux, Joshua et Juddi, avaient tous été victimes. Les jumeaux âgés alors de 3 mois ne s’étaient même pas réveillés, Rose quand à elle, elle s’était trainé jusqu’à leur chambre mais trop tard, elle avait à son tour succombé à l’inconscience puis à une infection pulmonaire avant de succomber à une hémorragie interne à l’hôpital. Les pompiers et secouristes avaient fait tout leur possible mais en vain. Ainsi, il avait perdu cette famille qu’il s’était construite, il était alors âgés de 26 ans. C’était 3 ans plus tôt et ce souvenir était encore terriblement douloureux. Il n’avait pas la force de tout recommencer.

Lucas resta silencieux, il comprenait Nick ou du moins il savait ce qu’il voulait dire mais il aimait son boulot. Il ne voulait pas se retrouver chez lui à tourner en rond.

- Rentre chez toi Brady.

Son ton était péremptoire, Lucas ne songea même pas à discuter. Il hocha subtilement la tête en direction de Nick, le remerciant silencieusement. Ce dernier l’observa alors prendre sa veste et sa sacoche avant de quitter les lieux d’un pas lent et pourtant affirmé. Nick s’était levé et l’observait entrer dans l’ascenseur, envahit par sa propre culpabilité que personne ne soit là pour lui comme Karine l’est pour Lucas.

*.*.*.*.*.*.

Les observant tour à tour attendant leurs réponses. Elle savait qu’ils allaient vouloir éluder. Combien de fois avaient elle croisé séparément ces regards gêné ou mal à l’aise. Elle les connaissait si bien. Elle arborait toujours ce petit sourire malicieux. Comment pouvait-elle être plus heureuse ?! Ils affrontaient enfin leur relation et allait de l’avant, avec un bébé en prime. Elle riva alors son regard à celui d’Alex qui secouait vigoureusement la tête.

- N’y pense même ! fit il, finalement sans la quitter des yeux. Il n’y a pas de détails. Est-ce qu’on t’a demandé des comptes entre toi et Lucas-

- Toi, non. Mais… se tournant vers Rain, elle oui ! Allez vous pouvez bien faire un p’tit effort !! ça fait si longtemps que ça dure… je demande pas tous les détails mais je veux en savoir plus !

- Je… soupira Rain, jetant un coup d’œil à Alex. En fait, personne n’a fait de premier pas…ou si tu veux c’était tous les deux…

Karine étira ce petit sourire satisfait sur son visage. Elle finirait par avoir des détails croustillants sur leur relation. Elle savait qu’elle les gênait avec ses questions mais c’était pas malsain de sa part. Elle essayait juste de faire disparaître cette tension qu’elle sentait par moment entre eux.

- Humm… en gros vous vous êtes sautés dessus comme des animaux sauvages… ironisa Karine.

- Oui-

- Noon ! Contredis Alex avec véhémence avant de lever les mains au ciel. Je refuse d’avoir cette conversation avec vous deux. Et encore moins avec toi, fixa-t-il Karine.

- Moi aussi je t’aime Alex, répliqua-t-elle avec son petit sourire, alors qu’elle le voyait se lever et se diriger dans la cuisine en marmonnant.

Karine posa alors son regard sur Rain, qui souriait légèrement à l’attitude d’Alex. Karine était, on ne peut plus amusée de les voir ensemble et proche. Elle avait été tellement habituée à les voir se détester ou à éviter certains sujets qu’elle voulait profiter de cette occasion.

- Tu sais qu’il n’aime pas parler de lui, commença Rain.

- Tu veux dire qu’il ne le fait jamais, avec personne. C’est le mystère Alexander Evans et ce qui fait qu’autant de femmes sont attirés par lui.

- Il cherche juste à ce qu’on ne l’atteigne pas…

- Je sais… et puis je ne vois qu’une seule personne capable de briser sa carapace, réalisa Karine avec évidence. Allez raconte moi tout…

- Y’a pas grand-chose à raconter… dans certaines situations, on réalise que la personne qu’on croyait détester à bien plus de points commun avec toi. Et puis, on lâche prise et on se confie à cette personne parce que finalement, on sait qu’elle ne nous trahira pas… il m’a retrouvé dans le parc à coté de la propriété des parents de Danny. J’avais besoin de réfléchir et il m’a fait comprendre au fil des jours que même si j’étais effrayé et blessé, je pouvais m’appuyer sur lui… il m’attendait Karine. Il m’attend depuis toujours et je sais pas comment je dois interpréter ça.

- C’est simple, il t’aime… il t’aime comme tu es. Tu n’as pas besoin de faire d’efforts… juste être toi. N’oublie pas qu’il vit dans un monde de paillette et d’apparence. A ses yeux, tu es le charme, la beauté et le naturel. Il t’a aimé avant d’aimer son métier.

- Tout serait tellement plus simple s’il n’y avait pas cette distance entre nous…

- Il ne tient qu’à toi pour la faire disparaître. Il n’attend qu’un seul geste de toi.

Rain le savait mais se montrer publiquement avec lui, lui faisait peur. Et si tout revenait aux oreilles de Carter ? Et si ce dernier débarquait soudain dans sa vie ? Elle le repousserait mais doutait d’avoir la force nécessaire pour y parvenir. Elle soupira alors qu’il revenait avec un plat de spaghettis et une sauce bolognaise qu’il déposa sur la table. Karine lui tendit alors son assiette qu’il remplit sans plus réfléchir avant que finalement, ils entament à tour de rôle leur repas.

*.*.*.*.*.*.


_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:12

Elle était montée se reposer dans la chambre tout en corrigeant quelques copies auparavant. Elle avait besoin de calme pour se concentrer et avec Rain à coté, elle savait qu’elle n’y parviendrait pas. Elle les laissa donc tous seuls une partie de l’après midi. Elle avait bien vu qu’ils avaient envie d’être ensemble même si aucun n’avait émit un commentaire à ce sujet. Elle ne s’en faisait pas vraiment pour eux. Alex avait toujours été un garçon patient. Elle l’avait vu devenir un homme. Déjà à 17 ans, il était très responsable et c’était entre autre cette qualité qui l’avait tant étonné pour son âge. Elle terminait de corriger ses copies, puis posa la pile sur la petite table qui servait de bureau au fond de la chambre. Elle se retourna et se dirigea sur son lit, s’allongeant lentement. Se mettant à fixer le plafond, elle réalisa une présence sur le pas de la porte. Relevant la tête, elle le vit les bras croisé sur son torse, le regard ailleurs.

- Monsieur Evans, que puis-je pour vous ? Le railla-t-elle.

- Luke va me tuer, si tu continue de travailler.

- J’ai finis… en plus, je ne retourne pas au lycée, je ferais simplement parvenir les copies à mon remplaçant. T’as pas l’air dans ton assiette ?

Il n’avait jamais rien pu lui cacher. Comme si elle détenait un décodeur ultra sophistiquer et qui ne tombait jamais en panne. Karine était la femme la plus surprenante qu’il connaissait car elle mettait toujours le point là où ça faisait mal mais avec un certain tact. Il grimaça légèrement puis vint s’asseoir près d’elle au bord du lit.

- Tu devrais te réjouir… pour toi, pour Rain… vous êtes ensembles, heureux et vous ne devez rien à personne. J’en oubliais presque le bébé…

- J’n’arrive pas à savoir ce qui se passe dans sa tête. Un jour, elle est détendue et quelques heures plus tard, elle est tendue comme un arc… si bien que je ne sais plus comment l’aborder-

- J’ai remarqué… elle se ferme comme une huître. Elle a peut être besoin de temps. Tu dois être patient…

- Je sais qu’il y a autre chose.

- Elle t’en parlera au moment venu, Alex, le rassura-t-elle. Je sais que c’est beaucoup te demander mais elle sort d’une longue histoire avec Carter-

- Il serait préférable qu’il ne croise pas mon chemin celui là, ragea-t-il, en prenant une lente inspiration. Je crois qu’il frappait Rain.

- Quoi ?!! Elle n’aurait jamais tolérée-

- Elle est marqué Karine. Dans le dos… et elle est terrifiée intérieurement. Elle passe des heures à pleurer la nuit… parfois elle évite tout contact avec moi.

- Tu crois qu’il-

- Je te jure que si ce salopard l’a violé, il ne connaît pas la signification du mot souffrance et crois moi, il l’apprendra à ses dépens-

- Alex, calme toi… souffla-t-elle en posant sa main sur la sienne, réalisant un détail. Tu penses que ce bébé est le fruit d’un viol ?

- J’en sais rien… mais cette idée me rend malade depuis des jours. Je ne comprends pas comment on peut s’en prendre à quelqu’un comme Rain. Elle est adorable, géniale, intelligente… et je l’aime comme elle est, avoua-t-il simplement.

- Et elle t’aime mais elle est trop effrayée pour le reconnaître.

- J’aimerais qu’elle me parle-

- Ecoute… je vais essayer de lui en toucher quelques mots, mais je ne peux rien te garantir…

- T’es pas obligée de faire ça… mais ça me touche.

Karine lui sourit instinctivement et ce dernier l’embrassa sur la joue en remerciement alors qu’une autre silhouette se dessinait sur le pas de la porte. Elle l’aperçut alors qu’Alex se détachait d’elle. Un sourire envahit alors soudainement son visage et elle se releva toutefois très rapidement malgré sa grossesse des plus évidentes et son ventre imposant. Se jetant dans ses bras, ses mains vinrent se poser immédiatement sur son ventre puis sur sa taille. Il avait tant besoin de sentir leurs corps se toucher. Nichant sa tête dans son cou, il s’enivrait de son odeur, soufflant contre sa peau brulante et savourant enfin d’être enfin à la maison. Avoir Karine dans sa vie illuminait son existence. Personne ne pourrait le rendre plus heureux qu’elle, parce que par sa présence, elle parvenait à lui faire oublier ses propres angoisses. Relevant la tête, il échangea un rapide baiser avec elle, sans pour autant relâcher son étreinte. Il croisa alors le regard d’Alex qui les observait intensément. Lucas détourna alors la tête pour regarder Karine qui avait de grosses cernes noires sous les yeux. Signe qu’elle ne s’était pas reposée. Il n’émit qu’un très léger soupir puis l’embrassa sur le front.

- Viens t’allonger un moment, chuchota-t-il alors qu’il voyait Alex s’éclipser d’un pas lent.

- Je suis pas fatiguée…

- Toi non, mais moi oui…

Elle fronça les sourcils, le fixant intensément et s’apercevant qu’il semblait réellement exténué. Glissant une main sur sa joue, elle murmura d’une voix toute douce.

- Qu’est ce qui ne va pas ? Pas que je ne sois pas heureuse que tu sois déjà rentré…

- La semaine a été longue, je vais juste me reposer un peu… et puis tu me manquais terriblement…

Il ne mentait pas. Certes, il gardait pour lui ses angoisses pour le moment mais il était sincère en lui avouant qu’elle lui manquait. Il n’avait jamais beaucoup exigé d’elle. Le simple fait qu’elle soit là, suffisait à le satisfaire. Elle était sa positivité et sa présence avait un don rassurant sur sa personne. L’entourant de ses bras, tout en la dirigeant vers leur lit, il déposa une pluie de baiser dans son cou avant de s’éloigner de quelques pas.

- Tu nous as manqué aussi… mais n’imagine que cette réponse va me suffire, murmura-t-elle, sachant que quelque chose de plus sérieux couvait en Lucas.

Dénouant sa cravate et ôtant sa veste qu’il posa sur le dossier de la chaise près du bureau, il se retourna vers elle. Croisant son regard, il baissa la tête, retirant ses chaussures avant de combler l’espace entre eux et s’allonger à coté d’elle, en la gardant dans ses bras.

- Nick m’a forcé à rentrer… et il m’a clairement fait comprendre que je ne dois pas y retourner avant une semaine.

- Humm, il est intelligent dis moi… ça veut dire que je peux te kidnapper pour moi toute seule, pendant une très longue semaine en amoureux ! Sourit-elle, se glissant un peu plus dans ses bras.

- En gros c’est bien ça, chérie, sourit il en effleurant tendrement ses lèvres.

Il sentait sa main glisser dans ses cheveux et cette douce sensation eut le don de le détendre considérablement, comme si elle savait exactement qu’elle geste effectué pour calmer ses angoisses. Glissant sa tête dans son cou, il ferma les yeux une longue seconde, respirant son parfum fruité et délicat tout en glissant une main sous son pull, frôlant sa peau lisse.

- C’est pas toi qui m’as dit qu’on devait se reposer ? Chuchota-t-elle, en sentant ses mains baladeuses sur son corps qui réagissait à la moindre de ses caresses.

- C’est justement ce qu’on fait. On se repose dans les bras l’un de l’autre… souffla-t-il détendu, savourant le contact de leurs corps.

*.*.*.*.*.*.

Ils avaient passé l’après midi ensemble, à se balader dans les rues puis au parc, parlant toujours très peu des sujets important. Toutefois, Alex avait savouré cette journée même si elle avait commencé sur les chapeaux de roues avec les questions insidieuses de Karine. Il venait de passer une heure au téléphone avec son agent qui l’informait que la reprise des tournages ne semblait pas prête de reprendre avant plusieurs semaines. Dans un sens, il était frustré et de l’autre, il se disait que ça lui donnerait encore plus de temps auprès de Rain. Songeant à elle, qui ne quittait plus ses pensées depuis le jour du mariage, il sortit de la maison, se trouvant sur la plage. Il la découvrit observant le coucher du soleil, seule, les bras croisés sur sa poitrine. D’un pas lent, il la rejoignit en se glissant dans son dos avant d’entourer sa taille de ses bras.

Durant quelques secondes, elle se raidit prête à se détacher mais s’apercevant qu’il s’agissait de lui, elle se calma progressivement. Respirant lentement puis s’adossant à son torse. Elle sentait son souffle sur sa nuque puis sa joue. Elle devait reconnaître que dans ses bras, elle était bien comme protégé de tout le mal qui puisse exister. Toutefois, elle ne cessait de se demander quelle serait l’issue de ce rapprochement et si c’était temporaire ou non. Elle fit lentement glisser une main sur la sienne et soupira légèrement avant de tourner quelque peu la tête vers lui, croisant son regard.

- c’est à ça que notre vie va ressembler… murmura-t-elle, anxieuse à l’idée de vivre un bonheur parfait avec lui.

- Tant que tu me laissera te rendre heureuse, ça le sera…

- Même avec ce bébé… qui n’est peut être pas le tien ?

Il était exact que l’idée que cet enfant ne soit pas le sien, la blessait énormément mais il ne pouvait lui faire des reproches. Après tout, ils n’étaient même pas ensemble…
Faisant remonter une main à sa joue, qu’il caressa tendrement, il chuchota tout près de ses lèvres.

- Je te cache pas que je rêve te voir mettre notre enfant au monde… te voir t’embellir par cette maternité… mais je n’oublie pas que tu es une femme avant tout, avec des craintes, des doutes, des hontes et des peurs. Et je ferais le nécessaire pour que tu te sentes toujours bien… alors si cet enfant n’est pas le mien, on y réfléchira ensemble et on prendra une décision… mais pour le moment, je ne veux qu’une chose. Toi. Souffla-t-il contre ses lèvres, les capturant intensément, la serrant plus fort contre lui, la soulevant légèrement du sol, tout en poussant sa langue dans sa bouche.

Elle avait été incapable de se détacher de lui et de faire comme si de rien était. S’accrochant à lui, elle lui retourna ce baiser, nouant ses bras autour de son cou, sa langue caressant sensuellement la sienne. Elle dut néanmoins se détacher pour respirer et, ses bras toujours autour de son cou, ses yeux se plongèrent dans ceux d’Alex qui lui souriait tendrement.

- Tu veux réellement cette vie avec moi… réalisa-t-elle, se rendant enfin compte des sentiments d’Alex à son égard.

- Tu es tout ce qui compte pour moi. Je serais là quoi qu’il arrive Rain…

Lentement, il la reposa à terre. Ses mains descendant sur ses hanches, il plongea son regard dans le sien une brève seconde. Toutefois, ses bras vinrent entourer sa taille lorsqu’elle se glissa soudainement dans ses bras murmurant tout bas.

- Alors je veux le vivre. Je veux être heureuse et si tu peux réaliser ça… je te donnerais cette famille dont tu rêves tant…

Il sourit doucement, ses lèvres effleurant son front. Elle le rendait heureux, c’était indéniable. Elle était encore partagée mais bientôt il trouverait le chemin de son cœur même si elle n’en avait pas encore conscience. Il sera là pour elle, pour eux et lui apporterait toutes ces petites choses qu’elle tomberait amoureuse de lui.

- Une famille avec toi… un beau mariage et une maison remplie d’enfants… et nous deux, amoureux, dépendant l’un de l’autre… c’est toujours toi que j’ai voulu… murmura-t-il contre sa peau avant de reprendre plus lentement. Tu peux aussi me parler… te confier à moi, sur ce que tu ressens… et même pleurer dans mes bras…


_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:14

A ces derniers mots, il la sentit se raidir mais ne la laissa pas se défaire de leur étreinte. Il croisa alors son regard effrayé. Il ne connaissait qu’un morceau de l’histoire ou du moins, il se doutait. La partie la plus sombre le hantait depuis des jours et comment aborder le sujet en douceur sans la brusquer, devenait de plus en plus compliqué.

- Alex, commença-t-elle. Je ne sais pas ce que tu imagines-

- Tu pleures toutes les nuits dans la salle de bains et tu refuses mon aide…

- C’est pas contre toi… c’est simplement que… ma vie à Washington n’est pas aussi belle qu’on pourrait le penser.

- Tu souffres j’en suis conscient… mais pourquoi tu tiens tant à te cacher de moi ? J’ai toujours essayé de te laisser libre et pourtant j’étais là tous les week ends à m’assurer que tu allais bien. Je n’ai pas toujours été à la hauteur, notamment avec Danny au lycée-

- Carter… l’interrompit elle, il me frappait…

Il s’était tu. Ses mots s’incrustaient dans son cerveau et son regard rivé au sien, il réalisait la souffrance qu’elle devait endurer à lui dire ça. Il remonta une main à sa joue, son pouce balayant sa joue, d’une caresse douce.

- C’était quand il buvait un peu trop. J’étais pas la meilleure des petites amies déjà.

- Un homme n’a pas à lever la main sur une femme… peut importe les raisons.

Elle secoua la tête, une légère trace de sourire crispé sur ses lèvres.

- Tu es intransigeant…

- Non, je suis un homme tout ce qu’il y a de plus normal. Je n’ai jamais accepté la violence. Je n’ai jamais accepté l’attitude de Danny qui te dénigrait… j’ai passé des années à essayer de te protéger et j’ai faillit parce que j’ai pas vu que Carter te torturait à son bon vouloir…

- Je suis restée Alex !

Il soupira. Elle avait raison sur ce point, elle aurait pu le quitter avant lorsque tout ça avait commencé mais elle était restée.

- C’est pour le bébé que tu l’as quitté alors… se demanda-t-il, alors qu’une pensée terrible l’envahissait.

Carter avait levé la main sur elle, mais avait il abusé d’elle ? Ça le rendait malade rien que d’y penser. Il la sentit se détacher de lui et se retourner vers la maison. Il resta là, immobile à l’observer tandis qu’il discernait un tremblement de son corps. Il luttait pour ne pas la prendre dans ses bras. Elle devait affronter sa douleur mais il n’avait jamais supporté de la voir malheureuse. Il l’aimait profondément depuis toujours et aujourd’hui il la laissait dans sa douleur, sans esquisser un seul geste vers elle. Il la vit toutefois se retourner vers lui, des larmes roulant sur son visage. Il croisa alors son regard.

- J’ai quitté le mariage car j’espérais que tu serais là, et que ce bébé serait le tien… pas celui d’un homme violent que j’ai cru aimé, lui avoua-t-elle tandis qu’un silence s’installait.

Elle était forte et il le savait. Elle commençait à gérer sa douleur en ouvrant une porte qu’elle avait toujours gardée fermé. Il était à la fois fier d’elle car elle se dévoilait à lui, car dans le fond, elle devait l’aimer un minimum. Elle lui ouvrait la porte de son cœur mais il craignait qu’elle la referme avant qu’il n’ait pu effectuer le moindre geste. Il se souvint alors de l’irrégularité évidente de la peau de Rain dans son dos.

- Il est allé trop loin. Il t’a brulé avec des cigarettes-

- C’était un accident-

- Rain, dis moi la stricte vérité. Je te jure que je ne m’énerverais pas… sois honnête avec moi. C’était volontaire n’est ce pas.

Détournant les yeux, fixant le sable encore chaud, il comprit très vite que ça n’avait rien d’un accident et que Carter l’avait volontairement torturé. Il tenta de garder son calme même s’il était démangé d’aller mettre une correction bien mérité à ce type et regrettant ne pas l’avoir fait lors du mariage.

S’approchant d’elle, il glissa sa main sous son menton et murmura tout bas, où elle seule pouvait l’entendre.

- Juste une dernière question et après j’arrête avec ça. Est-ce que le bébé… est ce qu’il a… a-t-il abusé de toi ?

Levant les yeux vers lui, elle remarqua une sourde colère et une douleur incommensurable dans son regard saphir qui s’assombrissait un peu plus à chaque seconde.

- Non… Non Alex, il ne m’a pas violé…

Il soupira, l’attirant un peu brutalement dans ses bras. Il avait retenu son souffle longtemps et un soulagement l’envahit à sa réponse. Il était quelque peu rassuré et pourtant, il avait bien d’autres questions à lui poser. Toutefois, il se garda de les lui poser, le moment passé était déjà suffisamment pénible pour eux deux. Elle avait besoin de lui et il serait là. Il ne la laisserait plus seule. Il s’en faisait la promesse silencieuse. Sanglotant contre lui, sa main parcourut son dos lentement, dans une caresse rassurante.

- Tu n’iras pas seule à Washington… J’aurais du lui mettre mon poing dans la figure au mariage, souffla-t-il dans ses cheveux.

- Je ne veux plus le revoir, ni même lui parler Alex.

- Tu n’auras pas à le faire. Je me chargerais de lui faire comprendre le message.

- Alex… se détacha-t-elle, lentement.

- Ne t’inquiète pas… je garderais mes mains au fond de mes poches, même s’il mérite sérieusement qu’on lui apprenne à respecter les femmes. Je resterais calme… pour toi et notre bébé.

- Notre bébé…

- Si on est aujourd’hui réunis, ça ne peut pas être parce que tu portes son enfant… c’est forcément le notre. C’était un signe Rain… ensemble on est plus fort. Je m’occuperais de vous deux comme il se doit. Je t’aime et dans quelques temps, tu réaliseras que toi aussi tu m’aimes. Ça prendra le temps qu’il faudra mais j’ai la foi en notre couple…

Sa déclaration la touchait, être aimée et protégée par Alex de cette façon lui prouvait combien il tenait à elle. Sa foi en leur histoire la surprenait mais elle voulait elle aussi y croire. Il souhaitait la soulager de toutes ses douleurs et l’aider à reprendre sa vie en main. Et surtout il voulait son bonheur, combien d’hommes penserait d’abord à sa petite amie avant de son propre bonheur ? Elle esquissa un bref sourire puis vint se glisser dans ses bras. Il était à la fois son ange gardien, son sauveur et son prince charmant. Comment pouvait-elle le repousser après tous les efforts qu’il faisait pour elle ?

- Je crois alors… que je vais arrêter de voir tout en noir. Et si on rentrait maintenant… pour que tu me montres comment tu vois notre vie… de famille…

Il n’en attendait pas moins d’elle. Cette douceur et cette innocence, il l’a recherchait depuis si longtemps en elle. Sa main dans la sienne, ils remontèrent jusqu’à la maison avant de la retourner dans ses bras, une fois la porte passée.

- A compter de cette instant, tu n’es plus autorisée à quitter mes bras, princesse ! Souffla-t-il en capturant ses lèvres, intensément.

*.*.*.*.*.*.

Dans la chambre du bébé, il avait terminé la tapisserie la semaine précédente. Cette dernière était colorée et tout simplement chaude et agréable. Une tapisserie aux tons jaune orangée avec une frise représentant les Bisounours au complet, animait cette petite pièce. Le lit en bois qu’il avait assemblé gisait au milieu de la pièce avec le petit portique qui pendait au dessus du berceau. Il venait de terminer de bricoler la commode dans le coin de la chambre. Il n’était pas en retard, il avait tout entreprit depuis que Karine lui avait annoncé qu’il serait bientôt papa. Bien sur qu’il était terrifié et pourtant il avait hâte que ce bébé soit là. C’était paradoxal et surtout il savait que Karine avait tout aussi peur que lui. Il s’assit sur la chaise à bascule à coté du berceau et son regard erra dans la pièce quelques minutes avant de l’apercevoir sur le pas de la porte. Levant les yeux vers elle, elle vint à sa rencontre et glissa une main dans ses cheveux.

- Et si je ne suis pas à la hauteur… souffla-t-il comme si elle connaissait déjà l’ampleur de ses pensées.

- Marie Joséphine ne demande qu’à être aimée et crois moi, pour ça, tu es largement à la hauteur…

- Marie Joséphine… ma fille ne s’appellera pas comme ça…

Karine sourit, bien sur que leur enfant n’aurait pas un de ses noms ridicule. Non, elle porterait quelque chose de plus subtile, quelque chose qui leur ressemblerait. Elle fit le tour de la chaise et se penchant dans son dos, sa main vint glisser sur le torse de Lucas tandis qu’elle effleurait le cou de Luke de ses lèvres.

- Qu’est ce que tu penses de Heather Brady ? Ou Jodie Brady ?

- Pour un garçon c’est pas terrible, commenta-t-il, frissonnant sous les caresses de Karine.

- Ahahah mais c’est que t’es un comique mon p’tit Luke ! Sourit elle, poursuivant ses légers baisers dans son cou.

- Benjamin, Chace, Nathaniel… et pour une fille… pourquoi pas Alyssa… Lynn aussi c’est jolie…

- Lynn… Kay Lynn Brady… Nate Brady… c’est pas mal tout ça…

- Nate et Kay… j’aime beaucoup, fit il en tournant la tête, effleurant ses lèvres en esquissant un petit sourire.

- Je vais prendre une douche, chuchota-t-elle en se redressant et lui adressant un clin d’œil malicieux.

- Je te rejoins… pour te brosser le dos évidemment, reprit-il en souriant doucement alors que la sonnerie de l’entrée l’obligea à se lever.

Il la regarda prendre la direction de la salle de bains et disparut de son champs de vision, il dévala les escaliers, ouvrant soudainement la porte. Instinctivement, il se raidit et lâcha un long soupir en voyant cette femme sur le pas de sa porte. Il fallait à tout prix qu’elle parte avant que Karine redescende. Il serra les mâchoires alors que la femme qui se tenait devant lui ne semblait pas prête à partir comme il l’aurait aimé.

- Je crois que vous êtes au courant qu’elle refuse tout contact avec vous.

- Il est important que je lui parle-

- Ecoutez-moi bien. Karine est enceinte et très fragile émotionnellement au cas où vous ne l’auriez pas remarqué la dernière fois. Alors s’il vous plait, rentrez chez vous et laissez la en paix

- Vous n’avez pas à me dire ce que j’ai à faire jeune homme ! Il s’agit de ma fille-

- Fille que vous avez abandonnée, il y a 20 ans ! Vous n’avez aucunement le droit de faire irruption dans sa vie comme une fleur ! Maintenant partez ou j’appelle les autorités qui se feront un plaisir de vous escortez jusqu’à la frontière de l’état ! J’ai été clair ?!

Elle n’était pas prête à abandonner mais face au refus de Lucas, elle recula et fit demi-tour. Ce dernier soupira et rentra dans la maison avant de rejoindre Karine dans la salle de bains qui chantonnait. Ce qui eut le don de le faire sourire avant de se dévêtir et de la rejoindre sous la douche.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:15

*.*.*.*.*.*.

Planté sur la terrasse, son regard scrutait l’horizon. Elle était aujourd’hui avec lui et sa vie prenait un nouveau tournant. Elle acceptait leur relation et son amour. Tout ce qu’il lui avait dit était véridique, il en pensait chaque mot. Il était réellement prêt à tout pour elle mais elle gardait obstinément une porte fermée et il n’était pas sur de savoir s’y prendre correctement pour l’atteindre en douceur. Plongée dans l’observation de l’océan d’huile par cette soirée plutôt chaude, il discerna quelqu’un sur la plage qui marchait d’un pas nonchalant. Il plissa doucement les yeux et cru reconnaître cette silhouette. Une longue chevelure brune foncée, un teint très clair et un regard dans le vague. Il la connaissait et depuis des années. Combien de fois avait elle fait la vie dure à Karine et Rain ? Et même à lui lors de la réunion des anciens élèves…

Il hésitait. Rain dormait profondément, et il était près de 3 heures du matin et lui il tournait en rond au lieu de dormir. Debout sur la terrasse, il observait Sarah. Il connaissait sa langue de vipère et pourtant il avait toujours pensé que sous cette carapace se cachait une bonne personne au caractère entier. Pied nus, il descendit les quelques marches et fit quelque pas dans sa direction, fixant l’océan.

- T’es bien la dernière personne que j’imaginais croiser ici, Sarah…

- ça prouve bien des choses Evans. Que tu ne vois que l’apparence…

- C’est une possibilité… mais tu n’as jamais donné l’occasion à ce qu’on voit autre chose chez toi.

- Qu’est ce que ça peut bien faire ? Toi et ton pote Danny, vous ne voyiez que les « petites innocentes » du lycée. Une fille qui avait des problèmes et qui tentait de passer inaperçu, vous n’en auriez rien eu à faire-

- Danny oui incontestablement… tu dis que je me focalise sur les apparences mais qu’est ce que tu sais de moi ?

Sarah secoua la tête avec ce sourire sarcastique sur le visage.

- Qui ne connaît pas Alexander Evans l’enfant de Silver Springs ? Tu as tout pour toi ! Une vie de rêve, des connaissances, de l’argent, des amis-

- Pour toi, ça fait tout le bonheur ?

- Tu as une bonne situation, qu’est ce que tu veux de plus ? Regarde-moi, je suis surveillante au lycée et j’entretiens les pierres tombales du cimetière ! Tu crois que c’est une vie et qu’on peut rencontrer une personne qui partagera ta vie ?

- C’n’est pas plus simple dans ma situation… les gens se focalise sur l’apparence et parce que je suis célibataire, tout le monde pense que je suis libre pour eux ! Mais c’est faux…

- C’est vrai que t’es plaindre Alex ! Railla-t-elle.

- Je ne me plains pas… j’ai toujours su ce que je voulais et j’ai mis tout en œuvre pour y parvenir. Mais ça n’est pas pour autant que ça a été simple. J’étais loin de ceux que j’aime, j’ai fait des sacrifices mais il s’avère qu’aujourd’hui, je suis heureux de ma vie… tu dois faire les bons choix Sarah.

Elle le fixa une longue seconde puis son regard fut attiré par la maison.

- Je ne savais même pas qu’il y avait une maison qui donnait sur la plage-

- Je l’ai faite construire il y a quelques mois-

- Construire ?! On n’a pas tous les mêmes valeurs à ce que je vois !

- Silver Springs c’est chez moi… Los Angeles est un endroit parfait pour des vacances ou du travail, mais ce n’est pas chez moi.

- Ta famille y habite pourtant…

- Mais c’est ici que je me sens chez moi, j’y ais mes amis et-

- Et Rain, finit elle pour lui, alors qu’il fronçait les sourcils. Tu crois que personne ne le savait ? Tu craquais pour elle, avant même qu’elle sorte avec Collins.

- On était ados tout était différent-

- Parce que tu l’aimes plus ?! Risqua-t-elle en le dévisageant.

- Parfois la distance nous permet de faire le point sur nos vies et sur nos priorités.

- Humm, je vois. Donc elle ne faisait pas partie de tes priorités…

Il s’arrêta et la fixa, par moment, il avait le sentiment de se retrouver confronter aux questions de Karine. Et dire que toutes les deux se vouaient une haine féroce, ça le déstabilisait.

- Elle n’était pas la première de mes priorités… mais elle en faisait partie.

- Oh… donc c’est pour elle que tu es revenu.

Il secoua la tête et se reprit avant de la fixer intensément, cherchant ses mots.

- Si tu comptes faire passer des infos dans un quelconque canard boiteux, je démentirais tout.

- ça t’arrangerait que je donne ça aux journalistes… plutôt que de parler avec une impossible ex-amie…

- J’ai pas de raison d’être méfiant ? Au lycée, tu étais loin d’être une personne recommandable… et surtout, tu avais la sale manie de t’en prendre à Karine et Rain.

Il croisa un bref instant son regard et réalisa qu’il l’avait touché. Elle n’était peut être plus la même mais toujours était il que son passé la poursuivrait si elle ne décidait pas de changer. Sous son silence, il s’écarta brièvement tandis qu’elle jetait un regard vers la maison où à son tour, il vit une silhouette sur la terrasse. Elle les fixait, visiblement curieuse. Il tourna de nouveau la tête vers Sarah.

- On en reparlera… bonne route, Sarah…

Il n’avait jamais eu de problème avec elle mais il n’avait pas apprécié l’animosité qui avait sévit entre Rain, Karine et Sarah. Remontant les marches, il s’arrêta sur la terrasse puis croisa son regard. Son regard était vide et elle se détourna de lui mais il ne lui laissa pas l’occasion de s’échapper, glissant un bras autour de son corps, la plaquant doucement contre lui.

- A tout hasard, t’essaierais pas t’éviter ton petit ami…

Baissant la tête, elle esquissa un très mince sourire avant de se retourner vers lui. Relevant les yeux vers lui, elle discerna le poids de se regard intense. Elle avait toujours crains ses regards par ce qu’il lui faisait ressentir mais là, il n’y avait aucune crainte. Non, elle se sentait à la fois en sécurité et détendue, parce qu’il était là et qu’à chaque seconde, il la soutenait dans ses choix et décisions. Il fit alors glisser ses mains sur ses hanches tandis qu’elle se rapprochait de lui, nouant ses bras autour de son cou.

- Je me demandais où tu étais… et ce que tu faisais debout en plein milieu de la nuit…

- Oh… bah tu vas le découvrir, chérie… fit-il en glissant un bras dans son dos et l’autre sous ses jambes, la menant jusqu’à leur chambre en faisant courir ses lèvres sur son visage.

A quelques pas du lit, il la reposa à terre alors que ses lèvres capturaient intensément celles de Rain. Ses mains sur ses hanches, il la poussa doucement contre le lit aux draps défaits avant d’afficher ce sourire ravageur, s’asseyant sur ses hanches. Ses doigts glissant entre les siens sur le matelas, ses lèvres frôlèrent sa gorge, alors qu’elle rejetait sa tête en arrière.

- Humm… il y a quelque chose que tu veux me dire avant qu’il soit trop tard pour reculer ?

Fermant les yeux, tout n’était plus que sensations, ses doigts entres les siens, leurs corps se touchant faisait naitre un désir indicible et ses lèvres sur sa gorge l’empêchant de respirer et de réfléchir. Elle murmura néanmoins quelques mots dans un souffle saccadé.

- J’ai envie de toi, Alex…

Il sourit, ravit puis releva la tête cherchant son regard. Il aimait leurs moments. Rain apparaissait toujours comme la femme sage mais qui intérieurement couvait une passion inébranlable. Il se redressa alors puis l’aida à se lever sans la quitter des yeux. Aucun des deux ne parlait et il fit glisser ses mains sous sa chemise trop grande pour elle avant de la lui ôter d’un geste doux et tendre, la faisant passer au dessus de sa tête. Le regard de Rain se fit plus intense et croisant celui d’Alex, elle entreprit de lui retirer son polo, ses doigts longs et fins courant sur son torse développé. Un frisson parcourut Alex et il termina de se dévêtir avant de plonger avec elle sous les draps. Son corps entrant en contact avec le sien, elle se retourna dans ses bras tandis qu’il venait recouvrir son corps du sien. Ses lèvres parcoururent alors son cou, sa gorge, descendant progressivement à sa poitrine ses seins, son ventre, de façon méthodique et irrésistiblement sensuelle. Ses mains sur ses hanches, il sentit sa main sur son bras puis releva la tête, croisant son regard intense et dilaté par le désir. Ses lèvres se soudèrent aux siennes alors que le désir qui l’envahissait se faisait plus impétueux, ingérable face au corps brulant de Rain. Sentant ses jambes se nouer lentement autour de sa taille, il ne pouvait résister plus longtemps à ce désir. Plongeant en elle, telles dans des eaux inconnues, il ferma les yeux. Ses mains parcoururent sa poitrine tandis qu’il s’enfonçait un peu plus en elle à chaque poussée, réalisant que la passion qui existait entre eux, devenait incontrôlable dès qu’elle était à proximité de lui. Comment avait il pu résister si longtemps et ne pas réalisé qu’elle était sa tentation ? Il sentait ses doigts dans son dos électriser son corps et en redemandait. Elle savait faire naitre ce désir en lui, un désir dont il ne serait jamais rassasier. Accélérant ses mouvements, il savait qu’il ne pourrait résister plus longtemps puis le grognement de Rain, suivit de sa voix plus claire que de l’eau de roche suffit à lui faire toucher l’extase complète alors que sa compagne était secoué de spasme de plaisir dans ses bras. Il ne faisait plus qu’un avec elle, ils étaient le prolongement de l’autre. Cherchant son regard, il vit un sourire merveilleux naitre sur les traits de Rain. Ce sourire qu’il ne croisait que trop rarement à ses yeux. Le souffle court, il glissa sa tête dans son cou, chuchotant pour elle seule.

- Je t’aimerais toute ma vie, Rain…

Elle était touchée par sa confession. Cette sensation dans ses bras, elle ne l’avait jamais ressentit aussi intensément. Elle ne pouvait plus nier leur attirance ou ce désir quel qu’il soit. Ensemble, ils étaient bien, même en parfaite harmonie alors pourquoi luttait elle encore ?

- Si c’est comme ça, toute notre vie… je signe toute de suite…

Il rit doucement, déposant de longs baisers sur son visage avant de se dégager lentement d’elle. Toutefois cette dernière tourna la tête vers lui, observant ses traits fins. Elle sourit doucement. Elle le félicitait intérieurement d’être si tenace. Il venait de réussir à la faire flancher et de la forcer à ouvrir son cœur. Elle vint alors se glisser dans ses bras. Sa main parcourant son torse, elle écoutait attentivement son souffle devenir plus régulier.

- Je fais établir un contrat dès demain alors ? demanda-t-il avec son petit sourire.

- Hummm… on devrait peut être en discuter avant chéri ! répliqua-t-elle avec une petite moue machiavélique.

Elle commençait à se détendre en sa présence, et elle n’avait pas idée à quel point, il en était heureux. Ses doigts glissèrent alors le long de son dos et frémissante, il sourit de nouveau, soufflant tout bas.

- Tu sais, à ce rythme on pourrait très vite être mariés…

Relevant la tête, elle plongea son regard dans le sien, se perdant dans cet océan de saphir qui l’avait toujours troublé.

- On va ralentir la cadence Rocco ! On va déjà avoir un bébé… le mariage… on verra dans 50 ans si je suis toujours aussi fraiche, belle et désirable.

- Tu le seras toujours à mes yeux Rain…

- Non, là tu es sur une pente dangereuse. Tu peux pas me faire des compliments comme ça…

- Ah oui, j’oubliais, tu es comme les fleurs et tu te fanes très vite…

Elle rit doucement. Sa comparaison était à la fois poétique et adorable. Comment pouvait-il être si romantique avec elle ? Toutefois elle n’eut pas le temps de pousser ses pensées plus loin qu’il reprit tout aussi doucement.

- Quoi qu’il en soit, tout ça ne changera jamais rien au fait, que je vous aime Rain Conrad… ni le temps, ni la distance ne pourra faire disparaître tout l’amour que j’éprouve pour vous…

La faisant rouler sous lui, elle glissa ses bras autour de son cou puis l’embrassa furieusement alors qu’Alex faisait courir de nouveau ses doigts sur sa poitrine, légèrement douloureuse due à sa grossesse.

*.*.*.*.*.*.

Ça faisait bien une heure qu’elle tournait en rond dans le lit. L’observant, elle ne s’en lassait pas. Il dormait paisiblement et profondément. Qu’est ce qu’elle aurait aimé être à sa place ! Hélas, pour elle, Kay ou Nate semblait décidé à lui faire la vie dure, en gigotant dès 7 heures du matin, l’empêchant de terminer sa nuit. Elle soupira alors en voyant que Lucas semblait bien dans les bras de Morphée. Elle passa une main sur sa joue puis se leva finalement à contre cœur. Elle serait bonne pour une longue sieste dans l’après midi ! Elle descendit les quelques marches jusqu’au salon où la lumière commençait à percer à travers les baies vitrées. Le soleil commençait à se lever et elle réalisa qu’elle n’aurait rien à faire de sa journée, si ça n’est de se trainer de pièce en pièce. De nouveau elle soupira et se rendit dans la cuisine, songeant qu’elle pourrait lui préparer son petit déjeuner. Même si elle n’avait plus droit au café, elle pourrait au moins savourer l’odeur du nectar si particulier. Préparant une cafetière, elle se tourna et sortit quelques pancakes du congélateur avant d’attraper une poêle pour les réchauffer rapidement. Le tout sur le feu, elle s’appuya un instant sur le plan de travail. Elle était fatiguée mais avec le bébé, elle ne pourrait pas trouver le sommeil. Attrapant son verre de jus d’orange, elle retourna la crêpe dans la poêle mais fut interrompu par la sonnerie de l’entrée. Qui pouvait débarquer à 7 heures du matin ? Rain et Alex ? Non, ils arrivaient généralement sur les coups de 10 heures, le temps nécessaire pour qu’elle ait émergé de sa nuit. Eteignant finalement le feu sous la poêle après avoir glissé les pancakes dans un plat, elle alla ouvrir la porte et se figea en découvrant sa mère sur le pas de la porte. Serrant les mâchoires, elle se retint à la porte une longue seconde, avant de fixer intensément sa mère.

- Bonjour chérie… commença sa mère.

Karine n’eut pas le cœur de continuer et lui claqua la porte au nez avant de s’adosser à la porte et de glisser le long de celle-ci. La douleur qui lui oppressait la poitrine ne faisait que s’intensifier. Comment pouvait elle revenir après tout ce temps et comme si de rien était ? Comment avoir une audace pareille ? Sa mère, mais elle n’était plus sa mère depuis qu’elle l’avait laissé avec un père qui la transbahutait de ville en ville et qui semblait dénué d’amour pour elle. Les larmes ne tardèrent pas à dévaler son visage. Et ça n’était pas Lucas qui viendrait la réconforter, non, ce dernier dormait à poing fermé et elle n’avait personne à qui s’en prendre, personne sur qui se défouler. Plongeant sa tête dans ses mains, elle resta ainsi sans bouger alors que la douleur qui lui tailladait le cœur ne cessait de s’accentuer au fil des minutes. Elle se traîna néanmoins jusqu’au canapé où elle mit plusieurs minutes avant d’y parvenir. Se recroquevillant dans un coin, elle tenta de se calmer mais ça ne fut que de courte durée lorsqu’elle entendit la porte s’ouvrir et sa mère s’approcher d’elle. Instinctivement, sa colère réapparut et la fusillant du regard, elle ajouta avant que sa mère ait eu le temps d’ajouter un mot.

- Avant toute chose, ma mère est morte, il y a 20 ans ! Alors sortez de chez moi, maintenant ! cria-t-elle alors qu’une soudaine douleur la déchirait dans le ventre. LUCAAAAAAAAAAS !! Rugit elle aussi vivement qu’elle le put, se pliant en deux, avant de sombrer dans l’inconscience tandis que sa mère se figeait et restait sans réaction devant la détresse de sa propre fille.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:17

Chapitre 12 : Le tourbillon du désespoir…


Il repassait tous les évènements tel un film dans sa tête. Des images insoutenables, terrifiantes, qui lui glaçaient le sang à chaque seconde. Son esprit restait focalisé sur les derniers évènements. Il ne savait pas comment tout ça avait pu arriver alors qu’il dormait. La tête dans ses mains, les coudes appuyés sur ses cuisses, il tentait de refouler la douleur profonde qui l’envahissait. Il devait être fort. Il ne pouvait pas flancher maintenant. Il ne pouvait tout simplement pas, elle aurait besoin de lui. Depuis le début, il veillait à tout et sa négligence l’avait mené à un point de non retour. Il ne savait même pas comment elle réagirait. Le bonheur qu’il avait partagé en apprenant cette grossesse venait de partir en fumé. Il se sentait coupable et responsable. Il avait été incapable de veiller sur eux. Il était la seule et unique personne à blâmer. Il n’avait jamais mérité l’amour de Karine et c’était la seule pensée qu’il parvenait à retenir à cet instant précis. Comment pourrait-il lui dire tout ça ? Comment parviendrait-il à la réconforter alors que lui-même est dévasté par les récents évènements ? Lui pardonnerait-elle un jour, sa négligence ? Il secoua vigoureusement la tête mais se raidit instinctivement en sentant une main sur son épaule. Relevant la tête, son visage ruisselait de larmes silencieuses et son visage était marqué par l’angoisse des dernières heures. Il croisa alors deux paires d’yeux, à la fois dévasté et mal à l’aise puis avec des gestes maladroits, il les prit tour à tour dans ses bras. Ils étaient les seuls qu’il avait eu le courage de prévenir. Peut être parce que ces derniers sauraient lui apporter le soutien nécessaire à lui et à Karine. Il tenta de se reprendre en refoulant de nouveau les images déstabilisantes et effrayantes de son esprit avant de prendre une longue inspiration, il parvint alors à articuler dans un murmure alors que son corps se raidissait sous sa colère intérieure.

- Merci d’être venu si vite…

Rain et Alex se regardèrent une brève seconde puis Rain se rapprocha de Lucas l’obligeant à s’asseoir. S’asseyant près de lui, elle prit une lente inspiration alors que ses doigts se nouaient à ceux de Rain.

- Elle est encore en chirurgie ? demanda-t-elle, avec une douceur infinie. Raconte-nous ce qui s’est passé…

- Elle… chuchota-t-il, fixant le carrelage devant lui, son regard se perdant dans le vide. J’ai entendu mon prénom. Je dormais… quand je suis arrivé en bas, elle était seule dans le salon, dans une marre de sang. Elle était inconsciente, souffla-t-il alors qu’il laissait ces images effrayantes l’envahir progressivement. J’étais paralysé par ce que je voyais et je ne comprenais pas comment ça avait pu arriver… je l’ai alors porté jusqu’à la voiture et je l’ai amené directement ici en prévenant les secours… ils l’ont directement emmené en chirurgie…

De nouveau, Rain échangea un regard avec Alex. Avec le peu d’information qu’elle avait, elle réalisait que le cas de Karine était devenu très sérieux. Son amie était dans un état critique et elle redoutait le réveil de Karine. Dire que Karine serait furieuse serait faux, elle serait anéantie tout comme elle-même le serait, si elle perdait son bébé. Elle pressa alors la main de Lucas qui tentait toujours de rester fort, refoulant des larmes qui semblait apparaître dans son regard. Elle murmura alors, se levant doucement.

- Je vais aller me renseigner… avec mon pass d’interne, je devrais pouvoir récolter plus d’infos…

Elle détacha sa main de Lucas qui se prit la tête dans les mains, une fois de plus. Passant près d’Alex, Rain leva les yeux vers lui et il hocha simplement la tête puis s’adressa à Lucas, une fois que Rain se fut éloigné.

- Viens on va marcher un peu… Rain nous trouvera s’il y a du nouveau…

*.*.*.*.*.*.

Elle était directement montée à l’étage de chirurgie. Elle ne serait pas forcément la bienvenue mais après tout, elle était bien celle qui pourrait récolter le plus facilement des informations. Elle était dévastée par les évènements. Comment tout cela avait il pu arriver ? Karine avait toujours fait attention, elle n’effectuait aucun efforts et même si elle avait travaillé, soit corrigeant des copies, elle doutait que ça soit la raison de la perte de son bébé. Pour elle, le motif était bien plus sérieux. Les portes de l’ascenseur s’ouvrant, elle avança s’appuyant sur ses béquilles qui allaient l’handicaper encore pour quelques semaines. Elle arrivait devant l’accueil de l’étage de chirurgie quand elle s’immobilisa, croisant le regard d’une jeune femme.

- Je suis interne à Washington et je viens d’être avertie que Mlle Bennett vient d’être montée en chirurgie-

- Vous faites partie de la famille ?

- Oui, c’est ma sœur… répliqua-t-elle, sans réfléchir. Je suivais également sa grossesse.

- Je vais faire appeler un chirurgien, se leva l’infirmière, prenant la direction du bloc.

Rain la suivit des yeux. Certes ça n’était pas honnête de sa part d’avoir dit que Karine était sa sœur, mais c’était pourtant presque le cas. Elle patienta quelques minutes, le regard posé sur la porte où avait disparut l’infirmière. Elle détestait mentir. Elle avait une sainte horreur de ça, mais Karine était comme sa sœur, elle donnerait sa vie pour elle, car elle savait que son amie en ferait tout autant. Appuyée sur ses béquilles, elle retint son souffle une longue secondes en reconnaissant une silhouette qui s’avançait dans sa direction. Chace Finnigan…

Son visage se ferma puis elle évita son regard. Elle aurait préféré tomber sur un inconnu, plutôt que sur lui. Elle prit une lente inspiration alors qu’il ôtait, puis jetait sa tenue du bloc opératoire, se dirigeant vers elle.

- Bonjour Rain, commença-t-il.

- Bonjour Chace… marmonna-t-elle. Elle avait toujours eu des difficultés de communications avec lui. La dernière fois qu’elle l’avait vu, il avait demandé son transfert dans un autre hôpital universitaire en chirurgie, mais elle était loin de penser qu’il s’agissait de Bethesda. Songeant à l’hôpital, elle réalisa que le père de Karine allait surement être avertit sous peu. Cette pensée l’agaça, car de ce qu’elle savait, Karine n’avait plus de contacts avec lui depuis des années. Partie dans ses pensées, elle réalisa que Chace la dévisagea et elle se reprit, s’appuyant plus intensément sur ses béquilles. Elle leva la tête vers lui.

- Sois honnête et dis-moi comment elle va.

- Je ne suis pas tenu de te révéler quoi que ce soit Rain Conrad ! Appuya-t-il volontairement sur son nom.

- Si tu tiens à faire de ma vie un enfer, soit ! Mais il s’agit de la vie de Karine et pour ça, je ferais n’importe quoi ! Alors parle !

L’étudiant, il discernait une colère poindre en elle. Elle qui restait toujours maitresse d’elle-même ! Il prit alors une lente inspiration, se demandant bien ce que pouvait cacher cette attitude de chien enragé.

- J’ai apprit pour ton mariage… Pauvre Carter-

- Finnigan ! Je ne suis pas là pour parler de mon mariage ! Alors garde tes sarcasmes pour plus tard, et dis moi ce qu’il en est de Karine…

- Voyez-vous ça ! La reine des glaces aurait elle finalement un cœur ?! Ironisa-t-il, en la dévisageant.

- Va te faire voir, Chace ! Si tu veux rien me dire, parfait mais ne t’inquiète pas, je taperais plus haut ! Car je te rappelle que j’ai plus d’un tour dans mon sac et que certains détails dont j’ai connaissance peuvent te faire perdre ta place ici ! Tu veux peut être que j’entre plus dans les détails !

Jusqu’à maintenant, Chace n’avait jamais cédé sous la menace mais les mots de Rain était bien choisi et le fait qu’elle ait connaissance de ces détails, risquait effectivement de mettre sa carrière en danger. Rain était droite et c’était la raison de leur confrontation depuis qu’elle avait découvert les tendances de Chace. Il soupira alors et rivant son regard au sienne, baissa sa garde.

- La poche des eaux était percée à son arrivée… sa tension était trop élevée pour qu’on l’endorme, on a alors du attendre qu’elle se stabilise. Le bébé s’était étranglé, il avait le cordon autour du cou… puis elle a fait une hémorragie interne…

Rain blêmit à mesures des révélations. Fermant alors les yeux, une foule d’images défilèrent dans sa tête. Elle n’aimait pas ça. La vie de Karine était désormais en danger. Elle entendit Chace poursuivre mais c’est comme s’il était à des kilomètres d’elle.

- Sa tension est redevenu instable et on essaie de stopper l’hémorragie… seul un choc violent a pu causer de tels dégâts, ou des efforts… un manque de prudence-

- Non non non, répliqua-t-elle, confiante. Karine ne faisait aucuns efforts. Elle ne travaillait plus et j’ai passé énormément de temps avec elle dernièrement. Elle était entourée. Elle se trainait dans la maison. Jamais elle n’aurait mit la vie de son bébé en péril… Quelles sont ses chances ?

- Si l’hémorragie est stoppé à temps et s’il n’y a pas de complications, je dirais qu’elle a encore toutes ses chances de porter un jour un enfant… toutefois, les risques seront multipliés par cette fausse couche…

Elle l’écoutait toujours d’une oreille mais une douleur lui enserrait le cœur soudainement et si Karine lui en voulait d’avoir perdu son bébé ?! Elle ne devait pas penser à ça. Elle devait rester positive pour Karine et Lucas. Car eux ne savait pas à quoi ressemblerait leurs vies pour les mois et années à venir. Un tel traumatisme avait des conséquences. Rain les connaissait pour les avoir étudiés mais ce qui l’inquiétait le plus c’était la réaction de Karine. Elle était trop imprévisible, élément qui pouvait se révéler dangereux pour elle et pour son couple. Rain croisa alors le regard de Chace qui ne savait pas quoi penser de l’attitude de Rain.

- Merci Chace… L’intervention risque d’être encore longue ?

- Difficile à dire tant que l’hémorragie n’est pas stoppée… commença-t-il… mais je te tiens au courant de l’évolution…

Sa relation avec Rain était on ne peut plus compliqué par les éléments que chacun connaissaient de l’autre mais il n’était pas aussi méchant et calculateur qu’elle pouvait l’imaginer. Il reprit alors d’un ton plus doux.

- On fera tout le nécessaire pour qu’elle ait un maximum de chance d’avoir de nouveaux des enfants…

- Merci… si tu me cherches, je suis en bas. Son fiancé… attend des nouvelles…

Il hocha légèrement la tête et s’apprêtant à faire demi-tour, il ajouta, touché par la détresse de Rain.

- Sois positive Rain. Tu sais que c’est important pour la famille…

Elle le considéra une seconde, se demandant d’où sortait cet élan de gentillesse de sa part, lui qui ne voyait que « les cas chirurgicaux ». Depuis quand était il devenu humain ?! Elle se retourna alors et fouilla dans la poche de son jean à la recherche de son portable tandis que Chace disparaissait à nouveau derrière la porte du bloc opératoire.

*.*.*.*.*.*.


_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:17

Après avoir été informé qu’elle avait été transférée en salle de réveil, il avait soudain disparu, sans ajouter un mot. Il avait cette impression de déjà vu. Il y avait des évènements que parfois on taisait et qu’on ne pouvait révéler à personne. Il n’avait jamais apprécié les hôpitaux, peut être parce qu’il était toujours celui qui venait y chercher ses frères ou sa mère, lorsque celle-ci tombait. Il prenait toujours sur lui mais là, la perte du bébé de Karine réveillait une douleur sournoise. Son père ne l’avait apprit que bien plus tard et il avait été le seul au courant. Ça le rongeait depuis des années mais pour sa mère, il avait tout passé sous silence. Il n’était pas en bon terme avec son père mais il avait de bonnes raisons de l’être. Assumer une famille dès son plus jeune âge parce que sa mère était malade et son père absent, l’avait obligé à prendre certaines responsabilités. Par conséquent, il n’avait pu avoir cette enfance à laquelle tous les enfants aspirent. Il était devenu un pilier très vite et avait réussi à faire vivre cette famille avec le peu de moyen dont il disposait. Aujourd’hui, il avait de quoi être fier mais il ne l’était pas, car pour lui, il n’avait fait que son devoir.

Devant l’entrée de l’hôpital, il porta son briquet à sa cigarette qu’il pinçait de ses lèvres. Il se foutait bien qu’on lui dise qu’il ne pouvait pas rester là où qu’il ne pouvait pas fumer. La seule chose dont il avait conscience s’était la douleur et l’horreur qu’allait subir Karine par l’accident. Il ne songeait qu’il pourrait un jour l’aider de quelconque manière mais si elle réclamait sa présence, il sera bien évidemment là, car elle avait été là pour lui, à plusieurs reprises. Et dans un sens c’était à elle qu’il devait son bonheur actuel. Sans elle, sa vie aurait prit un tout autre tournant et rien ne présageait qu’il serait devenu ce qu’il est aujourd’hui.

Les ambulances arrivaient et se ruait à l’intérieur des urgences avec leurs brancards et patients, tandis que d’autres secouristes nettoyaient le véhicule. Il expira lentement de la fumée quand une voix légère retentit près de lui. Lui qui espérait que personne ne s’apercevrait de son absence, il s’était encore lamentablement trompé. Il ne bougea pas d’un cil, ni ne tourna la tête à sa voix.

- Je croyais que tu avais arrêté de fumer… releva-t-elle, en douceur.

- Si t’es là pour me faire des reproches, tu devrais retourner près de Lucas et Karine.

Elle le connaissait renfermé, ou du moins elle était conscience que s’il réagissait ainsi c’était parce qu’il était touché par ce qui arrivait à ses amis. Même s’ils avaient souvent des désaccords, Rain était consciente qu’il n’était pas méchant de gaieté de cœur. Elle vint lentement se poster devant lui, rivant son regard au sien, cherchant à comprendre.

- Je comprends que tu sois affecté par ce qui est en train de se passer… mais si on baisse les bras, on ne les aidera pas…

- Tu es là, ils s’en sortiront ensemble…

- Moi ? je vois pas le rapport. Alex, on est leurs amis et les seuls à être au courant de la situation-

- Ne comptes pas sur moi, Rain… je peux affronter beaucoup de chose mais… mais la perte d’un enfant, je ne peux pas… tout mais pas ça.

Elle fronça les sourcils. Alex avait toujours été solide mais là, il lui montrait une défaillance et pas n’importe laquelle, il semblait dire qu’il était incapable de réconforter quelqu’un qui souffrait de la perte de son enfant. Elle ne comprenait pas, que lui était il arrivé pour être si catégorique. Elle ne le lâchait pas des yeux et ce dernier finit par se détourner d’elle, lâchant une cendre sur le bitume devant l’hôpital.

- Je pourrais comprendre si tu m’expliquais…

- Non. Ça ne concerne que moi. De plus, j’ai horreur des hôpitaux…

- Je suis désolé de t’avoir trainé jusqu’ici mais Lucas-

- Je sais… soupira-t-il dans un murmure. Ce n’est pas contre toi, ni contre Karine et Lucas… c’est juste que j’ai déjà vécu ça une fois. Je ne suis pas prêt à ressentir de nouveau le désespoir, la colère, les silences, les confrontations… c’est invivable, Rain. Karine va être incontrôlable-

Elle enregistra les informations. L’étudiant, elle le sentait profondément affecté par la situation. Il était à la fois nerveux et mal à l’aise. Gérer la situation serait compliqué et elle le savait mais elle avait songé qu’avec leurs appuis, Karine et Lucas pourrait relever la tête et aller de l’avant. S’était elle trompée ? Que cachait Alex de si important qui semblait rouvrir une blessure mal cicatrisé ? Avait-il eu un enfant d’une de ses conquêtes et qui l’aurait perdu ? Une bonne centaine de question l’envahissait mais elle était incapable d’y trouver une réponse rassurante. Interroger Alex n’était pas la solution. Elle savait déjà qu’il l’enverrait sur les roses à vouloir tout savoir. Elle n’avait d’autres choix que d’attendre qu’il baisse sa garde. Il lui faudrait, être patiente.

Elle le vit alors écrasé sa cigarette et ne fit aucun autre commentaire pendant plusieurs minute. Elle articula alors dans un murmure tandis qu’il s’évertuait à garder le regard au loin.

- Je remonte, tu m’accompagnes ?

- Je… souffla-t-il. Je te rejoins dans cinq minutes… répondit il encore envahit par cette détresse, perdu dans ses pensées sombres.

*.*.*.*.*.*.

Etendue sur son lit, sa vue se stabilisa alors que la lumière l’aveuglait encore légèrement. Le silence régnant dans la chambre, elle prit une lente inspiration alors qu’elle sentait son corps très lourd. Toutefois, elle avait cette sensation d’incapacité à bouger le petit doigt. Elle se sentait à la fois lourde et courbaturée, comme si elle était passée sous un camion. Elle déglutit lentement alors que la brume de son cerveau semblait s’estomper peu à peu, puis elle tenta de se remémorer sa journée et la dernière chose qu’elle avait faite. Ce fut alors l’instant où elle se souvint avoir claqué la porte au nez de sa mère.

Fermant les yeux, elle refoula ce souvenir. Elle ne voulait pas la voir, plus la voir. Il y avait bien trop de souffrance dès qu’elle songeait à l’être qui l’avait mise au monde pour l’abandonner quelques années plus tard. D’ailleurs elle avait plutôt grandit toute seule qu’avec son père. Les bips des moniteurs reliés à son corps résonnèrent dans la pièce, avec un intense rapprochement. Elle rouvrit alors les yeux, émettant un léger soupir. Elle entendit alors un bruit sourd à coté d’elle. Elle parvint alors diriger légèrement sa tête sur le coté de quelques degrés. Elle l’aperçut alors. Assis dans cette chaise, le regard perdu dans le vide, le visage émacié, les cheveux en batailles et les mains tremblant nerveusement. Aucun son ne sortait de sa bouche mais devant elle, se dessinait l’horreur. Jamais elle ne l’avait vu si effondré. Que s’était il passé pour qu’ils soient… ou étaient ils d’ailleurs ? À l’hôpital ? Soudain, elle réalisa que rien de tout ça n’était normal. Instinctivement, sa main vint se porter naturellement à son ventre… elle comprit alors…

Son regard posé sur Lucas, celui-ci ne s’était pas encore aperçut qu’elle était réveillé. Elle tenta de calmer la fureur et l’angoisse qui l’envahissait un peu plus à chaque seconde. Sentant sous ses doigts, son ventre plat mais encore gonflé. Où était son bébé ?! Elle voulait crier et pleurer mais rien de tout ça ne sortait. Elle était pétrifiée à l’évidence qui la secouait à cet instant. Ce fut alors dans un souffle très court qu’elle parvint à souffler tout bas.

- Lucas…

Ce dernier perdu dans ses pensées les plus sombres et angoissantes, ne l’entendit pas au début mais lorsqu’il changea de position en relevant la tête, il la vit…

Il déglutit alors difficilement murmurant son prénom avant de s’approcher maladroitement d’elle. Depuis son arrivé à l’hôpital, il avait essayé d’imaginer le réveil de Karine et à chaque fois il était dans une impasse. Il ne voulait pas être celui qui lui annoncerait mais en l’occurrence, il n’aurait pas le choix. Seul dans cette chambre avec lui, il sentait une tension s’installer entre eux. Il baissait alors les yeux, prenant une lente inspiration. Se levant et s’approchant d’elle, il vint effleurer son front de ses lèvres, glissant une main dans la sienne, puisant sa force en elle. Il baissa alors de nouveau la tête puis croisa son regard, ne sachant comment commencer. Aucun mot ne franchissait la barrière de ses lèvres. La seule chose qu’il parvint à faire fut de secouer négativement la tête sous le regard intense de Karine.

- Je suis désolé… finit il par souffler, un sanglot lui nouant la gorge, qu’il tenta de nouveau de refouler au plus profond de lui.

Son regard rivé au sien, elle tentait d’assimiler ce qu’il tentait de lui dire mais elle ne pouvait pas le croire. Elle ne le voulait pas. Elle ne pouvait pas croire ce qu’il essayait de lui dire. C’était tout à fait invraisemblable. Tout ça n’était qu’un cauchemar duquel elle se réveillerait ! ça ne pouvait être qu’un cauchemar !

- Désolé ?! Articula-t-elle, alors que cette angoisse et colère qui l’envahissait, s’intensifiait à chaque seconde. Où est notre bébé Lucas ? Parvint-elle à demander alors que l’angoisse tenace qui lui oppressait le cœur, semblait sur le point de la faire exploser.

- Karine… baissa-t-il la tête, cherchant ses mots. Le bébé… il n’y a plus de bébé… releva-t-il son regard dans le sien.

Ses yeux, il ne pourrait jamais plus oublier ce regard. Ebahie, terrifiée, dévastée, effondrée et… impassible, ce fut les seuls mots qui frappèrent son esprit sous la réaction de Karine. Il s’était attendu à la voir s’effondré dans ses bras, de pleurer, d’être en colère, de l’accuser… il s’était attendu à tout, sauf à… ça. Son regard se fit plus glacial, ses poings étaient fermés et elle n’avait rien ajouté à sa confession. Elle ne montrait plus aucune chaleur humaine. Il n’aimait vraiment pas ça. Il croisa alors de nouveau son regard et l’entendit finalement murmurer.

- J’aimerais être seule s’il te plait…

- Karine-

- T’as besoin que je t’envoie un faire part ?! Perdit-elle son sang froid.

Le regard qu’ils échangèrent fut chargé d’électricité et de douleurs. Il avait pensé durant une seconde qu’elle craquerait mais la colère qui illuminait son regard, prouvait bien le contraire. Le robot avait prit le contrôle du corps de sa petite amie. Elle semblait dénuée d’humanité. Il fit alors demi-tour, il venait de comprendre qu’elle ne l’écouterait pas quoi qu’il dise. Sa main sur la poignée de la porte, il se retourna une dernière fois et murmura en croisant son regard.

- Je serais dans le couloir si tu as besoin de quoi que ce soit.

Elle le fixait sans ajouter un mot puis après un silence, il disparut derrière la porte tandis que Karine restait une longue minute le regard posé sur la porte fermée, encaissant la révélation de Lucas.

*.*.*.*.*.*.

Rain était partie au magasin en face de l’hôpital pour aller chercher des sandwichs et des cafés. Lucas se retrouvait alors seul avec Alex. Dévasté, Lucas n’était plus que l’ombre de lui-même, même s’il tentait d’enterrer la blessure au fond de lui. Alex, près de lui, semblait ne pas être touché par les évènements ou peut être était-ce une impression. Portant son regard sur Alex, il ne savait comment parler à son meilleur ami. Il prit une lente inspiration murmurant.

- Elle est froide… souffla Lucas.

Alex était là, il l’écoutait sans lui en donner l’impression. Il fixait la porte de la chambre. Lucas parlait peu et l’absence de Rain, instaurait un silence pesant entre les deux hommes. Toujours impassible, Alex lui répondit toutefois après un léger silence.

- Ce genre de traumatisme entraine un changement de personnalité… Elle ne sera plus jamais la même.

- T’es pas censé me rassuré ?! répliqua Lucas, sur les nerfs, fusillant Alex des yeux.

- C’est que tu voudrais ? Te rassurer équivaudrait à te mentir… et tu connais mon avis sur ce sujet. Alors oui, c’est très dur à encaisser mais je crois qu’il vaut mieux ça que te voiler la face. C’est pas comme si tu n’avais personne sur qui t’appuyer… Rain et moi, on sera là pour vous deux. Mais croire que tu retrouveras Karine, celle des jours précédent, c’est une erreur…

Lucas serra les mâchoires. Alex n’y allait pas par quatre chemins et ce discours, il n’était pas préparé à l’entendre. Peut être est ce la raison pour laquelle, Alex lui a balancé ça. C’était son ami et il savait que lui aussi n’avait pas eu une vie facile mais là, il avait été sans pitié envers lui et Karine.

- Comment tu peux oser me dire ça maintenant ? ça ne fait que quelques heures et… as-tu un cœur Alex ?! Parce que si tu en étais doté, tu ne dirais jamais ce genre de chose !

Un léger sourire sarcastique fleurit sur les lèvres d’Alex. Lucas n’avait pas conscience de quoi son quotidien serait fait, alors que lui… il était déjà passé par là. Les sautes d’humeurs de Karine, la violence de ses mots, ses silences, son impassibilité, la distance qu’elle imposerait entre eux… Lucas n’imaginait pas que les jours à venir allaient devenir insupportables.

- Tu penses que je serais ici, si je me foutais de ce qui vous arrivait à tous les deux ? tu penses que je suis là uniquement pour Rain ?! Tu vois Luke, s’il y a une chose dont je suis conscient c’est que ton couple va subir une terrible tempête si tu t’apitoie sur ton sors. Karine va avoir besoin de toi plus que jamais… mais reste à savoir si tu seras capable de décrypter ses signaux et son désespoir !

- J’aime Karine et tu le sais-

- Je ne te parle pas de sentiments… mais de soutien. Karine est bien plus fragile qu’une rose. Tu es la tige et elle la fleur… sans toi, elle n’est rien. Elle n’est pas blessé qu’émotionnellement ! Son corps à subit un énorme changement et intérieurement elle va culpabiliser, car elle va se sentir responsable de ne pas avoir su protéger votre bébé… elle va s’enfermer, peut être même se mutiler et attenter à ses jours, car elle pensera qu’elle n’était pas faite pour être mère, qu’elle ne mérite pas d’être aimer et qu’elle doit payer de sa vie pour avoir perdu votre enfant… voilà ce qui va entre autre se passer dans sa tête… si tu la laisses faire !

Lucas encaissa ses remarques, il était blessant et pas non seulement vis-à-vis de lui. Il parlait de Karine avec force et il la blessait par ces mots, car Karine ne pouvait attenter à ses jours ! Il était là pour veiller sur elle. Elle l’aimait pourquoi ferait-elle ça ?!

Ce fut alors cet instant précis que Rain choisit pour réapparaitre. Tendant un sandwich a Lucas qu’il prit, elle fit de même à Alex qui secoua la tête marmonnant quelques mots, alors que Rain le dévisagea.

- Je vais la voir… que personne n’essaye d’entrer. Je veux être seul avec elle-

- Le psy doit passer-

- C’est une très mauvaise idée… mais c’est la procédure.

- Oui…

- Je sortirais à ce moment là… signifia-t-il, entrant dans la chambre tandis que Rain lui jetait un regard curieux et incompris. Elle tourna la tête vers Lucas, qui tentait de manger son sandwich mais sans grande faim.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:18

*.*.*.*.*.*.

Tournée sur le coté, fixant le mur, elle avait entendu la porte s’ouvrir. Elle aurait pu se retourner mais non. Elle fixait toujours le mur, une main maladroite posée sur son ventre tandis qu’elle sentait un regard sur elle. Elle resta là à fixer ce mur, sans se préoccuper de la personne qui se trouvait dans sa chambre. Après tout, ça pouvait être un médecin ou même une infirmière, pourquoi ferait elle des efforts pour eux. Elle voulait uniquement qu’on la laisse en paix avec sa douleur. Ce ne fut qu’au bout de quelques minutes qu’elle entendit une respiration lente puis le bruit suspect des pages qu’on tourne qui la força à se retourner. Allongée sur le dos, elle tourna la tête en direction d’Alex qui semblait plongé dans la lecture d’un magasine, les jambes allongés et croisées. Il ne semblait pas se préoccuper d’elle, comme s’il était là par obligation. Elle se remit alors à fixer le plafond. Elle avait perdu son bébé, pourquoi tout le monde défilait dans sa chambre comme pour s’assurer qu’elle n’irait pas se pendre dans la salle de bains ?! Dans un soupir, elle marmonna à son adresse, ne sachant pas réellement s’il l’écouterait.

- Rentre chez toi Alex.

- Et te laisser seule avec tes démons intérieurs ? J’avoue que ça m’a effleuré l’esprit… mais je me suis dit, qu’est ce que je ferais une fois à la maison ? Alors je reste, comme ça je pourrais mieux te torturer !

- Me torturer ? T’as que ça à l’esprit ? Réagit-elle, enfin. Franchement je ne vois pas pourquoi tu perds ton temps avec moi-

- Tu peux m’insulter ou dire tout ce que tu voudras… mais je ne sortirais pas de cette chambre de si tôt. Toutefois, je ne t’empêcherais pas de faire ce que tu veux… tu es seule maitre de ta vie, alors vis et j’en ferais de même…

- J’ai besoin d’être seule pour-

- Pour quoi ? Te lamenter sur ton sort ? Pour réfléchir à l’attitude que tu adopteras lorsque tu croiseras Lucas à chaque fois ? Pour faire culpabiliser Rain de porter un enfant, un enfant que toi tu as perdu ?

- Arrêtes !

- Tu sais que j’ai raison… mais soit, je m’arrêterais. Mais je ne te faciliterais pas les choses, Karine… tu as besoin de quelqu’un et même si tu ne comprends et que tu ne veux pas le voir, ce quelqu’un c’est moi.

- Toi ?! Franchement t’es bien la dernière personne de qui je me rapprocherais en ces circonstances !

- Bien, dans ce cas, ça te dérangera pas que je squatte ta chambre ! Après tout, je te suis redevable de beaucoup de chose !

Elle s’apprêta à répliquer quand de nouveau la porte d’ouvrit, la silhouette d’une femme mure se dessinant devant eux. L’intruse se présenta alors comme la psychiatre. Karine leva les yeux au ciel puis tourna la tête vers Alex qui s’éclipsa au même moment. Karine soupira. Elle détestait Alex et son attitude. Depuis imposait il sa loi ainsi ?! Elle marmonna alors un salut à la psy qui s’installait sur le siège laissé libre par Alex, tandis qu’elle commençait à poser quelques questions à sa patiente.

*.*.*.*.*.*.

2 semaines plus tard,

Depuis le séjour de Karine à l’hôpital, il avait prévenu Nick de la situation qui lui avait laissé la possibilité de revenir bien plus tard. Toutefois Lucas avait radicalement refusé. Après quelques jours, Karine était de retour chez eux et la situation ne s’était pas dégelée entre eux, bien au contraire. Elle mettait à chaque fois un peu plus de distance entre eux. Elle refusait tout contact avec lui. D’ailleurs elle arborait également cette attitude avec Rain. En ce qui concernait Alex, ils semblaient partager quelque chose de différent. Elle ne l’écoutait pas plus que les autres, mais elle supportait sa présence sans rien dire. Alex n’avait pas fait ce choix de gaieté de cœur mais il ne pouvait pas laisser sa meilleure amie s’enfoncer dans une dépression. Pendant des jours, Lucas avait tenté d’être présent sans pour autant parlé ou lui faire comprendre ses sentiments. Il était bien évidemment préoccupé par Karine mais la voir et la sentir loin de lui, le tuait petit à petit. C’était la première fois qu’ils étaient si distants et même si la raison était compréhensible, il ne pouvait pas la voir s’éloigner ainsi de lui.

La veille Nick lui avait demandé de passé au journal pour parler. Il n’était pas particulièrement enclin à parler avec Nick. Toutefois, il se rendit au rendez vous et entrant dans le bureau de son supérieur, il vit qu’il n’était pas seul. S’apprêtant à faire demi-tour, se dernier le rappela.

- Luke attend… le rappela-t-il.

- Je croyais que tu étais seul-

- Justement… fit-il, se tournant vers la jeune femme assise dans le fauteuil, devant le bureau. J’ai quelqu’un à te présenter.

Lucas fronça les sourcils, revenant sur ses pas, en entrant dans le bureau. Il n’aimait pas les embuscades et de la part de Nick ça y ressemblait étrangement. Il prit un inspiration et vint se poster derrière le fauteuil voisin de celui de la jeune femme.

- Si je t’ai fait venir c’était pour te faire part des quelques petits changements… je te présente Rebecca Carlton. Elle est étudiante à Washington, elle a demandé à faire sa formation ici… et vu… ta situation particulière, je me suis permis… j’ai pensé que tu ferais un très bon formateur.

Lucas ouvrit de grands yeux, puis fusilla Nick du regard. Ce dernier fit comme si de rien était et Rebecca se leva, tendant une main à Lucas. Ce dernier, professionnel la serra doucement, en marmonnant un « enchanté de vous connaître » mais son regard revint très vite à Nick.

- Tu n’y penses même pas ! Entre mon retard dans mes articles-

- Je te réassigne Luke… tu n’auras plus articles de secondes zones. Tu guideras Rebecca pour les reportages sur place-

- Tu es dingue ! Réagit-il.

Ce dernier prit cette remarque pour un compliment et sourit avec sa légendaire malice.

- Si Monsieur Brady est trop occupé, je peux-

- Ne vous inquiétez pas Rebecca… Luke sera tout à fait à la hauteur de la situation et je reste persuadé qu’il ne refusera pas une telle offre.

- Quel offre ? demanda finalement Lucas, curieux.

- Pas de reportages, tu seras tous les soirs et week ends chez toi… et vous gérerez vos emplois du temps à votre guise. Je me chargerais uniquement de vous donnez les sujets que vous devrez traitez.

Lucas resta un instant pensif à la proposition de Nick. Comment pouvait-il refuser ? Le soir et les week end il pourrait être auprès de Karine et l’aider à surmonter leur épreuve. Ça lui suffisait, tant qu’il pouvait être auprès d’elle, il accepterait n’importe quoi. Karine se rendrait forcément compte de quelque chose mais il lui expliquerait en temps et heure. Elle avait confiance en lui et lui en leur couple, ils s’en sortiraient.

- Très bien, j’accepte… se contenta-t-il de répondre.

- Parfait, se félicita Nick, puis se tournant vers Rebecca, il ajouta à son intention. Bienvenue à Silver Springs !

- Merci Monsieur…

- Je vous en prie. Je vais vous laisser faire connaissance, j’ai une réunion… le conseil d’administration. A plus tard tous les deux, les laissa-t-il quittant le bureau en coup de vent.

Lucas n’était pas aussi enchanté. Jouer les baby sitter n’était pas son truc, pourquoi Nick tenait il à ce que ça soit lui. Il se tourna finalement vers sa jeune apprentie qui l’étudiait avec un certain intérêt. Il la détailla alors à son tour. Ses cheveux bruns détachés qui couraient sur ses épaules fines, son petit nez fin retroussé, ses yeux en amandes d’un vert très clair accompagné d’un teint halé mettaient inévitablement son visage en valeur. Ses lèvres finement dessinés étaient également à son avantage. Son regard se promena alors sur le reste de son corps, tout simplement aussi parfait que son visage. Il sortit alors de ses pensées quand il l’entendit se râcler la gorge mal à l’aise, il se reprit ajoutant.

- Bien… je vais vous faire faire le tour du journal… marmonna-t-il, détestant Nick de lui avoir fait ce sale coup.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Mar 4 Mar - 2:16

***

Chapitre 13 :Nightmare


Croisant Luke sous le porche, Alex restait un long moment médusé en réalisant alors que Lucas allait laisser Karine toute seule pour se rendre au journal. Il accusa le coup et pénétra immédiatement dans la maison à la recherche de son amie. Qu’avait Lucas en tête en agissant ainsi ? Croyait il que l’accident avait ôté à Karine tous les sentiments qu’elle éprouvait pour lui ? Était-il inconscient qu’elle traversait un enfer seule et qu’il était surement le seul à pouvoir l’aider à refaire surface ? Parcourant d’un pas rapide les pièces du rez de chaussé le salon, la salle à manger la cuisine, il grimaça en n’ayant pas de trace de Karine. Passant devant les escaliers, son regard remonta le long des marches de bois, un malaise l’envahissant. Il n’était pas sur de pouvoir faire face à ce qu’il verrait. Cela s’était déjà produit une fois, il craignait de ne pas avoir le cœur de tout revivre et pourtant il prit une lente inspiration avant de mettre son pied sur la première marche.

En haut des escaliers, il poussa légèrement la porte de la chambre de Karine qu’il découvrit également vide. Il n’était pas rassuré parce que maintenant, il savait où elle se trouvait et au contraire, ça l’angoissait. D’un pas mal assuré, il se dirigea alors vers la chambre d’enfant alors que ses traits se durcissaient. Poussant la porte entrouverte, il la vit. Le regard dans le vide, se balançant en cadence dans la chaise à bascule, elle tenait contre son cœur une peluche d’un nounours au ventre bien rond. Alex se vit alors projeté 10 ans dans le passé, se retrouvant seul avec sa mère dont la dépression d’avoir perdu un enfant, la rendait complètement amorphe et dans sa bulle de chagrin.

Alex secoua alors la tête, refoulant ses pensées négative et s’approcha lentement de son amie, s’agenouillant devant elle, posant ses deux mains sur ses genoux. Il tenta alors de capter son regard mais c’était comme si elle ne le voyait pas alors qu’il était en plein dans sa ligne de mire.

- Karine, chuchota-t-il… tu m’entends ? Karine…

Elle était immobile et ne cillait pas. C’était comme si elle habitait un autre monde et que la personne qui l’entourait à cet instant, lui était littéralement invisible. Alex baissa la tête, ne sachant pas s’il arriverait à la faire revenir près de lui. Il ne comptait pas perdre sa meilleure amie maintenant. Il se redressa alors puisant la force nécessaire au fond de lui. Ça ne pouvait pas continuer ainsi. Karine reviendrait parce qu’il le fallait et qu’elle était bien plus forte qu’on pouvait le croire à cet instant. Debout en face d’elle, il la souleva de la chaise à bascule puis instinctivement, il la porta jusqu’à sa chambre où il l’allongea sur son lit. Assis à coté d’elle, il savait qu’elle ne lui répondrait pas, il murmura cependant.

- Je suis peut être le seul à l’avoir comprit mais il s’est passé quelque chose ce jour là. Tu as été choqué… et tant qu’on ne saura pas de quoi il est question, tu n’iras pas mieux. Je ne te laisserais pas dans cet état…

Il avait vu sa mère dans ce même état mais cette dernière avait reprit le dessus en croisant un matin les regards de ses enfants qui l’observaient à la table du petit déjeuné. Cette scène avait été un électro choc pour elle et Alex avait été plus présent que jamais et l’avait épaulé jusqu’à ce qu’elle reprenne le dessus.

Karine n’avait pas réagit, pas même un soupir ou un regard. Elle s’était enfermée dans sa bulle et cette réalité le détruisait. Entendant du bruit au rez de chaussé, il se leva et rejoignit le salon, s’apercevant que Rain était dans la cuisine préparant du café. Il fut soulagé de la voir. Sa présence le rassurait. Elle se souciait également de son amie et c’était important pour lui que Karine soit entourée. Il se rapprocha alors dans son dos, glissant ses bras autour de sa taille et déposant un baiser dans son cou.

Un léger sourire naissant sur ses lèvres, elle tourna la tête lentement pour croiser son regard. Elle leva une main à sa joue, caressant sa peau douce.

- Du changement, murmura-t-elle, espérant entendre que Karine allait s’en sortir.

- Non… Lucas est retourné au journal-

- Quoi ?! Mais ça fait à peine deux semaines-

- J’essaierais de lui parler… j’aimerais comprendre ce qui lui passe par la tête.

- Karine a besoin de lui-

- Elle a besoin de tout le monde. Il faut lui faire reprendre contact avec la réalité…

Rain hocha simplement la tête et se retourna dans les bras d’Alex. A ses cotés, elle n’avait aucune crainte. C’était étrange mais pour rien, elle ne voudrait revenir en arrière. Sa vie changeait et même si rien n’était éclairci avec Carter, elle comptait profiter de cet éclaircie de bonheur avec Alex. Faisant glisser sa main sur son bras, elle leva les yeux vers Alex qui ne la quittait plus du regard. Elle esquissa un bref sourire. Elle commençait à s’y faire et à aimer ça. Ce regard, à la fois tendre, protecteur, charmeur et déstabilisant. Elle ne voulait pas que ça change. Elle chuchota alors.

- Tu crois que je peux la voir ?

- Bien sur… elle est dans la chambre... Tu risques d’être choquée car elle n’est plus cette meilleure amie que tu attends. Si elle fait un geste ou même qu’elle tente de parler, tu m’appelles…

Jusque là, Rain n’avait pas eu la force de parler à son amie. L’hésitation et la peur de la personne qu’elle découvrirait la terrifiait toujours mais Alex était là. Par ce détail, elle savait que rien ne lui arriverait. Elle secoua alors la tête à ses paroles et se détacha de ses bras. Lui tendant une tasse de café qu’elle venait de remplir, il frôla ses doigts puis la vit monter les escaliers lentement, devinant l’appréhension qui l’envahissait. Il se contenta de soupirer et d’attraper le journal, lisant les nouvelles en avalant son second café de la journée.

*.*.*.*.*.*.


Assise à son bureau depuis près d’une heure, elle avait vu son supérieur passer devant son bureau à plusieurs reprises en lui adressant un léger sourire. Ce dernier lui avait donné, à son arrivé l’article sur lequel elle devrait travailler avec Lucas. Ce dernier n’était pas encore arrivé et elle doutait qu’il apprécie leur association. Elle avait aperçu son professionnalisme. De plus, il semblait apprécié dans le journal comme elle avait pu le remarqué les jours précédent. Tout le monde l’avait salué mais elle se posait encore des questions à son sujet. Il était fermé à toute discussion. Elle avait essayé de lancer la conversation mais il l’avait remit à sa place lui rétorquant qu’il n’était là que pour la former et qu’elle ne devait pas essayer de faire ami avec lui. Cette remarque, elle eut du mal à l’accepter mais elle se fit la réflexion que ça n’était uniquement pour jauger son professionnalisme. Elle devait s’endurcir et ne pas chercher à trop s’approcher de lui. Il lui avait été difficile de ne pas le remarquer. Il n’était pas la beauté mais il avait ce petit quelque chose dans le regard. Physiquement, il était loin d’être déplaisant à regarder. Puis elle avait posé son regard sur ses mains. Des mains fermes et bien dessinés. De longs doigts fins tels ceux d’une femme, ce qui l’avait étonné sur le coup. Elle ne l’avait jamais vu sourire, il semblait être un de ses hommes essentiellement silencieux et discrets qui déteste faire parler d’eux. Elle appréciait ça, les hommes simples et naturels. Perdue dans ses pensées, elle entendit à peine son prénom lorsqu’il s’adressa à lui. Elle se sentit alors légèrement gêné et marmonna.

- Bonjour… M. Brady-

- Appelez-moi, Lucas… Monsieur Brady, c’est mon père et croyez moi, vous ne voulez pas le rencontrer.

Elle hocha simplement la tête. Posant simplement son regard sur elle, il s’aperçut qu’elle était tendue. Il n’était pas idiot, la tension n’aiderait pas cette fille à faire du bon travail. Il devait avant tout l’aider à se détendre et nouer une certaine relation de confiance. Il se passa une main dans les cheveux et reprit détendu, comme si rien n’était arrivé ses dernières semaines.

- Ecoutez… je suis désolé d’avoir été exécrable avec vous. On pourrait repartir à zéro, si ça ne vous dérange pas…

- J’en serais ravie en réalité… je ne suis pas très doué pour travailler sous pression-

- C’est surtout inutile ici… répondit il. Généralement, on ne travaille pas sur les attentats, les meurtres ou les incendies volontaire… ça n’a rien à voir avec le travail d’un grand journal tel que le Times ou le Post… mais on a de bons articles dans d’autres domaines… Nick vous a fait un topo du sujet qu’on doit traiter ?

- Oui… D’ailleurs, il m’a suggéré qu’il serait préférable que vous me faisiez visitez la ville-

- J’y ai justement songé… je vais vous montrer les endroits les plus fréquentés, les quartiers résidentiels. Le plus important de Silver Springs. Et ensuite on s’attaquera à l’article en lui-même.

- Bien, ajouta-t-elle avant de le dévisager alors qu’il lui tendait ses clefs de voiture. Je-

- Vous conduisez et je vous explique tout…

- Oh… pour que je sois plus attentive et que je repère les lieux.

- Exactement, souffla-t-il en la guidant jusqu’à la sortit du journal.

Prendre l’air lui ferait du bien et travailler lui ferait penser à tout autre chose que Karine et le bébé. Il devait réellement se concentrer sur autre chose pour ne pas craquer à son tour.

*.*.*.*.*.*.


Garé devant l’hôpital, Lucas déglutissait difficilement en songeant à ses derniers séjours dans cet établissement quelques semaines plus tôt. Il tenta de garder son calme puis reprit là où il s’était arrêté. Se tournant vers Rebecca, il articula difficilement.

- L’hôpital de Bethesda est celui qui reçoit toutes les urgences et les cas important. Silver Springs possède un petite clinique mais généralement les patients sont soient envoyé ici à Bethesda ou sur Washington…

- en somme, on passe souvent par l’hôpital pour glaner des infos…

- Oui, enfin tout est relatif… pour ma part, je n’ai pas besoin de mettre les pieds dans un hôpital pour avoir les réponses à mes questions. J’ai grandis à Silver Springs et les articles que je traite sont en majorité en rapport avec l’usine agro-alimentaire, les établissements scolaires-

- J’ai entendu dire que vous n’aviez pas fréquenté un établissement public-

- entendu dire ? Ou bien vous avez fouillé ? demanda-t-il sans la quittez des yeux.

Cette dernière ne broncha et il eut ainsi la réponse à sa question, elle avait fouillé son passé. Il détestait ça mais il ne pouvait l’empêcher.

- J’ai effectivement fréquenté l’ancien lycée privé, qui a fermé ses portes, il y a 2 ans afin de développer une université dont la ville a particulièrement besoin. Comment les jeunes issus d’un lycée public peuvent intégrer l’université sans avoir automatiquement à s’éloigner de leurs familles ? C’est la raison de la fermeture du lycée.

- J’n’ai jamais entendu parler du projet universitaire…

- Le projet est en suspens, en attente de fonds. C’est un projet couteux… parce qu’il va s’agir d’un complexe complet avec plusieurs dortoirs… il inclut également la dernière chance de certains élèves qui ont des problèmes disciplinaires ou sociaux…

- Vous avez grandit ici et… je vais sans doute trop loin et je ne juge pas mais… pourquoi rester à Silver Springs, Washington n’est pas loin, vous pourriez-

- Avoir une meilleur place dans un grand journal ?

- Oui…

- Et bien… il y a avant tout cette ville. Elle peut sembler banale pour certaines personnes qui ne connaissent pas l’histoire. Ma famille a émigré d’Irlande, il y a 7 générations… je suis enraciné ici et j’aime cette ville. On a tout à porté de mains, les lacs, la plage, le coté rural et l’urbanisme puis les montagnes. Pourquoi partir alors que tout est là… Aucune saison ne ressemble à une autre et j’ai cette sensation de servir à quelque chose… et ma famille est là.

- Oh…

Il esquissa un sourire en coin à sa réaction avant de reprendre, en s’installant dans la voiture. Il la guida durant plusieurs kilomètres avant de la faire descendre et qu’ils pénètrent dans un bar où il venait depuis qu’il était gosse.

- Hey Luke ! s’écria la barmaid.

Il la salua d’un geste de la main et cette dernière lui sourit et se retourna, préparant des cafés.

- C’est dur à croire mais cet endroit est le centre de Silver. Tout le monde passe un jour par ce bar… C’est à la fois un endroit convivial où beaucoup de personnes aiment se retrouver et c’est aussi l’endroit où les boissons sont les moins chers.

- Donc vous ne voulez pas vous ruinez ! répliqua-t-elle, avec un léger sourire malicieux.

- Pas vraiment… ce bar est celui qui voit défilé le plus de monde mais il a la particularité d’attirer la plupart des lycéens, car ils y trouvent les racines qui leurs manque. Jamie, la barmaid représente une véritable mère pour tous ces jeunes.

- ça parait surréaliste. Elle semble pas avoir plus de 25 ans-

- Jamie a grandit dans ce bar. On était l’école ensemble et elle ne jouait jamais avec les filles. Elle n’avait pas plus de 7 ans quand elle a commencé à servir les clients. Elle a littéralement grandit ici. Elle n’avait pas besoin de faire d’étude pour s’occuper de « sa maison ». Ce que j’essaye de vous expliquer c’est qu’ici, tout le monde aime cette ville car c’est une partie d’eux… ils tiennent à voir cette ville s’épanouir et vivre tout simplement.

- Et voilà pour la demoiselle et mon ptit Luke ! déclara Jamie en déposant les cafés devant eux.

Une main dans la poche arrière de son jean, elle lui adressa un regard compatissant. Il sut alors qu’elle savait déjà. Jamie se tourna vers Rebecca et ajouta doucement.

- Je vous l’emprunte quelques minutes, mademoiselle…

Rebecca ne fit aucun commentaire et elle ne put qu’observer Lucas suivre cette Jamie. Au coin du bar, cette dernière lui jeta un regard suspicieux et elle pointa son index vers Lucas.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Mar 4 Mar - 2:17

- Luke, à quoi tu joues ?!

- Je vois pas de quoi tu parles-

- Hey ! J’ai grandit ici, je t’ai vu tomber littéralement amoureux ! Alors ne me la fait pas ! Pourquoi tu traines avec cette fille ! Karine devrait avoir toute ton attention-

- Jamie, tu as une imagination débordante ! J’aime Karine et je ne compte pas la quitter, tu m’entends ?!

- Je suis désolée Luke… pour tout-

- Merci… marmonna-t-il en baissant la tête.

- Comment vous vous en sortez tous les deux ?

Relevant les yeux vers elle, il ajouta tout bas et sentit la main de Jamie sur son épaule.

- C’est dur… Karine s’enfonce dans son mutisme…

- J’aimerais vous aider…

Lucas secoua la tête et soupira légèrement. Il doutait franchement qu’elle puisse faire quelque chose. Enfin, il ne doutait pas de Jamie, mais il s’agissait plutôt de Karine qui se refusait toute réaction. Elle avait tout perdu et même s’il était toujours près d’elle, il avait l’impression d’être la seule personne vivante de la maison.

- Rain et Alex passent leur temps à nous aider et il n’y a aucun changement-

- Rain et Alex ? ensemble ?

Une légère trace de sourire sur les traits de Lucas rassura Jamie mais elle n’en revenait pas du scoop. Son regard plongé dans celui de Lucas, elle lisait maintenant sa souffrance. Elle reprit alors plus doucement.

- Cette fille alors-

- Elle bosse au journal… je suis chargé de tout lui apprendre sur la ville et la former pour devenir reporter…

- Désolée, j’ai vraiment crue que… marmonna-t-elle. Alors Rain et Alex, dévia-t-elle volontairement. Ça fait longtemps ?!

Lucas secoua la tête, esquissant un bref sourire. Jamie avait toujours eu le béguin pour Alex mais ce dernier l’avait toujours ignoré. Il chercha ses mots durant quelques secondes avant de murmurer simplement.

- Je voudrais pas te briser le cœur mais… il semble que ça soit sérieux entre eux.

- Dommage, Alex sait pas ce qu’il a perdu, lança-t-elle sur le ton de la plaisanterie.

- Il a renoncé à beaucoup de choses depuis qu’il est gamin, tu le sais comme moi… mais Rain… il l’a dans la peau, c’était inévitable.

- M’enfin, je leur souhaite d’être heureux… même si j’ai pas tout comprit à ce qui s’est produit au mariage de Rain-

- Si tu veux des explications c’est à elle que tu dois t’adresser.

- Je sais, Luke. Tu es un ami cher comme il en existe peu. Embrasse Karine pour moi, tu veux…

Il hocha doucement la tête puis embrassa Jamie sur la joue. Il venait de réduire ses espoirs à néant en lui parlant de Rain et Alex mais elle s’en remettrait. Jamie était une adulte et n’attendait pas le Prince Charmant. Elle vivait sa vie et tentait de faire vivre la petite communauté de Silver avec son commerce.

Lucas revint alors à sa table où Rebecca buvait son café en silence. S’asseyant, il s’excusa brièvement et il croisa le regard de la jeune femme.

- Désolé… Jamie… est comme une sœur.

- Vous avez pas à vous justifier… encore moins, auprès de moi, l’étrangère de Silver Springs.

- Vous finirez par aimer cette ville, indépendamment de votre volonté.

- Rien que ça ?

- Oui, sourit Lucas. Elle marque généralement le tournant dans une vie.

- Ah… Et pour vous quel est ce tournant ?

- Qu’il faut se battre coute que coute… Rien n’est jamais acquis.

- ça c’est plutôt une vérité. On a toujours à se battre que ça soit contre des adversaires, par amour ou contre soi même… c’est essentiel à la vie.

Il ne pouvait qu’être d’accord avec ses mots mais là ses pensées étaient toutes dirigées vers Karine. Elle devait à tout prix se battre. Il inspira alors lentement et ferma les yeux en vidant son café d’un trait. Il se leva et déposant un billet sur la table, Rebecca comprit que c’était le moment de partir, ils sortirent du bar et Jamie échangea un dernier regard avec Luke. Il secoua la tête de nouveau avant d’entrer dans la voiture où Rebecca était déjà installée.

- Dites moi, commença-t-elle mal à l’aise. Est-ce que ça vous dérangerais qu’on se tutoie parce-

- Non bien sur. J’aurais du y penser plus tôt, la coupa-t-il. Et maintenant direction le journal, vous… tu connais les environs et pratiquement l’essentiel de la ville.

- Dans ce cas rentrons…

*.*.*.*.*.*.


Assis au bureau de Lucas, il attendait que ce dernier revienne. Depuis son arrivée, 30 minutes plus tôt, il avait eu le temps de parler avec Nick. Il expliqua alors posément l’état de Karine et ce dernier ajouta que Lucas n’aurait pas du revenir si vite. Alex était bien de cet avis mais convaincre son ami n’était pas chose aisé. Un journal dans les mains, il regardait les petites annonces quand deux personnes qui se dirigeaient vers lui attirèrent son attention. Pliant le journal rapidement son regard se posa sur ces deux personnes. Croisant le regard de Luke, ce dernier se fit soudain silencieux. Alex salua Rebecca d’un signe de tête tandis que, s’adressant à Lucas, il ajouta.

- Je dois te parler… en privé.

- Un problème ? demanda-t-il tandis que Rebecca s’installait à son bureau.

- J’ai parlé à Nick figure toi, commença Alex sans préambule.

Le simple fait de prononcer ce prénom suffit à Lucas pour se raidir. Il s’avança vers Alex et l’entraina vers la photocopieuse, endroit où ils seraient seuls.

- Qu’est ce que tu lui as dit ? S’énerva Lucas soudainement.

- La vérité, répliqua Alex ! Tu es mon meilleur ami et je ne laisserais pas Karine se détruire mais pour ça, elle a besoin de toi.

- Mais je suis là-

- Non ! Elle t’a parlé ce matin ? Elle t’a regardé ? Elle a fait un geste vers toi ?

- Alex-

- Non je ne lâcherais pas ! Vous vivez un calvaire et crois moi, je sais ce qui se passe mais là… Là, Karine ne reviendra pas si tu t’éloignes ! En te plongeant dans le boulot, tu perdras bien plus que la femme que tu aimes ! Alors réagis !

- Elle a perdu notre enfant-

- Et pour ça, tu la condamne ?! Je te croyais plus intelligent ! Karine n’aurait jamais mit votre enfant en danger ! Elle n’a jamais aussi bien suivit les conseils des médecins ! Je ne l’ai pas vu forcé, ni même se fatiguer ! Il s’est passé quelque chose et il n’y a que toi pour la faire sortir de son état catatonique !

- Et si elle ne réagit pas-

- Elle réagira… parce que tu vas l’obliger à le faire. Tu dois légèrement la brusquer… choque la-

- Tu me demandes de lui faire du mal-

- Un mal nécessaire, souffla Alex. Il faut la choquer suffisamment pour qu’elle sorte de sa torpeur. Elle t’aime tellement qu’elle pense que tu pourras jamais la quitter-

- Ce qui est vrai !

- Elle t’en remerciera Luke ! Il lui faut de l’aide… j’ai vu qu’elle évitait tout contact avec toi-

- Depuis qu’elle a perdu le bébé, elle refuse que je la touche…

- tu pourrais commencer par là et l’obliger à supporter ta présence.

- Comment on en est arrivé là si vite ?

- Elle culpabilise… elle n’a pas su protéger votre enfant. Certains psys disent que les patients se répètent ça comme un mantra et qu’il faut un choc suffisamment intime pour les faire réagir.

- Tu penses qu’elle a reçu un choc pour avoir perdu le bébé ?

- Je ne vois pas d’autres explications… ajouta Alex, réfléchissant rapidement. Mais je ne vois pas ce qui aurait pu la choquer-

- Sa mère est en ville.

- Quoi ?! répliqua Alex en écarquillant les yeux. Mais sa mère-

- Est partie du foyer du jour au lendemain, jusqu’à ce qu’elle revienne, il y a quelques semaines. Karine refusait de la voir et je l’ai toujours tenu à distance… je me demande si elle n’est pas passé à la maison ce matin là…

- ça explique entre autres les craintes de Karine… le fait de devenir mère-

- Mais c’est surtout de voir sa mère en réalité. Elle s’était fait une raison à son abandon… et maintenant qu’elle est à Silver Springs, je crois que Karine flippe-

- C’est peut être l’électro choc qu’il faut à Karine-

- Quoi ? s’écria Lucas. Non ! Hors de questions qu’elle l’approche. Elle a suffisamment fait de mal. Karine mérite d’avoir du calme-

- Bien, dans ce cas quitte le journal et va la rejoindre !

- Je ne peux pas. Nick m’a confié-

- Il m’a dit que y’avait toujours un moyen de s’arranger… rentre et va la retrouver.

- Je… je peux pas-

- Brady ! Rentre voir Karine ! C’est pas un conseil !

Plantant son regard dans le sien, il fallut qu’Alex hausse le ton pour que Lucas réagisse. Il n’en voulait pas à son ami. Lui aussi était perdu mais il le cachait tandis que Karine se laissait envahir par ses sentiments. Il le vit alors adresser quelques mots à Rebecca puis disparaître après avoir récupérer sa veste et ses clefs. Sortant de la pièce, Alex se retrouva à coté de Nick dans la salle de rédaction.

- J’ai cru que vous n’y parviendrez pas…

- Il avait besoin qu’on lui secoue les puces et lui prouve qu’il allait littéralement tout perdre.

- En tout cas, chapeau ! Il est de loin l’un de ceux que j’ai le plus de mal à convaincre lorsqu’il s’agit d’écrire un article sur un sujet qu’il trouve dérisoire.

- Karine est son point faible… Il l’est depuis toujours. Je l’ai vu vert de jalousie avant même qu’ils sortent ensemble.

Nick esquissa un petit sourire. Il songea qu’Alex connaissait réellement ses deux amis et la façon dont il en parlait prouvait l’affection qu’il ressentait pour eux. Il n’avait jamais été témoin d’une telle amitié. Toujours est il qu’il était agréablement surprit de voir un homme se dévoué autant pour ses amis. Fronçant les sourcils, il examina plus méticuleusement Alex avant d’ajouter.

- J’ai déjà du vous voir quelque part… mais je ne pas où…

Alex tiqua puis grimaça. C’était pas le moment d’être reconnu mais il ne pouvait pas non plus éviter la presse puis les photographes indéfiniment.

- Alexander Evans…

- Non d’un chien ! C’est vous qui jouer dans la série dramatique… qui se déroule en Californie-

- Oui… j’espérais passer inaperçu…

- Désolé…

- C’est bon, sourit il. Enfin tant que les paparazzis m’oublient…

Ils échangèrent un petit sourire. Nick n’était pas de ceux qui appréciaient ces personnes et la presse à scandale, avait le don de le faire sortir de ses gons. Ils échangèrent encore quelques mots puis, Nick partis s’adresser à Rebecca pour lui expliquer comment se passerait désormais ses articles et sa formation, sans Lucas pour la guider.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Mar 4 Mar - 2:17

Il avait croisé Rain au salon avec qui il avait discuté cinq minutes avant de finalement monter à l’étage. Il appréhendait de la voir. C’était bien la première fois que ça lui arrivait. Elle était tout pour lui depuis des années et aujourd’hui, il doutait de ses gestes ou de ses paroles. S’avançant dans la chambre, il posa sa veste sur la chaise du bureau avant de défaire les premiers boutons de sa chemise. Il respirait enfin. Se tournant vers elle, il la vit les yeux rivé au plafond comme si elle cherchait une réponse dans la peinture légèrement écaillée. Il s’approcha alors du lit s’asseyant au bord et passant son bras par-dessus son corps, appuyant sa main sur la matelas. De l’autre il dégagea quelques mèches qui étaient retombé sur le visage de Karine, il murmura alors très doucement.

- Je suis à la maison… ma puce, tu m’entends ? Caressa-t-il sa joue avant de la voir cligner des yeux légèrement.

- Luke ? Chuchota-t-elle en fermant les yeux.

- Oui… Je suis là.

Tel un fantôme, elle ouvrit subitement les yeux et plongea son regard dans celui de Lucas. Sans même réfléchir, elle se jeta dans ses bras. Un éclair de lucidité ? Probable mais pas sur. L’entourant de ses bras, Luke se redressa puis passa une main rassurante dans son dos, tandis qu’elle nichait sa tête dans le creux de son cou.

- On est rien que tout les deux…

- J’ai si mal… ne m’abandonne pas Luke, je t’en prie-

Fronçant les sourcils, il se détacha très légèrement afin de croiser son regard. Ses doigts glissèrent sur sa joue et il souffla sans la quitter des yeux.

- Je ne te laisserais pas. Jamais… On a perdu notre bébé… mais ça ne change rien au fait que je t’aime. On aura des enfants Karine… peut être pas tout de suite, mais on en aura…

Elle s’abandonna alors de nouveau dans ses bras, nichant sa tête dans son cou avant de la relever légèrement puis déposant un baiser contre sa peau. Fermant les yeux à ce contact, sa main glissa sur le ventre plat et encore mou de Karine. Il murmura tout bas.

- Ne te renferme pas… j’ai besoin de toi…

Relevant les yeux vers lui, elle lui adressa un timide sourire avant de grimacer et de murmurer.

- Tu sais que je t’aime Luke… mais il y a quelqu’un d’autre à qui je tiens énormément…

Horrifié, il se réveilla soudainement. Il déglutit difficilement. Tout avait semblé si réel. Il se frotta la tête de ses mains avant de bondir de la chambre, en cherchant Karine des yeux. Tout lui avait parut si réel, la vision de la mère de Karine, sa réaction, Rain et Alex enfin en couple et qui plus est Rain enceinte. Tout. Tout était trop réel ! Karine avait elle perdue leur enfant ou bien était ce uniquement ce cauchemar ?! Dévalant les escaliers à une vitesse vertigineuse, il la trouva avec Rain qui parlait tranquillement chacune installée confortablement dans le salon, discutant avec leur entrain habituel que les années n’avait rien changé.

- Il va m’accompagner.

- Alex n’a toujours eu d’yeux que pour toi…

- Je ne crois pas. Jamie était sa plus fidèle admiratrice-

- Ce qui veut dire que tu l’avais déjà remarqué ! répliqua Karine avec un triste sourire.

- Alex est… s’interrompit elle en apercevant Lucas. T’as une sale tête Luke !

Karine se redressa alors difficilement du canapé, son ventre devenant un peu plus gênant chaque jour. Faisant le tour du canapé, Lucas s’installa au bout du canapé après avoir reposé les jambes de Karine sur ses cuisses. Croisant le regard de sa petite amie, il comprit qu’elle était tracassée, il ajouta alors d’une voix encore ensommeillé.

- J’ai fait un cauchemar. Je m’en remettrais… y’a pas de quoi paniquer ok ?

- T’es loin d’être convaincant…

- Qu’est ce que tu veux que je te dise… c’était juste… un mauvais rêve. On va pas en faire toute une histoire.

- En tout cas, j’espère que je n’y étais pas ! répliqua Rain pour détendre l’atmosphère tandis que Karine lui coupait la parole, s’adressant à Lucas.

- Au fait, Nick a appelé. Il voulait te parler d’un nouveau membre de l’équipe… qui deviendrait reporter… j’ai pas tout comprit, tu dois le rappeler sur son portable.

- Je le ferais…

Il se mit alors à fixer Karine puis Rain à tour de rôle. Réalisant l’absence d’Alex, il fronça les sourcils et souffla.

- Où est ce que vous avez enfermé Alex ?

- Comme si je pourrais le faire avec ce ventre de baleine ! Sourit Karine avant que Rain réponde en douceur.

- Il est dans le garage. Ma voiture a une fuite d’huile…

- Oh… dans ce cas, je vais aller me salir les mains… et arrêter de cancaner avec vous…

Il échangea un rapide regard avec Karine avant de passer devant elle et de l’embrasser sur le front. Elle avait toujours besoin de lui. Elle l’observa s’éloigner tandis que la voix de Rain lui parvenait à peine.

- Je suis sure qu’il sera un père génial…

- Si ses parents cessent de nous casser les pieds oui… grinça Karine.

- Ils ne sont pas si terribles…

- Au moins le fait que j’avais que mon père, c’était un avantage… on se voyait à peine, alors on ne parlait pas… il ne sait pratiquement rien de moi, et ça me va très bien.

- Mais tu ne voudras pas ça pour ton bébé-

- Je… Luke et moi, on sera là… son enfance sera forcément bien différente de la notre… mais si on parlait plutôt de TON bébé-

Rain sourit doucement en évitant le regard de sa meilleure amie. Elle n’avait pas songé à avoir un enfant dans ses circonstances et encore moins avant la fin de ses études. Sentant le regard de sa meilleure amie, elle se lança encore un peu dérouté par ce qu’elle ressentait pour Alex et par leur relation.

- Je ne sais pas comment ma relation avec Alex va évoluer… Je n’ai pas parlé à Carter depuis le mariage et cet enfant… je serais plus tranquille si je pouvais être sur qu’il est d’Alex.

- Il a toujours prit soin de toi…

- Je ne voulais pas le voir. Tu sais ce que c’est… au lycée, il semblait si inaccessible, fuyant et pourtant toutes les filles se retournaient sur son passage… quand tu es arrivé, je l’ai vu sourire. Même si j’étais avec Danny, j’ai jamais oublié ce détail.

- C’est amusant de voir qu’il te fascine depuis tant d’années…

Rain rit doucement puis reprit lentement, songeant à ses années de lycées douloureuses, où Danny ne s’était pas gêné pour la blesser alors qu’Alex se faisait distant, froid et pourtant elle l’avait vu tous les soirs garé devant chez elle..

- Pendant une semaine on a été heureux… puis on a retrouvé Danny. En m’évitant, le lundi au lycée, il m’a brisé. Il ne s’était pourtant passé qu’une seule semaine mais j’étais dépendante de lui…

- T’en a parlé avec lui ?

- Non… je vois pas l’intérêt de le faire et puis… aujourd’hui tout est différent. Je tiens juste… à ce qu’il ne reste pas près de moi, uniquement pour cet enfant.

- ça aurait été Danny, je comprendrais ton scepticisme… mais Alex ne serait pas là s’il ne songeait pas en premier à toi.

Karine ne trahirait jamais Alex mais Rain était également sa meilleure amie et elle ne souhaitait pas la voir s’inquiéter ou malheureuse. Posant sa main sur son bras, elle souffla sans la quitter des yeux.

- Alex seul te dira la vérité… mais sache une chose, lorsque je lui parlais de sa vie sentimentale, il ne citait pas son nom mais c’était clairement toi. Il n’y a aucun doute là-dessus. Je me suis même demandé s’il s’était accordé des aventures… depuis toutes ces années…

Rain grimaça. Entendre ça était douloureux car en réalité, elle, elle n’avait pas réfléchi à ce détail. Pour elle, il avait forcément eu d’autres femmes dans son lit et elle, aussi, elle avait eu d’autres expériences mais pouvait elle le lui reprocher si c’était le cas ? Elle avait beau se répéter qu’il l’aimait mais elle avait ses moments de doutes. D’autant plus dans le milieu du show business. Il avait la tentation à porté de main, il pouvait très facilement trouver plus intéressante qu’elle. Elle soupira en tentant de repousser ses pensées parasites.

- Alex… par moment j’ai peur que ses paroles… qu’il me dise certaines choses et qu’il ne les pense pas.

- Arrête de te torturer. Il t’aime et ça crève les yeux. Il te dévore des yeux dès que t’es dans une pièce…

- T’as l’air bien sur de ce que t’avances-

- J’ai vu les moments où il pensait à toi et que tu n’étais pas là. Il est ailleurs, lointain et parfois quand il se met à penser à toi, il a un sourire béat sur les lèvres… puis il revient à la réalité et son visage se ferme et il souffre en silence. Tu sais que j’ai raison…

- J’ai peur qu’il ne fasse pas la distinction entre m’aimer réellement et croire qu’il m’aime…

- Je sais que mon avis compte pour moitié mais… depuis votre rencontre, il a eu plus de temps que nécessaire pour savoir s’il était bien amoureux de toi. C’est une évidence Rain… Vous êtes faits l’un pour l’autre… c’est une certitude.

Rain ne répondit pas au dire de son amie. Elle n’était pas encore convaincue. C’est vrai qu’Alex était d’une patiente incroyable avec elle. Il ne faisait rien qu’elle ne désirait pas et il se montrait le plus adorable des hommes mais elle avait toujours ce doute. Le fait qu’il soit une célébrité n’arrangeait rien. C’était justement le point qui la forçait à penser que ça ne pourrait pas durer entre eux. Après tout, elle serait à Washington et lui à Los Angeles. Comment pourraient-ils poursuivre leur relation avec tant de distance ?

*.*.*.*.*.*.


Appuyé contre le chambranle de la porte du garage, les bras croisé sur le torse, il observait son ami, penché sur le moteur de la petite Ford de Rain. Alex avait toujours été un as de la mécanique. Il aurait d’ailleurs certainement fait un excellent mécanicien. A cet instant, Lucas était admiratif de voir à quel point Alex prenait à cœur sa relation avec Rain, si on pouvait la qualifier ainsi car Alex restait toujours évasif sur le lien qu’il partageait avec Rain. Lui qui dans le passé s’était toujours montré difficile pour les travaux manuels, aujourd’hui, il mettait sans hésitation ses mains dans le cambouis. Lucas, toujours songeur entendit à peine la voix de son ami qui émergeait du moteur.

- Tu viens te salir les mains quand j’ai terminé !

Luke esquissa un demi-sourire en coin avant de s’approcher de son ami, prenant appuis sur la voiture. Alex lui jeta un rapide coup d’œil avant de baisser de nouveau la tête sous le capot.

- Alors ? se manifesta Alex, connaissant son ami qui s’évertuait à rester silencieux. Que se passe-t-il pour que tu veuilles venir mettre tes mains dans le cambouis ?!

- Je te laisse cette joie suprême ! Ironisa Luke. Je réfléchissais…

- Pas que ça me déplaise… de te voir réfléchir… mais j’ai la sensation que t’es un peu paumé…

- Non, tout va bien…

- ça fait plusieurs jours que t’es tendu… je suis pas le seul à l’avoir remarqué, lui fit il, sachant parfaitement qu’il avait comprit à qui il faisait allusion.

- Même quand tout va bien, elle s’inquiète-

- Alors sois plus attentif… je ne t’apprends rien en te disant qu’une femme enceinte est bien plus réceptive aux angoisses.

- C’est juste que… Sa mère est en ville et depuis que je le sais, je suis pas tranquille. J’ai l’impression que quelque chose va arriver et que je pourrais rien empêcher.

- Sa mère ?! Mais ça fait quoi… au moins 20 ans qu’elle ne l’a pas revu.

- Oui. Je tiens à protéger Karine mais, tu sais comme elle est… elle veut toujours tout savoir-

- Attend Luke ! Tu veux dire qu’elle ne sait pas que sa mère est à Silver Springs ?!

- Non… Je sais pas comment aborder le sujet-

- Mais comment tu as su que c’était sa mère ? Karine est arrivé ici, elle avait 17 ans-

- Elle est passé me voir au journal. Elle m’a clairement fait comprendre, qu’elle voulait voir sa fille et que rien ni personne ne l’en empêcherait… mais qu’elle ne brusquerait pas les choses pour revoir Karine. Elle m’a demandé si je pouvais la préparer et lui annoncé qu’elle était en ville.

- Eh bah… Comment tu comptes t’y prendre ?

- ça fait une semaine sans relâche que je cherche comment lui annoncer. J’ai toujours pas trouvé…

- Je vois… t’as essayé d’immiscer le sujet de sa mère dans une conversation ?

- Tu oublies à qui j’ai à faire… en faisant ça, j’éveille sa curiosité et je me fais bombarder de questions. C’est pas la meilleure technique…

- C’est vrai… mais au moins tu auras son attention et tu pourras plus facilement tout lui dire, lui répondit Alex. Tu sais qu’avec elle, il ne faut pas attendre… je ne pense pas qu’il serait à ton avantage qu’elle découvre la vérité par une autre personne que toi.

Il n’avait pas tors et ce fut la seule pensée que Lucas retint. Il ne doutait pas de son couple. Karine était toujours présente pour lui et il essayait de faire pour que la réciproque existe mais il avait des moments de doutes. Il y avait ses moments précis où Karine restait à une certaine distance, généralement quand elle se perdait dans ses pensées. Durant ces instants, il ne savait pas trop comment l’aborder. Elle apparaissait à la fois vulnérable et en colère. Ne sachant comment s’y prendre, il restait à distance puis elle revenait vers lui un moment plus tard, plus sereine. Que cachait elle qui pouvait tant l’ébranler et la tenir si loin de lui ?

Ne répondant pas à Alex, ce dernier referma le capot et se dirigea à coté de l’établi où un petit évier avait été installé. Se lavant les mains, il jeta un coup d’œil à Luke qui était toujours appuyé contre la voiture. Alex se fit la réflexion que son ami se torturait trop. Il lui suffisait simplement de jouer carte sur table avec Karine. Pourquoi n’y parvenait il pas ? Soudain à son tour il se posa la question, pourquoi lui-même avait il tant de mal à parler avec Rain ? Il secoua énergiquement la tête, puis essuyant ses mains sur le tissu éponge posé à coté de lui, il lança à son ami, d’un ton léger et plaisantin.

- Allez viens, on va écouter aux portes pour savoir ce qu’elles peuvent bien dire sur notre compte !

Il vit alors Luke esquisser un léger sourire et ensemble, ils remontèrent jusqu’au salon où les filles discutaient toujours avec un entrain déconcertant.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Mar 4 Mar - 2:18

Assis dans le sable devant la cabane, il observait le clapotis des vagues tout en s’occupant du feu à coté de lui qu’il avait allumé une heure plus tôt. Durant le trajet du retour, il avait trouvé silencieuse. S’apercevant de la distance qu’elle instaurait entre eux, il avait essayé vainement à plusieurs reprises d’établir un contact mais elle restait sur ses gardes. Il ne comprenait pas ce soudain changement d’attitude. Ils avaient dîné ensemble sur le petit parvis de la cabane puis elle avait disparu sur la plage. Il n’avait pas cherché à la retenir. Il se pouvait qu’il ait fait une erreur mais il ne céderait pas. Il ne comprenait pas sa froideur. En y réfléchissant, il avait pensé que sa discussion avec Karine l’avait amené à se poser des questions mais il ne savait pas lesquelles. Car pour lui tout allait très bien jusqu’à maintenant. Sauf évidemment s’il avait fait quelque chose qu’elle désapprouvait mais il avait pensé que si une chose pareille arrivait, elle lui parlerait. Il remua les braises dans le feu à quelques mètres de lui quand s’apprêtant à se rasseoir, il la vit planté devant lui. Elle le fixait intensément, cherchant visiblement une réponse à l’une de ses questions. Fronçant les sourcils, il resta figé durant plusieurs secondes, sans ajouter un seul mot. Il voyait sa poitrine se soulever de plus en plus rapidement avant de distinguer sa petite voix mal assurée.

- Tu es mon pilier Alex… Et j’ai peur de ce qu’on va devenir tous les trois et du moment où tu repartiras pour Los Angeles, souffla-t-elle dans un aveu, baissant tout à coup la tête.

Commençant à mettre enfin les pièces du puzzle en place, il comprit que même si sa discussion avec Karine était à l’origine de son attitude, elle avait simplement besoin d’être rassurée. Levant lentement ses mains qu’il posa sur ses épaules, il murmura tout doucement.

- Beaucoup de choses nous séparent Rain…

- Je sais et si je n’avais pas été si bornée… tout serait plus simple. Tu ne m’en voudrais pas-

- Quoi ?! Attends, tu crois que-

- Danny comptait mais c’était ma façon de me protéger de ton pouvoir sur moi… et Carter… Carter était là. Même si on n’avait rien en commun, sa présence me réconfortait… donc oui, je comprends parfaitement que tu m’en veuille de ne pas avoir vu clair pour nous-

- Rain, la coupa-t-il. Arrête. Je ne te reproche rien, murmura-t-il en rivant son regard au sien, avant de croiser son incompréhension. Je serais le dernier des crétins en agissant ainsi. On vit à des milliers de kilomètres l’un de l’autre. La seule chose que je me permettais c’était de m’assurer que tu sois heureuse… mais on dirait que je me suis trompé sur Carter et toi…

Elle ferma alors les yeux en s’approchant de lui. A présent elle s’en voulait car même après son escapade à Los Angeles, il ne lui reprochait rien. Hésitante, elle fit glisser ses mains sur son torse. Elle songeait à s’excuser mais les accepterait il ou bien comme la dernière, il lui répondrait que c’était à elle d’accepter ses excuses ? Relevant la tête, elle croisa son regard à l’instant où ses mains se posèrent sur sa taille fine. Elle se sentait fondre dans ses bras et si son cœur ne s’emballait pas si vite, elle aurait pu voir plus clair dans ses pensées mais c’était peine perdue.

- Je t’aime Rain, tu ne l’as pas encore comprit ? demanda-t-il en glissant sa main sous son menton. Je ne prends pas ses mots à la légère… Et si cet enfant est bien de moi, j’aimerais qu’on soit réuni… en famille.

Il lui semblait si sincère. Avait-il déjà dit ses mots à une autre femme ? Avait-il déjà fait la promesse de son amour à une autre ? Elle voulait le croire mais ça équivalait à remettre son cœur entre ses mains. Y était-elle prête ? Elle sortait tout juste d’une relation compliqué… compliqué mais dénué de sentiments réalisa-t-elle. Carter devait surement ressentir quelque chose pour elle mais de son coté, l’évidence la frappa de plein fouet. Elle ne pouvait pas aimer Carter, car son cœur appartenait déjà à Alex. Depuis quand d’ailleurs, songea-t-elle. Surement à la période où elle était avec Danny. Il l’avait touché sans le savoir. Elle aimait voir sa voiture stationné un peu plus haut dans la rue devant chez elle. Il surveillait d’une certaine façon qu’il ne lui arriverait rien. Personne n’avait jamais été aussi prévenant avec elle. Passant un bras autour de son cou, ses doigts vinrent effleurer très légèrement le bas de la nuque d’Alex, tandis que son autre main restait posée en évidence sur son torse. Dans ses bras, elle trouvait le repos et il en avait toujours été ainsi, réalisa-t-elle, à toutes ces fois où il l’avait rassuré de ses bras ou de sa présence. Son regard se plongeant dans le sien, elle en avait oublié leur conversation mais elle parvenait aisément à lire le désir qui s’illuminait dans les yeux d’Alex. Cette attirance ne cesserait elle donc jamais ? Elle sentait son cœur battre à coups redoubler sous ses doigts. Peut être était ce le moment d’arrêter de réfléchir et de foncer comme le lui avait plus ou moins fait comprendre Karine. Collant son corps alors à lui, ses deux bras se nouant derrière sa nuque, elle vint effleurer légèrement ses lèvres des siennes, tout en soufflant.

- Je crois quand même qu’il risque d’y avoir quelques soucis matériels… On n’habite pas vraiment à cent mètres l’un de l’autre…

- On trouvera une solution… si bien sur, tu me fais assez confiance pour que cette histoire se poursuive…

- Je suis indécise et je ne veux pas que tu te sentes forcé de rester à mes cotés, si tu ne ressens plus rien pour moi-

- Rain, mes sentiments n’ont pas changé depuis le lycée alors je doute sérieusement qu’un jour je ne sois plus amoureux de toi.

Ces paroles la réconfortaient. Est-ce que c’était ce tournant qu’on évoquait souvent dans la vie ? Est-ce qu’Alex était cet élément qui lui permettrait de vivre enfin la vie qu’elle souhaite auprès d’un homme qui saura l’aimer et qu’elle pourra aimer en retour ? Elle se contenta de lui sourire tendrement et de frôler très légèrement ses lèvres mais Alex attendait bien plus de sa compagne. Ce baiser prit rapidement de l’intensité et leurs lèvres ne se quittaient plus, si ce n’était pour mieux recommencer à les goûter. Les mains d’Alex glissèrent sur ses hanches la rapprochant sensiblement de lui. Il voulait sentir son contact. Elle lui avait manqué durant cette journée, où ils étaient restés si distant. Rapidement, il glissa ses mains sous son pull parcourant la peau tiède de son dos, ce qui valut un gémissement rauque de la jeune femme qui se colla encore plus à lui. Il sourit alors que ses lèvres descendaient lentement, butinant son cou.

*.*.*.*.*.*.


Assis sur le tapis devant le canapé, des articles de journaux divers étalés sur toute la surface de la table basse, il soupira longuement. 4 heures qu’il travaillait sans relâche. Il avait promit à Nick que l’article serait près avant la fin de semaine. Toutefois, plus les jours s’écoulaient moins il se sentait capable de délivrer son article dans les temps. Il s’étira un instant puis se leva finalement avant de filer dans la cuisine chercher quelque chose à grignoter. Après s’être servi un énième café et avoir trouvé des muffins dans un placard, il s’installa à la petite table de la cuisine durant quelques secondes avant de se caler dans le fond de sa chaise et de rejeter sa tête en arrière dans un léger soupir. Il n’avait toujours rien dit à Karine. Dire qu’il angoissait à l’idée de lui révéler tout ça n’était pas un euphémisme. L’angoisse de la perte de leur enfant le tiraillait encore plus depuis qu’il avait fait ce cauchemar. Peut être rien de tout ça ne se réaliserait, ce qui serait pour lui une délivrance. Mais il ne pouvait pas mettre tout ça de coté. Il devait lui parler se convainquit-il en réalisant que deux effectuaient de légère pression rotative autour de sa nuque. Il se laissa porter par la délicatesse et le toucher de ses doigts sur ses muscles qui se décontractaient lui lançant des picotements le long de l’échine, gardant toujours les yeux fermés. Légèrement, il sentit son souffle sur sa joue et un sourire s’étira sur le visage Lucas. Les yeux toujours fermés, il l’entendit murmurer tout en déposant un baiser sur sa joue.

- M. Brady, il est temps de vous confesser…

Comment pouvait il rester de marbre lorsque la tendresse de sa compagne l’atteignait une plein cœur. Il devait le faire et elle lui en donnait l’occasion. C’était le moment, mais le « bon » moment ? Portant une main à sa nuque, il glissa sa main dans la sienne avant de l’attirer dans ses bras.
Assise sur les genoux de Lucas, elle passa un bras autour de sa nuque alors que leurs regards se rivèrent l’un à l’autre. Ses bras autour de la taille arrondie de sa petite amie, il espérait que tout se passerait bien. Que rien de ce qu’il avait vu dans ce cauchemar ne se réaliserait un jour. Il prit une lente inspiration tandis que le regard de Karine se faisait insistant.

- Parle moi, chéri… souffla-t-elle glissant sa main sur sa joue, le sentant toujours réticent.

- C’est pas si simple-

- Si, ça l’est… on parle et si un problème survient, on cherche une issue ensemble. On a toujours fait face ensemble, Luke. Pourquoi pas aujourd’hui ?! J’ai pleinement confiance en toi et notre couple. Rien ne peux nous séparé…

- Karine… souffla-t-il épuisé. Je t’aime-

- Alors cesse d’hésiter. Je sais que parfois, je peut être exaspérante voir même énervante, répondit elle sans le quitter des yeux, mais je n’ai pas toujours été là pour toi ?

- Je sais tout ça… et je n’ai rien à redire à notre vie mais-

- Lucas, je t’en prie. J’ai besoin de savoir.

- Pas au risque que tu perdes notre enfant.

- Il n’y a aucune raison que ça arrive. Le médecin nous a assuré que j’étais en parfaite santé et que le bébé ne pouvait pas se porter mieux.

Il soupira silencieusement, détournant la tête une brève seconde. Elle ne le laisserait pas tranquille tant qu’elle n’aurait pas la réponse à ses questions, réalisa-t-il. Toutefois, pouvait il mettre sa famille en danger et la femme qu’il aimait ? Il était torturé à l’idée de retrouver Karine dans une chambre d’hôpital. Il releva toutefois les yeux vers elle et ajouta à voix très basse, dans un souffle rauque.

- Ta mère est en ville…

- Ma mère ? répondit elle, sans plus de stupéfaction, ce qui étonna Lucas.

- ça n’a pas l’air de te surprendre plus que ça.

- Je savais qu’un jour elle referait une apparition-

- Tu l’as déjà revu, si je comprends bien…

- Non… mais un ami de mon père m’a prévenu, il y a quelques années. Il a juste ajouté qu’elle me cherchait…

- Et bien, sache qu’elle t’a retrouvée.

- J’ai pas dit que je souhaitais la revoir Luke…

- Même si tu ne le veux pas, elle trouvera le moyen pour que vous soyez en présence l’une de l’autre…

- Comment tu l’as rencontré ?

- Elle est venue au journal. Je n’étais pas spécialement content de la voir mais je n’avais pas le choix. Elle m’a dit qu’elle voulait te voir et te parler mais qu’elle ne brusquerait rien parce qu’elle t’aime…

- Elle m’aime ? ça serait bien une première en 20 ans ça !

- C’est aussi ce que j’ai pensé. Tu n’as aucune obligation envers elle-

- Je la verrais… mais je déciderais du lieu et de la date.

- Dois je te rappeler que tu es enceinte ? C’est pas raisonnable-

- Fais moi confiance chéri. Je ne mettrais jamais notre enfant en danger-

- Je m’en voudrais toute ma vie, s’il vous arrivait malheur à tous les deux… soupira-t-il, en baissant la tête.

Passant une main sur le visage de Lucas, Karine comprit alors qu’autre chose angoissait son compagnon. Passant une main sous son menton, elle le força à croiser son regard puis se posa une question, se remémorant ce qui s’était passé un peu plus tôt dans la journée lorsque Lucas s’était réveillé.

- Il se passait quoi dans ton cauchemar ?

- Je vois pas le rapport avec ta mère, se défendit-il.

- Je te connais mieux que toi-même… Tu n’es pas du genre à t’angoisser pour rien. Ma mère est un élément d’angoisse pour moi. Tu veux me protéger d’elle et je suis la première à t’en remercier, tu rends ma vie belle et plus simple… mais il y a autre chose, je le sens. Joue carte sur table Luke.

Il déglutit difficilement. Il n’avait pas imaginé qu’elle lira ainsi en lui. Comment lui annoncer ça en douceur ? Il monta une main à sa joue qu’il caressa tendrement durant de longues secondes avant de chuchoter.

- Tu refusais catégoriquement de la revoir… alors j’ai fait mon possible pour la tenir à distance de toi. ça n’a pas été suffisant… un matin elle a sonné alors que tu préparais le petit déjeuné… ça a été la descente aux enfers car le choc de la revoir a déclenché des complications à ta grossesse… tu as perdu le bébé…

Il ne se sentait pas de tout lui dire. Rien que cette partie lui faisait horriblement mal, c’est comme si son cœur venait d’être poignardé à coup de couteau. Elle restait là, à le fixer puis vint finalement poser son front contre le sien, murmurant à un souffle de ses lèvres.

- ça n’arrivera pas chéri… on aura notre bébé parce que j’irais voir ma mère de mon plein gré, répondit elle simplement sans détacher ses yeux de Lucas, qui la fixait ahuri.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Sam 12 Avr - 0:32

Chapitre 14 : True love never dies…


Pieds nus sur le sable tiède, il porta son regard au-delà de l’arbre qu’il avait planté lorsqu’il n’était qu’un tout petit gamin. Il s’en souvenait encore. Son père venait d’accepter qu’il vienne à la cabane avec lui. C’était à l’époque où son père avait une place privilégiée. Une place de père. Père… il allait l’être à son tour, si l’enfant que portait Rain était le sien. Il en avait tant rêvé et là, il réalisait difficilement que son rêve pouvait devenir réalité. Voir le corps de Rain prendre ses formes gracieuses, lui prouver son amour inconditionnel, la protéger de Carter et d’elle-même… lui prouver qu’ils sont fait l’un pour l’autre. Toutefois, il ne cachait une certaine appréhension. Les mots de Rain pour Carter, ils ne les avaient pas oubliés. Ces mots précis couchés sur le papier où elle mentionnait le mal qu’il lui avait fait. Il voulait à tout prix savoir, ça le torturait d’avoir connaissance que Rain souffrait à cause de ce type. Il n’avait jamais pu l’encaisser même si durant un temps, il s’était dit qu’il devrait peut être faire des efforts. Perdu dans ses pensées entre Rain et cet endroit où il avait passé tant de bons moments, il songea que le don de son père ne serait pas si inutile. Il avait étudié les plans et parlé avec un architecte qui lui révéla que la parcelle de terrain était constructible. Pouvait-il faire construire leur maison ici ? Pour Rain, lui et cet enfant venant à naître dans les prochains mois. Un sourire naquit lentement sur son visage. Cette famille dont il rêvait avec elle prenait forme lentement. Il n’était pas idiot au point de ne pas savoir qu’elle était fragile et qu’il lui faudrait du temps pour accepter leurs sentiments mais en sa présence rien ne pouvait l’atteindre. Durant encore de longues minutes, son regard resta posé sur cet arbre mais une main remontant dans son dos, le fit sortir de ses pensées. Soulevant lentement son bras, il la sentit venir se glisser dans ses bras, tandis que le sien entourait désormais ses épaules. Il n’était pas encore régulier qu’elle vienne chercher cette affection près de lui. Elle hésitait toujours et doutait de ses réactions si elle agissait ainsi. Néanmoins tout ce qu’il dégageait suffisait largement à l’apaiser et à trouver le repos. Ses angoisses s’envolaient et elle ne parvenait plus qu’à une seule chose, pensez à lui et à la proximité de leurs corps. Posant sa tête sur son épaule, elle respira son odeur, savourant cette intimité avec lui. Elle n’avait jamais éprouvé une telle délivrance. Sa présence lui rappelait qu’elle n’avait pas à être sur ses gardes. Pas avec lui, car il était là et quoi qu’il arrive, elle songeait qu’il le serait toujours…

- Tes nausées sont passées ? demanda-t-il à voix basse, tandis qu’elle se blottissait un peu plus dans ses bras.

- Pas vraiment… on peut marcher un peu, hésita-t-elle en se détachant légèrement d’Alex.

- Bien sur…

Il l’observa prendre quelques distances puis fit lentement glisser sa main dans la sienne. Il remarquait qu’elle était tracassée par quelque chose. Resserrant ses doigts à ceux d’Alex, elle se lança lentement, sans parvenir à le fixer.

- Je dois aller à Washington… à l’hôpital et à mon appartement. Je dois parler à Carter également-

- A ce propos… s’avança-t-il prudemment, je sais qu’il t’a fait quelque chose, tu en parlais dans ta le mot que tu lui as laissé…

- Tu l’as lu… marmonna-t-elle en baissant la tête, avant de prendre une lente inspiration et d’affronter son regard. Quoi que tu t’imagines, c’est pas si… effrayant.

- J’ai vu les marques dans ton dos Rain. C’est pas sortit de mon imagination. Il te battait et j’arrive pas à comprendre comment toi, tu pouvais accepté ça.

- ça s’est produit qu’à de rares occasion-

- Aucun homme n’a le droit de lever la main sur une femme. Je n’ai jamais toléré ça-

- Personne n’est parfait Alex. On fait tous des erreurs-

- Il y a une différence entre une erreur et des erreurs à répétition !

Rain se pinça les lèvres se dégageant de lui. D’accord Carter avait fait des erreurs, mais il le jugeait sans même le connaître et ça elle n’appréciait pas du tout. L’annulation du mariage remontait à quelques jours et auprès d’Alex, elle se sentait bien mais son attitude vis-à-vis de Carter l’agaçait sérieusement. N’ayant pas le souvenir de voir Alex jaloux, elle resta sur sa réserve, se gardant de lui dire ce qu’elle pensait de sa réaction. Toutefois, un jour elle ne se retiendrait pas. Elle ajouta alors simplement sans même lever les yeux vers lui.

- Est-ce que ça veux dire que tu ne viendras pas à Washington ?

- Je ne te laisserais pas seule avec une brute qui se prend pour le roi du monde parce qu’il a du fric ! répliqua-t-il sarcastiquement.

Maintenant, il n’y avait plus de place au doute. Alex était bien jaloux de Carter bien qu’elle ne voyait pas comment. Alex en savait plus sur elle que Carter. Son histoire avec Carter était loin d’être aussi profonde que les liens qu’elle avait pu tisser avec le meilleur ami de son ex. Toutefois, elle ne pouvait lui en vouloir car elle réalisait lentement qu’Alex souffrait depuis des années de la voir avec d’autre que lui. Elle revint plus près de lui frôlant lentement sa main de la sienne et noua ses doigts au sien.

- Je tiens pas à parler de lui. Ça doit appartenir au passé, tu ne crois pas ? On doit aller de l’avant Alex…

Comment ne pas être sceptique ? Rain parlait d’aller de l’avant ? Durant une seconde, il resta figé mais à son regard, il s’aperçut qu’elle était sérieuse. Il esquissa une mince grimace au coin des lèvres avant de la ramener près de lui en glissant un bras ferme autour de sa taille. Marchant sur la plage d’un pas lent, ils avancèrent en silence durant quelques minutes puis il se stoppa à quelques mètres d’un arbre qui évoquait une foule de souvenirs pour lui. Rain se détacha légèrement, levant les yeux vers lui, cherchant à comprendre ce qui se passait.

- Alex ? Appela-t-elle doucement.

- Tu vois cet arbre, lui désigna-t-il du menton, lui montrant l’arbre en bordure de la plage qui se trouvait également à quelques mètres de la route principale. Je l’ai planté avec mon père quand j’avais 5 ans. C’était la première fois qu’il m’emmenait à la cabane avec lui…

Elle l’écoutait attentivement. Ressentant sa tension, elle ne voyait qu’une chose, ce regard décidé rivé sur cet arbre comme s’il n’était plus avec elle et que cet arbre représentait un pilier, une fondation. Posant une main sur son torse, il sortit doucement de ses pensées avant de croiser de nouveau son regard.

- Je ne tiens pas à ce que notre histoire s’effondre par nos carrières respectives… je pensais que pour cet enfant, on pourrait s’établir ensemble. Mon père m’a donné ses terres, celle-ci… désigna-t-il de son bras, englobant certaines zones de la plage. Si je fais construire une maison ici…

- Tu vas trop vite, on en est pas là-

- Je serais là tous les week end, Rain. Dans le bungalow on sera à l’étroit et ça n’est pas une vie pour un enfant. Je veux cette maison… et si tu es près de moi, je ne pourrais pas être plus heureux, confia-t-il sincère.

- J’ai peur que tu t’emballes. Je me suis enfuie de mon mariage, il n’y a que deux jours… et maintenant tu parles de nous construire une maison ! On doit prendre notre temps Alex-

- Dans moins de 9 mois, tu mettras notre enfant au monde. Je ne compte pas te laisser élever notre enfant dans ton mini studio à Washington ! Ici, tu auras de l’espace et tu seras tranquille. Et tu n’auras pas à aller chez Karine et Luke à chaque fois que viendras à Silver… je te connais, tu ne veux pas déranger. De plus, je serais là tous les week end.

Elle le considéra durant plusieurs secondes. Il n’avait pas complètement tort. D’ailleurs comment ferait-elle pour élever cet enfant avec son internat ? Elle devrait faire des concessions pour cet enfant et même si elle ne se voyait pas encore mère ou même vivre avec Alex, elle devait reconnaître que sur ce point, il avait raison. Nerveusement, ses doigts se filetèrent dans ses cheveux. Elle détestait avoir tort, surtout avec Alex. Il lisait trop bien en elle. Elle éprouvait toujours cette sensation qu’il parvenait à intercepter ses pensées et les formuler tout haut. Tournant la tête, elle croisa son regard et sa main dans le bas de son dos, la fit réaliser qu’Alex ne laisserait pas tomber.

- Tu as raison sur certains point, je le reconnais… toutefois, je crois que tu précipites les choses. Je ne suis pas prête à ce qu’on vive ensemble.

- Comme tu l’as dit… on a le temps de penser à tout ça. Mais pour notre enfant, j’aimerais que tu reconsidère ma proposition de l’élever ici…

Elle l’appréciait entre autre pour ça. Il tentait toujours d’alléger ce poids sur ses épaules, il voulait partager et l’aider. Psychologiquement, elle ne se sentait pas prête à élever cet enfant seule. Parfois, elle se prenait à rêver qu’un jour elle partagerait le même amour qui liait Karine à Lucas. Le réveil était tout de même difficile lorsqu’elle se réveillait seule ou avec un homme qui la brutalisait car il était éméché. Croisant une fois de plus le regard d’Alex, elle murmura lentement.

- Je vais y réfléchir… pour le bébé…

- Merci, murmura-t-il du bout des lèvres avant de remarquer les frissons parcourant Rain.

Passant son bras autour de ses épaules, il la ramena près de lui, lui communiquant un minimum de chaleur avant qu’il la sente venir s’abandonner contre lui. Il la sentit soupirer, sa tête posé contre son torse et une main remontant le long de ses abdominaux fermes. Il entoura alors sa taille de ses bras, savourant son contact et la douceur de ce moment si particulier.

*.*.*.*.*.*.

Allongée sur le coté, sa joue posé sur sa main, appuyée sur le matelas, elle observait ses traits détendus. Les yeux clos, il ressemblait à un enfant. Il était si détendus et ce voile châtain sur ses joues le rendait encore plus viril. Elle pouvait passer son temps à le regarder dormir. De plus, elle devina son sourire en coin si adorable, qui la faisait craquer depuis qu’elle le connaissait. C’est alors qu’elle le vit ouvrir les yeux. Elle aimait ses moments. Elle était la première qu’il verrait. Elle ne pouvait pas cacher son coté romantique malgré son caractère très affirmé. Un doux sourire vint éclairer les traits de Karine alors que son regard plongeait dans celui de Lucas.

- Bonjour Princesse… sourit il, alors que sa voix n’était qu’un murmure rauque encore emplit de sommeil.

- Bonjour mon Prince, répliqua-t-elle sans le quitter des yeux, avec un sourire malicieux sur le visage tandis qu’il comblait l’espace entre eux, la prenant dans ses bras.

Sa tête venant se nicher dans son cou, il respira l’odeur de sa peau, s’enivrant de tout son soul tandis que sa main se posant sur le ventre proéminent de Karine. Il sentit alors des coups sous ses doigts et de nouveau un sourire envahit son visage. Moment précis où les doigts de Karine vinrent effleurer la nuque de Luke d’un geste à la fois affectueux, tendre et intime.

Ses moments précis, elle ne pouvait s’en passer. Elle en avait besoin et surtout ses bras la rassuraient comme jamais personne n’avait compté dans sa vie. Certes sa grossesse accentuait à la fois ses angoisses et ses sautes d’humeur, elle n’en était pas moins ignorante au point de ne pas savoir que les hormones la mettaient sans dessus dessous. Elle sentait le souffle de Lucas dans son cou et ce dernier dériva lentement sur sa gorge puis son menton avant qu’il frôle ses lèvres alors qu’il se détachait très légèrement.

- J’aime me réveiller et te voir m’observer comme ça. Avec ce regard absolument sexy, qui ferait fondre un iceberg… et ce sourire qui me rend complètement fou de toi…

Un rire retentit dans la chambre le temps d’une brève seconde, juste le temps de réaction avant que les lèvres de Karine s’empressent furieuses de recouvrir celle de son homme. Ses mains remontant sur le torse de Lucas, elle riva son regard au sien avant de finalement détacher ses lèvres des siennes.

- Tu es de bien bonne humeur… sourit-elle.

- Je pense que tu avais raison. Je m’inquiète trop et ça nous empoisonne la vie…

- Oh… contente que tu ais ouvert les yeux. Et donc, comment tu comptes… essayer de te détendre ? ou plutôt de cesser de t’inquiéter inutilement ?

- Ne m’en demande pas trop, rit il doucement. Pour commencer, je vais te garder pour moi tout seul… et ensuite, on ira prendre une douche commune-

- Que de réjouissances, mon chéri ! Mais tu sais que je peux prendre soin de moi toute seule et que j’ai encore tous mes moyens pour me frotter le dos ?!

- T’es une femme pleine de ressources, j’en ai jamais douté ! sourit il en venant posé une main sur son ventre. Je veux ce qu’il y a de mieux pour toi et notre bébé…

- Tout se passera bien, Luke… On a toujours veillé ensemble à ce que nos rêves se réalisent et je t’aime. Ait confiance…

Il essayait de rester positif et de ne pas lui montrer son inquiétude. C’était plus fort que lui. Bien qu’il soit soulagé que dorénavant elle soit dans la confidence que sa mère était en ville, il ne pouvait envisager les pires scénarios. Se redressant il l’embrassa sur le front en ajoutant qu’il allait préparer le petit déjeuner.
L’observant, Karine n’en était pas rassurée. Lucas s’inquiétait beaucoup trop et elle ne savait plus comment l’aborder. Elle soupira puis se mit à fixer le plafond, impuissante.

*.*.*.*.*.*.

Elle avait eu le temps de découvrir qui il était. Et ce qu’elle s’apprêtait à faire, elle savait depuis longtemps qu’il n’apprécierait que moyennement, voir même il lui passerait un savon mais elle s’y ferait. Il bougonnerait et finirait par se faire à sa présence. Appuyant sur la sonnette, elle prit une lente respiration. Tout se passerait bien, elle devait rester maitresse d’elle-même, sinon adieu son self control !
Patiente, elle du attendre quelques secondes avant d’entendre un bruit de pas derrière la porte. Elle s’attendait à le voir dans un costume mais elle dut cacher sa déception en découvrant une jeune femme au regard pétillant, une longue chevelure chatains tombant sur ses épaules. Cette dernière lui sourit doucement.

- Bonjour…

- Bonjour… je suis bien chez M. Brady ?

- Oui… répondit la jeune femme avant de se tourner vers l’intérieur de la maison. Luke, c’est pour toi !

La jeune femme lui adressa un léger sourire d’excuses avant de s’éclipser en voyant Lucas arriver. Ce dernier fit des yeux tout rond en voyant la personne qui se tenait sur le palier. Il n’en croyait pas ses yeux. Sans même un bonjour, il la fusilla du regard, tirant la porte derrière lui.

- Becca ! Je t’avais dit de ne pas venir ici ! vociféra-t-il en s’assurant que personne n’écoutait leur conversation.

- Je devais te voir… et te parler, Lucas…

- Oh non ! secoua-t-il la tête en la fixant. Tu ne peux pas rester. Je te retrouve au journal un peu plus tard ! parada-t-il en rentrant et fermant la porte rapidement.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Sam 12 Avr - 0:33

*.*.*.*.*.*.

Ayant déjeuné avec Karine et Lucas, ils quittèrent Silver Springs en début d’après midi pour se rendre à Washington. Rain avait demandé à ce qu’il s’arrête à l’hôpital et, stationné à une centaine de mètre de celui-ci, il coupa le moteur, tournant la tête vers la jeune femme, embarrassé.

- Je vais t’attendre ici… marmonna-t-il avant de fixer subitement les voitures garées un peu plus loin devant lui.

Rain le fixait. La tension dans l’habitacle était palpable. Quelque chose ne tournait pas rond, elle le sentait. Elle s’apprêtait à lui demander ce qui n’allait pas mais s’en abstint en distinguant les mâchoires crispées d’Alex. Ils en parleraient plus tard, lorsqu’ils seraient sur un terrain neutre. Se disputer n’était pas du tout le moment. Ça devrait attendre. Carter et surement son supérieur l’attendait dans la salle des urgences. Elle devait y aller maintenant. Cependant, elle n’actionna pas la poignée de la portière, elle posa sa main sur celle d’Alex qui enserra la sienne au bout de quelques secondes.

- J’en ai pas pour longtemps… si tu le souhaites on pourrait aller faire un tour après…

Elle l’observa fermer les yeux puis tourner la tête en lui adressant un très léger sourire.

- Tu vas être en retard. Vas y…

Elle s’attendait à l’entendre lui répondre un oui ou ça nous ferait du bien mais non, il la poussait dehors. Il mettait une barrière entre eux et ça faisait longtemps qu’il n’avait pas agit ainsi. Elle se rembrunit puis déposa un baiser sur sa joue avant de sortir de la voiture et de lui envoyer un sourire rassurant.

De son coté, elle n’était pas tranquille au contraire. Croiser Carter allait être invivable. Bien qu’elle n’éprouvait ni cette attirance, ni cet amour vis-à-vis de Carter, il était toujours capable de lui faire du mal. Elle serait seule à cet instant. D’ailleurs l’attitude d’Alex l’inquiétait. Elle ne l’avait jamais vu si lointain, si angoissé. Entrant dans la cour des urgences, elle prit une lente inspiration. Deux médecins parlaient avec les ambulanciers qui descendait leur patient du véhicule. Elle les salua d’un signe de tête et passa le sas des urgences, une boule au ventre. Plus les jours passaient, plus elle perdait de vue son objectif. Elle devrait aujourd’hui être mariée à Carter mais au final, elle l’avait planté au pied de l’autel réalisant que ce mariage reposait sur un mensonge. Elle s’était mentit à elle-même. Elle devait alors affronter ses amis, collègues, supérieurs… et Carter !

Son regard parcourut la salle principal où une dizaine s’étaient soudainement figé sur elle. Elle ne vit qu’une seule personne qui marchait et lorsque ce dernier réalisa l’absence de bruit, il releva la tête. Déglutissant avec douleur, Rain leva les yeux vers Carter debout en face d’elle à une quinzaine de mètres. Ils ne se quittaient pas des yeux et tout le monde attendait un mot, une remarque, un geste. Rain prit alors sur elle et se dirigea directement vers la salle de repos sans un regard pour ces personnes. Elle n’attendit pas longtemps avant de sentir une présence. Retirant la plupart de ses affaires de son casier, elle venait de prendre une décision capitale. Que faisait elle, seule à Washington ? Alex avait raison, elle ne pouvait pas élever son enfant seule dans une ville qui la faisait souffrir. Car elle n’était pas heureuse, pas ici, et surtout pas avec Carter et son caractère jaloux. Elle se retourna subitement en claquant la porte de son casier. Elle le vit la dévisager, sa haine était évidente. Elle ne connaissait pas cet homme et il commençait à lui faire peur.

- Carter, murmura-t-elle.

- Tais toi ! J’arrive toujours pas à réaliser que tu m’ais fait ça ! Je t’aime Rain… et toi, qu’est ce que tu fais ? tu pars rejoindre ton amant le jour de notre mariage-

- Ne dis pas n’importe quoi ! répliqua-t-elle, sur les nerfs. Je n’ai rejoins personne. J’ai juste prit conscience de l’erreur qu’on commettait !

- Tu m’as toujours appartenu-

- Je n’appartiens à personne et encore moins à toi !

- ça c’est ce que tu crois ! s’avaça-t-il, déterminé vers elle.

Elle n’aimait pas l’homme qui était face à elle. Il l’intimidait et commençait à se montrer dangereux. Son cœur commençait à battre à coups redoublés. Elle ne baissait pas les yeux. Il se rapprochait de plus en plus et ce fut plus fort qu’elle, elle se mit à reculer. Elle devait éviter de le mettre en colère. Elle ne voulait pas revivre des moments tels que les soirs où il avait bu. Elle ne voulait plus sentir cette violence. Songeant que personne n’oserait venir les déranger, elle avait mal. Carter pourrait la détruire, personne ne lèverait le petit doigt. Reculant juqu’à la fenêtre, elle croisa son regard. Il ne semblait pas prêt à lâcher prise ou même à entendre raison. Cette fois la peur avait disparut laissant place à une angoisse naissante. La laisserait il sortir de cette pièce en un seul morceau ?

- Carter, je t’en prie… suppliqua-t-elle.

- Tu croyais que je resterais sans réaction ! Tu m’as prit pour un imbécile ! Et tu dois payer pour ça… menaça-t-il avant de sortir de la poche de sa blouse, un scalpel.

A la vue du petit instrument chirurgical, Rain releva la tête un peu plus, reculant encore. Des images se mettaient à défiler devant ses yeux et l’image d’Alex devint fixe. Elle ne le reverrait plus, son sourire disparaitrait et elle n’aurait jamais l’occasion de lui dire ce qu’elle ressent. Sa gorge se nouant à mesure qu’elle voyait Carter s’avancer, elle tenta de s’échapper mais il l’attrapa par le poignet et la plaqua contre le mur. C’était trop tard. Elle était à sa merci. Elle sentait des larmes venir lui bruler les paupières. Elle s’était jetée dans la gueule du loup. La sensation de brulure contre son cou l’envahissait. La lame de rasoir n’était qu’à quelques centimètres de l’une des artères les plus importantes. Un seul geste et Carter pouvait mettre fin à la vie de la jeune femme. Cette dernière priait silencieusement qu’il s’arrête et qu’il recouvre la raison mais était ce possible ? Les paupières closent, des larmes silencieuses se mettaient à dévaler le long de ses joues quand la voix d’un homme et des bruits voisins l’obligèrent à ouvrir les yeux. Mais elle ne pouvait pas, elle se laissait glisser contre le mur, se recroquevillant sur elle-même, entourant ses jambes de ses bras, sanglotant et tremblant. Elle gardait les yeux toujours fermé même quelques minutes plus tard alors qu’une main venait se poser sur elle, accompagné d’une voix tintée d’inquiétude profonde. Ce fut seulement à cet instant qu’elle releva les yeux pour croisé ce regard qui l’avait fuit quelques minutes plus tôt dans une voiture où une tension avait régné.

Elle ne savait pas ce qu’elle devait dire ou faire mais la seule chose qui lui passa par la tête était de lui crier son amour et de fondre dans ses bras. La première option passa évidemment à la trappe mais elle s’accrocha à lui et tenta de calmer les sanglots qui l’envahissaient. Ouvrant les yeux, elle vit une foule de personne agglutiné devant la porte qui regardait Carter attaché dans un coin, un œil au beurre noir. La pièce ne ressemblait plus à rien. Deux chaises étaient cassées, la table ronde renversée, les plantes gisaient en plusieurs morceaux à terre et la table basse en verre était brisée en milliers de morceaux. Elle enfouit alors un peu sa tête dans le creux du cou d’Alex qui lui murmurait quelques mots.

- Il ne t’approchera plus. Je te le jure, cette fois.

- Emmène-moi avec toi, s’entendit-elle lui demander. Je veux partir d’ici… j’ai besoin de toi…

Il recula légèrement la tête afin de croiser son regard, n’étant pas tout à fait sur d’avoir bien entendu les paroles de la jeune femme. Ses larmes roulaient toujours le long de son visage et il balaya celles-ci de son pouce en lui adressant un sourire rassurant.

- D’accord. Je te ramène-

- Pas chez moi…

Croisant son regard, il découvrait une nouvelle fragilité. Il hocha alors la tête et l’aida à se relever. Ils restèrent une longue minute debout, Rain nichant sa tête dans son cou, avant de finalement voir des policiers envahir la pièce. Ces derniers leur recommandèrent de ne pas quitter l’état puis ils rentrèrent à Silver Springs malgré les remarques de soutien des collègues de Rain. Ils étaient près à vouloir l’écouter où être présent pour elle mais elle ne souhaitait qu’une seule et unique personne soit là, celui qui la prenait dans ses bras.

*.*.*.*.*.*.

Il n’avait pas apprécié son intrusion en fin de matinée et il le lui avait clairement fait comprendre. Cette fille allait le rendre marteau. Il comptait bien en dire deux mots à Nick mais évidemment ce dernier était absent aujourd’hui ! A croire qu’il le faisait exprès !
Posant ses affaires à son bureau, il chercha son élève des yeux avant de la distinguer entre la photocopieuse et la machine à café. Parfait là bas, personne ne les entendrait ! Il s’y dirigea d’un pas déterminé avant de fermer précautionneusement la porte et de se tourner vers elle, qui semblait surprise.

- Il me semblait avoir été très clair ! Hors de question que tu mettes les pieds chez moi !

- Je vois pas pourquoi… Lucas-

- Tu vas m’écouter cette fois. Soit je sabote ton boulot et je fais clairement comprendre à Nick de se débarasser de toi… soit tu fais ce que je souhaite et tu ne cherches pas d’embrouilles !

- Mais qu’est ce que j’ai fait ! Je t’ai juste rendu visite-

- Chez moi, Becca ! Remets une fois les pieds chez moi et ta carrière sera finit avant d’avoir commencé !

Le fixant, elle ne voyait pas ce qu’elle faisait de mal en venant un midi chez lui. Il était parano. Elle se pinça les lèvres et abdiqua. S’il voulait que leurs rapport soit strictement professionnel, ils le seraient !

- Bien, je resterais à t’attendre ici ! Si y’a que ça pour te faire plaisir !

- Merci, appuya-t-il longuement sur les dernières syllabes.

Il se détourna d’elle après un long regard et sortit de la pièce tandis qu’elle finissait son café. Sa journée allait être terriblement longue !

*.*.*.*.*.*.

Le trajet du retour avait été des plus silencieux. Rain avait la tête tourné vers la vitre, regardant le paysage défiler tandis qu’Alex repassait en boucle toute la scène. Lorsqu’il était entré dans la salle des urgences, il ne l’avait pas vu et pas de Carter à l’horizon. Poussé par une angoisse qui lui broyait les intestins, il s’était dirigé immédiatement vers la salle réservé au personnel mais plusieurs personnes s’étaient mit en travers de son chemin. Comme s’il allait écouter des petites blouses blanches et faire ce qu’ils voulaient. Ce fut la voix de Rain qui le fit bondir dans cette pièce. Il ne lui avait pas fallut plus de deux minutes pour neutraliser Carter et l’assommer avant de l’attacher. Ce qu’il avait vu jamais il ne pourrait l’effacer de sa mémoire. Rain en garderait une trace indélébile sur la gorge. La coupure était nette mais légère. Toutefois, le traumatisme ne disparaitrait jamais. Il stoppa la voiture à quelques mètres de la plage. Il appela Rain doucement et cette dernière tourna la tête vers lui au bout de la troisième fois.

- On est arrivé… souffla-t-il.

Leurs regards s’accrochèrent une longue seconde et ils sortirent de la voiture. Il respira l’air frais de la plage puis vint la rejoindre. Il ne savait qu’elle attitude adopter. Garder le contact avec elle ou se tenir à distance, en attendant qu’elle vienne le chercher. Il hésita un long moment et finalement décida que ça serait à elle de lui dire ce qu’elle voudrait. Il était torturé à l’idée qu’elle le rejette maintenant mais il saurait faire avec. Alors qu’il restait à deux pas derrière elle, ils se dirigeaient ensemble vers le bungalow. Il s’arrêta sur le parvis puis l’observa entrer et s’allonger sur le lit.
S’allongeant sur le dos, elle se mit à fixer le plafond et ne semblait pas prête à lui confier quoi que ce soit. De plus en plus mal, il entra dans la pièce et se dirigea au fond, attrapant une bouteille d’eau et le paquet de café. Il avait besoin de caféine et pas d’une petite dose ! Préparant le nectar amer, il mit en route la cafetière puis s’approcha de Rain. Il était à deux pas d’elle et ne savait quoi faire. Attendre ou agir ? Il secoua la tête, il ne pourrait pas la brusquer. Il l’aimait trop pour lui faire du mal. C’est à cet instant qu’il s’aperçut qu’elle venait de glisser sa main dans la sienne. Il croisa alors son regard emplit de larmes. Resserrant ses doigts aux siens, il s’approcha très lentement.

- Ne pars pas s’il te plait… le supplia-t-elle, tout bas.

Une esquisse se sourire traversa son visage et il vint prendre place près d’elle, s’allongeant à ses cotés sur le lit.

- Je ne comptais pas partir, ni m’éloigner de toi, avoua-t-il leurs mains entrelacés reposant sur le ventre de Rain.
Se tourna sur le coté son autre main vint lentement effleurer son front puis ses cheveux, tendrement.

- J’ai cru que je ne te reverrais plus jamais… que ce bébé ne verrais pas le jour… que tu ne sauras jamais ce que je ressens… que je suis prête à te suivre où tu iras… murmura-t-elle, en plongeant son regard dans le sien, resserrant ses doigts aux siens.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Lun 14 Avr - 17:20

Chapitre 15 : Une rencontre ennivrante


Ses doigts filetés aux siens, il ne la quittait plus des yeux. Il lui sourit tendrement puis machinalement, il déposa un petit baiser aux coins de ses lèvres. Son pouce caressa lentement le dos de sa main et il murmura sans la quitter des yeux.

- Tu es prête à admettre que notre histoire et nos sentiments sont réels. Alors pour tout le reste, je ne te pousserais pas…

- J’ai toujours su que ce que je ressentais… n’était pas commun, que mes sentiments dépassaient la raison. Je refusais juste que toi, tu le saches…

Il était touché par ses mots mais elle dérivait du sujet. Il souhaitait qu’elle se confie sur ce qui s’était passé dans cette salle de repos. L’empreinte de son regard, encore effrayé et perdu, il savait qu’elle ne dirait rien. Il devrait laisser le temps faire son œuvre. Sa main vint alors effleurer sa joue et il souffla tout bas.

- Je suis amoureux de toi depuis près de 10 ans et aucune femme ne pourra me dérober à toi…

Des moments comme ceux-ci, ils n’en avaient jamais, car parler de ses sentiments c’était se livrer corps et âmes. Bien qu’Alex soit plus libre, il savait qu’il faudrait du temps à Rain pour lui avouer son premier « je t’aime ». Cependant, il ne s’attendait pas à la voir se réfugier ainsi dans ses bras, à ne plus se décoller de lui. Passant son bras autour de sa taille, il la retint contre lui, tandis qu’il sentait son souffle dans son cou et leurs jambes emmêlés. Fermant les yeux, il savourait le contact de leur corps et la présence fébrile de la jeune qui se lovait contre lui, qui avait terriblement besoin de lui à cet instant précis.

*.*.*.*.*.*.

Assise à une table près de la fenêtre, à quelque mètre de l’une des figures de Silver Spring. Elle observait les gens autour d’elle. Ça faisait des semaines qu’elle n’avait pas mit les pieds dans ce bar. Ça n’était pas son genre, elle préférait les ballades au parc avec Lucas qui la serrait contre lui mais revenir dans ce bar, lui rappelait ses années de lycée avec Rain. Se glissant sur une banquette, un torchon ajusté sur son épaule, Jamie observa son amie avec cette lueur d’amusement dans le regard.

- Quoi ? demanda Karine, un brin suspicieuse malgré le petit sourire qui naissait sur son visage.

- Rien… je m’attendais pas à te voir ici, c’est tout. Alors tu me connais, je suis curieuse et…

- Toi, curieuse ?! rit Karine. Je crois pas que ça fasse partie de tes qualités ça !

- Ah ah ah, très drole ! Allez dis moi tout… Comment se fait il que je te trouve si pensive et assise seule ici ?

- J’avais soif ! C’est pas un crime !

- Et en plus tu te fous de moi ! C’est beau les copines hein ! répliqua-t-elle, un petit rire dans la gorge. Ok, alors dis moi comment va le futur papa ?

- Longue histoire… Il m’enfermerait à la maison ou plutôt dans une prison en prenant garde que je reste bien allongé à rien faire, serait plus juste.

- C’est difficile-

- Lucas est inquiet et il veut le mieux pour nous… mais j’aimerais qu’il comprenne que j’ai besoin d’air de temps à autre…

- Et là, c’est ce que tu fais…

- Entre autres… mais c’est plus compliqué. Et toi alors, ça fait des semaines que je t’ai pas vu mettre le nez dehors…

- Je dois m’occuper de la « maison ». Tu sais ce que c’est-

- ça ne doit pas t’empêcher de vivre Jamie ! Tu dois sortir, rencontrer des hommes-

Jamie ne put que sourire à la remarque de Karine. Elle n’y allait jamais par quatre chemins. Sa fraicheur, sa spontanéité et cette décontraction, elle l’avait toujours envié à Karine. Elle était l’un des personnages de Silver Springs. Montré du doigt par certaines mère de famille et admiré par certains hommes qui appréciait son coté anticonformiste, puis il y avait les autres, ceux qui reconnaissaient son intelligence. Karine était une boule d’énergie comme on en trouve peu dans des petites bourgades. Jamie croisa son regard mais la lueur dans celui de Karine l’avertissait qu’une idée venait déjà de germé dans la tête de son amie.

- Quoi que tu en dises, je rencontre aussi des hommes ici-

- A quand remonte ton dernier dîner en tête à tête ou entre amis ?

- Karine-

- Non mais regarde toi ! Tu es jeune, belle, intelligente ! Je suis sure que si tu osais te montrer, plus d’un homme se bousculerait pour te faire la cour !

- J’apprécie ta détermination à vouloir me changer les idées… mais il y a des personnes qui sont faite pour rester seul-

- Tu sais à qui tu dis ça !

Jamie sourit. Karine restait la fille la plus bornée qu’elle connaisse. Elle souhaitait bien du courage à Luke pour arriver à vivre avec elle.
Karine avait belle et bien une idée en tête mais elle ne pouvait révéler ses intentions. Jamie n’était pas du genre à se mettre en avant et encore moins à sortir avec des inconnus. Au bar, c’était différent, c’était sa maison, elle y avait toujours vécu. Elle savait qu’elle n’avait aucun effort à faire mais dans une autre situation, elle était toujours sur ses gardes mal à l’aise. Karine ne la relança pas sur le sujet. Elle y reviendra plus tard avec plus de tact et finira par la convaincre. Personne ne lui résistait.

- Tu sais qu’Alex-

- Sort avec Rain ou est de retour « à la maison » ? finit Jamie simplement en croisant le regard de Karine.

- Tu sais alors… remarqua Karine. Je sais que tu as toujours tenu à Alex-

- Laisse tomber… je suis pas du genre à courir après un mec qui ne m’a jamais regardé.

- Tu te fais des idées. Alex est loin d’être comme ça-

- Je ne l’accuse pas… Personne n’aurait pu le détourner de Rain, je crois.

- Personnellement, je doute que ça aurait collé entre vous… Alex est très exigeant envers lui et il parle si peu-

- Je me dis parfois qu’on n’était pas destinés à être plus que des connaissances… et qu’un homme finira par me voir-

- Exactement, d’ailleurs-

- Non ! T’es en mode chasse à l’homme ! Pas questions que tu me mettes sur le grill !

- J’ai encore rien fait, leva les mains Karine.

- Je crois pas que ça soit le moment pour qu’un mec vienne mettre son grain de sel dans ma vie-

- Dis moi que c’est pas toi qui l’a appelé pour qu’elle vienne ici, Jamie ! Souffla une voix rauque derrière elle.

- Comme si elle avait besoin de moi pour faire ce qu’elle veut ! C’est ta femme, tu devrais la connaître… répliqua-t-elle en apercevant qu’il n’était pas seul.

Levant les yeux vers cet homme, Jamie cru fondre dans un océan saphir. Bien bâti, musclé juste le nécessaire. Cet homme possédait un charisme impressionnant, sa présence suffit à mettre ses sens sans dessus dessous. Elle détourna rapidement les yeux vers Lucas et Karine. Ce dernier s’assurant que Karine ne faisait pas d’excès en restant ici.
Au raclement de gorge derrière Lucas, il reprit ses esprits puis se tourna vers l’homme près de lui.

- Nick, je te présente, Jamie Sullivan… Jamie, Nicholas Anderson-

- Enchanté Jamie, commença Nick en lui tendant une main alors que la jeune femme reprenait ses esprits.

- Oh ! Nicholas Anderson… comme le Nicholas Anderson de… fit elle en serrant sa main avant d’être parcourut d’un léger frisson, tandis que Karine reprenait plus doucement.

- Oui, c’est ça… le rédacteur du journal…

Karine croisa un bref regard avec Lucas et Nick. Ce dernier la remercia d’un regard. Karine trouvait toujours la parade lors de moment délicat. Jamie se leva alors au même moment de la banquette puis s’appuya un instant contre le dossier avant de les regarder, tour à tour. Lucas fut le premier à réagir et commanda du café pour lui et Nick tandis que Karine la supplia du regard.

- Tu sais bien que ça serait pas raisonnable, chuchota-t-il avant de l’embrasser dans le cou et de glisser son bras autour de sa taille.

- Humm… Alors qu’est ce qui vous amène ? je croyais que vous aviez beaucoup de travail tous les deux ?!

- On fait une pause, rectifia Nick. Le café du bureau est imbuvable… et puis, je crois que l’un de nous deux était pressé de te voir ! reprit il avec ce petit sourire qu’elle lui connaissait.

Elle lui aurait bien répliqué une remarque de son cru pleine d’ambigüité mais elle s’en abstint en voyant Jamie revenir avec des boissons. Karine l’observa subrepticement et un léger sourire aux lèvres, elle tourna la tête vers Lucas qui la dévisageait. Elle porta une main à sa joue et lui souffla quelques mots à l’oreille, qui le fit sourire discrètement. Secouant la tête, il la regarda plus intensément. Elle avait déjà un plan en tête et de son coté, il savait que rien n’arrêtait sa petite amie.

- J’ai une idée ! on pourrait diner tous les quatre ce soir-

- J’ai une soirée chargée, fit Jamie.

- Ah oui ? Et qu’est ce que t’as de prévue ?! Je te rappelle qu’on est lundi et que tu es fermé le lundi soir !

Karine avait ce petit sourire victorieux sur le visage. Cet agaçant petit sourire qui pouvait rendre dingue beaucoup de personnes ! Jamie leva les yeux au ciel et fit demi tour jusqu’au bar pour poser son plateau. Soupirant, elle sentit une présence près d’elle. Relevant alors la tête, elle croisa ce regard saphir qui l’avait troublé quelques minutes plus tôt.

- Je serais vous, je retournerais m’asseoir avant que Karine perde le contrôle de la situation-

- Vous vous connaissez depuis longtemps ? s’enquit il, sans vraiment écouter ce qu’elle lui disait.

- 7 longues et incroyables années. Karine n’a pas changé et Lucas est toujours aussi transi lorsqu’il s’agit d’elle ! répliqua-t-elle avec un sourire.

- ça fait quelques années que je connais Luke. Personne n’est aussi droit et honnête que lui… à chaque fois que je les vois ensemble, je me demande comment ils peuvent s’entendre… ils sont tellement opposés…

Jamie ne put s’empêcher de rire. Nick ne devait surement pas savoir comment ils se comportaient l’un et l’autre lorsqu’ils étaient au lycée. Se tournant de trois quart vers lui, elle s’installa sur l’un des tabourets de bar et se lança.

- Apparemment, vous ne savez rien de Karine et Lucas ! Avant d’être le couple que tout le monde connaît… ils étaient chiens et chats. Karine l’a repoussé pendant plusieurs années. Et Lucas, il suffisait qu’il la voit en train de parler à un homme, il en devenait excessivement jaloux à tel point qu’à une période où Karine donnait des cours à Alex, Lucas lui a fait une crise de jalousie devant le lycée, parce qu’il marchait cote à cote… Alors quand je les vois aussi amoureux, je trouve ça fantastique. Ils ont une chance inouïe de s’être trouvé…

- Karine deviendra plus calme avec la naissance du bébé… et Lucas beaucoup moins stressé ! ajouta-t-il dans un sourire. C’est une vraie boule de nerfs. Il est tellement différent dès qu’elle est là. C’est impressionnant.

- C’est là, la magie de toute leur histoire, dit elle en tournant la tête et les observant rire puis se chamailler dans les bras l’un de l’autre. Ça vous donne pas envie des fois… de rencontrer celle qui vous est destinée ?

- Je crois que ma chance est passée… haussa-t-il les épaules.

- Peut être pas… souffla-t-elle, marquant une pause. Ça avait fait la une de la presse pendant des semaines… vous semblez bien remonter la pente-

- Les apparences sont parfois trompeuses. Ma vie se résume à mon travail…

- Il n’y a que vous pour changer ça… faire de nouvelles rencontres-

- Je laisse les discothèques aux jeunes. Sortir, ça n’est pas vraiment mon fort. Ma femme disait que je pouvais être ennuyeux à mourir dès qu’on me sortait d’une salle de rédaction ! ironisa-t-il.

- Et moi, je suis maladroite dès que je parle à quelqu’un que je ne connais pas ou bien dès que je franchis la porte du bar… finit elle par sourire.

- Alors on est dans la même galère, remarqua-t-il en se tournant à son tour vers Karine et Lucas. Je crois que si je partais, ils ne s’en rendraient même pas compte-

- Et vous iriez vous enfermer entre les quatre murs de votre bureau, avec pour seul ami votre petit ordinateur ! risqua-t-elle, coulant un regard dans sa direction.

- Touché…

- Le but de Lucas était peut être de vous faire sortir de votre routine et de prendre le temps de vivre.

- C’est ce que vous faites ? demanda-t-il curieux.

- Et bien… c’est ce que j’essaie de me dire tout les matins en me levant… mais mes résolutions ne tiennent pas plus de cinq minutes lorsque je m’aperçois que mes clients sont devant le bar, à attendre que je vienne leur ouvrir.

- On est décidément dans le même bateau alors…

- On dirait bien… mais comme l’a si bien suggéré Karine, je pourrais préparer un dîner… à condition que vous restiez, parce que je crois pas que je supporterais de tenir la chandelle entre eux. Vous voulez bien être mon sauveur ? Supplia-t-elle avec une petite moue désespérée.

- Seulement si vous me permettez de vous aider !

- Parfait ! Tout ira bien tant qu’ils ne mettront pas un pied dans la cuisine !

Nick l’écoutait attentivement. Jamie, malgré sa gêne était une personne fraiche, simple, spontané et qui cachait encore de nombreuses qualités. Lorsqu’il l’avait vu, il avait distingué une jeune femme banale mais quelque chose la différenciait des autres. Elle possédait cette luminosité, avec deux mots elle trouvait le moyen de vous faire voir les choses sous un autre angle et de faire de votre vie plus légère, moins sombre. Il la suivit derrière le bar jusqu’à la cuisine, derrière une porte battante. Il découvrit alors une grande pièce d’une blancheur éclatante, parfaitement ordonné. Encore des qualités qu’il découvrait chez cette jeune femme étonnante. L’observant d’un œil avertis, elle sortit des ingrédients du frigo et les disposa sur le plan de travail en lui expliquant deux, trois petites choses essentielles.


*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Lun 14 Avr - 17:22

Toujours blottie contre lui, il sentait son souffle régulier dans son cou. Passant sa main dans son dos, il appréciait énormément l’instant. Il n’avait de réel souvenir de la sentir si abandonnée dans ses bras. Elle avait toujours érigé un mur entre eux. Ce mur même qu’il souhaitait abattre pour qu’enfin, ils soient ensemble. Il ne souhaitait pas un peu d’elle. Il la voulait entièrement. Il voulait la sentir heureuse, être là pour la consoler, pour rire avec elle, pour lui faire l’amour jusqu’à épuisement mais également pour l’aider à avancer, la rassurer sur leur avenir. Il souhaitait tout partager avec elle. Chose qui, jusqu’à maintenant, elle n’était pas prête à entendre.

Sentant son portable vibrer dans la poche de son pantalon, il l’extirpa de sa poche gauche puis décrocha en portant le combiné à son oreille. Une voix rocailleuse pour avoir trop fumé et si cynique, il n’avait pas besoin de mot pour savoir à qui il avait à faire.

- Salut beau gosse ! entendit-il avec des bruits en fond sonore.

- Annonce la couleur… chuchota-t-il, en sentant Rain bouger légèrement, soupirer puis finalement se blottir un peu plus dans ses bras.

- Tu es attendu pour la fin de semaine sur le tournage… Jeudi pour être exact.

- Tu peux pas m’obtenir un délai ?

- Pourquoi ? T’as eu de longues vacances ! Tu veux pas laisser ta conquête en plan et maintenant tu souhaite jouer au Prince Charmant !

- Cesse d’être sarcastique… il me faut juste quelque jours. Tu peux ou pas ?

- Alex, c’est ta carrière qui est en jeu. Si tu veux arrêter je comprends, la célébrité plait toujours beaucoup-

- C’est d’ordre personnel. C’est important.

- Je vais voir ce que je peux faire… mais te fait pas d’illusions-

- Les nouveaux scénarios sont arrivés ?

- Ce matin…

- Je suis encore à Washington…

- Dans ce cas, il serait bien que tu reviennes fissa… enfin si t’arrive encore à rentrer chez toi, bien sur…

- Qu’est ce que tu veux dire ?

- Que tes fans t’attendent en bas de chez toi… et qui rêve que tu les emmènes à ton bras et leur face vivre le rêve suprême, passer au moins une nuit dans ton lit !

- Ouais, bah elles se font trop d’illusions. J’ai pas besoin de femmes dans mon lit… souffla-t-il, alors que de nouveau, il distingua un soupir de Rain qui cette fois, releva la tête avant d’ouvrir les yeux. Je te rappelle plus tard.

Décollant son téléphone de son oreille, il raccrocha en fermant le clapet de son portable puis étendant le bras, il le déposa sur la desserte de la table de nuit. Il sentit alors l’intensité du regard de Rain sur lui.

- Qu’est ce qui se passe ? demanda-t-elle finalement quand il la reprit dans ses bras.

- C’était mon agent… comment tu te sens ? Éluda-t-il, sachant parfaitement que ça ne servait rien et qu’il devrait prendre une décision. A savoir est ce que Rain souhaiterait faire partie du voyage ou non ?

- ça ira, haussa-t-elle les épaules. Qu’est ce qu’il te voulait ? je croyais que tu étais en vacances-

- C’était le cas puisqu’avec la grève, tous les tournages étaient suspendus… mais ça reprend en fin de semaine…

- Ah… donc tu repars, comprit elle soudainement.

- Je lui ais demandé quelques jours… commença-t-il. Rain, beaucoup d’évènements ont eu lieu récemment et je comprendrais que tu m’en veuilles de partir… mais tu n’es pas obligé de rester ici. Tu peux m’accompagner. Ça te permettra de réfléchir et de songer à ce que tu souhaites faire de ta vie…

Le fixant, elle réalisa qu’il était sérieux et que sa proposition n’était pas des mots en l’air. Elle avait toujours peur. Il y avait le bébé, puis leur relation. Comment gérerait-il ça, une fois à Los Angeles ? et sa grossesse ? Les gens finiraient par l’apprendre, cela ne deviendrait il pas un obstacle à la carrière d’Alex ? Elle soupira puis se redressa sur le lit. Ses questions l’obsédaient soudainement et elle ne savait pas quoi lui répondre. Avait il songé à tout ça ? Au devenir de leur relation et du fait qu’ils allaient devenir parents d’ici quelques mois ? Se levant, elle se mit inconsciemment à faire les cent pas devant le lit.

- Je sais que tu penses bien faire avec cette proposition… mais tu oublies ta carrière. Avec ma grossesse, les rumeurs vont se propager à la vitesse du son et-

- Et quoi ? Rain, on est ensemble, je me moque pas mal de ce qu’on pourra dire sur moi. Je sais que tant qu’on sera ensemble, tout se passera bien… mais je ne suis pas du genre à te forcer à me suivre, si tu souhaites rester près de Karine et Lucas.

- Je ne sais pas encore…

Elle avait entendu la dernière phrase avant qu’il ne raccroche son portable. Il n’a pas besoin de femme dans son lit, ça voulait dire quoi ?! qu’il en était dégouté ? qu’il avait changé de bord ? Non, ça c’était impossible… mais que voulait il dire alors ?

- Ce que tu as dit à ton agent… à propos des femmes… murmura-t-elle en levant les yeux vers lui. Tu le pensais ?

*.*.*.*.*.*.

Jamie avait préparé un petit dîner, un plat que tout le monde saurait préparer en quelques minutes mais elle avait été distraite par la présence de Nick qui l’observait un peu trop intensément. Pas qu’elle n’appréciait pas sa présence. Au contraire, c’était quelqu’un qui avait beaucoup de conversation et qui débordait d’intelligence mais par son regard, il avait tendance à la mettre mal à l’aise.
Lucas et Karine venaient de partir et Nick avait alors rejoint Jamie dans la cuisine et la secondait. Il essuyait la vaisselle. Il avait ôté sa veste de costume un peu plus tôt dans la journée puis avant retroussé les manches de sa chemise sur ses avant bras. Jamie avait alors un aperçu direct de la peau satinée de Nick et des ses muscles si bien dessinés, ce qui la déstabilisait encore un peu plus. Un silence régnait dans la cuisine chacun se perdant un peu plus dans leurs pensées. Vidant son évier, Jamie se retourna pour attraper un torchon quand elle buta malencontreusement contre la masse masculine qui n’était qu’à quelques centimètres d’elle. Elle marmonna un désolé mais Nick ne l’entendit pas, ne sentant que sa main sur sa hanche et découvrant le trouble dans le regard de la jeune femme.

- Y’a pas de mal… chuchota-t-il, rivant son regard au sien, sans pour autant s’écarter d’elle.

Des jeunes femmes de son âge, il y en avait en masse au journal mais elles n’appartenaient pas à la même catégorie que Jamie. Cette dernière avait des atouts qu’elle ne semblait pas soupçonner. Durant la soirée, à plusieurs reprises, il s’était demandé comment elle pouvait encore être célibataire. Elle était très jolie et même sexy avec ce torchon toujours jeté en travers de son épaule. Elle respirait la beauté sensuelle, surtout avec ce petit top qui découvrait son nombril et ce ventre plat. Elle possédait de longues jambes bien fines, qu’il devinait sous son jean serré. Si les hommes passaient un peu de temps en sa compagnie, ils seraient forcément attirés par cette beauté spectaculaire. Suivre Lucas n’avait pas été une si mauvaise idée et pourtant, il ne souhaitait pas s’engager dans une relation. Il avait déjà vécu ça et il avait tout perdu. Jamie était différente sur ce point car elle lui imposait sa façon de voir et l’obligeait à se remettre en question. Il déglutit difficilement son regard glissant sur ses lèvres humides et rosés.

Jamie s’était raccroché à son bras en le bousculant, elle sentait sa force masculine sous ses doigts et l’envie de se blottir contre lui l’envahissait. Elle ne pouvait pas. Elle tentait désespérément de s’accrocher à sa rationalité mais le regard de Nick la faisait fondre. Ses yeux bleus qui la parcourait, l’électrisait un peu plus. Si elle avait encore toute sa tête, elle ne passerait pas sa main dans ses cheveux court et si doux. Elle savait que ce genre d’attitude ne lui apporterait que des ennuis et ça n’était pas ce qu’elle cherchait. De l’affection et un peu de tendresse, évidemment comme beaucoup de femmes, mais Nick appartenait à une catégorie d’homme qui risquait de la détruire. Un homme trop beau, trop gentil, trop tendre, ne pouvait que lui faire du mal et son cœur avait déjà été mit à mal par Alex.
Sa main redescendait le long de la nuque de Nick qui avait passé son bras dans son dos. Son corps frémissait sous ses doigts et elle aurait préféré que ça cesse sur le champ. Un petit rictus aux coins des lèvres de Nick lui indiqua qu’il appréciait le moment et pourtant c’était dangereux car elle se connaissait. Pour lui ça ne serait qu’une passade mais elle, qu’en serait-il pour elle, l’éternelle romantique qui ne s’ouvre pas ? Elle le vit pencher sa tête à quelques millimètres de ses lèvres. Elle chuchota alors, sa main venant lisser sa chemise blanche.

- Le prend pas mal mais… tu dois surement te lever tôt demain-

- Tu te soucies de mon sommeil ?

- Je… soupira-t-elle. Je voudrais pas que tu regrettes un jour ce qui pourrait se passer si tu venais à rester en ma compagnie… ce soir…

- Oh… Je vois. Tu veux que je parte…

- Je… Je crois que rien de bon ne pourra sortir de ce qui est en train de se passer…

- Tu n’as aucun moyen de le savoir, Jamison…

Elle baissa la tête, tentant de se défaire de ses bras, mais sa poigne était ferme. De plus son parfum l’enveloppait et elle se sentait pas capable de résister bien longtemps.

- Mon père était la seule personne à m’appeler comme ça…

Une très légère trace de sourire naquit sur le visage de Nick, c’était la première fois depuis l’après midi, qu’elle confiait un seul mot sur sa famille. Sa main vint parcourir sa joue puis se faufila dans ses cheveux souples, doux à l’odeur de lilas.

- Tu veux parler de lui ?

Elle secoua la tête et lentement il la sentait fléchir. Jamie montrait sa vulnérabilité et se dévoilait. Il ne s’était pas attendu à ça en la voyant cet après midi. Elle ne semblait plus résister. Il était indéniablement attiré par sa personnalité et par son corps. Il ne devait rien à personne mais si elle ne souhaitait pas aller plus loin avec elle, il prendrait ses distances. Relevant la tête, il croisa son regard puissant et troublé. Au contact de la jeune femme, il entendait son cœur tambouriner contre ses cotes et sa respiration s’accélérer. Il lui adressa alors un petit sourire et se pencha vers elle, lentement avant d’entrouvrir ses lèvres et de frôler simplement les siennes.

Il n’avait rien planifié de tout ça. Il n’avait jamais songé qu’en entrant dans ce bar, sa rencontre le déstabiliserait ou qu’elle verrait plus loin en lui que toutes les femmes qu’il avait pu rencontrer lors de soirées de gala. Jamie avait ce petit quelque chose qui le touchait et qui l’empêchait de penser à autre chose. Il était attiré par l’envie de lui faire l’amour mais ce désir n’était pas purement sexuel ? Il se posait forcément la question et en même temps, il sentait que quelque chose de plus intense les liait l’un à l’autre. Incapable de mettre le mot dessus, il la plaqua un peu plus contre lui tandis qu’elle s’autorisait à répondre à son effleurement et ce baiser qui le consumait de la tête au pied. Gémissant contre lui, il avait glissé sa main sous son débardeur, caressant sa peau si douce et lisse de son dos. Le désir qui le parcourait était en train de le rendre dingue et il ne parviendrait pas à lui résister plus que quelque minutes. Les battements de son cœur s’emballait et il avait de plus en plus de mal à respirer. Son corps collé au sien, il la voulait et maintenant. Il détacha légèrement ses lèvres, son souffle caressant son visage.

- Soit tu m’indiques ta salle de bain pour une longue douche froide… soit on poursuit ça ailleurs. Je voudrais pas salir ta si belle cuisine… finit il d’une voix tendue emplit de désir.

Elle lui sourit malicieusement et s’écartant de lui, elle prit sa main dans la sienne. Le menant jusqu’à son appartement au dessus du bar, elle referma la porte derrière lui. En temps normal, il aurait admiré son appartement pour se faire une idée plus précise sur la jeune femme qu’il avait étreint quelques secondes plus tôt. Or à cet instant, il s’en moquait bien. Seul comptait la présence de la jeune qui lui lançait un regard de braise, à moins de deux mètres de lui. Il n’était pas coutumier d’aventures. Toutefois Jamie faisait de lui quelqu’un d’autre. Elle lui ouvrait d’autres horizon, elle lui prouvait que se laisser aller pouvait avoir du bon. Se rapprochant d’elle, ses mains vinrent se poser sur ses hanches.
Jamie en était à parcourir ses épaules de ses mains fines. Elle fonçait surement droit dans une impasse car un homme aussi bien que lui, ne pourrait jamais avoir une histoire avec elle. Non, ils appartenaient à deux mondes bien différents. Elle, réservée et discrète. Lui, médiatisé par la fortune de sa famille et son impressionnant parcours. Cependant, c’était bien cet homme qui l’embrassait à la faire tomber à la renverse et qui la caressait si intensément que la sensation de n’être plus qu’une plume l’envahissait. Lorsqu’il lui demanda où était sa chambre, elle n’avait toujours pas articulé un mot mais lui avait désigné une porte de sa main. Du hall à la chambre, il en avait profité pour la dévêtir lentement. Son jean reposait maintenant dans le couloir alors que son débardeur était jeté sur le parquet du hall d’entrée.
De son coté, elle n’avait pas protesté et avait mit en œuvre de le découvrir à son tour, retirant tout tissu entre leur corps. Recouvrant son corps sur le lit, il avait été tenté de la faire sienne immédiatement. Ce désir devenait de plus en plus oppressant et lui résister ne faisait plus partie de ses priorités. Ses lèvres parcouraient sa poitrine descendant dans la vallée de ses seins, puis sur son ventre plat avant de venir troubler le cœur de son intimité.
Les gémissements qui franchissaient ses lèvres, elle ne pouvait les retenir. Le poids du corps de Nick qui se soulevait puis s’abattait sur elle, elle ne le rêvait pas. Tout comme la sensation que cet homme faisait d’elle une femme comblé. Pénétrant sa chaleur, le désir qui la bousculait se faisait plus oppressant, tout semblait tourner autour d’elle et la vague de plaisir semblait être imminente alors qu’elle le sentait lui aussi au bord de l’extase, allant et venant à un rythme de plus en plus soutenue. Ses mains qui caressaient ses cuisses puis ses lèvres sur sa poitrine fut ses derniers instants de lucidité alors qu’une vague de plaisir la traversait, incapable de contrôler le frémissement qui la parcourait. Nick lui laissa une seconde de récupération mais la violence du plaisir qui l’envahit à son tour ne la trompa pas. Il existait quelque chose entre eux, peut être un simple désir sexuel ou une alchimie des plus étranges mais elle ne nierait jamais que désormais quelque chose la liait à cet homme extraordinairement fabuleux.


_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Lun 14 Avr - 17:43

*.*.*.*.*.*.

3 jours plus tard,

Karine et Lucas devaient recevoir les parents de ce dernier mais pas avant plusieurs heures. Karine était assise près de Lucas, qui s’évertuait à préparer le déjeuner tout en discutant de tout et de rien comme ça leur arrivait régulièrement. Lorsqu’elle entendit qu’on sonnait à la porte d’entrée, elle se leva et sans se presser, alla ouvrir. Un sourire se dessina sur son visage en découvrant sa meilleure amie, seule. Toutes deux se dirigèrent dans le salon après s’être embrassés. Rain était embarrassé. Il y avait des détails que Karine ignorait et ne savait par où commencer. Ce fut cette dernière qui lança la conversation en remarquant l’absence d’Alex.

- Je pensais que vous arriveriez ensemble.

- Il est à l’aéroport… pour réserver nos billets.

- Vos billets ? vous partez ? tous les deux ?! ensemble ! s’écria Karine.

- Oui… fit doucement Rain. Ces derniers jours… plusieurs évènements ont eu lieu. En allant à l’hopital, Carter m’a agresser et a tenter de me tuer… si Alex n’était pas intervenu-

- Quoi ?! Mais… Enfin, t’aurais du me le dire tout de suite-

- Karine, dois je te rappeler que tu es enceinte et que dans ton état, tout stress est une source de possibilité pré-natale ?

- Mais quand même, je suis ton amie. Ta meilleure amie.

- Et moi, je pense à ton bien ! répéta-t-elle. Alex doit rentrer à Los Angeles… et je vais avec lui. Je pense pas que t’ai besoin de savoir pourquoi-

- Je réalise enfin que tu as accepté vos sentiments… il aurait été préférable que ça se produise plus tôt, car vous auriez moins souffert… mais l’essentiel c’est que vous soyez ensemble et heureux. Et pour ta grossesse… comment tu vas faire… Alex est un acteurs les plus adulés de la cote ouest-

- On en a parlé… Il va faire une conférence de presse où il révèlera « nos fiançailles »-

- Vos fiançailles, si un jour j’avais pensé entendre ça de ta bouche !

- Et dans quelques semaines, il annoncera ma grossesse… finit elle par sourire après quelques secondes. Je voulais juste que toi et Luke soyez au courant. J’ai l’impression que le Alex que je connaissais n’a jamais existé, si ce n’est dans ma tête… il pense à tout, s’assure que je me sens bien et il est si présent…

- Il t’aime. Je te l’ai toujours dit…

- Je sais… finit elle par dire. On doit se retrouver à l’aéroport, j’étais venu vous prévenir et vous embrasser…

- Appelle nous quand vous serez arrivé, se fit entendre la voix de Lucas derrière les deux jeunes femmes.

Rain hôcha simplement la tête puis enlaça ses deux amis durant de longues minutes avant de sortir de la petite maison, rejoignant la voiture qu’elle conduirait jusqu’à l’aéroport où elle retrouverait Alex. Elle savait qu’Alex serait présent et l’aiderait. Bien qu’elle ne l’ai confié à personne, elle craignait que son enfant soit celui de Carter et elle avait peur, peur que le monstre qui avait manqué de la tué n’apprenne sa grossesse et qu’il aurait peut être un enfant…

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Jeu 24 Avr - 1:18

Chapitre 15 : Love is there a game ?


Marchant sur le trottoir, elle s’arrêta au passage piéton dessiné devant elle. Plusieurs voitures défilèrent devant elle avant qu’elle puisse traverser. Se retrouvant sur un autre trottoir, elle le longeant avant de pénétrer dans la petite cour attenante au bar de Jamie. Poussant la porte, elle pénétra dans le lieu envahit de fumées et de différentes odeurs d’alcools et de tabac mélangés. Elle s’avança directement vers le bar lançant à voix haute.

- Un café pour moi, Jamie !

Cette dernière se retourna avec un petit sourire à l’adresse de son amie.

- Bien entendu, sauf que ça sera du café sans café pour toi ! répliqua-t-elle en faisant le tour du bar avant de l’embrasser. Dis moi, qu’est ce qui t’amène ici deux fois dans la même semaine ?

- Rien de spécial, je m’ennuie à la maison alors je passe te voir-

- Oui, c’est ça ! fit Jamie avec un sourire sur les lèvres. Pas que je n’apprécie pas tes visites mais ça cache autre chose…

- J’avais des papiers à signer au lycée pour mon congé maternité, confia-t-elle a demi. Et je me suis dit qu’on pourrait discuter un peu…

- Toi discuter ? Tu veux dire, me tirer les vers du nez, non ?

Karine fit mine d’être vexé mais ne tint pas plus de trente secondes. Elles se connaissaient parfaitement et Jamie n’avait pas tout à fait tors. Karine s’était retenue pendant presque une semaine pour savoir ce qui s’était passé après son départ avec Lucas du restaurant, l’autre soir.

- Ne vois pas les choses sous cet angle… Il y a quelques choses que tu souhaiterais me dire…à tout hasard bien sur !

- Faudra que je demande à Lucas comment il fait ! marmonna-t-elle pour elle-même. Pourquoi crois-tu que j’aurais quelques choses à t’avouer ?

- Peut être parce que je suis ton amie et que l’autre soir tu semblais bien t’entendre avec Nick-

- Je t’arrête tout de suite. Tu te fais de fausses idées sur lui et… moi-

- J’ai vu vos regards quand vous pensiez que je vous regardais pas ! Et c’était bien tout sauf de l’ignorance. Nick est un homme adorable-

- Je croyais que tu avais compris que je ne voulais pas d’homme dans ma vie…

- Tu me remercieras bientôt-

- Karine-

- Je suis sérieuse Jamie. Nick est un type formidable et toi, tu es mon amie ! Tu penses que je le pousserais dans ta direction s’il n’était pas recommandable ?

- C’est pas ce que j’ai dit…

- Alors qu’est ce qui te dérange ? Et qu’est ce qui s’est donc passé après notre départ… pour que tu sois si catégorique.

- Karine, tu te rends compte de qui tu parles ?

- Bien sur, Nick Anderson est un beau parti et plus d’une fille voudrait être à ta place-

- Aucune femme ne pourra jamais pénétrer son cœur ! Il a perdu sa femme et ses enfants dans un incendie volontaire ! Ouvre les yeux Karine ! Et sérieusement, je le vois pas du tout tomber amoureux d’une fille comme moi-

- Donc tu n’es pas insensible et ce que j’ai perçu se vérifie…

Jamie soupira et grommela après la remarque de son amie. A croire qu’elle faisait exprès de ne pas comprendre son amie. La barmaid hésita à lui dire le fond de sa pensée mais elle se retint, une autre remarque ne ferait que la conforter dans son idée, et c’était bien ce qu’elle voulait éviter.

- Je vois pas pourquoi tu tiens à le garder à distance… Tu as également droit au bonheur, Jam’…

- Il ne s’agit pas de ça, reprit-elle plus doucement. Tu dis que je ne sors pas, mais quand est ce que je pourrais ? j’ai le bar, mon appartement, j’ai tout juste le temps de dormir-

- Mais justement, si tu n’étais pas seule, tu n’aurais plus à affronter ça toute seule… avec le temps tu pourras surement embaucher un barman de plus. Tu as besoin de vacances et je suis sérieuse Jamie.

Karine marqua un silence. Elle connaissait la situation de Jamie. Elle n’avait rien dit jusqu’à maintenant par respect pour sa famille qui n’était plus là, mais elle n’allait pas la regarder sombrer sans rien faire.

- J’ai jamais rien dit sur ta façon de vivre… mais ton père n’avait pas à te faire porter un fardeau tel que celui-ci ! Tu avais à peine 18 ans ! Je sais que tu aimes travailler ici, c’est toute ta vie… mais tu dois vivre. Ok, Nick n’est peut être pas le bon… mais ne t’empêches pas d’aller de l’avant. Nick est un chic type, donne toi une chance avec lui…

- Karine…

- J’ai jamais dit que toi et Nick vous serez le couple de l’année ! Je dis juste que tu dois t’ouvrir aux horizons masculins… Nick n’est qu’un exemple…

- Un exemple de quoi ? Retentit la voix grave du rédacteur en chef, derrière Karine.

Jamie échangea un bref regard avec Karine puis soupira. Elle avait mit les pieds dans le plat et bien que Karine s’en sortait toujours, Jamie se demanda par quelle pirouette, elle y parviendrait cette fois ci.

- J’essaye simplement de convaincre Jamie que resté enfermé ici, ne l’aidera pas à aller de l’avant-

- Il me semble que le sujet était clos, commenta la jeune femme.

- Non, j’en ais pas finit avec toi-

- Je me disais bien que tu me ficherais pas la paix de sitôt… au moins quand Rain était là, tu m’oubliais-

- Te fais pas d’illusions, Bella ! J’ai toujours Rain et Alex à l’œil.

- J’en doute pas… fit elle en coulant un regard en direction de Nick. Tu veux boire quelque chose ?

- Un café, s’il te plait…

Jamie s’éloigna de quelques pas jusqu’à la machine puis revint quelques secondes plus tard alors que Karine parlait avec Nick. Elle était déterminée à ce qu’elle sorte avec un homme. Elle adorait Karine mais là, avec la présence de Nick, elle sentait soudain vulnérable. Elle ne savait comment réagirait Nick, d’autant plus après la nuit sulfureuse qu’ils avaient partagée. Karine était trop intelligente, elle saurait décrypter les signaux entre eux. Et ça ne lui disait rien qui vaille.

Déposant le café avec sa sous tasse devant lui, elle fit comme si de rien était mais en tournant la tête, elle capta le regard de Karine. Elle leva les yeux au ciel puis cette dernière se leva en lui lançant.

- Oublie pas ce que je t’ai dit, Bella ! J’y vais, beau papa et belle maman vont m’attendre ! lança-t-elle sarcastiquement.

Se dirigeant vers la porte, Jamie l’observant jusqu’à ce que le porte se referme derrière elle, tandis qu’elle sentait un regard brulant posé sur elle. Tournant la tête, ses yeux trouvèrent les siens. Ils n’avaient pas échangé un mot depuis une semaine, depuis leur fameuse nuit. Jamie avait cessé de se faire des espoirs concernant Nick. Il était un homme, beau, sexy, réputé, intelligent et plutôt fortuné. Il n’aurait rien à faire avec elle, fille du propriétaire d’un bar qui lui avait laissé des dettes monstrueuse et dont la famille était inexistante depuis des années.

Le bar était désert à cette heure, d’ailleurs Nick devrait être en route pour Washington mais il avait décommandé le repas familial à la dernière minute. Il s’était alors rendu directement dans ce bar où sa propriétaire le troublait depuis une longue semaine.
Jamie ne bougeait pas mais le malaise qui l’envahissait ne semblait pas se dissiper. Au bout d’une minute, elle parvint néanmoins à reprendre ses esprits et machinalement, elle attrapa une éponge, commençant à nettoyer le bar. Le mieux était qu’elle s’occupe les mains, au désespoir que Nick troublait ses pensées.

Il observa son petit manège et en sourit. Elle était attirante avec ce petit pantalon slim et ce nouveau débardeur qui dévoilait et laissait apparaître ce corps si féminin. Cependant, il devinait la tension concentré dans ses épaules. Ils devraient pourtant bien parlé de ce qui s’était passé. Il n’était pas là pour rester à l’observer et à la troubler. Cependant tous les scénarios qu’il imaginait ne semblaient convenir. Il n’y avait pas âme qui vive dans le bar ! C’était le moment idéal pour parler. Il devait se reprendre et se détacher de ce corps qui le faisait fantasmer depuis des jours.

- Jamie… appela-t-il.

- Ne dis rien, Nick… Je t’en prie, souffla-t-elle en s’arrêtant de frotter le bar puis fermant les yeux.

Elle ne souhaitait pas cette discussion. Ce qui c’en suivrait, elle le savait déjà. Si elle était honnête elle lui dirait ce qu’elle avait sur le cœur et qu’elle ne souhaitait que recommencer et poursuivre cette aventure avec lui. Mais elle ne pouvait pas, car trop de chose les séparait et Nick appartenait à un monde médiatisé. Elle ne voulait pas qu’on en vienne à parler d’elle ou de son bar, de ses ennuis financier…

- Tu devrais pas te mettre dans un état pareil… souligna-t-il, d’une voix douce. On a eu une aventure, dis moi où est le mal ?

Il faisait exactement ce qu’elle redoutait. Elle soupira puis fit soudain volte face le fixant intensément.

- Le mal… le mal c’est que tu ne soupçonne pas ce que je peux ressentir. Tu es comme les autres ! Vous pensez qu’une aventure ça n’est rien et que nous les femmes, on peut tourner la page sur un homme comme sur la page d’un magazine ! Moi, je ne peux pas ! J’ai jamais réussit ! Alors s’il te plait, reste loin de moi-

- Jamie… tu crois que je me suis moqué de toi ?

- Qu’est ce que ça peut faire maintenant ? On ne pourra jamais revenir en arrière-

- Je croyais que c’était ce que tu voulais. Je me suis trompé, on dirait…

- Non… enfin oui… soupira-t-elle. Tout ce que je sais c’est qu’on a eu tors... ça n’aurait pas du arriver Nick, c’est tout…

- Pourquoi ? Parce que tu t’autorisais à ressentir et à laisser tomber ta carapace ?

- Les hommes ne m’ont toujours qu’apporter désillusions et déceptions…

- Et je suis le dernier ajouté à la liste… si tu souhaites que je sorte définitivement de ta vie-

- ça risque d’être bien compliqué maintenant… Karine soupçonne quelque chose et elle ne lâchera pas le morceau de sitôt.

- Je peux lui parler, si tu préfères. Elle me connaît à peine, elle m’écoutera-

- Je voudrais pas te vexer mais Karine n’écoute personne. Elle en fait toujours qu’à sa tête…

- Dans ce cas, on lui donne de quoi alimenter son hypothèse. On se donne quelques semaines et puis quand tu le souhaiteras, on arrêtera tout-

- T’es malade ?! T’as été touché par la foudre ?!

- C’est la meilleure solution, Jamie. Elle te fichera la paix et je sortirais de ta vie dans quelques temps. Je trouve que c’est un bon compromis.

- La situation va nous échapper ou m’échapper plutôt… je suis plutôt doué quand il s’agit de faire des bourdes-

- j’assurerais tes arrières, fit il avec un sourire, un brin étonné tandis qu’il la voyait s’approcher très lentement.

- C’est dangereux-

- T’es bien la première que je rencontre qui n’est pas excitée par l’idée de danger !

- Finalement je suis peut être pas comme les autres…

- Dans ce cas… je serais curieux de savoir et de découvrir justement ce qui fait de toi, une femme si différente des autres…

- Nick…

- Karine te fichera la paix, si tu fais des efforts… et moi, ça me permettra de mieux te connaître. Quel mal y a-t-il à sortir de temps à autre tous les deux, mentit il en sachant pertinemment que ces sorties auront un but bien précis, le concernant.

La détaillant, il vit ses gestes s’arrêter et ses épaules s’affaisser. Il devina qu’elle commençait à céder. C’était le moment précis où il devait en profiter. Dieu sait pourtant que ça n’était pas son genre de profiter de la situation, particulièrement avec les femmes. Durant une interminable minute, il resta sans rien dire avant de finalement craquer. Inconsciemment, il fit le tour du bar et combla l’espace entre eux, l’approchant de lui en posant une main sur sa hanche alors que l’autre frôlait les traits si particuliers de son visage.

- Je sais que tu penses qu’on fonce droit dans une situation sans issue mais je peux pas nous mentir plus longtemps… ça fait une semaine que je cherche le bon prétexte pour t’aborder, te dire que j’arrête pas de penser à toi… et que tu es magnifique, Jamie…

Son regard rivé au sien, elle s’était attendu à ce que finalement il baisse les bras ou alors qu’il l’embrasse avant de disparaître mais pas à une déclaration, pas à ce qu’il lui avoue qu’elle lui a manqué. Un léger sourire vint envahir son visage et elle souffla contre ses lèvres.

- Tes compliments ne t’emporteront pas au paradis. Je suis une grande fille Nick-

- Je sais… mais une grande fille qui a prit une importance considérable. Alors peut être que ça ne durera pas… mais si j’arrive à te donner deux ou plusieurs semaines de bonheur, ça voudra dire qu’il y a encore un espoir… un espoir pour que tous les deux un jour on aille de l’avant… ensemble ou pas.

Elle appréciait sa façon de suggérer qu’ils pourraient être ensemble et bien que ça l’effraye au plus haut point, sa présence la rassurait et qu’un petit espoir pouvait changer beaucoup de choses. Elle lui sourit alors légèrement et captura lentement ses lèvres des siennes. Instinctivement, il glissa ses mains sur sa taille, la rapprochant de lui avant de lui retourner son baiser, furieusement.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me


Dernière édition par Nathaniel Mallens le Jeu 24 Avr - 1:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Jeu 24 Avr - 1:21

Le tournage avait reprit depuis quelques jours et son temps libre était limité à quelques heures entre les prises et le soir après une longue journée de tournage et d’apprentissage de texte. Toutefois, on aurait pu croire qu’avec un emploi du temps si chargé, sa vie serait personnelle en prendrait un coup. Certes depuis la conférence de presse qui avait eu lieu, cinq jours plus tôt, les journalistes le harcelaient mais il songeait qu’il s’en sortait plutôt bien. Le problème majeur restant en partie ces maudits photographe qui cherchait le cliché scandaleux. Il n’était que 17 heures et il devait effectuer encore plusieurs scènes. Sa partenaire jouant une scène avec un autre acteur, il en profita pour rejoindre sa caravane à quelques mètres d’où les studios avaient été aménagés.
Il refermait tout juste la porte quand il l’aperçut. Debout face à l’une de multiples fenêtres de la petite maison sur roue, il se glissa dans son dos, puis entoura son corps de ses bras avant de l’embrasser dans le cou.

- Tu es bien pensive…

- Je me demandais si ça serait toujours comme ça. Toi, moi… tes tournages… est ce qu’on va réellement réussir à élever notre enfant dans ce monde, où ils ne cessent de chasser la moindre info sur la star montante du petit écran… est ce qu’on est assez fort pour surmonter ça ? débita-t-elle d’une traite avant de reprendre sa respiration.

- Bien sur qu’on y arrivera… on est ensemble Rain. Je ne laisserais rien me séparer de toi…

Tout ça, elle le savait déjà mais elle avait besoin de l’entendre. S’adossant franchement à lui, il en profita pour l’embrasser longuement dans le cou avant de l’entendre soupirer de plaisir.

- J’ai un peu de temps devant moi. On pourrait sortir prendre l’air…

- Je veux pas t’empêcher de travailler ou-

- Rain, cesse ça… si je suis là, c’est parce que je veux être avec toi. Notre relation est rendue publique alors les journalistes devront bien s’habituer à nous voir ensemble et à m’entendre te dire que je t’aime !

Se retournant dans ses bras, elle leva les yeux vers lui puis passa une main sur son visage, son pouce caressant lentement sa joue.

- Chaque jour, je réalise combien on a perdu du temps toutes ses années à se faire la guerre…

- Et bien, maintenant tu m’aimeras chaque jour un peu plus, jusqu’à ce que ton cœur déborde d’un amour inconditionnel pour moi ! fit-il en souriant, savourant la légère caresse de Rain.

Son regard azur en aurait fait craquer des milliers à cet instant, mais c’était à Rain qu’il était adressé et à elle seule. Elle aurait pu lui répondre de mille façon différente mais elle se contenta de lui adresser l’un de ses mystérieux sourire avant de sortir de la caravane, sa main glissé dans la sienne.

Collés l’un à l’autre, ils marchaient entre les caravanes de la production. Rain avait passé son bras autour de sa taille, d’un geste machinal, chose qui ne lui serait pas arrivé à Washington. Elle n’avait toujours pas dit un mot concernant son tête à tête avec Carter mais Alex soupçonnait qu’elle se torturait l’esprit. En effet la jeune femme souffrait de cauchemar quotidien et ça, Alex le tolérait de plus en plus mal. Cependant l’écouterait-elle, s’il venait à essayer de lui faire comprendre, qu’elle devrait se livrer à quelqu’un ?

Il arrivait près d’une esplanade bourré de monde. Il avait chaussé ses lunettes, tout comme Rain. En quelques jours c’était devenue une habitude. Le soleil se couchait devant eux et profiter de cet instant avec elle, il trouvait ça merveilleux. Il l’avait rêvé si souvent mais n’avait jamais eu le loisir de pouvoir rendre ça réel.

- ça me rappelle nos rendez vous sur la plage, souffla-t-il à son oreille.

- Notre premier rendez vous… j’étais tellement nerveuse que j’osais pas te regarder dans les yeux. Tu étais si mystérieux et discret que tu me faisais presque peur… surtout que t’avais cassé la figure à Danny deux jours plus tôt.

- Je me rappelle parfaitement que tu portais cette petite robe noire, avec un léger décolleté devant. D’ailleurs tu avais pris un châle pour le cacher…

Elle était bluffée par ses détails. Il se rappelait de tout. Jamais il n’avait fait une quelconque allusion à sa tenue. Il s’était contenté de la regarder ou plutôt comme il le dirait lui-même, de la dévorer des yeux. Tout ce qui l’avait frappé ce soir précis, c’était qu’elle découvrait un homme qui ne ressemblait en rien à ces lycéens gringalet ou mal proportionné car leur croissance n’était pas terminée. Alex était déjà un homme, bien bâti, fort, sexy et musclé. Elle aurait pu décrire chacun muscle dans les détails.

- Toutes les filles du lycée craquaient pour toi et c’est finalement moi que t’a choisi…

- Tu étais la plus belle d’entre toutes et la plus futée.

- Non la plus futée c’est Karine !

- Non c’est la plus têtue et la meilleure amie qui existe sur la planète… même si elle a tendance à jouer les entremetteuses ! souligna-t-il avec son petit sourire en coin.

- Mais reconnaît que… pour certaines personnes, elle vise toujours très juste. Je me demande juste qui seront ses prochains cobaye !

- Pour le savoir, il te suffit de l’appeler-

- Non. Tu la connais, elle se focaliserait sur nous… et pour l’instant, je ne me sens pas de lui raconter tout ce qui s’est produit… à l’hôpital…

Il s’en doutait mais ne fit aucun commentaire. Se retournant dans ses bras, il déposa un baiser aux coins de ses lèvres avant de la serrer contre lui. Il la laisserait prendre son temps. Après tout, financièrement, ils ne manqueraient de rien et puis ici, elle pourrait réfléchir posément à ce qu’elle souhaiterait faire. Qui plus est, près de lui, il pourrait savourer sa présence chaque jour et s’endormir en la serrant dans ses bras. Tout ce qu’il avait toujours espéré en somme.
Il se détacha légèrement, glissant un bras autour de sa taille et lui souriant avant de marcher tranquillement.

- Tu pourrais rencontrer les filles de la prod’. Elles ne sont pas toutes aussi prétentieuses qu’on l’imagine-

- Excuse moi, mais ta « partenaire », tu te rappelle ? celle que tu embrasse ! j’ai pas besoin de voir ça-

- Tu oublie Jenna et Rose… elles excellent dans leur travail de maquilleuse et costumière-

- Elles sont pas amoureuse de toi ? fit elle de but en blanc.

- Rose est fiancée et Jenna est gay, je crois-

- Alors oui, ça ça va me rassurer chéri !

- Te braque pas. Je sais que tu ne supporte pas Allison… mais Rose est une version soft de Karine et crois moi, ça me fait toujours très bizarre quand on parle. Et puis, elles aimeraient rencontrer la seule femme qui fasse vibrer le cœur du grand Alexander Evans ! souffla-t-il avec un petit air de chien battu.

- C’est que tu m’achèterais presque…

- Je suis sincère. Avec elles, t’as pas le temps de t’ennuyer… et j’aime pas te voir te torturer l’esprit en restant seule…

Elle savait déjà qu’il n’aimait pas ça. Elle avait eu l’occasion de le lire dans son regard. Levant les yeux vers lui, elle hocha simplement la tête, acceptant de rencontrer ses deux femmes qu’il appréciait tant. Ils continuèrent alors leur promenade collé l’un à l’autre, en savourant la présence de l’autre.

*.*.*.*.*.*.


_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Jeu 24 Avr - 1:23


En passant par le bar, il n’avait pas songé que cette soirée finirait ainsi. Il voulait sortir avec elle. Enfin, il souhaitait apprendre à mieux la connaître. Il avait pensé qu’un cinéma et bon restaurant ou bien même tout simplement un tour sur la fête serait le programme idéal. Cependant, la requête de la jeune femme l’étonna. Il découvrait de plus en plus de détails sur elle, une joie de vivre qu’elle cache profondément, ce besoin de liberté, cette simplicité. Il était émerveillé par elle et par son sourire si sincère et franc. Avait-il déjà rencontré quelqu’un comme elle ? Qui se moque bien de ce qu’elle peut faire dans une petite ville comme Silver Springs ? Il appréciait d’autant plus ces moments avec elle car elle en profitait pour lui faire un apprentissage en bon et du forme de la petite ville. Assis sur une couverture dans le parc de l’observatoire, il restait bluffé par ce petit bout de femme habillé comme à son habitude d’un jean et d’un top parfaitement ajusté. Il rêvait de la voir dans une robe moulante ou une robe de soirée. Plus il passait du temps avec elle, plus il découvrait qu’une femme sexy, troublante et différente se cachait en elle. Allongé à coté de lui, elle lui montrait les différentes constellations, car l’observatoire était l’endroit le plus dégagé de la ville où l’on pouvait si bien les apercevoir. Il écoutait à peine ses mots et se laissait bercer par sa voix si mélodieuse et vibrante. Lui aussi aller vibrer s’il se laissait dominer par sa présence et ce désir qui l’envahissait dès qu’elle se trouvait à proximité de lui. Sentant subitement son corps se coller au sien, il sentit une main sur son torse alors que son regard vint à la rencontre du sien.

- Tu n’as rien écouté de ce que j’ai raconté… souffla-t-elle, pas le moindre du monde contrarié.

- Je suis désolé… j’ai tendance à être ailleurs quand tu es proche de moi, avoua-t-il sans la quitter des yeux.

- Je… comprends… fit elle, un peu dérouté par ses propos, tandis qu’elle reprenait sa place sur la couverture, observant de nouveau les étoiles mais pour elle-même cette fois ci.

Fronçant les sourcils, il s’était attendu à la fois partir furieuse ou lui faire la tête mais non, elle restait près de lui sans un mot, ce qui le troubla encore plus. Se tournant vers elle, s’appuyant sur son coude, son index vint dessiner des arabesques sur son ventre entre la ceinture de son jean et le bord de son top. Levant tendrement les yeux vers elle, il s’aperçut qu’elle l’observait méticuleusement.

- Je me suis mal exprimé… quand tu es là, toutes mes pensées sont dirigées vers toi. Je n’arrive pas à me concentrer sur autre chose. Ta voix me berce et j’ai sans cesse envie de te toucher-

- Oh… fit-elle, surprise. Je ne m’attendais pas à ça. Je croyais que tu voulais juste passer du temps avec moi.

- C’est le cas… disons simplement qu’il m’est difficile d’être raisonnable quand tu es autour de moi. Et j’aime ça… j’aime cette sensation, j’aime ce que tu dégages et j’aimerais être quelqu’un de particulier pour toi-

- Tu sais bien que c’est le cas, puisque tu es « mon petit ami » pour quelques semaines. J’en conclu que je devrais rentrer chez moi avant qu’on passe au stade suivant… oh mais c’est vrai, c’est déjà arrivé.

- Jamie… souffla-t-il, je croyais que tu étais d’accord sur le fait-

- Désolée, soupira-t-elle en se levant et attrapant sa veste en jean posé sur l’herbe. Il est temps que je rentre.

Se redressant, il la vit lui échapper. Elle le fuyait alors qu’il venait juste de lui dire qu’il était bien en sa présence. Il ne voyait pas où était le mal. Ils profitaient de l’instant présent et apprenait à mieux se connaître, ce qu’ils avaient décidés deux jours plus tôt. Pourquoi un tel revirement d’attitude. Il soupira bruyamment puis lentement, il la suivit jusque dans la pente de l’observatoire, qui les mènerait jusqu’au centre ville.
Après quelques minutes, il parvint à la rattraper, glissant un bras possessif autour de sa taille pour la faire ralentir. Il se planta alors devant elle, la fixant droit dans les yeux.

- J’ai dit quelque chose qui t’a déplu. Très bien, mais ne fuis pas. Ça n’en vaut pas la peine…

Elle semblait un instant réfléchir et soupirant, elle marmonna un d’accord. Il lui adressa alors un petit sourire malicieux et souffla à son oreille.

- Je sais que ta vie est routinière alors j’ai une idée… je vais faire de cette soirée quelque chose dont tu ne pourras pas oublier une seule minute-

- Je ne suis pas si ennuyeuse-

- J’ai jamais dit que tu l’étais… je dis simplement que je vais faire de cette soirée un souvenir mémorable pour toi… comme pour moi.

Il était sincère. En sa présence, il se découvrait d’autres qualités que celles qu’on lui reconnaissait quotidiennement. Quand sa main avait-elle trouvé refuge dans la sienne, il ne saurait le dire et quand était il passé devant chez elle, sans s’y arrêter, il n’en avait pas le souvenir. Ils étaient désormais dans sa maison, bien trop grande pour lui tout seul mais qui l’avait charmé et dont il était presque tombé amoureux. Une grande maison avec cave, salon cuisine, salle à manger et 4 chambres avec vu imprenable sur un jardin entretenu à la perfection et une grande piscine qui donnait envie de s’y plonger pour ne plus en ressortir.
C’était plus une maison mais un domaine entier et bien que ça soit généralement fait pour de grande famille, ça lui permettait de rêver qu’un jour peut être son rêve secret deviendrait réalité.

- Tu veux visiter ? suggéra-t-il en lui apportant un verre de vin rouge.

- Plus tard peut être, souffla-t-elle en le remerciant d’un sourire pour le verre. Je me doute que tu ne dois pas être souvent ici… vu le temps que tu passe au journal et dans mon bar !

- Touché ! répondit il en riant. Mais ça ne m’empêche pas d’apprécier ce lieu… et d’y passer de bon moment.

- De bons moments… se détourna-t-elle de lui.

- Ne vas pas croire que toutes les femmes que je croise viennent visiter ma maison. Tu es la première, avoua-t-il sincèrement.

- Oh… je suis le cobaye alors ! De mieux en mieux Nick… tu crois pouvoir encore mieux t’enfoncer ?

Il grimaça. Elle ne réagissait vraiment pas comme il l’espérait. S’il voulait vraiment faire de cette soirée quelque chose de mémorable, il devait se montrer lui-même et rester simple.

- Okay… je n’utilise pas les bons termes mais honnêtement, il n’y a aucune femme qui me trouble autant que toi. Alors si tu veux bien me laisser une chance, je te le prouverais dès maintenant…

Plissant les yeux, elle hésita une seconde, le temps qu’il entrelace leurs doigts. De nouveau elle était parcourue par ses frissons par ce besoin de contact avec lui. Elle posa alors son verre sur la table derrière lui, frôlant indiciblement son corps. L’entendant marmonner quelque chose d’incompréhensible, un sourire naquit sur les lèvres de Jamie puis elle vint effleurer ses lèvres très lentement.

- D’accord Monsieur Anderson… prouvez moi que vous pouvez faire de cette soirée quelque chose d’inoubliable…

Un sourire aux lèvres, il posa à son tour son verre de vin derrière lui puis l’attira contre lui glissant une main sur sa hanche, l’autre remontant à son visage.

- Tu vois quand tu veux… faire des efforts… souffla-t-il, en la dirigeant lentement sur la terrasse. Il avait une idée bien précise en tête mais si elle souhaitait écourter leur tête à tête, il le comprendrait également. Toutefois, se réveiller auprès d’elle demain était une réflexion qui le torturait depuis une semaine. Ne devenait-il pas trop sentimental ? Ne s’accrochait il pas à un rêve qui ne deviendrait jamais réalité ? Jamie était son opposé malgré leurs quelques points communs. Elle était désirable, trop pour qu’il puisse garder la tête froide, mais il aimait cette relation. Ils étaient honnête l’un envers l’autre. Dans combien de relation était ce réellement le cas ? Face à face à deux pas de la piscine, ses lèvres parcouraient son visage aux traits si enfantin et radieux. Glissant une main sous la chemise de Nick, ce dernier lui adressa un petit sourire en coin avant de souffler.

- Je sais qu’il n’est pas minuit… mais un bain dans une grande piscine privée me tente, et toi ?

Elle venait de réaliser, qu’il avait planifié de l’amener jusque là et bien qu’en temps normal, elle l’aurait assommé de reproche pour l’avoir manipulé, elle n’en voyait pas l’intérêt car ils étaient poussé par ce même désir insoutenable. Elle s’abstint de lui répondre et commença à déboutonner sa chemise, très lentement, faisant tourner les boutons entre ses doigts. Levant les yeux vers lui, il en profita pour glisser ses mains sur sa taille puis sous son top pour le lui retirer avant de le lancer sur le transat à quelque mètre de lui. Moins de cinq minutes plus tard, ils terminaient de se déshabiller mutuellement avant de plonger dans l’eau chloré de cette piscine éclairé par quelques projecteur qui donnait une ambiance d’intimité. Effectuant quelques longueurs, il ne mit que très peu de temps à la rejoindre contre l’une des parois et ses mains ne purent rester immobiles bien longtemps. Entre ses bras, elle trouvait un apaisement et une liberté qui lui était encore inconnue. Depuis quand ne s’était elle pas donné à un homme sans se soucier du bar, ou de sa vie ? Elle repoussa alors ses pensées et se collant à lui, fit remonter ses mains sur son torse. Elle avait envie de lui et c’était réciproque. Ils se passaient réellement quelque chose entre eux mais ça n’était pas le moment d’y songer. Elle se détendait dans ses bras et sa respiration se faisant plus difficile, elle laissa son esprit vagabonder. Ses lèvres parcouraient son cou et le moment où il la pénétra, elle laissa échapper un long râle de plaisir, se délectant des sensations qui l’envahissait. Cette aventure lui briserait le cœur car Nick Anderson était un homme trop charmant, trop gentil, trop sexy, trop comme il faut. Il pouvait avoir n’importe quelle femme et, il lui faisait l’amour ! Entourant sa taille de ses jambes, il s’enfonçait un peu plus en elle, accélérant cette étreinte, attisait ce désir qui la consumait. Nichant sa tête dans son cou, elle ne retenait pas ses gémissements de plaisir. Quand il la sentit frissonner longuement alors que ce plaisir intense l’envahissait, il comprit. Il n’était pas effrayé, il aurait pu mais ça n’était pas le cas. C’était tout le contraire, il était serein et voulait plus tout à coup. Il accéléra alors encore la cadence jusqu’à ce que lui aussi ressente ce plaisir si inespéré entre les bras de la jeune femme. Car tout à coup Jamie venait de prendre une place importante dans sa vie. Elle venait de faire exploser tout ce qui le convainquait qu’une vie à deux n’était plus pour lui.
Accroché à lui, elle était vidée d’énergie et se reposer dans ses bras était le paradis. Grand, fort, sexy, viril et terriblement séduisant, elle ne savait combien de temps elle résisterait à l’idée de n’être qu’une aventure pour lui. Car bien qu’elle savait qu’elle n’était pas faite pour les aventures, elle ne pouvait s’empêcher de rêver qu’un jour un homme la rendrait véritablement heureuse.
Ivre de plaisir, elle gardait les yeux fermés, sa tête nichée dans le creux de son cou, elle l’entendit murmurer tout bas, d’une voix à peine audible et encore chargé de plaisir.

- La nuit va être encore très longue, petit cœur…

- Je suis curieuse de savoir ce que tu me réserves encore… bien que je prône toujours que ça n’est pas raisonnable-

- je vais te faire oublier toute raison pour cette nuit. Ça sera uniquement toi et moi et la preuve qu’une aventure peut être magnifique… songeant que pour sa part, il avait dépassé le stade de l’aventure.

Elle se contenta de sourire tendrement et l’embrassa dans le cou avant de poursuivre sur son visage et ses lèvres si tentatrices, cependant ce dont elle ne se doutait pas c’était que ça raviverait cet irrépressible désir.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Jeu 24 Avr - 1:24


Si Rain avait pensé un instant qu’elle regretterait sa vie d’interne au centre hospitalier de Washington, elle n’aurait pu le croire. Aujourd’hui, elle était à Los Angeles et avec Alex qui plus est. Elle savait que la série où figurait le jeune homme était un succès mais elle n’avait imaginé que sa vie pouvait parfois être compliquée par des fans hystériques. Sortant du cinéma, elle restait à quelques mètres de lui tandis qu’il tentait de fendre la foule. Jusqu’à maintenant, il n’avait jamais souhaité avoir recourt à des gardes du corps. Il était quelqu’un de sain et engager des personnes pour simplement veiller à ce qu’il aille bien, il n’en voyait pas l’utilité, sauf à cet instant précis. A croire que les fans s’étaient tous donné le mot et qu’ils savaient qu’il serait dans ce cinéma et pas un autre ! Tendant une main vers Rain qui hésita une longue seconde, il la pria silencieusement avant de traverser la foule, ses doigts glissé dans ceux de Rain, l’attirant à quelques centimètres de lui. Il ne comptait pas la laisser se faire emprisonné par la bande de requin qui les encerclait.

Les fans semblaient vouloir leur barrer la route et alors qu’il parvenait à se défaire de ses hystériques parfois presque dangereuses, il poussa Rain dans le premier taxi qui s’arrêta devant eux. Il indiqua à ce dernier sa destination, le Belvedere où il avait réservé une table pour deux. La soirée avait bien débuté. Durant tout le long du film, elle avait gardé sa main dans la sienne comme si ça la protégeait de ce monde qui les entourait. Et voilà que la réalité les rattrapait avec cette flopée de fans qui les attendait à la sortie. Vivre loin de Los Angeles ne lui avait pas complètement manqué. La médiatisation n’était pas son truc. Alex avait été discret tout au long de sa vie et maintenant qu’il était en haut de l’affiche, il ne se sentait pas vraiment à sa place. Il avait glissé son bras le long de la banquette et Rain semblait concentré à regarder défiler la route par la vite. Durant une minute, il se demanda s’il ne devait pas plutôt annuler le restaurant et rentrer directement à l’appartement. Durant cette réflexion, son pouce vint caresser tendrement la nuque de Rain et il la vit finalement tourner la tête vers lui avec un triste sourire sur le visage.

- Je suis désolé, souffla-t-il. Je pensais pas qu’on aurait droit à une émeute…

- C’est rien… je suis pas habitué à ça, c’est tout.

- C’est pas une vie pour toi. Tu t’ennuies parce que je ne suis pas là-

- Alex, je t’en prie…

- C’est la vérité. Soit je suis en tournage et tu es toute seule… soit on est ensemble et on accumule les catastrophes. Je me demande pourquoi on nous fait vivre ça maintenant, alors que ça fait des années qu’on se cherche…

- Je m’en remettrais. Tu es une anti-star Alex. Je sais que tu ne deviendra jamais comme l’une de ses vedettes dont on parle à la télé, à la radio et dans la presse. Tu es droit, honnête, sérieux, sincère, gentil et tendre… j’ai confiance en toi.

- Et bien ! Sourit-il, je ne t’avais jamais entendu me faire autant de compliment dans une même phrase.

- Alex-

- Tu as surement raison… mais je veux que tu sois heureuse, vraiment heureuse Rain…

Haussant les épaules, elle retourna la tête vers la vitre et ajouta tout bas, tandis qu’elle sentait le torse d’Alex effleurer son épaule.

- Ce qui s’est passé à l’hôpital… soupira-t-elle, j’en fais des cauchemars toutes les nuits. Je voudrais que ça cesse et que je puisse dormir pour me réveiller dans tes bras chaque matin…

Sa déclaration le toucha et il sourit doucement avant de titiller son oreille de ses dents. Un petit sourire naquit alors sur le visage de Rain, et elle projeta sa tête en arrière, croisant son regard au même instant, alors que le taxi s’arrêtait devant le restaurant.

- Je crois qu’on est arrivé, Alex…

- Dommage… souffla-t-il en la fixant toujours, tu sais pas ce que tu viens de rater !

Elle ne put feindre plus longtemps. Un sourire, un vrai sourire, emplit de malice et de tendresse éclaira son visage et resserrant ses doigts aux siens, elle déposa un bref baiser dessus avant de sortir du taxi.

Le taxi s’éloignant après avoir perçu sa commission, ils se tenaient toujours par la main sur le trottoir. Elle fixait cette grande enseigne, émerveillé par le fait qu’il ait pensé à un tel lieu, juste pour un dîner à deux. Elle était charmée, touché, heureuse… et peut être même amoureuse de lui. Elle découvrait un peu plus à chaque moment qu’elle partageait avec lui, ses attentions, son regard si protecteur qui la troublait à chaque fois et cette façon qu’il avait de presque lire dans ses pensées, qui la faisait perdre pieds. Elle sentait son regard brulant posé sur elle tandis qu’elle continuait d’observer la façade du restaurant en songeant qu’ils étaient à Beverly Hills, devant l’un des restaurants les plus cotés du pays. Elle tourna finalement la tête vers lui.

- Tu n’avais pas à faire ça. Un hamburger ou une pizza aurait fait l’affaire-

- Tu mérites que je prenne aussi bien soin de toi que Danny te brisais le cœur chaque jour. Alors s’il te plait, laisse moi le faire… ça me fait plaisir. Y être avec toi, ça sera pour moi un souvenir inoubliable… parce que c’est ensemble qu’on y sera…

S’il continuait à être si adorable avec elle, elle ne saurait plus ce qu’elle devrait dire. Existait-il un autre spécimen comme lui ? Une personne si attentionnée, attachante, drôle, tendre, malicieuse et honnête que lui ? La question la turlupinait et pourtant, elle ne voyait aucune raison pour le fuir. Resserrant ses doigts aux siens, ils entrèrent dans le somptueux restaurant à deux étages. Une décoration soft, toute en simplicité avec des tables disséminés dans la salle avec intelligence. Les couleurs étaient adaptés et la lumière tamisée donnait une ambiance romantique. Le maître d’hôtel les dirigea vers le fond de la salle entre les tables animées de conversations et de bruit de couverts, le tout avec une petite musique douce en fond sonore. S’asseyant à table, il la dévorait des yeux. Rain était habillée comme tous les jours mais là, en face de lui, elle resplendissait, elle avait ce pétillant dans le regard qui lui avait tant manqué ses derniers jours. Recouvrant la main de Rain de la sienne, il murmura en lui souriant tendrement.

- C’est une soirée comme on en a eu plein à Silver Springs…

- Non.

- Rain-

- Ecoute-moi. Tu es surement l’homme dont rêve la quasi-totalité des femmes. Un homme qui ferait passer les envies de sa petite amie avant les siens. Tu dois trouver ça étrange que moi je dise ça mais… marqua-t-elle une pause. Je sais que si on poursuit, notre vie ne sera jamais plus comme avant… que mes sentiments que je garde enfermé dans une cave de plomb finiront par explosé par ce que tu es trop tout Alex… Et à affirmer que rien n’a changé, ça va nous rendre la vie impossible…

- Okay… alors dis moi ce qui a changé selon toi et je ferais en sorte d’arrêter de t’assommer avec mes sous entendus, mes compliments et mon amour pour toi…

- Ce qui a changé… murmura-t-elle alors que le maitre d’hôtel revenait avec les menus avant de s’éclipser de nouveau. Le fait que tu m’ais retrouvé au mariage et que tu te débrouilles toujours pour que je sois protégée même si on est à des milliers de kilomètres l’un de l’autre. A ça, tu peux rajouter toutes tes qualités ainsi que ton amitié, ta présence et la douceur dont tu fais toujours preuve avec moi. En continuant comme tu le fais, je vais craquer Alex et c’est pas le moment…

- Au contraire je pense que c’est le bon moment-

- T’es tombé sur la tête ou quoi ?! Je ne veux pas nous exposer-

- J’ai rendu publique notre relation… Le fait qu’on soit toujours ensemble et ta présence à Los Angeles va faire courir de nombreuse rumeurs, mais tu ne crois que l’essentiel c’est que nous, on sache où on en est. Je t’aime Rain, je te l’ai peut être pas assez fait comprendre… Oui je travaille avec des femmes mais si tu devais avoir des craintes, ça ne serait pas une femme…

Fronçant les sourcils, elle ne comprenait pas tout. Elle avait assimilé qu’il pouvait vivre leur relation publiquement puis qu’il a clairement fait comprendre qu’il n’était plus un cœur à prendre durant la conférence de presse mais serait elle capable d’exposer leur relation en public ? Elle avait de plus en plus de mal à y croire et son sous entendu qu’elle ne comprenait pas.

- Si ça ne doit pas venir d’une femme-

- Mon temps libre est très restreint lors des tournages. Je te délaisse et je me rends compte qu’à un moment tu souhaiteras surement partir, me quitter… mais je le refuse car ça n’est pas une coïncidence si le destin nous a permit de nous retrouver. Je veux saisir cette chance et avoir cette vie avec toi, dont j’ai toujours rêvé.

- J’ai confiance en toi. J’ai compris que si tu me blessais, tu t’infligeais la même punition… notre vie ne sera peut être pas comme on l’espère… souffla-t-elle. Je ne sais pas si je compte reprendre mon doctorat ou faire autre chose… mais pour le moment j’ai besoin de savoir que tu seras là pour moi et que tu me rassures…

Les mots de Rain le soulageait, toutefois il ressentait toujours une crainte de ne pas la retrouver chez lui le soir lorsqu’il rentrerait et ça n’était pas dû à un manque de confiance. Resserrant ses doigts aux siens, posés sur la nappe, il se pinça les lèvres avant de murmurer.

- Je me fous de ce que les gens penseront de nous. J’ai toujours souhaité être là pour toi… même si pendant des années, je me suis tenu à l’écart. Quand Karine me parlait de toi, je savais déjà que tu étais malheureuse et que tu t’infligeais cette douleur pour ne pas ressentir ce qu’il y avait très exactement dans ton cœur… je sais aussi que tu ne me l’avoueras pas…

Elle détourna la tête et retira immédiatement sa main de la sienne. Cette conversation prenait un tournant qu’elle n’appréciait pas. Il était presque en train de la psychanalyser, et c’était bien tout ce dont elle n’avait pas besoin. Prenant la carte des menu dans les mains, son regard commença à parcourir la liste des plats, tandis qu’Alex poursuivait de la fixer.

*.*.*.*.*.*.

Marchant d’un pas lourd et pourtant déterminée, elle entrait dans le parc la gorge nouée. Peut être n’aurait elle pas du venir seule, songea-t-elle. Peut être aurait elle du attendre comme le lui avait suggéré Lucas mais elle n’y parvenait pas. Débouchant sur une aire de jeux, son regard parcourut le parc à la recherche d’une silhouette. Elle la distingua rapidement près du carousel. Prenant une lente inspiration, elle s’y dirigea. Elle se sentait de plus en plus nerveuse. Rencontrer sa mère après un silence de vingt ans n’était pas comme aller chercher son courrier à la boite aux lettres. Elle était terrorisée à l’idée de découvrir qu’elle était comme sa mère et qu’un jour elle ferait subir à son enfant le même traitement qu’elle-même a traversé. Se trouvant à moins de deux mètres de la femme qui l’a mise au monde, une nausée l’envahit mais elle parvint à la contrôler. Cette dernière se retourna au même instant en sentant une présence près d’elle. Elle croisa alors le regard emplit de colère et d’amertume de sa fille.

- Bonjour… chérie-

- Pas de chérie ! Pas de maman ! Rien de tout ça tu m’entends ! Jusqu’à il n’y a que quelques jours, je n’aurais jamais accepté de te rencontrer ! Et si je suis là c’est uniquement pour que tu sortes définitivement de ma vie ! Tu m’as mise au monde et tu en es sortie si vite, que tu ne seras jamais un membre de ma famille, tu n’es absolument rien !

- Karine-

- Je ne veux rien entendre ! J’ai vécu sans toi pendant 20 ans et je vais continuer ainsi jusqu’à ma mort. Alors si tu tiens tant à parler, va voir papa… oublie moi et Lucas par la même occasion ! C’est mon choix et je le fais en connaissance de cause. Tu n’as jamais été ma mère, rajouta-t-elle en la fixant intensément avant de faire demi tour.

Elle n’avait pas mâché ses mots et sa sincérité était poignante. En temps normal, elle se serait emporté et lui aurait crié dessus mais ce calme apparent pouvait en être très angoissant. Aujourd’hui beaucoup de choses avaient changé. Elle avait grandit en partie seule. Etant enceinte, elle savait ce qu’elle ne voulait pas pour son enfant. Sa mère ne fera jamais partie de son existence et bien que Lucas soit encore inquiet sur ce sujet, elle trouverait le moyen de le rassurer sur leur future famille. Sortant du parc, elle prit instinctivement la direction de la maison car quoi qu’il en soit, elle devait se reposer. Ça ne lui était pas facile de l’admettre mais sa grossesse l’épuisait un peu plus chaque jour. Soudain, l’absence de Rain et Alex se fit ressentir plus intensément. Après quelques minutes de marches, elle entra dans la maison et le silence qui y régnait lui enserra le cœur. Elle s’allongea alors sur le canapé, où très vite elle s’envola dans un sommeil léger.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   

Revenir en haut Aller en bas
 
Devices & Desires - Fiction
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Entrer dans la danse [U.Desires]
» [3ème année et +] #Cours 1# Le sortilège de stupéfiction
» PEtite fiction de Punxy pour les fans de Green Day ^^
» [Fan-fiction] Plasma, Wiret, Rhad'... et les autres.
» info sur docu fiction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: In Conclusion :: Tasses de Café :: Lectures-
Sauter vers: