AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Devices & Desires - Fiction

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:15

Donc c'est une histoire d'amour, évidemment ! avec des complications, un triangles, de beaux mecs, des garces et des Bisounours ! lol Bref le cocktail nécessaire !

Et j'oubliais, certaines scènes peuvent choquer les plus jeunes !

Devices & Desires
Chapitre 1 : Plus qu’une élève…


Silver Spring, ville typique du Maryland. Comme beaucoup d’adolescent, elle suivait son père dans ses déplacements. Elle n’avait pas le choix. Bien qu’elle se sentait dans son élément au centre de New York, elle allait devoir faire des efforts pour s’intégrer dans cette nouvelle ville. Qui dit nouvelle ville, dit nouveau lycée, nouveaux amis, nouveaux ennemis, bref elle allait devoir subir ça de nouveau. A croire que ça l’amusait de vivre ainsi. Changer de ville tous les deux ans, ça commençait à sérieusement l’énervée. Comme à chaque fois, elle se disait qu’il n’y aurait pas de prochaine fois et qu’elle refuserait net à suivre de nouveau son père. Mais ça n’y coupait pas, elle se faisait à ses décisions et suivait sans rien dire.

Assise dans le bus qui la menait à son nouveau lycée, son regard dans le vide, la route défilait sous ses yeux sans vraiment regarder. On était en début d’année et elle détestait cette période. Elle n’aspirait qu’à une seule chose, rester dans cette ville assez longtemps pour se faire de vraies amies… voir même peut être un petit ami. Quoique pour ça, elle devrait faire de sérieux efforts de communications. Le bus s’arrêta à l’endroit indiqué par le marquage au sol. Une foule d’adolescents descendirent du bus tel une envolée de moineaux tandis qu’elle attendait bien le dernier moment pour s’extraire de la banquette et sortir de ces typiques bus jaune.

Elle l’entendit démarrer et son regard se porta sur l’entrée du lycée. Elle allait y avoir droit, les regards, les rires, les commérages. Elle ne pourrait pas y échapper. Généralement les nouveaux venus ne savent jamais à qui s’adresser lorsqu’ils arrivent dans un nouvel établissement, or pour sa part, elle n’avait pas ce problème. Enfin, disons plutôt qu’après un certain nombre d’établissement, on sait où aller. Son sac sur l’épaule, d’un pas assuré mais lent, elle se dirigea directement vers la conciergerie qui lui remit un plan détaillé de l’établissement afin qu’elle puisse circuler sans problèmes. Machinalement, elle prit la direction de l’administration et plus précisément du bureau du proviseur. Il lui ferait son petit speech sur le règlement, le code de conduites, les horaires, les salles de classes, les sorties. Depuis le temps, elle était presque habitué à tous ces rappels, elle serait même capable de les réciter par cœur. Pour elle, ce passage était la routine. Elle n’attendait plus qu’une seule chose, être sur sa chaise au fond de la salle et qu’on l’oublie. Jusque là, sa vie s’était toujours dérouler ainsi, pourquoi stopper une mécanique bien huilée ?

Le Proviseur la précédant, il la mena jusqu’à sa salle de classe où un vacarme régnait. Ados typique qui empêchait leur prof de faire cours ! L’arrivée soudaine du proviseur calma tout le monde. Elle fut alors mise en avant et présenté à tous les élèves ainsi que les professeurs. Elle se dépêcha toutefois de trouver une place libre au fond de la salle. Les regards braqué sur elle, il ne restait plus qu’une seule place de libre. Elle jeta un coup d’œil à la jeune fille qui retira son sac de la place vacante. Châtain clair, les pommettes hautes, les yeux clairs, la jeune fille lui adressa à peine à regard. Elle n’était pas plus étonnée que ça, être l’attention de tout le monde ne faisait pas vraiment partie des joies du lycée. Elle s’installa alors et sorti un bloc note et un stylo tandis que le professeur reprenait son cours.

*.*.*.*.*.*.

Assise dans les gradins, Rain se leva, se dirigeant vers la pelouse où le staff et les joueurs se rassemblaient. L’entrainement venait de finir. Elle allait enfin pouvoir passer un peu de temps avec lui. Danny Collins, quarter back de l’équipe de foot du lycée était la coqueluche du lycée. Sa relation avec Rain était connue de tout le lycée ainsi que leurs déboires. Rain, populaire, ne pouvait nier qu’elle attirait l’attention. Elle n’était pas du genre à se vanter. De loin, elle préférait montrer qui elle était vraiment quitte à ce que ça ne plaise pas à son entourage. Une serviette sur l’épaule, Danny se rapprocha d’elle en lui souriant.

- Salut Beauté…

Elle lui retourna un léger sourire et s’approchant de lui, elle posa ses mains sur son torse tandis qu’il tentait de lui voler baiser.

- Plus tard Champion, t’es tout collant… Tu me retrouves devant le lycée ?

- Ouais… on pourrait aller faire un tour, si ça te dis…

Elle se contenta de lui adresser un sourire ravit quand se retournant, elle se figea face à cette stature qu’elle connaissait si bien. Très grand, brun, des yeux bleus reconnaissables entre mille, les cheveux très courts, cette prestance presque effrayante et ce demi-sourire qui suffisait à enflammer n’importe qu’elle cœur de jeune fille. Elle le fusilla du regard en le reconnaissant avant de soupirer et de siffler entre ses dents.

- Bonjour Alex ! Merci de m’avoir effrayé ! Je ne te demanderais pas comment tu vas. Pour ma part, j’allais très bien jusqu’à ton arrivée !

- Salut… Rain… Danny est déjà parti… hasarda-t-il en évitant son regard.

- A ton avis ! Vociféra-t-elle, agacée. Ça fait plaisir de voir que ce n’est pas la politesse qui t’étouffe ! Au revoir Alex ! Rugit-elle, en reprenant la direction du lycée.

Il soupira et se retourna, l’observant partir. Grimaçant, il était conscient que s’attirer les foudres de Rain Conrad n’arrangerait rien de sa situation. Se passant une main dans les cheveux, puis sur sa nuque, il la regardait disparaître, sa petite jupe voletant autour de ses cuisses. Il émit un très lent soupir et après quelques secondes il se dirigea vers les vestiaires, espérant y trouver son meilleur ami, Danny.

*.*.*.*.*.*.

La matinée se révélait être longue. Etre nouvelle dans un établissement avait des inconvénients, ne connaître personne en était un majeur. Le Proviseur venant de lui attribuer un casier, elle l’ouvrit et y déchargea en grande partie tous les livres qu’on venait de lui fournir quand une silhouette glissant dans son dos, se coula à coté de son casier ouvert. Elle soupira. Ça commençait et elle devait trouver rapidement une parade pour faire disparaître ses vautours !

- Alors la nouvelle… toujours pas décidé à parler, commença la jeune fille aux cheveux noirs et aux divers piercings sur la langue, le nez, les arcades sourcilières et le menton.

Elle tentait de se maitriser mais se connaissant, elle savait que ça ne durerait pas. Un mot de travers en plus ou une insulte, et son impulsivité prendrait le relais. Jetant un coup d’œil autour d’elle, elle était rassurée de voir que le couloir était vide.

- Qu’est ce que ça peut bien de faire ! La journée Gothique c’était y’a deux mois ! Alors rentre chez toi et met un autre déguisement !

- Oh Mademoiselle se croit supérieure-

Elle prenait une lente respiration pour ne pas la démolir instantanément. Elle était impulsive et malgré tous ses efforts, elle ne contrôlait toujours pas ses actes quelques fois violents.

- Se croit ? Ce que je crois c’est que tu te plais à terroriser les nouveaux arrivés… mais tu vois, je ne suis pas si facile à effrayer, lança-t-elle en voyant la jeune fille gothique se planter devant elle.

- Ote-toi de mon chemin.

- Non !

- Je ne ferais pas ça, si j’étais toi…

- Ah ouais… et tu vas me faire quoi ? M’assommer avec ton petit livre de sciences ? Ironisa-t-elle et poussant un rire gras alors qu’apparaissait à quelques mètres, des membres de son groupe « Gothique Attitude ! »

- Tu devrais te renseigner sur tes cibles avant de t’en prendre à elles… ça t’éviterait de mauvaises surprises…

- Oh mais c’est que tu voudrais me faire peur ?!

Une esquisse de sourire en coin naquit sur son visage. Sur ces gardes, elle anticipait déjà la défense de la fille aux traits Gothique.

- Tu ne sais même pas à qui tu as à faire. T’es une pauvre fille-

- Tu veux te battre contre moi ?! lança-t-elle, alors que des chuchotements s’élevaient dans son dos.

- Je ne voudrais surtout pas démolir ton petit visage de porcelaine… après même la chirurgie esthétique ne pourra plus rien pour toi. Adieu les petits amis… ou devrais je dire, les petites amies-

- Je t’interdis de me parler ainsi, la planche à pain ! Rugit-elle, en le soulevant du sol, la plaquant contre les casiers.

- Lâche là maintenant Sarah ! Retentit une voix dans son dos. Repose là et déguerpis !

Sarah serra les dents et tournant la tête aperçut une silhouette qu’elle haïssait plus que tout.

- De quoi je me mêle ! Va donc t’occuper de ton coureur de jupon ! répliqua-t-elle cynique.

- Je t’ai dis de la reposer sur le sol !

Sarah, lâcha alors brusquement la jeune fille, qui accusa le coup lorsqu’un cadenas s’enfonça dans son dos. Elle grimaça et regarda les filles s’affronter tour à tour. Le silence régnait dans le couloir et finalement Sarah disparut au bout de près d’une minute, suivit de ses chères « amies ».

Se massant le bas du dos, endroit où le cadenas avait laissé son empreinte, elle se redressa et observa la jeune fille, face à elle. Elle lui adressa un léger sourire et s’avança vers elle d’un pas trainant.

- Merci du coup de main…

- Y’a pas de quoi. Sarah est une abrutie…

- Qui ne l’aurait pas remarqué…

La jeune fille, lui adressa un petit sourire et secoua la tête, surprise de cette réponse, on ne peut plus franche.

- Je m’appelle Rain… on est-

- Dans la même classe… je sais, commença-t-elle en croisant son regard. Les nouveaux ont toujours tendance à attirer l’attention… mais crois moi, ce n’est pas mon cas, reprit elle avant de marquer une légère pause. Je m’appelle Karine… Karine Bennett…

Rain sourit doucement. Finalement, elle l’aimait bien. Elle était dégourdie, ne se laissait pas marcher sur les pieds et semblait avoir la tête sur les épaules.

- Je suppose que t’as pas encore fait le tour de Silver Spring ?

- J’n’ai pas vraiment eu le temps… je vis encore entre mes cartons.

- Oh… Si tu préfères je peux t’aider à déballer, c’est ma spécialité, lança Rain amusée.

- Ta spécialité, répéta Karine. J’ai de quoi m’inquiéter ?

- Tant que ce n’est pas de la vaisselle dans tes cartons, ça devrait aller !

Karine secoua la tête en souriant et lentement elles se mirent à marcher dans le couloir, en prenant la direction de la sortie du lycée. Parlant de tout et de rien, elles se retrouvèrent face à Danny et Alex qui discutaient. Alex, une cigarette à la main, tira une dernière bouffé dessus avant de l’écraser avec son pied. Son regard passa de Rain à Karine. Il restait silencieux mais le regard que Rain lui lança, lui rappela leur précédente conversation. Il réalisa alors que Danny parlait à Rain, son bras passé autour de ses épaules. Rain, leur présenta alors Karine et cette dernière échangea quelques mots avec Alex. Il était loin d’être très expansif. Rain et Danny parlaient de leurs projets de la soirée quand cette dernière changea d’avis et avisa Danny qu’elle devait aider Karine avec ses cartons. Danny grogna légèrement et lui lança qu’elle faisait ce qu’elle voulait tandis qu’il disparaissait avec Alex, qui venait de se rallumer une cigarette. Rain se tourna vers Karine qui trouva Danny bizarre. Toutefois, elle se retint bien de le dire à Rain. Elles discutaient tout en approchant du bus qui les amènerait chez Karine.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:16

Assis à une table du café en bas du lycée, Danny et Alex parlaient de tout et de rien. Dans ce café, trainaient la plupart du temps les trois quarts des lycéens de la ville. C’est un lieu jeune, où les consommations n’étaient pas excessives et où la salle de jeu en valait vraiment le coup. Danny, une vodka orange à la main parlait de Rain avec Alex mais ce dernier était mal à l’aise. Il n’avait jamais apprécié ça chez son ami. Il se moquait de Rain et de ses sentiments. Il voulait juste se montrer populaire et « gentil », c’est ainsi qu’il avait jeté son dévolu sur Rain.
Une blondinette s’approcha d’eux et Danny ne résista pas plus de deux minutes avant de la faire s’asseoir sur ses genoux. Cette attitude dégoutait Alex. Danny n’avait aucun respect pour Rain et à la vitesse où il buvait des vodkas orange, la situation deviendrait incontrôlable. Alex avait mal pour Rain. Danny la trompait à tour de bras et elle ne semblait même pas s’en apercevoir. Il grimaça et partit au comptoir se chercher un café et à peine avait il quitté la table, qu’il aperçut par le miroir du bar, Danny ploter la blonde. Il soupira puis régla son café avant de sortir du pub, sans même boire son breuvage. Danny l’écœurait. Il ne le comprenait plus. Il avait la sensation que son ami n’existait plus. Il rentra alors chez lui, laissant Danny avec cette blonde et certainement une gueule de bois pour le lendemain matin.

*.*.*.*.*.*.

3 jours plus tard,

Karine connaissait maintenant chaque recoin du lycée. Rain et elle devenaient inséparables. Toutefois dès que Danny était dans les parages, Karine se sentait toujours de trop entre les tourtereaux.
Alex arrivait à la cafétéria. Il se stoppa net en voyant Rain et Danny. S’apprêtant à les rejoindre, il fit demi -tour et parti s’isoler. Il savait qu’un jour Rain découvrirait la vraie nature de Danny et surtout il refusait d’être dans les parages. Il subissait assez ses foudres quotidiennement. Le plus douloureux était de la voir heureuse avec manipulateur comme Danny. Le nez dans son assiette, il ne vit pas Karine venir s’installer face à lui. Il continuait de manger sans penser à rien mais sa voix l’obligea à relever la tête.

- Je ne suis pas du genre à me mêler des affaires des autres-

- Alors retourne auprès de ta meilleure amie, Karine…

- C’n’est pas comme ça que je fonctionne. Plus tu me diras d’y retourner, plus je resterais… Je vois bien que Danny te rend jaloux-

- Jaloux ? Moi ? répéta-t-il scandalisé. Tu devrais te regarder dans une glace Karine. Je suis tout sauf jaloux ! Inquiet pour Rain, si tu veux mais certainement pas jaloux !

- Ok, tu es inquiet… mais pourquoi ?

Il plissa les yeux un instant et attrapant sa pomme, il se leva subitement, mettant son sac sur son épaule.

- Je ne crois pas que ça te regarde.

- Et moi, je crois que tu sais des choses sur Danny… des choses qui te dégoutent…

- Qu’est ce qui te permet de dire ça ?! Danny est mon meilleur ami-

Un mince sourire passa sur ses lèvres avant qu’elle reprenne, plus convaincante.

- Tu veux mon avis ? Plus les jours passent, plus tu réalises que Danny est une ordure qui se sert de tout le monde pour avoir ce qu’il veut… tout comme il se sert de Rain, ce qui te rend fou de rage…

- Tu as tors ! Tu es là depuis moins d’une semaine que tu te mets à déblatérer n’importe quoi ! Retournes d’où tu viens et fous moi la paix !

Elle le vit alors partir furieux alors qu’un léger sourire éclairait son visage. Elle avait vu juste. Alex ressentait quelque chose pour Rain mais refusait de se l’avouer et de lui avouer. Son regard se posa alors sur Rain et Danny, qui discutaient, enlacés. Elle soupira et secoua la tête. Elle devait parler à Rain même si cette dernière ne le voudrait pas.

*.*.*.*.*.*.

Assise à la table du café, Karine, ses cours éparpillés devant elle, tentait de travailler. Elle aimait le bruit autour d’elle, l’odeur de la cigarette et des boissons l’enivraient et lui rappelaient où elle était. Plongés dans ses pensées, elle était peu attentive au monde autour d’elle et pourtant un prénom retint son attention, Danny. Instinctivement, elle tendit l’oreille et s’aperçut qu’une jeune fille se confiait à ses amies, racontant leur soirée mouvementée. Karine ferma alors les yeux, espérant avoir mal comprit. Cette fois ci, elle ne pouvait plus reculer. Parler à Rain devenait nécessaire. Ce fut l’instant précis où cette dernière passa la porte du café. Karine, mal à l’aise, secoua la tête et Rain s’installa face à elle. Karine la fixait hésitant un instant. Après tout, il y avait peu de chance pour qu’elle la croit. Elle se connaissait peu alors que Danny fait partie de sa vie depuis des années. Elle refoula cette idée mais sa soif de vérité et de franchise la dépassa.

- Rain…

- Karine… répliqua-t-elle avec un sourire.

Grimaçant, Karine ne savait pas si elle trouverait les mots. Se passant une main sur les tempes, elle inspira puis fixa Rain.

- Je dois te parler… de Danny-

Rain secoua la tête, fixant Karine. Si tout le monde la croyait stupide et incapable de voir le manège de Danny, c’était leur problème, car elle savait où elle en était et ce qu’elle faisait.

- C’est pas la peine-

- Comment ça ? T’es au courant ?

- Qu’il couche et fricote avec d’autres filles ?! Bien sur que je le sais…

- Quoi ?! Mais comment tu peux… tu peux accepter ça ?! Il te trompe-

- Il faut le comprendre pour ça. Danny n’est pas malhonnête… il aime les filles. Je ne dis pas que je suis d’accord avec ses principes… mais il prend chez les autres, ce que je ne lui accorde pas… murmura-t-elle doucement. Tout changera après le lycée, on le sait bien…

- Hey Rain Conrad ! Lança une voix près d’elle.

Leur conversation tomba alors à l’eau lorsque cette voix fut remplacée par une personne en chair et en os. Karine les vit s’enlacer puis Rain lui présenta le jeune homme, aux sourire malicieux, au regard de braise et à la stature parfaite, Lucas Brady.

- On ne s’est pas déjà vu quelque part ? lança-t-il avec un sourire amical.

- Je ne crois pas, non. Je viens d’emménager-

- J’y suis, reprit-il. T’est la fille Bennett, celle qui a emménagé à la place des Garrett.

- En effet, répondit-elle, en fronçant les sourcils.

- J’habite quelque maison plus loin, sur Parker Street.

- Ah… secoua-t-elle la tête, tandis que son regard s’ancrait un peu plus dans celui de Lucas.

Rain qui assistait à la scène sourit en réalisant cette connexion. Se passerait-il quelque chose entre eux ? Elle se mordilla la lèvre inférieure et sortit Lucas de sa contemplation en ajoutant simplement.

- Tu veux bien nous excuser Luke… avec Karine, on doit travailler sur… un exposé de chimie… inventa-t-elle, en espérant faire fuir Lucas.

- Oui, pas de soucis… alors à plus tard… les filles-

- Ouais c’est ça, à plus tard Luke ! répéta-t-elle cette fois, en fixant Karine qui observait toujours Lucas, un peu plus loin.

Cette dernière s’aperçut alors du regard de Rain et son sourire s’évanouit.

- Quoi ?

- On dirait que Cupidon est dans le coin ! ajouta Rain, avec un sourire malicieux et satisfait, alors que Karine secouait la tête, en la fusillant du regard.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:17

Chapitre 2 : Coups de poing et confidences…


Il sortait de l’eau. Tirant sur la fermeture éclair, il se défit du haut de sa combinaison, laissant apparaître un torse bronzé, musclé, des pectoraux parfaits. Sa planche de surf sous le bras, ses pieds s’enfonçait dans le sable alors que la contraction de ses muscles était plus que visible à cet instant présent. Plus sexy à cet instant n’existait pas ! Il planta alors sa planche dans le sable et deux filles le rejoignirent rapidement. Il leur parlait agitant ses mains et souriant. Personne ne pouvait résister à autant de charme. Il avait tout ce qu’une fille pouvait désirer. Un corps de rêve, un sourire à faire fondre, un regard pétillant et envoutant, une voix basse, un simple souffle grave.

Elle était là, le regard perdu dans le vague de l’océan, évitant de lui jeter un coup d’œil de peur qu’il sache qu’elle le détaillait et pourtant, elle fut surprise de s’apercevoir qu’il venait s’asseoir près d’elle. Pourquoi faisait-il ça ? Depuis quand appréciait il sa présence ? Elle resta impassible, ignorant sa présence, respirant lentement.

- J’ai apprit pour Danny…

Elle se demandait si elle devait lui répondre. A quoi jouait-il ? Le faisait il exprès ? Elle était au courant qu’ils en étaient venus aux mains tous les deux, mais jamais elle n’avait su pourquoi. Pourtant Karine, lui soufflé les arguments plus d’une fois, mais elle lui avait toujours dit que c’était impossible.

- Ne me dis pas que tu es surprit… Pas toi. Tu savais tout depuis le début…

Il haussa les épaules, et se mit à fixer l’horizon après l’avoir longuement observé, elle. Il rassemblait ses pensées. Il ne s’était jamais trouvé dans cette situation. Leurs différences et caractères les éloignait énormément. Jamais, ils n’avaient songé à se communiquer autrement qu’en se lançant de mesquines remarques. Ses bras entourant ses genoux, le regard balayant l’horizon, il ajouta sans arrière pensées, sincèrement.

- J’ai jamais approuvé ses actes… c’était mon ami…

- Qu’est ce qui a changé alors ?

- Je crois que tu le sais…

- Et je sais quoi, selon toi ? rétorqua-t-elle en tournant la tête vers lui. La vérité c’est que je ne t’ai jamais porté dans mon cœur ! Ton coté prétentieux m’horripile et tu le sais…

Il esquissa un sourire et se tourna vers elle, soutenant alors son regard. Il rêvait de la toucher, de tout savoir d’elle, de l’émouvoir mais pas qu’avec ses mains, avec ses mots également. Il rêvait de savoir ce que se cachait sous cette carapace de pierre. Il avait tellement envié Danny de l’avoir dans sa vie que maintenant, il ne faisait plus la différence entre le rêve et la réalité. Entre le passé et le présent. Les battements désordonnés de son cœur, la bouche sèche, il ne voulait pas qu’elle le déteste encore plus mais il était conscient que le silence qui s’instaurait, n’arrangerait jamais leur relation.

- Tu peux croire tout ce qu’on dit sur moi… il y a du vrai et du faux. Moi je connais la vérité… mais toi, je doute qu’un jour tu voudras vraiment la connaître. Danny était mon ami… et j’aime croire que j’ai été un bon ami… trop tolérant sûrement...

- C’est ça ton explication ? l’interrompit-elle, ahurit qu’il n’ait pas d’autre réponses à fournir.

- Tu veux m’entendre te dire quoi Rain ? Que Danny était un monstre ? je viens de te le dire, je n’approuvais pas certaines de ses décisions… mais il n’en restait pas moins quelqu’un de bien-

- Tu ne me dis pas tout. Si vous vous êtes battus, il y a une bonne raison… et mon avis est que c’est un sujet très sérieux puisque tu es son meilleur ami-

- Etait ! On n’est plus rien l’un pour l’autre…

- Qu’est ce qu’il t’a fait ?

Il secoua la tête puis la fixa. Il ne devait pas en parler avec elle. Tout ça le dépassait. Il avait un problème et c’était avec elle qu’il en parlait ! ça n’avait pas de sens. Penchant la tête sur le coté, il glissa un regard vers et murmura en déviant la conversation.

- Dis moi, plutôt ce que tu fais toute seule sur la plage à cette heure… ce n’est pas dans tes habitudes de trainer ici…

Elle fronça les sourcils puis baissa la tête. Elle ne pouvait pas le nier. Que savait-il d’elle en fait ? Danny lui parlait il d’elle ? Elle déglutit difficilement, se mordillant la lèvre avant de se reprendre.

- Je crois que Karine m’a posé un lapin-

- Karine ? S’étonna-t-il, avant de réalisé qu’il se pourrait qu’elle soit la raison de leur rencontre.

- Elle m’avait donné rendez vous ici à 7h…

- Elle a sûrement eu une panne de réveil, ajouta-t-il en espérant qu’il se trompait sur les raisons de la présence de Rain sur la plage à cette heure.

- Surement, marmonna-t-elle tandis qu’il se levait lentement.

Elle l’observait. Cette stature de sportif, ces muscles saillant, ses abdominaux parfaits, ses pectoraux bien développés pour ses 17 ans, et des biceps fermes. Elle ne pouvait nier qu’il était attirant. Elle croisa alors son regard amusé mais elle préféra tourner la tête pour lui cacher son trouble. Elle se sentait gêné et honteuse de l’avoir détaillé ainsi. Elle savait qu’avec sa chance, ça ne tarderait pas à faire le tour du lycée. Elle espérait le voir déguerpir très vite mais au contraire, elle réalisa qu’il était toujours là. Le buste de sa combinaison tombant sur ses cuisses, il s’accroupit devant elle, cherchant son regard avant de murmurer pour elle seule.

- On dit souvent que les contraires s’attirent. Je ne peux pas dire si c’est vrai… mais quand je vois les personnes qui font partis de ma vie, je m’aperçois que ce dicton n’est pas complètement faux… finit il à voix basse, sans quitter ses yeux.

- Alexander…

Il esquissa un sourire, en l’entendant pour la première, prononcer son prénom entièrement. Leurs regards soudés, sa respiration se fit plus courte, leurs visages se rapprochant, il pencha sa tête dans sa direction, entrouvrant ses lèvres, effleurant les siennes. Ce goût. Un goût unique, un parfum de lilas, une douceur, une main glissant sur sa nuque, la veine de son cou palpitant sous l’intensité du moment, il sourit contre ses lèvres… mais finalement ce fut le satané radio réveil qui le sortit de ce rêve des plus audacieux, authentique et magnifique. Sa main retombant sur le radio réveil, il soupira puis rabattit l’oreiller sur sa tête en maugréant de devoir aller au lycée.

*.*.*.*.*.*.

Deux jours plus tôt,

Trois fois par semaine, elle venait s’entrainer pendant deux heures. Elle n’était pas spécialement sportive mais courir la détendait et lui permettait d’évacuer toutes ses tensions qui pesaient sur ses épaules. Karine n’avait jamais abordé certains sujets avec son père, tel le départ prématuré de sa mère de la maison alors qu’elle était âgée de 6 ans. Sa relation avec son père était ambigüe. Elle ne remettait jamais ses décisions en questions. Grandissant sans mère, elle éprouvait régulièrement ce sentiment d’abandon. Elle ne comprenait pas qu’on puisse abandonner son enfant, c’est alors qu’un jour elle s’était décidé à suivre les décisions de son père, de peur que si elle s’y opposait, il l’abandonnerait à son tour.

Le cou humide, les joues rouges, la respiration saccadée et son cœur battant à tout rompre, ses cheveux s’emmêlant à cause de la sueur sur son visage, elle ralentit la cadence de sa course avant de finir en marchant. Son regard balaya alors le stade avant de s’arrêter sur un couple près du banc de touche, sur la pelouse. Elle fronça les sourcils puis soupira en reconnaissant le type qui enlaçait une petite blonde. Sa respiration revenant lentement à la normal, elle attrapa sa bouteille d’eau et passa sa serviette autour de son cou avant de se remettre à marcher.

*.*.*.*.*.*.

Absent depuis trois jours, il savait ce qu’il faisait. Il désapprouvait complètement sa conduite. Pour lui, même un excellent joueur devait assister aux cours, même s’ils étaient barbants. Il traversait la piste du stade et ne fut pas surprit de le voir avec une pompom girl dans les bras. Le fusillant du regard, la petite blonde ne bougea pas mais Alex ne se démonta et lança en l’air une pile de feuille.

- Tu sais que j’ai jamais admit ça ! Alors maintenant, tu te trouveras un autre pigeon pour tes cours et pour couvrir tes arrières ! J’arrête c’est fini ! Tu as perdu Danny… cria-t-il, sans le quitter des yeux.

Echangeant un bref regard avec la petite blonde, Danny se détacha d’elle avant qu’elle rejoigne le reste des pompom girls. Les traits d’Alex étaient durs. Sous ce calme et cette sérénité apparente, il cachait une rage et un caractère plutôt explosif. Un style vestimentaire des plus classique, rien ne le démarquait des autres, si ce n’est peut être une carrure d’athlète qu’il entretenait tous les jours en pratiquant du surf. Danny s’approchant de lui, il serra les mâchoires. Décidé à ne pas céder à son ami, il voulait mettre un terme à ses fricotages avec toutes ses filles obnubilés par le « Quarter back de Silver Springs ». À ses yeux, Danny n’était qu’un mec qui avait eu la chance de se retrouver en première ligne parce qu’il avait rencontré des personnes qui croyaient en ses capacités physique. Mais en réalité que vaut il vraiment en dehors d’un terrain de football ? Surement intelligent, une instruction négligé, on ne pouvait pas dire qu’il faisait partit des personnes avec qui ont parlerait, histoire, politique, cinéma ou musique. Rien de tout ça ne l’intéressait, toutefois s’il s’agissait d’attribuer des notes au filles selon leurs performances, on pouvait lui faire confiance ! Alex était sur le point de se jeter sur lui, cependant il lui restait encore assez de lucidité pour freiner ses instincts primaires.

- Tu me reproches quoi au juste ?! demanda Danny, un peu étonné.

- Ce que je te reproche ?! Tu le fais exprès ou tu es vraiment un idiot ?! Rain est géniale ! Adorable, tendre, patiente, franche, sincère, amoureuse… et toi, tu la ridiculise en couchant avec toutes les filles du lycée ! Tu ne la respecte même pas ! Il te faut d’autres explications ?! Rugit-il, tandis que Danny se rapprochait de lui.

- Tu divagues mec ! J’aime Rain et si quelqu’un la respecte c’est bien moi ! On est ensemble depuis 2 ans-

- Deux ans ! Et depuis 2 ans tu la trompes ! Je ne vais pas me taire Danny ! J’en ai marre tu vois. Cherche-toi un autre alibi. Je passe mon tour !

- Oh non ! Tu ne partiras pas comme ça !

- Mais je ne te demande pas ton autorisation « Saint Danny » ! répliqua-t-il en se détournant de Danny et faisant demi tour.

Tout se passa très vite. Danny était puissant, bien bâtit, véloce ce qui expliquait son importance dans l’équipe. Se plantant devant Alex, ce dernier soupira avant de lancer à son ami.

- Laisse-moi passer-

- Pas tant qu’on aura pas fini cette discussion-

- Pour moi elle est close !

- Tu crois que je n’ai pas compris ?

- Comprit quoi ?! Soupira Alex, agacé.

- Rain… t’es amoureux d’elle…

- Quoi ? S’étonna Alex, cachant la nervosité qui s’emparait de lui, alors que Danny venait de comprendre.

- C’est ça ! reprit Danny. T’es amoureux d’elle !

- Tu dis n’importe quoi ! Je te rappelle que Rain et moi, on ne se parle pas !

- Tu ne l’aura pas Alex ! Pas elle !

Alex gloussa, secouant la tête tout en le fusillant du regard.

- Crois ce que tu veux, mais c’est pas mon but…

- Je ne te crois pas !

- Si tu l’aimais, tu ne coucherais avec les autres ! S’énerva Alex.

Il n’eut pas le temps de réagir que le coup le toucha au nez, qui se mit à dégouliner du sang frais. Passant une main sous celui-ci, il sentit le fluide visqueux et abondant. Il releva les yeux vers Danny, réalisant qu’il venait de le frapper. Il ne lui en fallut pas plus pour qu’il lui réponde de plus belle, lui martelant le visage de coups puissants. Toutefois, Danny ne restait pas sans défenses et parvint à toucher Alex à l’œil et à la lèvre inférieure. Les coups s’échangeant n’étaient pas du pipeau. Tous deux frappaient avec force, Danny était à terre, se tenant le nez en sang. Alex quand à lui debout lui jetait un regard mauvais avant de cracher du sang sur la pelouse et de quitter le stade. Traversant la piste, il croisa alors le regard dépité de Karine. Il partit sans un mot et rejoignit l’infirmerie, seul.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:20

Passant par son casier, Rain ne faisait pas attention aux filles qui parlait tout en passant derrière elle. Elle fut alors surprise par une présence qui se stoppa à coté d’elle. Relevant les yeux, elle braqua son regard surprit sur la personne face à elle.

- Danny ? mais qu’est ce qui t’es arrivé ?! grimaça-t-elle en voyant son visage boursoufflé.

- J’ai eu une discussion mouvementée avec Alex…

- Avec Alex ?!

- Il m’a clairement fait comprendre de ne plus compter sur lui… commença-t-il avant de poursuivre à voix basse. Rain, on doit parler-

- Je sais…

- Tu sais ? répéta-t-il, larguée de sa réaction.

- Je veux dire… on peut pas continuer comme ça, Danny. Je crois que le mieux c’est d’en rester là-

- ça fait plus de deux ans qu’on est ensemble Rain-

- Oui… et je ne connais aucune fille qui serait capable d’accepter tes aventures avec les autres. Je ne peux pas continuer…

- Décidément c’est ma journée ! Tu me largues et mon meilleur ami me casse la gueule ! une autre catastrophe à m’annoncer ? siffla-t-il cyniquement.

- Le prend pas comme ça… tu savais que ça te pendais au nez.

- ça n’empêche pas que j’ai des sentiments pour toi et que-

- Tu ne m’aimes pas Danny, c’est une évidence… je suis uniquement là, pour combler un trou dans ta vie. Ne cherche pas à me revoir… finit elle, en refermant son casier et s’éloignant de lui.

En vérité, elle remuait ça depuis des semaines. Karine lui avait ouvert les yeux évidemment. Du moins, elle était la seule à le lui avoir dit ouvertement même si elle en était consciente. Elle avait pesé le pour et le contre pendant plusieurs jours avant de se décider. Elle n’était pas seule. Karine lui avait affirmée qu’elle sera là pour l’aider. Toutefois, Danny comptait pour elle. Elle ne lui avait pas dit. Elle n’était pas idiote. Une simple remarque de ce genre aurait permit à Danny de se rapprocher d’elle, ce qu’elle ne voulait. Rejoignant le parking, elle vit Karine adossé à sa voiture l’attendant. Elle se demandait ce qui avait pu se passer entre Alex et Danny mais la présence de Karine lui fit oublier cette pensée.

- Enfin ! j’ai cru que j’allais fondre à force de t’attendre ! lança Karine avec un petit sourire. Toute seule ?

- Ouais… répondit elle, en lui adressant un léger sourire. Dis moi, tu saurais pas ce qui s’est passé entre Danny et-

- Alex ? répondit elle à sa place.

Rain hocha la tête et à la grimace de Karine, elle comprit qu’elle devait savoir quelque chose. Pénétrant dans l’habitacle de la voiture de Rain, Karine fixa un instant l’horizon devant elle, tandis qu’elle sentait le regard de Rain posé sur elle. Soupirant elle commença.

- En fait, j’ai pas su ce qu’ils se sont dit… mais Alex était énervé en arrivant sur le stade. Ils se sont engueulé et Danny s’est mit à le frapper… Alex n’a fait que se défendre et quand Danny s’est retrouvé à terre, Alex est partit. C’est sérieux je crois…

- Apparemment…

- Danny t’a parlé ?

- Pas vraiment… il est pas du genre à parler de ce genre de chose…

- Je vois… murmura Karine, se doutant que ça avait un rapport avec le défilé de filles qui devait passer dans le lit de Danny. Je sais que tu supportes pas Alex… mais il n’est pas forcément le méchant de l’histoire…

Rain soupira. Entendre son amie défendre Alex, l’agaçait. Elle n’avait jamais aimé Alex mais elle était consciente que Danny n’était pas un ange. Elle démarra alors la voiture restant silencieuse. Se garant devant chez Karine, elles entrèrent dans la maison pour la préparation d’un exposé de littérature.

*.*.*.*.*.*.

Lucas sortait du lycée. Il n’était pas dans le même établissement que Rain et Karine. Passant devant les grandes grilles de l’établissement il aperçut un peu plus haut dans la rue, une silhouette reconnaissable, d’autant plus avec un œil au beurre noir et une lèvre gonflé. Grimaçant légèrement, il rejoignit Alex qui écrasa sa cigarette de son pied.

- T’as croisé une porte sur ton chemin ? lança Lucas avec un sourire amusé.

- La porte avait même un nom ! répliqua-t-il en levant les yeux aux ciel.

- Alors tu l’as fait… conclut Lucas.

- J’en pouvais plus Luke…

- Je sais… Rain est au courant ?

- Elle doit l’être maintenant… Karine était sur le stade quand ça a éclaté.

- Karine… murmura-t-il en esquissant un demi-sourire, et baissant la tête. C’est une fille adorable-

Alex sourit au ton qu’employait Lucas. Ils se connaissaient depuis l’enfance. Alex se doutait que son ami en pinçait pour Karine. Il n’avait jamais vu Lucas vraiment amoureux. Certes il sortait avec des filles depuis plusieurs années mais Alex n’avait jamais vu cet étincelle dans ses yeux.

- J’ai l’impression que Karine sait se rendre indispensable dans certaines vies… murmura-t-il alors que la douleur de son œil, se faisait ressentir.

- T’en es où avec Rain ?

- Comment ça, j’en suis ou ? Rain me déteste-

- Je crois pas en fait, ajouta Lucas simplement. Rain se cache de toi au contraire. Elle est avec Danny parce qu’elle sait qu’il ne pourra pas lui faire de mal… au contraire de toi, tu la rends vulnérable…

- Quoi ? Réagit Alex. Tu délires.

- Non. L’autre jour, lorsque j’ai rencontré Karine, je les ais entendu parler ensembles… et Karine l’a comprit. Rain est attiré par toi, mais refuse net de te le faire savoir.

- C’est complètement dingue… murmura Alex.

- Qu’est ce que tu vas faire ?

- Je suis censé faire quelque chose ?

- Tu sais qu’elle ne restera pas célibataire longtemps-

- Mais elle est toujours avec Danny.

- Je te parie 20 $ que dans moins d’une semaine, ils auront rompus…

Alex secoua la tête puis esquissa un petit sourire et fixa son ami.

- Et Karine ?

- Quoi ?! Non Alex, n’y pense même pas !

- T’es accroc toi… conclut Alex en riant.

- je suis pas « accroc » comme tu dis… juste prudent-

- Et amoureux, finit Alex pour Lucas alors qu’ils arrivaient devant chez Lucas.

Pénétrant dans la maison, Alex rigolait de l’attitude de Lucas qui passait par la cuisine tandis qu’Alex saluait la mère de Lucas. Rapidement ils montèrent dans sa chambre et reprirent leurs discussions concernant les filles. Alex était mal à l’aise mais Lucas savait qu’il éprouvait quelque chose de fort pour Rain. Fermant la porte derrière lui, il ajouta dans un souffle.

- Cette nuit j’ai fait un rêve… j’ai rêvé d’elle…

- Hein ? Se retourna Lucas.

- J’ai rêvé de Rain… et de moi, sur la plage… murmura-t-il, alors qu’un sourire narquois apparaissait sur le visage de Lucas.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:20

Chapitre 3 : Un garçon surprenant


Un panta-court gris clair, un débardeur noir, les cheveux relevés sur sa nuque, elle fouillait dans un tiroir, à la recherche de son best of de U2. Le seul artiste qu’elle supportait pour accomplir sa mission ! On était samedi. Son père était à l’hôpital pour sa garde, elle ne le verrait pratiquement pas du week end. Par conséquent, elle aurait la maison pour elle toute seule. Enfin c’était ce qu’elle croyait jusqu’à l’arrivée d’Alex devant sa porte 2 heures plus tôt.

Etonnée, elle l’avait été plus que jamais. Elle n’avait rien contre lui mais devinait qu’il traversait une mauvaise période. Ces derniers jours, elle avait pu sentir la tension entre lui et Danny. Ils étaient bien en froid. Ne s’adressant plus la parole, elle avait longtemps hésité à lui proposer son soutien, si il le désirait. Elle ne fut pas décontenancée par la froideur de sa réponse. Elle commençait vraiment à le cerner et comprenait qu’il se montrait froid et distant pour dissimuler ses sentiments. Alors lorsqu’il fut sur le pas de sa porte, la première question qui lui vint à l’esprit fut forcément la raison de sa présence.

Son cd à la main, elle redescendit en courant les escaliers, le rejoignant dans la salle à manger alors qu’elle le voyait devant la bibliothèque, regarder les œuvres et les photos disposées.

- J’ai ce qu’il te faut…

- Humm… fit il en se tournant vers elle.

Elle réalisa alors qu’il tenait dans sa main, une photo de sa mère. Elle posa son regard dessus et un silence s’installa. Se reprenant très vite, elle se tourna vers la chaine. Insérant le cd sur la platine, elle appuya sur play. L’air de Pride envahit rapidement la pièce et elle se tourna vers lui. Reposant le cadre dans la bibliothèque, il s’aperçut de son trouble mais n’ajouta rien.

- Tes épreuves sont dans 3 semaines c’est ça ? demanda-t-elle en levant les yeux vers lui.

- Exact… Je peux pas me permettre de les louper-

- T’inquiètes pas… fit elle, en lui adressant un sourire rassurant. Tu les auras crois moi…

- Il me faudrait un miracle pour ça…

- Okay, donc on a la musique pour la concentration maintenant montre moi les sujets de l’année dernière…

Tout démarra ainsi entre eux. Assise à coté de lui à la grande table de la salle à manger, elle étudiait les exercices et les cours de littérature d’ Alex. N’étant pas dans la même classe, les cours variaient. Bonne élève, les profs avaient été surprit par ses excellent résultats dans toutes les matières. Cependant, ils ne furent pas surprit lorsqu’ils apprirent que son but était de devenir professeur. Elle savait se montrer dur, tenace, compréhensive et surtout elle avait le don des explication et la pédagogie pour être un excellent prof.

Alex se passa une main dans les cheveux et soupira alors qu’il peinait à suivre le raisonnement de Karine.

- Va pas si vite, jsuis largué !

- C’est pourtant simple… si tu fais sa biographie, tu dois tout citer. Aux moins 5 de ses œuvres connues et 5 autres qui le sont moins… sans oublier de bien différencier les paragraphes, pour sa vie personnelle et son parcours professionnel… et si tu le peux, tu égaie ton exposé avec des photos, des peintures…

- Et tout ça écrit sur le même style, sans changer le temps employé-

- T’a tout comprit, lui fit elle avec un sourire en se levant. Tu veux boire quelque chose ?

- Je suppose que je peux pas avoir une bière ?

Elle secoua la tête et disparu dans la cuisine. Elle se passa une main sur le visage une fois seule. Elle n’avait pas songé qu’elle le verrait un jour sur le pas de sa porte et encore moins pour lui demander son aide. Elle sortit deux cannettes du réfrigérateur et le rejoignit après s’être emparé de deux verres.

- J’ai pas de bière… mais du panaché ça devrait aller non ?

Il lui sourit. Elle était surprenante, fidèle, convaincante et amusante.

- Tu m’étonneras toujours Bennett, répliqua t il sans arrière pensée, en croisant son petit sourire timide. Je m’en veux de t’avoir traité comme je l’ai fait…

- C’est du passé Alex… je suis pas rancunière. Deplus, ce que je t’ai dis la semaine dernière est toujours valable. Si un jour, tu te sens d’humeur à parler… tu sais où je vis…

- C’est gentil Karine… mais je suis pas du genre à me confier.

- On sait jamais, ça pourrait arriver…

Buvant une gorgée de son panaché, il ne répondit pas. Karine lui tirait vraiment une aiguille du pied en acceptant de l’aider dans toutes ses révisions. Rentrer dans une institution artistique se révélait compliquer. La discipline, des résultats frôlant la perfection, il n’avait pas le droit à l’erreur. Karine était réellement sa sauveuse sur ce coup. D’ailleurs travailler lui permettait d’éviter de penser à Rain et à la nouvelle de sa séparation avec Danny. Lucas avait eu raison, il avait donc perdu 20 $ et il en venait à la même conclusion que Lucas. Rain ne resterait pas célibataire longtemps. Non, elle était bien trop géniale pour ça. Il émit un bref soupir, perdu dans ses pensées alors que la musique de With Or Without You retentissait.

- Alex ? un problème ?

- Non… Non, tout va bien…

- Tu manques de conviction, répondit elle sans le quitter des yeux.

- J’ai encore du mal à croire que tu passes ton après midi avec moi, à m’aider-

- Il n’y a rien de mal à ça… je trouve même courageux que tu me l’ais demandé. Généralement les élèves ne sont pas du genre à demander de l’aide…

- T’es vraiment une fille géniale pour aider un pauvre élève comme moi... Je me demande encore pourquoi t’as pas de mec-

- Je préfère me concentrer sur les cours en ce moment, c’est tout. Ça répond à ta question L’Artiste ?

Il rit doucement, la dévisageant. Il prenait conscience alors de ce que voyait Lucas en Karine. Il ne les avait que très peu vu en présence l’un de l’autre. Toutefois, il se souvenait parfaitement du regard obnubilé de son ami.

- L’Artiste a encore du boulot avant de pouvoir se faire appeler ainsi ! lança-t-il avec un petit sourire.

- Je ne m’en fais pas. Tu seras cet artiste un jour…

- T’es bien la seule à croire en moi.

- On arrête pour aujourd’hui, t’as bien bossé… on continuera… mardi soir, ça te convient ?

- Mardi, j’ai un entrainement… mais je peux le repousser-

Karine le fixa et lui adressa un sourire tandis qu’il était près à faire des sacrifices pour parvenir à ses fins.

- Non, tu as aussi besoin de décompresser… va à ton entrainement, on se verra mercredi…

- Merci… murmura-t-il, en la fixant, troublé. Je ne pensais pas qu’il existait des personnes aussi généreuse de leur temps et prêtes à transmettre leur savoir si simplement. C’est énorme ce que tu fais pour moi… je ne l’oublierais jamais…

- T’es pas un voyou Alex. Tu es un type bien qui mérite d’avoir sa chance et de voir son rêve se réaliser. Tu penseras à moi quand tu seras une star ! Finit-elle avec un grand sourire.

Il se leva et ramassa ses cours puis toutes les notes qu’il avait prit lors des explications de Karine. Celle-ci ramassait leurs verres et canettes et se dirigea dans la cuisine quand on sonna à la porte. Après quelques secondes, elle ouvrit la porte et à son grand étonnement, elle découvrit Lucas.

- Lucas… qu’est ce… tu veux entrer ? Alex est là-

- Alex ?!

- Oui, ça te pose un problème ? lança-t-elle en le fixant, sans comprendre sa réaction.

- Non, enfin c’est juste que… non, laisses tomber… marmonna-t-il en refermant la porte derrière lui et pénétrant dans la maison.

Elle secoua la tête et rejoignit alors Alex dans la salle à manger. Bien évidemment, elle sentait la présence de Lucas dans son dos. Alex se figea en le voyant et son regard revint à Karine. Il lui adressa un léger sourire et leva les yeux vers Lucas.

- Luke… Bien, je vais vous laisser…

- Hé L’Artiste, tu peux rester si tu veux… lança Karine, jetant un bref coup d’œil à Lucas.

- Désolé… mais on m’attend à la maison. Mon père est absent et je ne peux pas laisser ma mère et mes frères et sœurs tous seuls pour le dîner…

- Oh… je vois répondit-elle, un peu déçu.

- Merci pour tout et… à lundi…

Ils échangèrent un bref sourire et Alex quitta la maison. La présence de Lucas ne faisait pas peur à Karine. Non, mais leur type de relation était plutôt ambigüe. Karine n’avait pas pour but de beaucoup fréquenter les garçons. De loin, elle préférait être seule chez elle, mais là au milieu d’eux deux, elle se sentait gênée. Se retournant vers Lucas, ce dernier demandant doucement.

- C’est moi qui l’ais fait fuir ?

- Je crois que tu peux trouver la réponse tout seul… commença-t-elle. Qu’est ce qui t’amène chez moi ? Ne me dis pas que tu as ni sucre, ni lait, ni farine chez toi.

Lucas esquissa un bref sourire et croisant son regard, il murmura sans la lâcher des yeux.

- En vérité… je voulais d’inviter à sortir ce soir…

- Et si j’ai d’autres projets ? Tu t’y prends un peu à la dernière minute, j’te signale.

- Oui je sais… s’agaça-t-il. Je crois que je m’attendais pas à le voir chez toi… vous sortez ensemble ?

- En quoi ça te regarde ?! Si j’ai un petit ami, je me passerais de tes services ! J’ai pas besoin qu’on me surveille à longueur de temps.

Il secoua la tête. Il n’avait pas songé qu’elle serait sur ses gardes à ce point. Avait-elle souffert à cause d’un mec ? Il songea qu’il ne connaissait rien de sa vie. Enfin, il savait que son père bossait à Bethesda et que sa mère ne vivait plus avec eux. Hormis ça, c’était l’absence totale d’info sur elle. Il se rapprocha d’elle en baissant la tête. Il l’avait mise en colère et ça n’était pas du tout son but.

- Je suis désolé, répliqua-t-il très vite. C’est simplement que… Alex est un ami d’enfance-

- Et quoi Lucas ?! Je suis une pauvre nouille venant de New York, et qui se permet de juger les personnes avant de les connaître, s’emporta-t-elle en le fixant rageusement. Écoute-moi bien Lucas, tu ne me connais pas ! Tu ne sais rien de ma vie et maintenant je vais te répondre… non, je ne sortirais pas avec toi ce soir ! Tu as dépassé les bornes ! Sors de chez moi, maintenant !

Elle n’était pas du genre à s’emporter ainsi mais là, elle n’en pouvait plus. Son regard la troublait. Elle ne pouvait nier ce qu’elle ressentait lorsqu’il était près d’elle. Elle l’appréciait pourtant, lui sa présence, son humour. Mais là c’était incontrôlable, il fallait qu’elle s’en prenne à lui, faute d’avoir personne d’autre sous la main.

- Non Karine… je te laisserais tranquille si c’est ce que tu veux, mais tu dois savoir une chose-

- Non Lucas, sors tout de suite ! Tu vas comprendre ce soir, que je déteste me répéter-

Plantant son regard dans le sien, il était tiraillé entre partir comme elle le souhaitait et lui confier ce qu’il ressentait. N’étais ce pas trop tôt ? Après tout, il ne s’était vu que 3 ou 4 fois en tout et pour tout. Elle risquait de ne pas apprécier ses actions mais au moins, elle aurait une idée de ses sentiments. Restait à savoir ce qu’elle ressentait pour lui. Jouant le tout pour le tout, il n’écoutait plus ce qu’elle disait et décidé, il l’embrassa furieusement. Leurs lèvres soudées, elle fut réduite au silence alors que la douceur et tiédeur des lèvres de Lucas la faisait presque fondre sur place. Elle se retenait de l’enlacer tandis qu’il continuait de l’embrasser, sa langue se glissant dans sa bouche, entamant une sensuelle danse au contact de sa langue. Elle recula alors soudainement se détachant de Lucas. Sa colère réapparaissant, elle le fixa.

- Je peux savoir à quoi tu joues ?!

- Ne me demandes pas d’explications Karine. Ouvres juste les yeux et permet toi d’être comme tout le monde et d’éprouver des sentiments à l’égard d’autres personnes.

- Tu n’as pas à me dire ce que je dois faire ! Sors de chez moi, immédiatement !

- Okay Okay… si c’est ce que tu veux, murmura-t-il mais maintenant, tu ne pourras plus nier ce qui se passe entre nous…

- Bon sang Lucas ! il ne se passe rien… je vois pas où tu es allé chercher ça-

Il encaissa la gifle de ses mots. Elle était on ne plus claire. Il s’était fait des idées sur ce qu’il avait entraperçu lors de leur rencontre. Se voilait elle la face ou bien ne ressentait elle vraiment rien pour lui. Baissant la tête, il reprit à voix basse.

- Je suis désolée Karine. Ne t’inquiètes pas, je ne viendrais plus t’importuner… toi et Alex ! Finit il agacé avant de partir en claquant la porte, blessé de la réaction de Karine et du fait qu’Alex lui a volontairement caché ses liens avec Karine.

Elle soupira en entendant claquer la porte. Elle avait vraiment gagné sa journée. La surprise avec Alex et sa demande d’aide puis sa dispute avec Lucas et ce baiser. S’installant sur le canapé, elle attrapa la télécommande de la chaine hifi, elle arrêta le cd et s’allongea sur le canapé, ressassant les évènements de la journée.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:21

Attrapant sa serviette, elle s’y enveloppa rapidement alors que le froid la pénétrait intensément. Elle n’était pourtant pas une habitué de la plage, encore moins par un temps frisquet comme en ce moment. Pourtant elle avait eu envie de se baigner. Seule, elle se sentait bien. Elle n’avait de compte à ne rendre à personne. Libéré de l’emprise de Danny, elle se sentait bien, heureuse, détendue. S’asseyant sur le sable tiède, elle resserra sa serviette autour d’elle quand elle distingua une présence à quelque pas d’elle.

- Tu ne devrais pas te baigner seule-

- Occupes toi de tes affaires ! Tu as jamais été là quand j’ai eu besoin de toi alors ne viens pas me dire que tu te préoccupe de ce qui pourrait m’arriver !

- Rain-

- Non Danny ! Il me semble que j’ai été claire l’autre jour ! je ne veux plus avoir à faire à toi ! Disparaît de ma vue ! C’est si difficile à comprendre ?

- Je tiens à toi-

- Et moi, j’ai tournée la page !

- Non, c’est pas vrai-

- T’as pas comprit ce qu’elle vient de te dire ?! lança une voix dans son dos.

- Tiens, il manquait plus que le toi pour fermer ce triangle-

- Elle t’a demandé de partir ! Tu veux peut être que je t’aide à déguerpir ?

Elle était de plus en plus mal à l’aise. Se levant, elle resserra sa serviette autour de son corps et les fixa tour à tour.

- Vous avez fini tous les deux ?! S’énerva-t-elle.

- Je voulais qu’on parle plaida Danny-

- Je t’ai dis que c’était fini. Je ne reviendrais pas sur ma décision. Alors fais-toi une raison !

Danny les regarda tour à tour. Les mots définitifs de Rain le clouèrent sur place. Il secoua alors la tête et fit demi tour sans un mot tandis qu’Alex restait silencieux. Il croisa un bref instant le regard de Rain.

- Merci d’être intervenu Alex…

- Je ne pense pas qu’il serait devenu violent, murmura-t-il avant qu’un léger silence s’installe. Tu devrais être plus prudente, ne te baigne pas seule ici…

Elle esquissa un petit sourire en coin. Jamais elle n’avait eu le souvenir qu’Alex était si attentif à ce qu’elle pouvait faire. Elle le vit s’approcher lentement, les mains au fond des poches.

- Je ne savais pas que tu venais ici, murmura-t-il. C’est la première fois que je t’y vois…

- Il y a beaucoup de chose que je me permets de faire maintenant…

- A cause de Danny… souffla-t-il. Je suis vraiment désolé. J’ai jamais approuvé ce qu’il te faisait subir…

Levant les yeux vers lui, elle avait l’impression de découvrir un autre garçon face à elle. Où était passé son légendaire sarcasme ? Elle baissa légèrement la tête, souriant intérieurement.

- Je le savais Alex. Je l’acceptais… je me suis beaucoup remise en question. Je crois que je n’étais pas vraiment amoureuse de lui…

- Ah…

Elle rit de sa réaction, secouant la tête. Elle le savait peut expansif et très secret mais là, elle était impressionné par sa présence.

- qu’est ce qui t’amène sur la plage à cette heure ?

- J’ai l’habitude de m’y balader le soir…

Elle se contenta de secouer la tête, frissonnant de la tête au pied. Mal à l’aise, il était partagé entre la prendre dans ses bras pour la réchauffer où rester distant. Il n’avait qu’une peur, qu’elle le repousse. Croisant son regard, il s’approcha finalement et ôtant sa veste qu’il déposa sur ses épaules, il souffla.

- Allez viens, je te ramène… il va commencer à faire froid…

Plongeant son regard dans celui d’Alex, elle se sentait bien. Oui elle avait froid mais elle était rassurée de la présence d’Alex. Elle se détendit lentement puis s’aperçut qu’Alex avait posé sa main sur son épaule avant de resserrer les deux pans de sa veste sur elle.

- Je… souffla-t-elle, surprise par sa présence.

- Je te mangerais pas, promit, lui sourit Alex. Je devrais arriver à me retenir.

Elle rit doucement, ne s’attendant pas à ce qu’il fasse de l’humour. Elle le connaissait si peu dans le fond. Peut être était il temps qu’elle laisse ses a priori de coté et qu’elle découvre qui, il est vraiment.

- Je vais faire attention alors… tu pourrais te transformer en loup garou ! Finit-elle avec un sourire.

- Je peux me transformer en Prince Charmant si tu préfères, répondit-il en posant ses yeux sur ses lèvres sensuelles. Il déglutit difficilement puis reprit ses esprits, plongeant son regard dans le sien.

- J’avoue que j’aimerais bien voir ça…

- ça pourrait te surprendre…

- je relève le défi… montre moi de quoi tu es capable !

Il lui sourit alors franchement et lui tendit sa main. Allait-elle la prendre et le suivre ? N’allait elle pas un jour regretter d’avoir fait confiance à Alex.

Glissant sa main dans la sienne, elle fut un instant décontenancé par la chaleur, le frisson et la douceur des mains d’Alex. Elle le suivit alors sans arrière pensée, alors qu’il la menait un peu plus loin sur la plage en direction d’une petite cabane.

- On est où là ?

- Chez moi.

- Chez toi ? Je crois que j’ai besoin que tu m’explique…

- Le bout de terrain appartient à mon père. Il a fait construite cette cabane quand j’étais encore môme… venir ici me détend, je suis vraiment chez moi…

Elle le considéra de longue seconde, réalisant réellement qu’Alex n’était pas la personne qu’elle s’était toujours représenté.

- Si tu veux te changer, il y a une petite pièce derrière…

Elle le remercia d’un sourire et disparut quelques minutes, le temps pour elle de se rhabiller. Revenant, elle s’appuya sur le chambranle de la porte, l’observant méticuleusement. A quelques mètres d’elle, il allumait un feu sur la plage. Elle s’aperçut alors de la justesse de ses gestes, de son charisme, ce charme inné et ses muscles saillant sous ses vêtements. Une bouffée de chaleur l’envahit soudainement puis sans réfléchir elle s’avança vers lui.

Accroupi devant le feu, il soufflait doucement attendant que les brindilles s’enflamment. Tournant un bref instant la tête pour prendre une petite buche, il la vit, le dévisageant lentement et s’approchant. Il retourna alors la tête vers le feu puis se redressa alors que les flammes léchaient les buches. Il se tourna alors vers Rain qui ne cachait plus sa surprise. Levant sa main il dégagea une mèche de cheveux de son visage, murmurant.

- ça va mieux ?

- Tais toi Alex… murmura-t-elle, audacieuse, se jetant dans ses bras, posant furieusement ses lèvres sur les siennes, ses bras se nouant autour de son cou alors qu’Alex semblait rêver.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:22

Chapitre 4 : Les tourments d’une nuit…



- Tais toi Alex… murmura-t-elle, audacieuse, se jetant dans ses bras, posant furieusement ses lèvres sur les siennes, ses bras se nouant autour de son cou alors qu’Alex semblait rêver.

Ses mains sur ses hanches, tout n’était plus que sensations. Cette impression de rêve ne le quittait plus et pourtant, c’était bien la réalité. Lui retournant son baiser, il ne se détachait plus d’elle. Ses doigts la caressaient à travers le tissu fin de son haut à manche longues. Etait il au paradis ou avait elle accepté de le voir au delà des apparences ? À court de souffle, elle détacha légèrement sa tête alors que ses doigts frôlaient toujours la nuque d’Alex, qui la regardait envouté et souriant. Un vrai sourire s’étirait sur son visage. Lui qui était si discret et mystérieux, il laissait entrevoir la personne sensible et charmante qu’il était de nature.

- C’est pas vraiment raisonnable, chuchota-t-il, ses mains larges et douces, posées sur ses hanches.

- J’ai pas envie d’en parler maintenant Alex…

Ses mains glissant sur ses épaules carrés et musclés, elle se mit sur la pointe des pieds frôlant légèrement ses lèvres. Souriant de nouveau, il n’hésita plus en l’embrassa furieusement, la plaquant contre lui avant de délaisser ses lèvres pour son visage, son cou gracile et sa mâchoire. Il n’arrivait pas à réaliser que c’était bien elle qui était dans ses bras, l’objet de ses fantasmes et rêves les plus fous depuis près de 3 ans. Ses doigts entrant en contact avec le bord du tissu du haut de Rain, il se raidit soudainement, se détachant lentement d’elle. Bien sur qu’il avait envie d’elle, mais à son gout elle méritait bien mieux que lui et une cabane sur la plage. Relevant les yeux vers elle, il croisa son incompréhension. Il prit alors une lente inspiration et fit remonter sa main à sa joue.

- On ne peut pas… pas comme ça, pas ici-

- Pourquoi pas ?! s’entendit-elle lui répondre, encore surprise par sa propre audace. Quoi, tu ne veux pas-

Il secoua la tête lui souriant avant de reprendre lentement.

- Non, tu te trompes… j’ai envie de toi, le problème n’est pas là, ajouta-t-il, son pouce caressant sa joue. Tu mérites beaucoup mieux qu’un lit de fortune dans une cabane-

- C’est maintenant que je le veux Alex-

Il était vraiment partagé. Bien sur que si elle continuait de le regarder avec ce regard envoutant, il craquerait. En même temps, il ne voulait pas la perdre et gâcher ce moment si précieux avec elle. Tout était si compliqué ! Elle venait tout juste de rompre avec Danny qu’elle se jetait dans ses bras. Ne faisait elle pas un transfert ? Éprouvait-elle quelque chose pour lui ? Son regard planté dans le sien, il secoua la tête, marmonnant un « tant pis » avant de se jeter sur ses lèvres, la soulevant dans ses bras. La menant jusqu’à la cabane, il la reposa près du lit, sans la quitter des yeux, il lui retira son top tandis qu’elle s’affaira déjà à sa chemise qui glissait le long de ses bras musclés.

Accompagné d’un petit sourire, il la fit tomber sur le lit avant de la recouvrir de son corps. Naturellement, ses doigts vinrent se nouer aux siens et ses lèvres explorèrent puis goutèrent sa peau, ses lèvres, son visage, son cou, ses seins, son ventre. Une parcourant ses cheveux, il releva la tête esquissant un sourire, avant de capturer goulument ses lèvres, sa langue se plongeant à la recherche de la sienne dans un baiser des plus enflammés.

D’un coup de rein, elle le retourna sous lui, prenant à son tour soin de lui, explorant son torse de baiser avant de s’arrêter à la ceinture de son pantalon, en lui lançant un sourire malicieux. Sa main parcourant son avant bras avant de l’attirer plus près de lui, il murmura à un souffle de ses lèvres.

- Où est passé la vraie Rain ? demanda-t-il en l’embrassant, tirant sur la fermeture éclair de sa jupe.

- Quelque part dans le cosmos entre la Lune, Mars et la Terre… peut être dans tes bras finalement… murmura-t-elle tandis qu’elle sentait les mains d’Alex se faire plus caressante, audacieuse, électrisante.

Elle ne put retenir un gémissement aux contacts des lèvres d’Alex sur sa poitrine, titillant le bout de ses seins. Se raidissant soudainement, elle se contracta sous la puissance du désir qu’elle sentit naitre dans le creux de ses reins. Son souffle saccadé et son cœur s’emballant, elle ne parvenait presque plus à contrôler ses gestes. Ses mains descendirent à la taille d’Alex et ce dernier s’empressa de se défaire de son jean puis de lui retirer sa jupe avant de la recouvrir de son corps. Une main sur sa taille, il se pencha sur elle, l’embrassant langoureusement tandis que son désir devenait de plus en plus intolérable. Il savait qu’au rythme ou se passait les choses, jamais il ne serait capable de lui résister plus de quelques minutes, pourtant il désirait que tout soit parfait. Il voulait lui prouver qu’elle n’était pas une passade, une histoire d’une nuit. Non, à ces yeux, elle représentait bien plus que ça. Elle était la reine de son bal intérieur, son âme sœur, la seule qui était capable de la faire passer des rires aux larmes par un simple regard. Il était persuadé que leurs destins étaient lié mais elle, en était elle consciente ? à ses souffles et gémissements, il sourit sans pour autant arrêter de la caresser. Elle était parfaite, ses souffles rapprochés et sa façon d’onduler contre lui, ne faisait qu’amplifier ce désir violent qui l’envahissait. Il ne pouvait plus attendre, elle était la perfection et elle était faite pour lui, c’était une évidence. Une main remontant le long de sa cuisse, il posa ses lèvres sur les siennes avant de s’infiltrer en elle. Toutefois la réticence qu’il ressentit le laissa coi. Détachant ses lèvres, il plongea son regard dans le sien, alors qu’une évidence le frappait. Jamais elle n’avait fait l’amour avec Danny. Il remonta alors sa main sur son visage, murmurant contre ses lèvres alors que des larmes perlaient au bord des cils de Rain.

- Tout ira bien, mignonette…

Elle ferma alors les yeux et prit une lente respiration alors qu’elle sentait ses hésitations. Sa tête glissé dans son cou, il souffla à son oreille tandis que très lentement, il se mit à se mouvoir en elle, accentuant ce désir qui savait couvait en elle.

- Tu es magnifique Rain… si belle, rayonnante… un diamant pur…

Peu à peu, il la sentit se détendre entre ses bras et il se remit à l’embrasser sensuellement, laissant une trace de ses lèvres dans son cou. Il accéléra alors ses mouvements d’un cran, attisant ce désir furieux qui coulait dans ses veines. Ce fut alors qu’il la sentit plaquer ses hanches aux siennes, une onde de plaisir la frappant subitement, se cambrant sous lui. Il profita alors de ce moment pour accentuer le rythme de leur étreinte. Murmurant à voix basse entre deux souffles son prénom, il ne put retenir ce désir si fulgurant et violent qui l’habitait depuis si longtemps. S’accrochant à lui, elle cria son nom en touchant au summum du plaisir, terrassé par une, puis une seconde vague intense de plaisir brut. Secoués à son tour par ce plaisir, il l’embrassa furieusement, réalisant qu’il n’avait jamais été si heureux et si bien avec elle. L’observant, dégageant ses cheveux humides de son front, il la détaillait méticuleusement. Elle était encore plus sexy et diabolique avec ce sourire plaqué sur le visage. Il chuchota contre ces lèvres alors que son plaisir le traversa de nouveau.

- Jamais, je ne pourrais oublier qui est la vraie Rain Conrad… cette femme sensuelle, féline, sexy et terriblement magnifique… une beauté fatale…

Un sourire franc, sincère et large irradia son visage d’ange. Nouant ses bras autour de cou, il l’entraina avec lui en roulant sur le lit. Remontant les couvertures sur eux, sa main parcourut son épaule puis son bras avant de s’immobiliser sur sa hanche.

- Je ne suis pas idiote Alex. Ne me dis pas ça pour me faire plaisir… pour me faire croire que je suis autre chose pour toi que l’ex de ton meilleur ami-

- Danny n’est plus mon ami… et je ne te dirais pas ses mots, si je ne le pensais pas.

La tête glissée dans le creux de son épaule, elle ferma les yeux, écoutant sa respiration redevenir normale. Elle voulait juste profiter de ses bras encore un moment, après elle rentrerait chez elle et cette soirée resterait un souvenir particulier pour elle. Mais qu’en sera-t-il pour lui ?

*.*.*.*.*.*.

Elle sonnerie de son dernier venait enfin de retentir. Ces derniers jours, elle avait vu Rain plutôt mystérieuse. Bien sur, elle lui en avait touché deux mots mais celle-ci c’était contenté de lui dire que c’était surement du aux examens qui approchaient. En effet Rain avait la possibilité d’entrée en école préparatoire de médecine, en réussissant son examen qui approchait à grand pas. Karine était restée sceptique face à l’attitude de Rain mais ne releva pas.

Karine poursuivait toujours ses révisions avec Alex, qui semblait plus détendu. Les révisions avançait parfaitement et Alex se révélait être un bon élève même si parfois il éprouvait quelque difficultés. Elle prenait alors son temps et lui réexpliquais avec des mots simples, mettant au point quelques exercices qui lui montrerait comment faire et quelques astuces qui pourrait lui convenir.

La semaine s’était déroulée ainsi entre les cours, les révisions. Danny n’était apparu nulle part de toute la semaine. Personne ne l’avait vu depuis le week end et personne ne semblait s’en inquiéter. Quand à Karine, elle était mal à l’aise. Surtout depuis ce qui s’était passé avec Lucas. Elle ne réalisait toujours pas qu’il l’avait embrassé et qu’elle avait été sur le point de l’encourager à continuer. Elle s’était fixé un point d’honneur à finir le lycée sans bagage remplit de testostérone !

Elle remontait les marches de la maison quand elle le vit assis sur le muret à coté de la porte. Elle s’arrêta et le fixa, alors qu’il se levait, se dandinant d’une jambe sur l’autre.

- Salut Karine-

- Bonjour… dit elle, en levant les yeux vers lui. Je veux connaître la raison de ta présence ?

- Je suis désolé. Je veux dire pour l’autre jour…

- Humm… et je suis censée te pardonner… comme ça ? Parce que je suis dans un bon jour ?

- Non, ce n’est pas ce que je… murmura-t-il en baissant les yeux. Je n’ai jamais su m’y prendre, et tu ne m’aides pas-

- Ne cherches pas Lucas, c’est non.

- Non ? Non quoi ?

- Je ne sortirais nulle part avec toi, ce soir, maintenant ou dans 6 mois…

- C’n’est pas pour ça que je suis là… lâcha-t-il en levant les yeux vers elle. C’était pour te prévenir que… Danny a été retrouvé à Washington. Il a fait une overdose… amphétamines… il est mort et je ne sais pas comment le dire à Rain. C’est la raison de ma présence, j’ai besoin de ton aide-

- Danny, mort-

- Je sais que c’est… je ne savais pas qu’il se droguait-

- Danny drogué ? D’où tu tiens ça ?

- Mon père… il travaille à la morgue. Danny est connu dans toute la ville, son père est le concessionnaire sur Kensington Boulevard…

- Tu es bien sur-

- Oui, y’a pas de doutes possible…

- D’accord je t’aiderais… mais Danny. Ça va leur faire un choc-

- Et toi… ça ira ? demanda-t-il soucieux, croisant son regard.

Elle se contenta de lui adresser un très mince sourire et ajouta, dans un soupir.

- Je ne le connaissais pas vraiment… Danny est un inconnu pour moi… Alex est au courant ?

- Euh… en fait, commença-t-il, j’ai essayé de lui dire, mais dès que j’ai prononcé le nom de Danny-

- Je vois… il a fait sa tête de cochon, et s’est refermé sur lui, s’énervant tout seul-

- C’est à peu près ça… Alors tu as une idée pour leur annoncer-

- Tu veux dire hormis les souler et leur balancer la bombe ? Pour l’instant je ne sais pas… laisse moi le temps d’y réfléchir.

- J’aime beaucoup Rain et Alex est mon ami d’enfance-

Elle le considéra durant plusieurs secondes puis entrant dans la maison, elle se lança, curieuse.

- Dis moi… tu étais à l’école avec Alex, comment ça se fait que vos chemins se sont séparé ?

- La société de son père a fait faillite, il y a 5 ans… Depuis il travaille dans une société à Washington qui lui demande beaucoup de déplacements. Et puis, sa mère ne va pas très bien. C’est un secret pour personne… Alex n’en parle jamais, mais… c’est lui qui gère tout. Il s’occupe de sa mère, de ses frère et sœurs, c’est lui qui tient toute la maison. Le week end, il bosse parfois dans un garage-

- Pourquoi il garde tout ça pour lui ?-

- Alex est comme ça, il déteste faire parler de lui… il mérite qu’on lui reconnaisse qu’il est un type super, il devrait même porter le tablier en diamant de l’homme à la maison. J’ai jamais vu quelqu’un prendre autant ses responsabilités que lui... expliqua-t-il. Avec toutes les charges qu’il a, ces études en pâtissent un peu mais il fait des efforts-

- ça explique beaucoup de chose… et le pourquoi, il est si fatigué et qu’il a du mal à suivre en cours…

Lucas se contenta d’hocher la tête et croisa son regard avant de soupirer, en songeant de nouveau qu’elle devait trouver une idée pour annoncer la mort de Danny.

- Je ne vois pas beaucoup de solution pour Danny… on doit leur dire, c’est tout.

- C’est justement ce qui m’inquiète… surtout quand je vois la tension qui régnait entre eux trois.

- Si t’a peur de te salir les mains, je me débrouillerais toute seule-

- Non, t’as pas comprit, Alex-

- Je sais Lucas… Alex est amoureux de Rain. Ça crève les yeux. Mais ils sont les seuls à pouvoir faire quelque chose…

Lucas grimaça puis Karine, lui conseilla d’appeler Alex et de lui donner rendez vous près de la plage. Elle avait besoin d’un endroit calme pour leur annoncer ça. Leur annoncer, elle ne savait même pas si elle en serait capable mais toujours est il qu’ils devaient le faire ensemble. Elle contacta Rain qui restait injoignable sur son portable et suivit de Lucas, ils se rendirent vers la plage.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:22

Le temps était plutôt nuageux et le vent soufflait fort. La pluie menaçait de tomber, les orages étaient plutôt violent dans la région. Parfois des pluies torrentielles se déversaient sur la ville. L’air était étouffant tout comme cette nouvelle qui lui oppressait la cage thoracique. Elle indiqua à Lucas les escaliers menant à la plage avant de se diriger vers les rochers. Se tournant vers lui, elle aperçut plus loin la silhouette caractéristique d’Alex qui venait dans leur direction. Plus les minutes passaient, plus elle angoissait à l’idée de révéler cette vérité. Elle fut alors d’autant plus surprise lorsqu’elle vit une tornade brune courir dans sa direction. Finalement, elle avait eu son message. Un sourire aux lèvres, elle regrettait déjà de devoir lui dire ça. Elle semblait si heureuse depuis quelques jours et si mystérieuse. Elle jeta un regard de biais à Lucas et les regarda tour à tour avant de se lancer.

- Je vous ais pas dit de venir pour vous annoncer que les cours sont suspendus, ou que les exams sont repoussés… Lucas est passé me voir et m’a annoncé une mauvaise nouvelle qui vous concerne-

- Qui nous concerne ? S’étonna Alex, avant que Rain réplique à son tour. Quel genre de mauvaise nouvelle ?

- Une très très mauvaise nouvelle, avança Lucas prudemment.

- Danny a été absent du lycée toute la semaine-

- C’n’est pas vraiment une nouvelle… il va au lycée, uniquement pour le foot, fit Alex.

- Non Alex, cette fois, c’est bien plus grave… il a été retrouvé mort… overdose d’amphétamines…

- Quoi ? fit Rain, dépitée. Danny ne se droguait pas-

- Danny ? Notre Danny ? répéta Alex. D’où vous tenez ces informations-

- Mon père, répondit Lucas. Son corps a été transféré à la morgue… c’est lui qui l’a autopsié… il a découvert une dose très importante d’amphétamine dans son sang…

Karine les observait méticuleusement. Elle savait que le choc était rude et se doutant que des tas de pensées parasites les envahissaient, elle se méfiait de leurs réactions.

Les mâchoires crispées d’Alex en disait long. Il échangea un long regard avec Rain et tout deux réalisèrent que c’était suite à cette fameuse soirée sur la plage que Danny avait dû mourir. Les larmes lui montant aux yeux, elle tentait de les refouler mais elles coulaient déjà le long de ses joues. Karine s’approchant, elle la repoussa puis partit en courant. Karine s’apprêta à la rejoindre quand Alex l’en empêcha.

- Laisse la… murmura-t-il en baissant la tête.

- Depuis quand tu es devenu un expert concernant Rain Conrad ?

- Il est vraiment mort ? Éluda Alex. Je veux dire-

- y’a aucun doute possible Alex. Mon père m’a dit que ça datait du week end. Surement entre samedi soir et dimanche matin-

- Samedi soir, on s’est retrouvé tous les trois sur la plage…

- Comment tu t’es retrouvé là bas avec eux, demanda Karine.

- Je fais toujours une balade le soir… quand je suis arrivé, il commençait à être menaçant, je lui ais demandé de partir. Il est mort alors que Rain et moi, on était en froid avec lui-

- Tu n’y es pour rien Alex. Danny n’assistait pas au cours, il faisait que ce qu’il voulait…

- Tu es cent fois plus responsable qu’il ne l’est. Danny n’était pas la personne que tu croyais… rajouta Lucas.

- Ouais… mais ce n’était pas non plus un voyou-

- C’n’est pas ce qu’on dit Alex, mais il avait choisi son destin en détruisant Rain et en t’imposant ses choix. Ça serait forcément arrivé que tu le veuilles ou non…

Karine s’approcha de lui et posant sa main sur son bras, elle leva les yeux vers lui.

- Tu n’as pas à payer le prix de la culpabilité même s’il était ton ami. Tu as fait ce qui était juste…

Il hocha la tête et croisant leur regard, il leur demanda s’ils pouvaient le laisser seul. Karine était réticente, mais Lucas l’obligea à bouger et rapidement ils rentrèrent chez elle. Toute la soirée elle tenta de joindre Rain mais elle n’eut que son répondeur. Les jours suivant, la nouvelle se répandit et le service funèbre fut organisé dans une atmosphère très lourde.

*.*.*.*.*.*.

6 ans plus tard,

5 ans et demi qu’il n’avait plus remit les pieds ici. Il était parti juste après ses examens. Karine lui avait été d’un soutien incomparable. Elle en était devenue sa meilleure amie et confidente. Comment était il arrivé à être si proche d’elle alors qu’elle vivait à des milliers de kilomètres de lui ? Il se rappela toutes ses discussions sur internet et au téléphone où elle lui donnait parfois des nouvelles de Rain et de Lucas. Jamais le nom de Danny n’avait été prononcé depuis le service funèbre. Karine respectait bien trop Alex et Rain pour leur infliger la douleur de ces souvenirs.

Alex, comédien à Los Angeles où il vivait avec sa famille, commençait à être connu du public pour ses apparitions dans plusieurs série dont une qui était en tête d’affiche. Il gagnait bien sa vie et par conséquent il pouvait se permettre d’engager une personne pour s’occuper de sa mère, atteinte de sclérose en plaque. Ses frères et sœurs étaient au lycée, un lycée traditionnel californien tandis que son père avait une situation plus posé et était plus présent à la maison.
Il revenait alors chez lui, dans sa ville natale. L’année précédente, une soirée avait été organisée en l’honneur de Danny mais il avait refusé d’y assister et par Karine, il avait apprit que Rain n’y était pas allé non plus.

Il n’était pas sûr que venir assister à cette réunion d’anciens élèves était une bonne décision. Sa relation avec Rain avait prit un tournant dramatique après la mort de Danny et ils s’étaient évités tout le reste de l’année tandis que Karine les observait s’éloigner l’un de l’autre, redevenant ses inconnus l’un pour l’autre. Elle avait toujours eu un doute les concernant. Persuadé que l’un ou l’autre lui parlerait, elle n’avait jamais fait de commentaire mais savait que la mort de Danny n’était pas étrangère à ce soudain revirement de situation entre eux.

Rain était au centre de la pièce, rayonnante, un maquillage léger, un pantalon léger noir, un top blanc cassé et ses cheveux relevé en un chignon élaboré, sa beauté était frappante. Durant ces 6 dernières années, elle avait quitté Silver Springs pour son internat de médecine. Elle avait choisi les urgences comme spécialité. Peut être en souvenir de Danny ou peut être que seul l’action véritable et la montée d’adrénaline la motivait vraiment. Elle entamait sa dernière année d’internat et sa vie était plutôt calme depuis ses deux dernières années. Elle était toujours très proche de Karine, lui confiait le moindre de ses petits problèmes mais aussi ces bonheurs inestimable comme ses récentes fiançailles avec un pédiatre réputé de Washington qu’elle avait rencontrée à une convention médicale.

Karine avait été surprise en apprenant la nouvelle mais Rain était si heureuse, qu’elle avait omit de lui préciser qu’Alex serait présent à cette soirée. Elle s’en sentait coupable mais ne le regrettait pas. Après tout ils pouvaient bien lui pardonner cette petite omission non ?

Prof au lycée de Silver Springs, Karine s’y était définitivement installé après avoir obtenus ses examens et son concours. Elle s’y sentait chez elle, le seul endroit où elle existait pour des personnes importante dans sa vie. En premier, Lucas, son petit ami depuis 4 ans et le futur papa de leur enfant. Elle se souvenait toujours du moment où elle lui avait annoncé sa grossesse, 4 mois plus tôt. Il était paniqué mais si adorable, qu’elle ne put s’empêcher de rire. Leur histoire était simple, il avait attendu longtemps, c’était contenté de son amitié et un soir, tout avait finit par basculer et elle avait reconnu qu’elle ne pouvait plus être son amie car elle était amoureuse de lui. Rain avait même commencé à désespérer les concernant. Lucas, journaliste partait régulièrement pour des sujets aussi divers qu’inintéressant mais il faisait un travail qui lui plaisait, là était l’essentiel pour lui. Il revenait près de Karine et Rain qui discutaient joyeusement. Rain, la main sur le ventre de Karine était folle de joie.

- J’arrive toujours pas à le croire Karine, sourit Rain. Tu voulais pas de mec dans ta vie et te voilà bientôt maman…

- Oh mais j’ai tenu ma parole, je ne voulais pas de mec avant la fin du lycée… répliqua-t-elle avant de voir Rain blêmir.

- Tu n’aurais pas oublié de me dire quelque chose par hasard ? demanda Rain en fixant subitement Karine. Qu’est ce qu’il fait là ?! je croyais qu’il était à Los Angeles, chuchota Rain.

- Je… Ah… bah… fit Karine en se retournant et apercevant Alex s’avancer vers elle. Alex, quelle bonne surprise… lâcha-t-elle comme si de rien était alors qu’elle espérait disparaître dans un trou de souris.

Alex lui sourit et l’embrassa sur la joue avant de fixer Rain et de la saluer d’un signe de tête. Il tourna la tête vers Karine et ajouta.

- Toutes mes félicitations, la maternité te va bien…

Son regard se prolongea vers Rain et il la détailla lentement, elle n’avait pas changé. Il était toujours subjugué par sa beauté naturelle mais blêmit en apercevant un anneau surmonté d’un diamant à son annulaire gauche. Il déglutit péniblement et soudain l’air lui manqua, il demanda alors sans préambule à Karine.

- où est le papa ?

- Surement là où y’a à boire…

Il s’excusa alors et se dirigea vers le bar tandis que Rain tirait Karine par la manche.

- ça veut dire quoi ça ?! Pourquoi tu ne m’as pas dit qu’il venait ?! Tu sais très bien que je ne veux pas le voir ! Finit Rain alors que Karine ne pouvait s’empêcher de rire.

- Ah bah pour le savoir je le sais… mais ce que j’aimerais savoir, c’est pourquoi… parce que dès que j’aborde le sujet, vous êtes aussi muet l’un que l’autre. Alors Miss Conrad, action ou vérité ? Rit Karine devant le regard de tueur de Rain, qui semblait vouloir l’étriper plus que tout.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:23

Chapitre 5 : Passé compliqué et conséquences...


- Ah bah pour le savoir je le sais… mais ce que j’aimerais savoir, c’est pourquoi… parce que dès que j’aborde le sujet, vous êtes aussi muet l’un que l’autre. Alors Miss Conrad, action ou vérité ? Rit Karine devant le regard de tueur de Rain, qui semblait vouloir l’étriper plus que tout.

Rain, dont la tension nerveuse monta d’un cran déglutit péniblement sans la quitter des yeux.

- J’ai mes raisons de ne pas vouloir supporter sa présence ! Pourquoi tu ne veux tout simplement l’accepter ?!

- Parce que tu ne me donnes aucune raison valable pour que je t’évite sa présence, souffla-t-elle, en le fixant accoudé au bar à coté de Lucas. C’est mon meilleur ami, Rain… comprends moi…

Rain croisa le regard de Karine. Elle ne parvenait jamais à lui en vouloir. Les détails concernant la fuite de sa mère et les absences de son père, Rain les avait apprit peu de temps avant leur remise de diplôme. Karine s’était toujours faite discrète et mystérieuse. Aujourd’hui Rain comprenait aisément certains de ses coups de blues ou ses colères, tout comme ses doutes, car Karine n’était jamais très confiante.

- J’aimerais ne pas y arriver tu sais… mais je te comprends trop bien…

- Mais tu ne m’avoueras rien pour autant-

- Il n’y a rien à avouer, mentit elle. On n’a jamais pu s’encadrer… tout ça date de bien avant ton arrivée ici et rien ne pourra y changer…

Karine était sceptique. La nervosité et le malaise de Rain était évident. Toutefois, elle ne pouvait pas la pousser à lui parler, si elle ne le voulait pas. Elle se contenta alors d’hocher légèrement la tête puis la tournant, elle croisa le sourire rayonnant que Lucas lui adressa tandis que Carter, le fiancé de Rain les rejoignait.

*.*.*.*.*.*.

Accoudé au bar aux cotés de son ami, il faisait tourner les glaçons dans son verre de scotch, une tension lui pesant sur les épaules. Il était venu pour elle car elle le lui avait demandé si souvent qu’il ne se voyait pas refuser de nouveau. Il ne s’était pas vu depuis près d’un an et demi et pourtant, il avait eu maintes occasions de passer à Silver Springs. Revenir ici, c’était la possibilité de croiser Rain, chose qu’il ne voulait surtout pas. Leur dispute et ses silences au cours de leur dernière année de lycée, il s’en souvenait comme la veille. Tous deux avaient prononcés des mots qu’ils regrettaient aujourd’hui mais il ne voulait plus lui parler, ni même être en sa compagnie. Il n’avait jamais pu l’oublier. D’ailleurs comment aurait il pu ? Tournant la tête, il l’entendait rire et son regard posé sur elle il songea qu’aujourd’hui il aurait pu peut être avoir cette place, celui de CE fiancé, si Danny était toujours vivant.

Soupirant, il but son verre cul sec et le reposa sur le bar. Il se tourna vers Lucas qui le dévisageait.

- Il parait qu’on guérit jamais vraiment… murmura Lucas, en croisant le regard d’Alex.

Ce dernier fronça les sourcils, cherchant de quoi il pouvait bien parler. Il jeta de nouveau un coup d’œil à Rain et Karine. Il vit alors un homme les approcher avec plusieurs verres à la main. Il réalisa alors les poids des mots de Lucas.

- J’aimerais que tu ais tors… parce que ça voudrait dire que je suis condamné à souffrir et à me torturer toute ma vie.

- Tu devrais lui dire, Alex…

- On en a déjà parlé. Je ne peux pas. Je préfère qu’elle me déteste…

- ça t’avance à quoi qu’elle te déteste ?! Tu ne vas pas me dire que t’es heureux de la voir avec un autre ? Je te préviens, je pourrais jamais l’avaler… et je crois ne pas être le seul… finit il en plantant son regard dans celui de son ami.

- Tu l’as dit à Karine ?!

- Tu me prends pour qui Alex ?!! Karine a des yeux et des oreilles… je me suis même demandé si elle avait pas des antennes, surtout quand je la vois essayer de vous rapprocher contre votre gré à tous les deux.

- Tu veux dire que Rain ne savait pas que je viendrais ?

- Si ça avait été le cas, elle n’aurait jamais mit les pieds dans ce gymnase…

Alex réalisa alors que Karine voulait peut être apaiser les tensions et voir ses amis réunis. Comment en vouloir à une femme enceinte aussi intelligente, rusée et adorable qu’elle ? Il l’observa tendrement et rajouta à l’adresse de Lucas.

- Karine est de plus en plus belle… Elle est heureuse, épanouie, souriante. J’ai l’impression de redécouvrir ma meilleure amie.

- C’est toujours la même… elle est juste heureuse d’avoir ses amis près d’elle-

- Et moi, je pense que cette grossesse n’y est pas étrangère.

- C’est une possibilité… tous les deux, vous lui manquez terriblement mais jamais elle ne vous montrera qu’elle souffre de vos absences…

- Tu es bien plus important que nous dans sa vie-

- On s’aime et on va avoir un bébé… mais ça ne veut pas dire que ces amis n’ont plus de place dans sa vie. Bien au contraire… tu devrais venir ou l’appeler plus souvent. Elle ne voit Rain que lorsqu’elle va à Washington-

Médusé par ses propos, Alex le fixa, consterné, ahuri, la bouche ouverte.

- T’es en train de me dire que depuis 6 ans, elle ne se sont vu que lorsque Karine allait à Washington ?

- Rain semble craindre de te revoir ici… comme si tous les deux vous étiez responsable d’un crime.

Alex resta silencieux. Il se sentait toujours responsable de la mort de Danny car s’il ne l’avait jamais obligé à partir, il n’aurait pas prit ses amphétamines et il serait vivant actuellement. Il secoua la tête et voyant Lucas se lever, il commanda trois verres au barman qui lui servit très vite, accompagné d’un sourire. Il fronça doucement les sourcils et se retourna. Il entreprit alors de rejoindre ses amis. Il tendit alors un verre à Karine.

- Jus de fruit pour la future maman… commença-t-il puis tendit un autre verre à Rain. Et une Margarita pour… toi, finit-il dans un souffle, évitant son regard tandis que Carter tenait une seconde flute de champagne dans sa main. Rain était mal à l’aise et lança un long regard à Karine en appel au secours. Le verre de Margarita entre ses doigts, elle était encore sous la surprise. Comment avait-il connaissance de tels détails sur elle ? Baissant un instant la tête, elle sentait un malaise s’instaurer lentement. Elle remercia alors intérieurement Lucas qui venait de parler, dégelant cette atmosphère de plus en plus lourde.

- A quelle heure, le discours est prévu ? lança-t-il à Karine.

- Dans une dizaine de minute tout au plus… mais je crois qu’ils sont en retard sur le programme. Ils avaient prévu un album souvenir aussi. Revisiter certains souvenirs précis concernant des étudiants…

Aux mots souvenirs, Alex planta son regard dans celui de Karine. C’était peut être une fausse alerte mais il ne supporterait pas de voir le visage de Danny dans cette salle. Pas sur un écran avec Rain près de lui. Elle ne serait jamais avec lui. Depuis combien de temps se l’était il répété. Sentir sa présence lui était à la fois apaisant et maléfique. La tenir dans ses bras, la caresser, l’embrasser, il en rêvait depuis 6 ans mais elle était fiancée, engagée avec un autre homme. Son regard dévia sur lui. De taille et corpulence moyenne, les cheveux courts, un visage anguleux, il semblait s’ennuyer à mourir. Il jeta un rapide regard à Rain qui portait sa Margarita à ses lèvres. Elle avait prit de la maturité mes ses goûts restait les même. Elle avait embellit et prit des formes depuis le lycée, ce qui n’arrangeait rien de sa libido. Il secoua alors la tête et regarda Karine.

- Qui est chargé du discours au fait ? demanda-t-il soudainement.

Lucas regarda Karine une longue seconde puis tourna la tête vers Alex. Au même moment, il intercepta celui de Rain.

- Qui est mieux placée qu’elle pour le faire en passant son bras autour des épaules de Karine. Elle esquissa un bref sourire et déposa un baiser sur la joue de Lucas.

- Merci, maintenant j’ai de quoi m’inquiéter !

- Je vois pas de quoi tu pourrais avoir à t’inquiéter… après tout, c’est en grande partie grâce à toi, si j’ai réussi.

- On sait tous les deux que tu as tors, Alex-

- Bennett, tu ne vas pas me contrarier à peine mon arrivée en ville ?

Elle lui adressa un petit sourire, lui donnant un coup dans le bras.

- Tu crois peut être que ça m’arrêterait ?!

- Je sais ce qui peut t’arrêter… et ça n’est surement pas moi… fit il en jetant un regard de biais à Lucas.

- Et moi, je connais ton point faible !

- Non, je suis parfait-

- Parfait hein ?! Je sais pourtant comment arriver à mes fins avec toi… T’as peut être besoin de que je te rafraîchisse la mémoire, Evans !

Lucas levait les yeux au ciel en les entendant se chamailler tandis que Rain les écoutait et qu’Alex riait. Elle ne comprenait pas tout. Elle songea que finalement, elle devrait peut être interroger sa meilleure ami sur Alex. Mais pour quoi faire ? Il ne faisait plus partie de sa vie ! Elle secoua la tête et une voix retentit sur l’estrade demandant à Karine de la rejoindre. Après quelques secondes, le temps de parvenir près du proviseur qui tenait le micro, elle la remercia puis le reposa sur le trépied devant le pupitre tout en bois brut. Elle regarda alors la salle comble puis son regard glissa sur ses amis et bien évidemment sur Lucas, qui lui souriait et l’encourageait en levant ses pouces. Elle esquissa un petit sourire et commença.

- Bonsoir à tous. Je vais essayer de faire court. Généralement les discours ont les évite comme la peste mais en l’occurrence, on ne m’a pas vraiment laissé d’autre option… C’était il y a plus de 6 ans… je faisais mon entrée dans ce lycée en tant qu’étudiante. Je ne peux pas dire que j’étais effrayé comme la plupart des ados. Changer d’établissement était devenu une routine et je prenais soin de ne jamais m’attacher aux élèves. En même temps j’allais devenir majeure sous peu. Prendre mes propres décisions faisait de moi quelqu’un d’autre. Je changeais alors de vision et lors de mon premier jour, je me suis retrouvé suspendu à plusieurs centimètres au dessus du sol, mon dos en a encore quelques douloureux souvenirs… c’est le jour où je t’ai rencontré Rain… un rencontre qui a changé ma vie. Une amitié comme il est rare d’en vivre. Amie coute que coute, on a tout partagé ou presque… puis est arrivé Alex. Un regard électrisant, un garçon perdu qui ne demandait qu’un peu de patience et d’aide pour pouvoir réaliser son rêve… à cette époque, je ne savais pas que tu deviendrais mon meilleur ami. Celui qui m’appellerait à 5 heures du matin pour me faire part de sa joie d’avoir décrocher son tout premier contrat pour une série… et bien sur comment ne pas l’évoquer… Luke… tu étais là dès le premier jour, au déménagement et je ne t’ai pas adresser un regard… tu auras eu une patience d’ange même si j’ai longtemps passé mes nerfs sur toi. L’amour rend aveugle. Personne ne pourra dire le contraire, mais depuis 6 ans tu es ma lumière par ta présence et ton amour inconditionnel… Tous les élèves de la promo ont dû éprouver et vivre des moment doux, forts, compliqué, dramatique, heureux. Et si on est tous là ce soir, c’est parce qu’on s’en est sorti et que l’on a jamais oublié d’où l’on vient et qui on est réellement… on aura forcément une pensée pour les absents mais ils ne seront jamais bien loin, ils seront là dans nos cœurs…

Elle avait clos son discours sur les disparus et convaincus le proviseur et certains membres de l’organisation de ne pas diffuser un sujet sur les absents et disparus de la promo. Le fantôme de Danny était déjà bien présent dans sa vie avec Alex et Rain. Elle ne voulait surtout pas que cela devienne insupportable. Rejoignant ses amis sous les applaudissements, les lumières se tamisèrent et un slow en fond musical se fit entendre. Sentant le bras de Lucas autour de sa taille, elle sourit et s’appuya contre lui, savourant son étreinte tandis qu’Alex commandait un verre au bar. A peine fut il servit que se retournant, il fut littéralement encerclé par une dizaine de filles. Il chercha un regard pour l’aider à se sortir de cette situation quand il croisa le petit regard espiègle de Karine. Il pesta durant quelques secondes puis abdiqua commençant à répondre à ses jeunes femmes.

Plus loin, Rain lui jetait un coup d’œil de temps à autre tandis que Carter se sentait de plus en plus mal dans cet endroit. Karine les observait tour à tour. Elle ne comprenait pas vraiment Rain. Tenait-elle vraiment à lui ? Ou avait elle accepter de l’épouser uniquement pour se dire qu’elle ne finirait pas seule dans son appartement de Washington ? ou encore pour prouver à quiconque qu’elle ne songe pas uniquement à travailler ? Elle intercepta le regard qu’elle jetait à Alex quand pour la première fois de la soirée, elle entendit la voix de Carter. Et oui, il avait une langue.

- Tu veux danser Rain ? demanda-t-il en lui tendant une main tandis qu’elle sortait de sa rêverie.

- Euh… oui… pourquoi pas… s’entendit elle répondre sans réfléchir.

Karine lança un long regard à Lucas après avoir observée Rain et Carter.

- Bon alors maintenant tu vas me croire quand je te dis qu’elle est malheureuse avec ce type ?! Franchement il pourrait bosser avec ton père à la morgue, tellement il est glacial ! Je lui confierais jamais notre enfant, sois en sur ! Finit elle tandis qu’elle l’entendait rire. Ça n’a rien de drôle-

Glissant ses mains sur son ventre qui s’arrondissait et souriant franchement, il murmura en l’embrassant aux coins des lèvres.

- Chérie… chuchota-t-il, Rain est une adulte. Si elle ne l’aime pas, elle rompra ses fiançailles, c’est pas plus compliqué que ça-

- Parce que, franchement, tu crois en la possibilité qu’elle le fasse ? le soutint elle du regard. Tu sais comme moi qu’elle préfèrera être tranquille et mariée que tourmentée, angoissée et un peu heureuse… elle n’est pas amoureuse de lui…

- C’est sa vie, tu ne peux pas décider pour elle-

- Donc je suis censé la laisser se la gâcher ? Tu sais très bien que je ne laisserais pas ça arriver.

Il soupira, c’était toujours comme ça. Elle s’inquiétait pour les autres mais pour son propre bonheur, elle en oubliait presque l’essentiel. Sa main remontant à son visage, il murmura en accrochant son regard.

- Stop ! fit il. Maintenant, tu les oublies tous les deux pendant dix minutes et tu profites de ce moment… on est tous les deux, t’a pas de copies à corriger, le bébé va bien et je suis là… tu ne crois pas qu’il serait temps qu’on oublie le reste et qu’on se concentre sur nous ?

Elle émit un léger soupir et fondit dans ses bras, sa tête venant se nicher dans son cou. Ses bras autour de sa taille, son nez frôlant son cou, elle respirait son odeur et savourait son contact apaisant tout en fermant les yeux. Il fit alors remonter sa main dans son dos, un geste protecteur et rassurant qui savait, elle appréciait beaucoup.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:24

Dès que le premier slow se fit entendre, il en profita pour disparaître de la circulation. Les slows seraient éternellement les danses des personnes amoureuses. Il ne pouvait pas rester là et la voir dans les bras d’un autre. Il avait déjà eu beaucoup de mal à supporter de la voir dans les bras de Danny alors dans ceux d’un médecin, c’était beaucoup trop. Soupirant, il sortit du gymnase et descendit les quelques marches, se retrouvant alors dans les allées du parc du lycée. Pas qu’il y avait spécialement de mauvais souvenir mais il ne sentait pas à l’aise ici. Sa vie californienne lui convenait mieux, il était plus épanoui et dans son élément. S’approchant d’un arbre, les lumières éclairant légèrement les allées, il sourit légèrement en y revoyant l’inscription de Danny et Rain. Danny avait voulu laisser son empreinte au lycée et il avait parfaitement réussi.

Levant la tête, il observa les étoiles tentant calmer son agacement. Prenant de lentes respiration, il songea un instant qu’il pourrait peut être trouvé une place sur l’avion qui repartait pour Los Angeles. Après tout c’était presque la solution idéale. Il ne la reverrait pas et, enfouir ses souvenirs deviendrait plus confortable malgré le fait qu’il ferait de la peine à Karine et Lucas. Il était partagé. Se passant une main sur la nuque, il soupira et se mit à marcher dans les allées comme il avait pu si souvent le faire auparavant. A quoi pensait il en revenant ici ? Il savait pourtant que Karine était toujours proche de Rain. Il aurait dû savoir qu’elle la pousserait à venir. Il s’était planté sur toute la ligne. Se retournant, prêt à retourner à l’intérieur, il distingua une silhouette s’avancer dans les allées puis se figea lorsque son regard accrocha le sien.

- Je te croyais à l’intérieur-

- J’avais… besoin d’air, marmonna-t-il, évitant son regard. Je crois que les félicitations sont de rigueur, finit il en levant finalement son regard dans le sien.

- Alex… soupira-t-elle.

- Quoi Alex ?! S’énerva-t-il. Tu voulais m’entendre te dire quoi Rain ? Tu viens de te fiancer, je ne suis pas le dernier des salopards au point de te souhaiter tout le malheur du monde ! J’ai quand même un minimum de respect pour les personnes que je connais et auxquelles je tiens…

Durant une longue seconde, leurs regards restèrent accrochés et elle baissa finalement la tête. Comment était-elle censée réagir face à lui ? Elle ne pouvait pas nier qu’il était encore plus attirant que 6 ans plus tôt. Sa silhouette parfaite, son port haut de tête, sa musculature. Elle se souvenait de tout et de son corps musclé sans imperfection. Elle déglutit péniblement et fit un pas dans sa direction.

- Je ne voulais pas que ça se passe comme ça-

- Ah oui ?! Et comment crois tu que ça devait se passer ?! répliqua-t-il, secouant la tête avant de capter son regard. Danny venait de mourir ! Et par ma faute qui plus est !

- Les enquêteurs ont conclu à un suicide par overdose-

- C’est trop facile dit comme ça ! Il y avait une raison à son suicide… et on la connaît tous les deux ! S’emporta Alex, les mâchoires contracté, ne la quittant plus du regard. Tu peux peut être l’oublier mais moi non ! c’était mon ami Rain ! mon ami !

- Ton ami, qui n’a pas hésité à te frapper… vous vous êtes battus. T’as la mémoire courte on dirait !

- Je me souviens de tout Rain et contrairement à ce que tu peux croire, je me souciais bien plus de ce qu’il te faisait endurer que n’importe qui d’autre. J’ai tout fait pour qu’il te soit fidèle… et on dirait que ça ne change rien. Tu me hais toujours autant… tu ne savais rien de lui-

- Qu’est ce que tu veux dire ? demanda-t-elle suspicieuse.

- Tu savais que sa mère était bisexuelle ? Tu savais que son père n’était pas son père biologique ?! Danny est le fils de sa mère qu’elle a eu après une histoire d’un soir. Elle a épousé son père parce qu’il voulait un enfant, une descendance…

- Quoi ?! S’ébahit-elle, secouée par les propos d’Alex. C’est impossible.

- Danny n’a jamais eu de parents… Son père était trop souvent absent, sa mère… sa mère trainait dans les boites gay, bi, échangistes… comment crois tu qu’il pouvait finir ? Son destin était tout tracé, même si ces parents devaient l’aimer à leur façon…

Rain accusa le coup. Ces mots si dur et pourtant si réalistes, elle peinait à les entendre. A croire qu’elle savait déjà tout ça. Croisant le regard d’Alex, elle savait qu’il ne mentait pas. Elle se passa une main dans les cheveux et fermant les yeux durant une seconde, elle ajouta troublée.

- Tu as toujours voulu qu’on garde une bonne image de lui… pourquoi tu me dis ça maintenant.

- Parce qu’il est trop tard pour tout…

- Je croyais que rien n’était impossible ?! Ce n’était pas ta phrase sur le l’album de notre promo ?

Il se déconfit durant une seconde à cette réplique. Le connaissait elle finalement bien mieux qu’il ne l’aurait cru. Fermant les yeux une brève seconde, il déglutit et se passa la langue sur ses lèvres avant de la fixer et d’apercevoir quelqu’un approcher dans son dos.

- Etonnant que tu t’en souviennes… surtout que tu passais le plus clair de ton temps sur les bancs du parc à discuter avec Karine…

Elle était à deux doigts de lui foncer dedans, pourtant elle se retint en entendant son prénom.

- Rain… je dérange peut être ? demanda alors la voix grave de Carter. Se retournant soudainement, elle secoua la tête et marmonna.

- Pas vraiment… on discutait… qu’est ce qui se passe ? lui lança-t-elle en voyant la silhouette d’Alex remonter l’allée puis les marches du gymnase.

- Je ne sais pas pourquoi tu tenais tant à venir, si c’était pour me laisser en plan-

- Il ne s’agit pas de ça… Disons que je n’imaginais pas que revenir, remuerais autant de choses…

- C’est ton passé, c’est ce qui fait de toi la personne formidable que tu es aujourd’hui-

- J’étais bien différente à l’époque…

- C’est censé être un problème ça ?! L’adolescence est une période compliqué pour beaucoup de jeunes… mais tu t’en es plutôt bien sortis…

- Ouais… Tu ne peux pas savoir ce que c’était… tu ne peux pas imaginer à quel point c’était insupportable…

Il se rapprocha alors lentement et la prit dans ses bras une longue seconde avant de finalement revenir vers le gymnase où ils retrouvèrent Karine, Lucas et Alex qui discutaient.
Alors que le noir total se faisait dans la pièce, tel une panne d’électricité, Rain n’eut aucun mal à rejoindre ses amis. Une lumière du à un projecteur tamisa la pièce. Sur tout un pan de mur, l’image d’un jeune homme aux cheveux châtains clair aux yeux verts et au sourire aguichant s’étala sur le mur blanc. Soudain une lourdeur emplit la pièce et Karine marmonna.

- ça valait bien le coup que je les convainque de ne pas le faire… je vous jure qu’ils vont m’entendre !

Lucas n’était plus étonné. Contenir Karine relevait du miracle. Elle était mal parce que les organisateurs n’avaient aucun respect pour les amis de Danny et pour ses proches. Un diaporama défila alors lentement mais la tension ne redescendait pas. Karine jeta quelques coups d’œil à Alex puis à Rain. Elle sentait bien que Rain se contenait et s’aperçu également que Carter ne semblait même pas s’en apercevoir. Tournant la tête, elle vit alors Alex regarder Rain, une lueur blessée dans le regard. Elle se détacha alors de Lucas et poussa Alex au fond du gymnase pour qu’il puisse parler tranquillement.

- J’aime pas ton regard. Raconte…

- Karine fait pas ta fouineuse-

- Alex, je connais ce regard. Dis-moi ce qui se passe-

- Elle est malheureuse avec ce type-

- Tu me prends pour une idiote là ?! Je sais très bien qu’elle est malheureuse avec ce médecin mais jamais elle ne le dira. Elle a trop d’amour propre pour ça. Non ma question portait plutôt, sur le pourquoi tu la regardais comme ça…

- Tu nous as forcé à être en présence l’un de l’autre… murmura-t-il. Je ne te le reproche pas… mais, tu aurais peut être dû t’en abstenir-

- J’ai vu que vous parliez dehors-

- Tu nous espionnes maintenant ? Ironisa-t-il, sans la quitter des yeux avant de reprendre à voix basse. Karine, je ne tiens pas à en parler-

- Et moi, je sais que c’est important. Ça concerne Danny… et ce silence que vous gardez pour vous depuis 6 ans, je me trompe ?

- Tu vas t’imaginer des choses-

- Alex, je te connais. Quelque chose t’inquiète… ton regard pour Rain voulait tout dire. Dis-moi ce que c’est…

- tu t’inquiètes pour rien… souffla-t-il. Tes hormones te jouent des tours et tu vois des problèmes, là où il n’y en a pas. Je te jure que tout va bien. Crois-moi.

Il n’aimait pas lui cacher des choses mais même si elle avait capté son regard, il devait arrêter et la solution était de quitter la soirée ! Il l’embrassa sur la joue et prétexta d’avoir besoin de marcher avant de quitter la soirée mais il ne parvint pas à la porte que son nom retentit dans la salle. Se retournant, il reconnut Sarah, la petite teigne et gothique que tout le monde prenait soin d’éviter. Il la rejoignit sur l’estrade, esquissant un vague sourire crispé tandis qu’il ne rêvait que de sortir de ce maudis gymnase. Elle commença alors ses éloges et son parcours depuis le lycée avant de le bombarder de questions.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:26

Il était plus de 3 heures du matin. Elle revenait de l’aéroport où elle l’avait déposé pour qu’il s’envole pour sa conférence à Chicago. En vérité, ça l’arrangeait mais elle ne voulait pas l’avouer. La soirée n’avait pas été un désastre si l’on oubliait la présence d’Alex et le diaporama consacré à Danny. Elle ne savait d’ailleurs toujours pas pourquoi elle était encore à Silver Springs. Elle ne gardait que très peu de bon souvenir de cette ville. Ses chaussures dans une main, elle savourait le contact granulé et encore tiède du sable sous ses pieds. Son regard fixant l’horizon alors qu’elle avançait, elle se remettait en question. Etre chez elle, avec Carter… Revoir Karine et Lucas heureux en couple et Alex. Alex qui durant une semaine entière lui avait complètement appartenu. Elle se souvenait parfaitement de ses moments avec lui, où elle s’était abandonnée dans ses bras. Leurs caractères respectifs ne les avaient jamais avantagés. Tous deux de fortes têtes, ils étaient du genre à s’affronter plutôt que d’essayer de résoudre les problèmes ensemble avec patience. Elle se souvenait de sa douceur, de la chaleur de ses bras, de sa voix, de ses mots chuchotés à son oreille, de son souffle dans son cou ou encore de son odeur des plus viriles qu’elle n’ait jamais connues. Elle ne pourrait jamais oublier tout ce qu’il avait représenté durant cette semaine. Une semaine et tout s’est envolée avec la mort de Danny. Danny qui avait passé deux années à la tromper et à l’humilier. Se passant une main dans les cheveux, elle soupira et refoula ses pensées sur Alex. Maintenant qu’il était devenu populaire et admirée de femmes et d’adolescentes, elle le sentait d’autant plus méfiant, distant et inaccessible. Comme beaucoup de personnalités, il avait été photographié avec des mannequins et actrices à son bras. Rain n’y avait jamais prêté vraiment attention ou peut être ne voulait elle pas y prêter attention.

Au loin, elle distinguait la cabane d’Alex. Y était il ce soir ou bien était il rester dormir chez Karine et Lucas ? Elle était tentée d’aller voir et en même temps, elle ne voulait pas se retrouver face à lui. Partagée, elle grimaça tandis que ses jambes avançaient toutes seules dans cette direction. Elle savait pourtant qu’elle se jetait dans la gueule du loup. Elle prit une lente inspiration et une bouffée de crainte l’envahit alors que la cabane se trouvait à une vingtaine de mètre. Elle déglutit difficilement et se dit que peut être, il serait temps qu’elle mette sa rancœur de coté et qu’elle essaie de comprendre la raison de l’attitude d’Alex. Toutefois lorsqu’elle arriva devant la cabane, elle ne vit personne mais le juron qu’elle perçut n’était pas une illusion de son imagination. Montant les trois marches qui menaient à la porte de la cabane, elle distingua des traces rouges foncées sur le bois clair, éclairées par la lune. Frappant à la porte, celle-ci s’ouvrit en même temps. Elle se figea alors en le voyant. Le nez et l’arcade sourcilière en sang, torse nu,il tenait son tee shirt blanc dans une main puis croisa son regard.

- Rain-

- Je vois que certaines ne changent pas effectivement… lança-t-elle sarcastiquement en entrant dans la cabane. Assieds toi et laisses moi y jeter un coup d’œil-

- Tu ne devrais pas être chez Karine ? répliqua-t-il alors qu’elle le poussait vers le lit.

- Je sais pas qui t’as amoché mais j’espère qu’il l’a mérité, ajouta-t-elle en observant ses plaies.

Elle évitait soigneusement de l’observer plus dans le détail. Torse nu devant elle, elle savait qu’il avait un corps à damner un saint mais là, c’était au dessus de l’imaginable. Elle pouvait sentir ses muscles se contracter dès qu’elle touchait un point sensible. Son visage enflait rapidement, pas qu’elle soit inquiété par ça mais elle le voyait mal rentrer à Los Angeles complètement défiguré.

- C’était un fan… mécontent…

- Un fan mécontent ? le considéra-t-elle sans le lâcher des yeux, tout en appuyant un peu plus fort pour arrêter l’hémorragie de son arcade. Tu fais un piètre menteur.

- Tu devrais rentrer Rain. Je peux m’en sortir tout seul, marmonna-t-il en pressant à son tour ses doigts sur la compresse de son arcade et se levant, mettant de la distance entre lui et Rain.

- Je ne partirais pas Alex…

Il soupira, pourquoi avait elle choisi ce moment précis pour rendre les choses encore plus compliqué. Il plongea alors son regard dans le sien et ajouta alors qu’un silence pesant s’installait.

- Ecoute moi bien… je suis conscient que la soirée a fait rejaillir certains souvenirs… mais tu es fiancée à un type surement très bien… débuta-t-il avant de respirer lentement. C’est pas le moment de tout gâcher Rain… pas lorsque tu es heureuse.

Ces mots, il avait eu du mal à les dire. Il avait réalisé depuis longtemps que ça n’était pas une simple attirance qu’il éprouvait pour elle. Il était devenu dépendant d’elle et la revoir avait fait rejaillir ses sentiments qu’il refusait d’éprouver. Amoureux d’elle, il l’était. Il ne cherchait plus à le nier même s’il ne le dirait jamais à Karine et Rain.

Il la vit alors secouer la tête et s’avancer vers lui. Il se sentait vraiment vulnérable, lorsqu’elle le regardait avec autant de tendresse. Il savait que sous son apparence sauvage et ingérable, se cachait un cœur d’or. Cependant, il était conscient que s’il se laissait aller à ses sentiments, ça le tuerait lorsqu’il devrait rentrer à Los Angeles.

- Depuis quand tu es dans ma tête ? Tu ne sais rien de ce que je ressens ou de ce que je ne ressens pas, alors ne t’avises pas de recommencer ou de tirer des plans sur la comète.

Il esquissa un léger sourire, même si la douleur de sa mâchoire lui revint tel un boomerang. L’entendre être sur la défensive, lui avait manqué. Non, disons plutôt que son manque de réaction l’avait inquiété. Il retrouvait la Rain qu’il avait toujours connu et le temps d’un instant il était soulagé.

- Rain, je n’imagine rien… mais je connais ce regard. Tu as quelque chose en tête-

- Ne va surtout pas croire que je suis ici pour toi-

- Alors pourquoi es-tu là, alors ? répliqua-t-il en la fixant intensément.

Un silence plana tandis qu’elle secouait la tête. Il l’avait prise à son propre piège. Elle baissa alors la tête et se détourna de lui. Elle était prête à sortir directement sans ajouter un mot mais elle croisa son regard voilé. Elle ne voyait que lui, il était si sexy qu’elle savait qu’elle ne pourrait pas lui résister s’il persistait à la regarder ainsi.

- Tu as raison… complètement raison, je dois rentrer… murmura-t-elle tandis qu’elle ne détachait plus son regard du sien.

Il aurait du la mettre à la porte dès le début. C’était une évidence ! Et pourtant, il était toujours là, à la fixer sans bouger. Il n’avait pas la force de lui résister. Il avait envie d’elle et jamais, il n’avait caché qu’elle ne le rendait pas si indifférent, mais aujourd’hui tout était plus compliqué.

Avançant vers lui, elle fit glisser ses mains sur son torse. Elle ne parvenait pas à le quitter. Ses bras depuis quand n’y avait elle pas songé ? Une heure ? 10 minutes ?15 peut être… Elle se rappelait parfaitement que dans ses bras, elle se sentait protégée et rassurée. Tout ce qu’elle n’avait jamais ressenti dans les bras des autres hommes.

Son nez saignait toujours mais un mince filet de sang s’écoulait. Sa main sur son arcade, il la sentait se nicher dans ses bras, glissant sa tête dans son cou.

- Rain, c’est pas du tout raisonnable-

- Arrête de réfléchir, tu me donnes mal à la tête ! Le contra-t-elle, en respirant son parfum si viril et enivrant.

- Si tu continues, on va faire une connerie que tu finiras par regretter toute ta vie-

- Je ne crois pas… souffla-t-elle, en levant la tête vers lui.

Elle lui ôta la compresse des mains et l’obligea à s’asseoir sur le lit. Debout devant lui, sa main glissa sur sa joue et lui souriant légèrement, elle reprit à voix basse.

- Laisse-moi faire…

Durant une longue seconde, elle vérifia si le sang coulait toujours puis elle l’obligea à gardé sa main sur la compresse. Elle disparut dans la pièce adjacente où elle trouva un désinfectant et une aiguille. Fouillant un peu plus, elle trouva une petite bobine de fil, ça irait pour ce soir. Elle revint auprès de lui et s’approcha lentement.

- Tu vas pas aimer mais… lança-t-elle en brandissant son aiguille et la bobine… mais on n’a pas le choix, Alex…

- Oh non ! fit il en se levant soudainement, à la vue de l’aiguille. Tu ne me transperceras pas avec ça-

- Alex fait pas ton enfant… je suis la meilleure quand il s’agit de recoudre. Je te promets d’être délicate…

- J’ai toujours eu horreur des aiguilles-

- Et moi, je sais comment t’éviter d’y penser… fit elle, malicieuse.

Elle s’approcha alors de lui et passant son fil dans le chat de l’aiguille, elle se tourna vers lui et observa l’hémorragie. Le sang ne coulait plus et elle pinça sa peau commençant à pénétrer l’aiguille dans sa peau. Elle marmonna doucement.

- Alors… qu’est ce qui s’est passé après ton départ de la soirée ?

Il leva les yeux vers elle et la considéra. Il ne savait pas à quoi elle jouait, mais il n’avait pas trop le choix. Il soupira et murmura.

- Quand je suis arrivé au Biltmore, y’avait une dizaine de photographes, des filles qui hurlaient mon nom… et un type que je ne connaissais pas. Il paraitrait que j’ai eu une histoire avec son ex. Mais je le connais même pas ce mec… Quand il m’a vu, il est devenu dingue, il a commencé à me frapper…

Rain esquissa un petit sourire. Elle n’était pas vraiment étonnée. Alex était beau et gentil, il ne pouvait qu’attirer l’attention, d’autant plus maintenant que la popularité l’entourait.

- Et cette fille… t’a couché avec ?

- Rain ! répliqua-t-il sèchement.

- Quoi ?! S’étonna-t-elle. Je ne crois pas que tu ais fait vœu de chasteté… je ne te vois pas casé avec une fille. Tu préfères les histoires d’un soir-

- Tu te fais des idées sur moi.

- Ah bon ? fit elle, en coupant le fil. Explique moi alors…

- Je ne veux pas m’attacher pour ne pas souffrir mais ça ne veut pas dire que j’ai une vie de débauche. J’ai pas encore trouvé celle qui me correspond… mais ce n’est pas pour autant que je couche avec toutes les filles que je rencontre…

- Humm, répondit elle, en nettoyant l’afflux de sang sous son nez. Et par hasard… je me situe où pour toi ?

Croisant très brièvement son regard, il s’entendit lui marmonner tandis que ses plaies semblaient propres à présent.

- Tout en haut… près de la perfection… souffla-t-il alors que de nouveau la main de Rain s’attarda sur sa joue. Sa respiration se fit de plus en plus difficile et il la regarda intensément alors qu’elle se penchait. Leurs nez se frôlèrent et posant son regard sur ses lèvres, elle murmura.

- Je suis loin d’être parfaite…

Il posa alors fiévreusement ses lèvres sur les siennes et rapidement ses bras se nouèrent autour de nuque. Il sentait les doigts de Rain sur ses petits cheveux. Fermant les yeux, leurs lèvres affamés se retrouvèrent ainsi que leurs langues plus voraces que jamais. Il fit descendre une main sur sa taille, alors qu’elle s’asseyait à califourchon sur lui et qu’elle le repoussait sur le lit. A moitié allongé, elle ne tarda pas à poser ses mains de chaque coté de sa tête le dominant légèrement. Elle posa alors ses lèvres dans son cou tandis qu’elle le sentait détendu et gémir légèrement.

- Rain… souffla-t-il.

- humm… fit elle en relevant la tête.

- C’est maintenant ou jamais… fit il en plantant son regard dans le sien. On ne pourra plus nier, ni oublier… tu es sure de ce que tu veux ?

Partageant un long regard, elle hocha très légèrement la tête, il profita du moment pour la retourner sous lui, s’asseyant sur ses hanches et l’embrassant furieusement. Ses doigts palpèrent alors ses cuisses avant de finalement se glisser plus haut sous sa robe noire.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:28

Chapitre 6 : Meilleurs ennemis…


Les coups frappés à la porte mêlé aux filtrations du jour, l’obligèrent à se lever tandis qu’il bougonnait quelque chose ressemblant à un « une minute ». Attrapant son tee shirt sur la chaise, il entreprit de l’enfiler quand il réalisa qu’il était taché de sang. Il jura et se pencha sur son sac où il en sortit un propre ainsi que son jean noir. Lentement il se traina jusqu’à la porte où la lumière intense du jour l’éblouit tandis qu’une migraine faisait son apparition. Il marmonna en la voyant sur le pas de sa porte.

- Je me disais aussi… y’a que toi pour me sortir de mon lit de si bonne heure… soupira-t-il en rentrant de nouveau dans la cabane, se préparant du café.

- Bonjour à toi aussi ! lança-t-elle un peu trop joyeusement au gout d’Alex qui mettait une bouilloire sur le feu.

- Alors… en quel honneur j’ai droit à une visite si matinale-

- Alex, il est onze heures passées-

- Ah bon ? fit il en regardant sa montre posée sur la table de nuit.

- T’as une sale tête en plus. A croire que t’a fait la fête toute la nuit… et pas tout seul à ce que je vois… lui lança-t-elle malicieusement, en pointant son index sur le soutien gorge noir débordant des draps blancs.

Il secoua la tête et soupira. Comment Lucas la supportait il ? Elle avait l’œil partout, était curieuse, têtue, intelligente, fouineuse mais aussi adorable.

- Bon maintenant que tu sais que j’ai pas passé la nuit tout seul à me morfondre, t’es rassuré ? répliqua-t-il. Qu’est ce que je peux faire pour toi ?

C’est vrai qu’elle n’avait pas été très discrète sur ce coup mais elle avait besoin de retrouver son ami. Elle s’était bien gardée de lui faire une remarque sur son visage, même si ça la démangeait sérieusement. Elle lui répondit alors simplement en plongeant son regard dans le sien.

- J’avais envie de passer du temps avec toi avant que tu nous fuis pour Los Angeles…

- Combien de fois, je devrais te dire que je ne fuis pas ? Soupira-t- il en entendant la bouilloire siffler.

Rapidement il déposa un sachet de thé au fond de la tasse, ajouta l’eau bouillante et lui tendit la tasse, alors qu’il se versait un café frais pour lui. Il la vit loucher sur sa tasse et esquissa un petit sourire.

- Ne pense même pas que je t’en donnerais une seule goutte…

- J’ai le droit rêver, soupira-t-elle. Alors qu’est ce qui s’est passé depuis ton départ de la soirée… j’ai l’impression que t’es pas rentrée directement.

Il secoua la tête. Elle allait faire de lui son petit déjeuné, déjeuner et dîner par la même occasion. Jamais il ne s’en sortirait, en éludant ses questions.

- Disons qu’un ex jaloux s’est un peu défoulé sur moi…

- Un ex jaloux ? T’as porté plainte j’espère ?

- J’ai pas vraiment eu le temps d’y penser… c’est rien de bien grave. Dans quelques jours ça se verra plus-

- Sauf ton arcade… il y aura toujours la cicatrice-

- C’est pas grand-chose, répétât-il. Lucas est déjà reparti ?

- Oui, hélas… Son rédacteur lui a confié l’article sur le barrage de Toutle River… enfin ce n’est pas comme si je n’allais pas le voir de toute la semaine. Washington est pas loin…

- Mais vous ne voyez pas assez. Pourquoi tu ne lui demandes pas de ralentir ?

- Je ne veux pas qu’il se sacrifie. Tu comprends… C’est exactement ce que son père a fait et Lucas ne pouvait plus le supporter. Il régentait sa vie du matin au soir et encore maintenant, il se permet de lui faire des remarques désobligeantes… Lucas a besoin de se sentir libre.

- Et toi là dedans ? Tu as besoin de lui Karine. Tu ne peux pas l’occulter…

- Je ne suis pas en sucre Alex. Je vais bien, le bébé également… et puis j’ai encore plusieurs mois avant de prendre mon congé… D’ici là, je sais que Lucas aura ralentit. Il veut une famille et des enfants… je n’ai pas peur pour nous, même si en ce moment il me manque… expliqua-t-elle en portant sa tasse à ses lèvres.

Il s’approcha d’elle. Il réalisa alors la portée de ses mots. Lucas lui manquait, ce qui prouvait combien elle l’aimait mais il n’était pas dupe. Il sentait bien qu’il y avait autre chose qui la tracassait. Toutefois, il n’en dit rien car elle y viendrait. Karine était ainsi, elle ne se taisait jamais. Il passa son bras autour de ses épaules et la mena sur les marches de la cabane. S’asseyant près l’un de l’autre, il l’attira tendrement dans ses bras.

- Je sais que devenir maman t’effraie…

- Disons qu’entre ma famille et celle de Lucas, je ne suis pas sure de survivre. Moi, grandissant seule et Lucas avec sa famille surprotectrice, j’étouffe… murmura-t-elle. J’aimerais que tu sois là plus souvent. Ça me fait du bien de te parler…

- Je suis toujours là, Karine… souffla-t-il en la resserrant contre lui. Tu peux toujours compter sur moi. Toujours…

Elle ne pouvait pas nier qu’elle était troublée. Entre la soirée de la veille, les parents envahissant de Lucas, le retour de Rain et Alex et l’absence de Lucas, elle était perdue. Les bras d’Alex la rassuraient. Elle s’était toujours sentit en confiance avec lui. Il était son meilleur ami, celui qui répondait présent dès qu’elle se sentait pas bien ou qu’elle avait un coup de cafard.

Blottie dans ses bras, il la berçait lentement telle une enfant. Cette peur irrépressible de l’abandon, il avait du longtemps insisté pour qu’elle lui en parle. Son caractère aussi extravertie en société que réservé dans la vie privée, il le connaissait trop. Ses moments de cafard pouvait durer des jours comme quelques minutes. Elle reprendrait le dessus. Il n’avait jamais douté d’elle car elle était une de ses plus belles rencontres. Il était fier d’elle car avec son handicap d’orpheline, elle aurait pu mal tourner. Mais non, elle allait devenir maman et il était là, à la rassurer de sa simple présence. Il l’embrassa doucement dans les cheveux quand il l’entendit à voix basse.

- Tu l’aimes… c’est pour ça que tu préfères être loin d’ici… souffla-t-elle, en se dégageant lentement de ses bras.

- Quoi ? Qu’est ce que tu racontes ?! Fronça-t-il les sourcils

- J’ai réfléchi… à vos attitudes à tous les deux. A vos regards respectifs, à vos disputes, à vos fuites… Tu es amoureux de Rain. Je me trompe ?

- Tu fais erreur-

- Okay, je comprends. Tu n’es pas prêt à l’avouer… mais ça te torture.

- Non… dit que je tiens à elle d’une certaine façon. Danny n’a pas vraiment été un enfant de cœur avec elle-

- C’n’est pas de la pitié Alex. J’ai vu ton regard lorsque Carter l’avait dans ses bras. Tu le fusillais du regard. Pourquoi tu ne veux pas te l’avouer ? Y’a aucun mal à être amoureux… tu as le droit toi aussi d’être heureux.

- Je ne suis pas un briseur de ménage…

Elle lui sourit doucement. Il était bien amoureux de Rain mais pas prêt à faire la démarche près d’elle. Rain pouvait être assez compliqué, Karine était bien placée pour le savoir. Si un jour, tous deux devraient être réunis, elle savait que ça serait pour de bon. Alex était la force et la beauté et Rain possédait l’intelligence, la sincérité et la franchise. Elle ne doutait pas d’eux, le timing n’était pas encore ajusté mais elle croyait en eux. Cette simple pensée la ravit et elle se leva, lui tendant une main.

- Allez tu m’invites au resto, on a faim…

- Vous avez faim ? répliqua-t-il en souriant. Tu te moque de moi ?

- J’n’oserais jamais, voyons ! Et puis tant qu’à faire, je veux profiter de mon meilleur ami, quoi de mieux qu’un bon resto !

Il secoua la tête, souriant franchement. Elle le surprendrait toujours quand il ne s’y attendait pas. Il se leva à son tour et passant son bras autour de ses épaules, ils remontèrent vers le centre ville pour aller manger dans un petit restaurant convivial qu’ils connaissaient bien tous les deux.

*.*.*.*.*.*.

Les verres fumés reliés à leur monture glissèrent sur son petit nez. Des années, qu’elle n’avait pas remit les pieds dans cet endroit. Silver Springs était un endroit de souffrance complète. Si elle était venue, c’était pour Karine et Lucas. Ils étaient la seule raison qui pouvait l’obliger à quitter Washington. D’un pas lent, elle traversait les allées fleuries et disséminés de plaques de marbres, noir, blanc et gris. Cet endroit lui donnait la chair de poule, elle n’y avait jamais été à l’aise. Elle resserra son gilet autour d’elle et ses pas la menèrent vers une plaque qu’elle avait toujours refusé de venir visiter. Face à cette place, elle s’agenouilla et fixa les inscriptions murmurant.

- Je n’ai jamais pu accepter ça… tu es partis. Personne de mon entourage ne connaissait ton existence et je t’ai laissé seul. J’aurais dû être là pour toi… Papa et maman divorcent… tu me dirais que je suis adulte et forte, que je peux surpasser ça… souffla-t-elle, un sanglot dans la voix. Tu n’es plus là pour moi, j’entends plus ta voix rassurante. Tu me manque Adam… tu me manques tellement… A la mort de Danny, c’était comme si je te perdais de nouveau. Ça n’aurait jamais du arriver, tu étais mon rayon de soleil, la positivité qu’il me manquait… tout était de ma faute. J’aurais dû être présente ce soir là… Rien de tout ça ne serait arrivé. J’aimerais tellement que tu sois là… que tu me guides…

- Adam Conrad… fit une voix derrière elle. C’est de ta famille ?

Elle se retourna subitement, fixa la voix féminine qu’elle connaissait si bien. Son visage se ferma immédiatement, elle prit une lente respiration et répliqua, nerveuse.

- De quoi je me mêle Sarah ?! Qu’est ce que tu fais ici ?

- Ma petite balade… tu sais que j’ai toujours eu un penchant pour les cimetières. Mais toi, c’est bien la première fois que je t’y vois.

- Passe ton chemin et oublie moi… ça me fera des vacances !

- Et voilà, je fais un effort pour être un brin aimable et tu t’énerves sur moi ! Tu as tes raisons de me détester, j’ai jamais cherché la sympathie mais parfois remets toi en question ! Et sois plus aimable avec les personnes que tu rencontres, ça pourrait t’aider socialement ! Lâcha-t-elle, avant de disparaître au bout d’une allée.

Elle n’avait même pas réagit. Comme si ces mots n’avait fait que traverser son esprit et pourtant, elle se sentait toujours aussi mal. Elle faisait bourdes sur bourdes depuis des années et elle n’arrivait pas à voir le bout du tunnel. Avec Adam, puis Danny, Carter… et Alex. Elle les collectionnait. D’ailleurs que se passait-il avec Alex ? Fixant la plaque de marbre d’Adam, elle se détourna et reprit son chemin jusqu’à la sortie du cimetière. Cette nuit avec Alex était forcément une erreur. Elle n’aurait jamais dû aller chez lui. Entièrement responsable, voilà ce qu’il en était. Elle réalisa qu’il avait prit soin d’elle et de ses désirs. Elle aurait pu partir, il lui en avait laissé l’occasion mais elle s’était sentit si protégée et détendue dans ses bras qu’elle n’y avait pas songé un seul instant. Elle avait couché avec un homme alors qu’elle était engagée avec Carter. Où était passé la jeune interne amoureuse et professionnelle qu’elle était ?

Se passant une main sur le visage, elle attrapa son portable et composa un des numéros du répertoire. Hormis le bruit assourdissant, elle entendit sa voix distinctement, elle ajouta alors en reprenant la direction du centre ville.

- C’est moi…

- Tout va bien ? demanda-t-il un peu inquiet par le ton qu’elle employait.

- Oui… enfin non…

- Qu’est ce qui se passe, Rain ? Tu veux que je revienne-

- Non, tu as ta conférence… j’avais juste besoin d’entendre ta voix.

Il fronça les sourcils. Il savait qu’elle n’était pas du genre à faire une crise de ses sentiments mais il reconnaissant ce ton, ce ton qui présageait qu’elle était perdue.

- Rain, quoi que ça soit… ça ira, tu m’entends… tu rentres à Washington aujourd’hui ?

- Oui, j’ai une garde ce soir.

- Bien, je te vois tout à l’heure à l’hôpital… et détends un peu, repose toi mon cœur… je t’aime… murmura Carter d’une voix douce avant de raccrocher.

Elle soupira et traversa la rue avant de se diriger vers le premier bureau de tabac. Ressortant du magasin après quelques minutes, elle alluma une cigarette et rejoignit sa voiture. 3 ans qu’elle avait arrêté et pourtant, à ce moment précis son manque de nicotine la prit de court. Elle reprit alors la direction de Washington, ne voulant plus s’attarder dans cette ville. Elle prit la résolution d’appeler Karine lorsqu’elle serait chez elle.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:29

*.*.*.*.*.*.

Devant le chauffeur à qui il fourrait plusieurs billets dans sa poche, il lui sourit. Finalement, ça journée n’avait pas été si dramatique qu’il l’avait espéré. Bien entendu, Rain restait toujours un mystère pour lui. Leurs relations n’en étaient pas simplifiées avec la nuit qu’ils venaient de passer ensemble. Même s’il ne pouvait plus nier son attachement, elle restait fiancée. Loin de lui, il évitait d’y songer. Il aurait bien le temps plus tard de le faire.

Son sac posé à ses pieds, il la prit dans ses bras. Elle lui manquerait forcément mais cette fois, il ferait en sorte de venir la voir plus souvent. Sa positivité et ce coté extravertie lui manquait. Il avait besoin d’elle dans sa vie et pas pour 5 minutes tous les 3 mois. Non, il avait besoin de sa dose d’optimiste et de gaieté. Il murmura à son oreille et l’embrassa sur la joue.

- Tu vas me manquer… prends bien soin de vous deux-

- Oui papa ! répliqua-t-elle malicieusement avant de l’entendre rire.

- Je reviendrais… vite-

- La porte est ouverte, viens quand tu seras prêt… tu sais où est la maison…

Il secoua la tête et la prit une dernière fois dans ses bras, la serrant fort contre lui avant de jeter un coup d’œil au chauffeur de taxi qui s’impatientait.
Il se détacha alors et lui ouvrit la portière le temps qu’elle s’installe, la refermant, il ajouta au chauffeur.

- à Silver Springs… par la voix touristique si possible…

Le chauffeur hocha la tête et démarra sous les yeux d’Alex puis ce dernier entra dans l’aéroport pour rentre chez lui. Direction L.A.

*.*.*.*.*.*.

Assise sur un tabouret dans une salle d’examen, divers dossiers étaient étalés devant elle. Un amputé d’un bras, un trauma crânien, une cheville foulée, un AVP, elle n’avait pas encore fini de rédiger leurs dossiers. Elle était sans nouvelle de Carter, ce qui ne l’inquiétait pas alors que son retour à l’hôpital était déjà prévu pour deux heures plus tôt. Elle ne savait plus si coucher avec Alex avait été une erreur. Ils se connaissaient depuis longtemps et dans ses bras, elle ne connaissait que la sérénité, alors que faisait elle fiancée à Carter ?! Elle soupira et tenta de refouler ses idées parasites mais le regard d’Alex la troublait comme la veille. Son visage ensanglanté et ces yeux si expressifs. Il était hanté tout comme elle, et il se condamnait comme le fautif de la mort de Danny. Ça, elle ne le supportait pas. Danny s’était condamné tout seul mais Alex refusait de l’entendre de qui que ce soit. Elle se massa les tempes, sentant une migraine venir. Se redressant, elle rejeta la tête en arrière durant quelques secondes, les yeux fermés. Deux mains vinrent alors se poser sur ses épaules. Inconsciemment l’image d’Alex vint flotter devant son visage. Elle esquissa un sourire, en revoyant cet adorable sourire sur son visage et ces quelques points à son arcade. Plongés dans ses souvenirs, elle ne songea pas à les quitter mais une voix basse, un murmure l’obligea à ouvrir les yeux, elle découvrit alors Carter. Elle secoua alors la tête et lui adressa un très mince sourire. Elle était complètement folle, elle pensait à Alex et à leur nuit alors que Carter la massait et la prenait dans ses bras. Elle se leva et se blottit dans ses bras, savourant le contact masculin mais elle n’éprouva que peu de choses.

- Je t’ai pas entendu entrer… murmura-t-elle.

- Comment tu te sens ? T’avais pas l’air bien au téléphone-

- C’est rien, c’est passé…

- C’est passé ?! répéta-t-il. Rain, dis moi ce qui s’est passé aujourd’hui ?

- Rien… j’ai eu un coup de cafard. Pas de quoi fouetter un chat…

- C’est le fait d’être retournée à bas ?

- Non… enfin peut être. J’en sais rien… fit elle en levant les yeux vers lui. Tout est compliqué. J’ai l’impression d’avoir abandonné une partie de moi, là bas… mais c’est sans importance-

- J’en suis pas si sûr. Tout le temps qu’on était là bas, tu semblais ailleurs, mal à l’aise, sur tes gardes… ce n’est pas la Rain que je connais…

- Je te l’ai dis… la femme que je suis aujourd’hui n’a rien à voir avec celle que j’étais lorsque j’habitais Silver Springs… Le sujet qu’ils ont fait sur le joueur de foot à la soirée…

- Danny je sais plus comment-

- C’était mon petit ami… il s’est suicidé la nuit où j’ai rompu…

Il lui semblait plus sûr de ne pas évoquer Alex et pourtant, son visage ne cessait d’apparaître devant elle. Elle devait le chasser, il ne faisait plus partit de sa vie et ils n’avaient rien à faire ensemble, de plus ils ne se supportaient pas. Levant la tête, elle croisa le regard de Carter. Elle avait autant de point commun avec Carter qu’elle en avait avec Alex. Elle soupira et se détacha de lui s’approchant de la table ou était étalé ses dossiers. Elle les rassembla et se tourna vers lui, les tenant contre sa poitrine.

- Carter… j’aimerais faire une pause. Le temps de régler tout ça… et de savoir où j’en suis-

- Tu veux… faire une pause ? Mais Rain, tu ne fais jamais de pause, tu fonces toujours tête baissée-

- Carter ! Qu’est ce que tu sais au juste sur moi ? Tu ne me connais pas ! Je suis ici depuis le début de mon internat mais tu ne sais rien ! J’ai besoin d’espace…

Il grimaça. Il ne la comprenait pas. Un jour c’était blanc, l’autre c’était noir ! À croire qu’il la rendait malheureuse. Il soupira et la fixant, rajouta.

- J’avoue que je te cerne plus. Tu voulais pas aller à cette soirée et ton amie a insisté… et voilà maintenant que tu veux retourner là bas. Qu’est ce que j’ai loupé ? C’est ton amie Karine ? Ce quater back ? Ou la star du petit écran qui t’a fait les yeux doux toute la soirée-

- Ne commence pas Carter !

- Que je ne commence pas quoi ?! Ce type, il demandait qu’à te mettre dans son lit-

Il n’eut pas l’occasion de finir sa phrase, que la gifle était partie toute seule.

- De un, tu n’as aucune raison de me faire une crise de jalousie ! De deux, tu n’as aucune idée de mes relations là bas… et de trois, je t’interdis de les critiquer tous autant qu’ils sont ! Maintenant, je t’avertis que je pars quelques semaines… je rentre à Silver Springs…

Il s’apprêtait à la rattraper mais le regard assassin de Rain l’en dissuada. Ils échangèrent un dernier regard et Rain profita de ses dernières minutes pour faire une demande de congé. Passant par son appartement, elle récupéra quelques affaires et reprit la route pour Silver Springs où elle espérait que Karine accepterait l’héberger.

*.*.*.*.*.*.

Etonné, il l’était. Rentrant relativement tôt, il s’était attendu à la trouver à la maison mais non. La maison était vide. Inquiet, il ne l’était pas encore. Karine n’était pas du genre à traîner dans les rues. Depuis le début de sa grossesse, elle était plus calme et raisonnable. Pas que son attitude quotidienne le dérangeait mais la voir plus calme lui faisait du bien et l’étonnait. Il déposait son sac au fond du salon et fit le tour du comptoir se tirant une bière du frigo. La décapsulant il en but une gorgée avant de jeter un coup d’œil dans le frigo pour le dîner. Il soupira, il aurait du aller faire des courses. Se redressant, il attrapa son portable et se mit à chercher le numéro d’une pizzéria dans l’annuaire quand il entendit la porte s’ouvrir. Il leva les yeux et sourit en la voyant. Habillée d’un pantalon de toile clair, d’un haut noir et d’un gilet, il la vit s’avancer vers lui, une main posée sur son ventre, elle sourit franchement en le voyant.

- Alors si ça, c’est pas une bonne surprise, c’est que je m’y connais pas ! Sourit-elle en comblant la distance entre eux.

- Serais tu heureuse de me voir ?! répliqua-t-il malicieusement.

Passant une main sur sa chemise avant de glisser ses bras autour de sa nuque, elle murmura près de ses lèvres, y déposant un bref baisé.

- Tu as de quoi en douter, chéri ?

Il ferma les yeux, sous sa douceur si caractéristique qui l’a toujours fait craquer. Glissant ses mains sur sa taille, il gémit doucement en sentant les lèvres de Karine dans son cou. Il souffla doucement.

- Je t’ai manqué alors...

- Tu sais bien que tu me manques tout le temps… murmura-t-elle, calant sa tête le creux de l’épaule de Lucas. Comment était ta journée ?

- J’ai rendu mon article au rédacteur et j’ai pris quelques jours… pour être avec toi…

Surprise, elle leva la tête et lui sourit franchement. Il était si adorable, soucieux de son bien être. De qui pouvait-elle rêver comme petit ami ? Il était parfait, présent, adorable, patient, drôle.

- Je vais devoir remercier ton patron pour tant de générosité d’avoir signé ta demande de congé ! fit elle avec un sourire ravit.

- Tu sais que je tiens à être là pour vous deux… murmura-t-il. Je veux dire, je ne serais pas étouffant comme mes parents l’ont été. Je veux qu’on soit deux, un couple pour notre bébé… une grossesse heureuse entrainera un accouchement plus détendu et le risque de baby blues est réduit-

- Ne me dis pas que t’as épluché tous les livres sur le sujet ? devina-t-elle, à sa remarque.!

- Et bien… commença-t-il. J’avais besoin de m’assurer que je faisais tout ce qu’il fallait… je ne suis pas à la lettre les livres, Karine… je veux uniquement que cette grossesse t’épanouisse…

- C’est important que tu sois là… ça me rassure. J’aime pas être seule le soir à la maison…

L’entourant de ses bras, il la mena jusqu’au canapé, ils s’installèrent enlacés. Blottie dans ses bras, sa main caressait son bras alors que l’autre était posé sur son ventre. Il écoutait sa respiration alors qu’elle fermait les yeux.

- T’es fatiguée dis moi… c’est une impression, ou t’as eu une longue journée ?

- J’avoue qu’Alex m’a surpris et épuisé… en plus, il n’a pas voulu me dire la vérité sur son « problème »-

Lucas fronça les sourcils. Qu’est ce qu’elle voulait dire par son problème ?

- Attends, j’ai loupé un épisode. De quel problème tu parles ?

- Ses sentiments pour notre cher Rain et… souffla-t-elle, et son demi mensonge sur un ex jaloux qui lui aurait cassé la figure hier soir-

- Quoi ?! Répondit il surprit. Quelqu’un lui a cassé la gueule ?

- Il a 7 points de suture à l’arcade… ce qui m’intrigue en plus, c’est que ce n’est pas avec du fil médical qu’il a été recousu-

- Okay… et ses sentiments pour Rain ? Il t’a dit quoi exactement-

- Me prends pas pour une idiote, tu le sais depuis toujours toi-

- Moi ? Mentit-il.

- Oui, je t’ai toujours soupçonné de le garder pour toi. Je t’en veux pas… mais j’ai bien remarqué que tu le poussais vers Rain…

Il soupira légèrement et avoua, sérieusement, à voix basse.

- Il refuse de le reconnaître. Il persiste à me dire que c’est une simple attirance… mais son regard parle de lui-même…

- ça fait combien de temps, selon toi ?

- Je dirais depuis le lycée… il rêvait déjà d’elle à l’époque-

- Quoi ? Se redressa-t-elle soudainement, le fixant. Et c’est maintenant que je l’apprends ?!

Il leva les yeux au ciel, il aurait du savoir qu’elle serait surprise du talent d’Alex pour dissimuler ses sentiments. Il ouvrit la bouche, prêt à répondre lorsque la sonnette retentit.

- Je vais ouvrir-

- J’n’ai pas fini Brady ! reprit-elle en haussant la voix. Réponds-moi maintenant !

Ouvrant la porte, il esquissa un grand sourire puis ouvrit plus grand la porte.

- Rain, quelle bonne surprise… Ne reste pas dehors…

- Je dérange ? demanda-t-elle, un peu gênée.

Alors qu’elle pénétrait dans la maison, elle aperçut Karine fusiller Lucas du regard. La tension qu’elle jaugea entre eux semblait atteindre des sommets. Elle croisa alors le regard de Karine, lorsqu’elle ajouta, un brin sarcastique.

- Rain ?! Décidément c’est la soirée des surprises ! lança-t-elle en jetant un rapide regard à Lucas.

- Je tombe si mal que ça ? Je vais aller prendre une chambre à l’hôtel si-

Karine baissa la tête et se rapprocha de Rain. Elle avait loupé le coche, elle sentit la main de Lucas s’arrêter un instant sur son épaule, puis elle releva la tête vers son amie avant de répondre, d’un ton directif.

- Reste… et ce n’est pas une proposition !

- Vous êtes sur ? Si je dérange, y’a aucun problème-

- Tu l’as entendu Rain… la maison est ouverte. Tu es notre amie, je vois pas pourquoi tu irais à l’hôtel. En plus, je suis sur que vous avez plein de potins à vous raconter…

Karine adressa un léger sourire à Rain tandis que Lucas se tenait dans le dos de Karine, son menton se posant sur son épaule et une main sur son ventre.

- Luke a raison, Rain… on va aller te préparer la chambre-

- Je commande les pizzas, répliqua Lucas, en effleurant le cou de Karine de ses lèvres.

Se détachant, elle échangea un long sourire avec lui puis Rain suivit Karine à l’étage.

- Karine-

- Je te promets que si tu essayes de me contredire, tu seras de corvée de vaisselle !

- Ok ok… c’est juste que j’avais oublié que tu pouvais être si têtue…

Karine lui sourit et alluma la lumière de la chambre. Elle s’assit sur le coffre au bout du lit. Elle fixa Rain qui lui sembla lointaine.

- ça fait bien longtemps que je ne t’ai pas vu débarquer comme ça… tu veux en parler ?

- Je… Pas ce soir s’il te plait…

- Comme tu veux… n’oublie qu’il y aura toujours une oreille pour t’écouter… t’es ici chez toi, Rain.

- Merci… merci d’être là.

Karine lui sourit doucement et s’approcha d’elle, la prenant instinctivement dans ses bras. Elle sentait que Rain était malheureuse et tourmenté. Rain profita de l’étreinte de son amie et se laissa un long moment aller, alors qu’elle sentait les larmes monter progressivement. La main de Karine remonta dans son dos et elle murmura pour elle seule.

- Tu es à la maison, laisses toi aller… tu n’as pas à être forte tout le temps… mais on est là…

Rain se détacha lentement, baissant la tête. Elle était complètement perdue. Elle ne savait plus par quoi commencer. Elle se passa une main sur le visage, chassant ses larmes et murmura, tout bas.

- Alex… Alex est encore là ou-

- Il a quelque chose à voir avec ton état ?

- Je… hésita-t-elle. Pas vraiment…

- Pas vraiment ? J’ai le droit à un indice ? demanda-t-elle, en douceur, ne voulant pas brusquer son amie.

- Disons qu’Alex m’a fait comprendre certaines choses… et que j’ai fait des erreurs… réalisa-t-elle. J’ai giflé Carter… on s’est disputés, avoua-t-elle en fixant la fenêtre, s’avançant lentement dans cette direction.

- Carter n’est peut être pas celui qu’il te faut…

- Comment tu as su… pour toi et Lucas ?

Karine lui sourit doucement et s’approcha d’elle, regardant à son tour par la fenêtre où au loin on distinguait le lycée.

- Il ne s’est jamais caché. Il était sincère, franc, un peu réservé… mais son regard me disait tout le reste… Et il ne m’a jamais fait de mal…

- Je sais plus où j’en suis… souffla-t-elle. T’es sure que ça vous dérange pas que je reste quelques temps-

- Non et puis ça m’évitera d’être toute seule… ça me fait du bien que tu sois là. Vraiment.

Karine posa sa main sur l’épaule de son amie et lui sourit. Cette dernière esquissa un vague sourire et ajouta simplement.

- Et si on allait voir ce que ton homme nous a commandé à manger…

- De toute façon, il a intérêt à avoir commandé parce que son fils risque de lui faire payer, s’il l’a pas fait !

Rain sourit de la réponse de son amie et elles rejoignirent Lucas dans le salon, à moitié allongé sur le canapé. Karine précédant Rain, s’avança instinctivement vers Lucas, glissant une main dans ses cheveux court. Il sourit au contact familier et ouvrit lentement les yeux avant de se redresser, laissant de la place à Karine pour s’asseoir.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 17:29

Rain les observa. Elle avait toujours aimé les voir ensemble. Du plus loin qu’elle se souvienne, elle avait toujours remarqué ce lien particulier qu’ils partageaient. Ils avaient cette connexion que peu de gens possèdent. Elle ne se souvint pas d’un jour où Lucas ait fait une quelconque remarque désobligeante envers Karine. Certes, ils se disputaient mais rien de bien grave, juste pour dire que l’autre l’agaçait. Sentir une telle complicité entre eux, l’avait toujours émue. Lucas n’était du genre expressif mais Karine avait développé ce coté chez lui et depuis, il ne se gênait plus pour montrer son attachement à Karine. Rain sourit en apercevant leurs doigts se trouver naturellement. Karine leva alors la tête vers Lucas.

- Tu m’as prit-

- Une pizza au poulet pour madame et une sans champignons pour toi, Rainette ! lança-t-il avec un petit sourire avant de recevoir un oreiller dans la figure de la part de Rain. Il la regarda puis tourna la tête vers Karine, s’attendant à ce qu’elle le défende.

- Tu l’as mérité. Ne me regarde pas comme ça… à sa place, j’aurais fait pire-

- Je rêve ! Je me fais attaquer et toi, tu prends sa défense ?! répliqua-t-il outrée.

- Que veux-tu chéri ! Ça c’est pour tes petits secrets, que j’aurais dû connaître-

- Non non non non ! Tu ne m’auras pas sur ce terrain…

- Elle t’aura forcément sur un autre Luke… réagit Rain avec un petit sourire.

Etre avec eux était à la fois divertissant et inimaginable. Elle vit alors Lucas, la fusiller du regard ce qui la fit rire.

- Tu ne vas pas t’y mettre Rain ?! Tu sais ce que c’est de vivre avec elle ?

- J’en ai une vague idée, mon cher ! répliqua-t-elle en songeant à leur première année de fac à Washington.

- Je ne suis pas invivable Brady ! Tu déformes tout… parce que t’arrive pas à avoir le dernier mot…

- Mouais… bah espérons que ma fille n’héritera pas de ton caractère…

Elle leva les yeux au ciel puis croisa le sourire de Rain qui semblait se détendre un peu plus à chaque minute. Ce fut cet instant que choisit le livreur pour sonner à la porte. Lucas sortit 20 $ de sa poche et ouvrant la porte, il les tendit au livreur, récupérant les pizzas.

*.*.*.*.*.*.

Il ne leur avait pas fallut 2 heures avant de le trouver. A peine avait il eu le temps de défaire son sac de voyage, qu’on tambourinait à sa porte. Depuis quelques mots, il avait prit son indépendance ne voulant pas rester accrocher à sa famille. Il avait besoin de sa liberté et de ne pas être surveiller constamment. Toutefois le retour à la maison fut difficile à encaisser. Ouvrant la porte de chez lui, il n’eut à peine le temps d’ouvrir la bouche qu’il était projeté a terre, une lampe dans les yeux, menottés après que les officiers de police lui ait lu ses droits.

Assis sur une chaise du poste de police, il attendait qu’on daigne lui donner l’autorisation d’appeler quelqu’un. Il n’arrivait toujours pas à réaliser que c’était lui qu’on venait d’arrêter. Lui qui n’avait eu qu’une seule amende pour excès de vitesse ! Il secoua la tête alors que l’inspecteur fasse à lui, ne cessait de le dévisager.

- Je n’ai rien fait, je vous l’ais déjà dit ! Vous vous trompez de personne-

- Alors expliquez moi comme se fait il que 500 000 $ en petites coupures se trouvent chez vous ?!

- Comment voulez vous que je le sache ?! J’ai loué cet appart, il y a à peine un mois ! Et je reviens tout juste de Washington !

- Vous devrez trouver une explication plus plausible face au juge… car cet argent n’appartient pas à n’importe qui mais à l’une des plus grandes multinationales du pays, dont le frère du Président des Etats-Unis, est le PDG !

Il soupira. Il était cuit et ne pourrait jamais s’en sortir. Ce type ne l’écoutait même pas ! Il songea alors que personne ne pourrait l’aider. Il devait appeler quelqu’un. Karine ? Non, il ne voulait pas et la stresser pour ce genre de chose n’était pas utile dans son état. Lucas ? Il répéterait tout à Karine, ça n’était pas envisageable. Il ne voyait alors plus qu’une seule personne qui saurait faire filtrer les informations au compte goutte, mais décrochera-t-elle son téléphone ?

- Je peux téléphoner ? demanda-t-il à l’inspecteur, sans un mot de plus.

Ce dernier lui avança le téléphone et il composa le numéro inscrit dans le répertoire de son portable. Ce fut qu’à la 3ème sonnerie qu’elle décrocha. Il laissa filtrer un léger soupir et se lança.

- C’est Alex… j’ai besoin de toi. On vient de m’arrêter… pour détournements de fonds… je suis en garde à vue.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 18:13

Chapitre 7 : An inevitable mistake


C’est en revenant qu’il découvrit le mot laissé par Rain. Il grimaça puis soupira en songeant à la réaction de Karine. Elle aurait mille questions et il ne saurait quoi lui répondre. Les croissants dans une main, il rejoignit la cuisine, préparant le petit déjeuné. Il avait prit quelques jours pour être avec Karine et il comptait bien en profiter même s’il devait supporter ses excès de caractère. Disposant sur un petit plateau, le journal d’aujourd’hui, du jus d’orange, du thé accompagné des croissants, il le souleva et d’un pas assuré, monta les escaliers jusqu’à leur chambre. Poussant doucement la porte du pied, il la distingua enroulée dans les draps jusqu’à la tête. Il sourit puis posa le plateau à coté d’elle, avant de venir s’allonger à ses cotés, sur le flan. Une main posé sur son ventre, il enfouit sa tête dans son cou, soufflant contre sa peau et y déposant de légers baisers. Il l’entendit soupirer longuement et marmonner quelques mots.

- Je croyais que je devais me reposer et rester au lit-

- J’ai jamais dit que tu le quitterais, ma puce. Bien dormi ? murmura-t-il en relevant la tête.

Elle avait toujours les yeux fermés. Emettant un très léger soupir, ses mains se posèrent sur son ventre, glissant sur celle de Lucas, leurs doigts s’entrecroisant.

- Je rêve ou tu viens de me faire des avances ? répliqua-t-elle, tournant la tête et papillonnant en ouvrant les yeux.

- ça se pourrait… chuchota-t-il en lui souriant malicieusement.

- Et je crois que je pourrais aimer ça ! Souffla-t-elle en se blottissant sans ses bras, fermant les yeux un instant.

Respirant son parfum, elle s’enivrait de lui. Ils avaient trop peu de moments à eux comme celui-ci. Elle rêvait de l’avoir tous les soirs pour elle. De le voir s’investir dans sa grossesse, d’aller à ces cours d’accouchements sans douleurs, de la rassurer ou de le voir se lever au beau milieu de la nuit parce qu’elle veut des pistaches grillées et salées ! Une main sur son torse, elle sentait les battements effrénés de son cœur sous ses doigts. Elle leva la tête vers lui, croisant son regard.

- Tes parents arrivent à quel heure ? souffla-t-elle en songeant que ça ne changerait jamais. Dès que Lucas était de congé, ses parents passaient à la maison et elle devait les écouter donner des conseils pour le bébé, ce qu’elle ne supportait plus !

L’idée qu’ils viennent lui donnait la nausée. Elle les appréciait mais ils avaient cette facheuse habitude de toujours donner des conseils et d’obliger Karine et Lucas à certaines choses. Sa main reposant sur sa hanche, il murmura calmement.

- Je leur ais dit qu’on se verrait la semaine prochaine-

- Si c’est une blague-

Il sourit, il savait qu’elle ne le croirait pas immédiatement. Il se décala légèrement puis cherchant son regard, il murmura en douceur.

- Je te veux pour moi tout seul. Hors de questions que je te partage pendant ces quelques jours… alors mes parents patienteront jusqu’à la semaine prochaine pour nous voir…

- J’adore ce genre de surprise ! répliqua-t-elle avec un sourire tandis qu’il la retournait sur le lit, s’installant sur ses hanches.

- J’en ais pas terminé avec toi, Bennett !

- Humm… je t’en prie, poursuis ! lança-t- elle avec ce sourire malicieux qu’il connaissait tant.

Ses doigts glissèrent entres les siens avant de se pencher sur elle et de commencer à déposer une myriade de baiser sur son visage, murmurant quelques mots tendre entre deux baisers.

*.*.*.*.*.*.

Sortant de l’aéroport, elle s’interrogeait. Des centaines de question l’obsédaient. Depuis son appel, ces questions l’obsédaient. Elle n’avait pas réfléchit et avait sauté dans le premier avion sur un coup de tête. Ces finances étaient loin d’être mirobolantes, elle allait se retrouver dans le rouge, mais pouvait elle le laisser en garde à vue dans un commissariat de quartier alors qu’il était innocent ? D’ailleurs était-il innocent ? Elle n’avait pas réfléchit à la question tellement ça lui paraissait évident ! Alex n’était pas un voyou. Il pouvait blesser des gens mais de là à extorquer de l’argent, elle n’y croyait pas ! Pas quand on avait connu le manque d’argent pendant des années.

Hélant un taxi, elle lui donna l’adresse du commissariat tout en s’installant sur la banquette arrière. Elle avait laissé un mot pour Lucas et Karine leur expliquant qu’elle avait une urgence et qu’elle partait pour Los Angeles. N’entrant pas dans les détails, elle savait que Karine finirait par l’apprendre mais elle préférait garder ça pour elle à cet instant. Sortant son portable de sa poche, elle composa un numéro qu’elle n’avait appelé qu’une ou deux fois ces dernières années. Encore une chance qu’elle ait quelques bonnes relations avec les amis de ses parents. C’était la première fois qu’elle mettait les pieds à Los Angeles mais par contre, elle connaissait un des meilleurs avocats de la ville, qui pourrait bien lui rendre un petit service. Elle le contacta et celui-ci ne tarda pas à lui demander les détails et le nom de la personne impliqué. Elle savait alors que c’était dans la poche et qu’Alex sortirait dans la journée. Le taxi s’arrêta et se tourna vers elle tandis qu’elle lui tendait un billet de 20 $. Elle sortit alors précipitamment et debout sur le trottoir, un sac sur le dos, elle fixa le commissariat avant d’en franchir la porte principal.

Elle dû alors patienter quelques minutes avant que l’inspecteur en charge du dossier s’intéresse à elle.

- Mlle Con-

- Conrad ! répliqua-t-elle.

- Mlle Conrad, oui c’est ça… Votre petit ami-

- Ami, inspecteur ! Alex est un simple AMI !

- Oui, bien sur… éluda-t-il.

- Je voudrais le voir-

- Il est en garde à vue, personne ne peut le voir pour le moment.

- Mais c’est insensé inspecteur ! Alex est innocent ! il est incapable de faire une telle chose ! s’énerva-t-elle, en haussant le ton.

- Ecoutez mademoiselle… l’enquête nous a mené jusqu’à lui pour le moment et fautes de preuve, votre ami sera inculpé pour détournement de fond-

- jusqu’à ce qu’on prouve sa culpabilité, que vous n’avez pas, mon client est présumé innocent, inspecteur McCarthy, lut l’avocat sur la plaque posé sur son bureau.

- Tiens donc, regardez moi qui voilà ! ce bon vieux Thomasson !

- McCarthy, je suis pas là pour faire semblant d’être ton ami ! M. Evans est libre alors cesse de jouer ton caïd ! répliqua-t-il en le fusillant du regard.

Thomasson s’approcha alors de Rain et ajouta à voix basse.

- Je sais que tu as ton internat mais… Evans ne peut pas rester seul-

- C’est bon je reste. J’ai pris quelque jours-

- Merci Rain. On éclaircira très vite cette affaire…

- Merci à toi, d’avoir été là…

Elle jeta un rapide coup d’œil à l’inspecteur qui les observait sournoisement. Elle détourna le regard et l’aperçut alors au loin. Une petite barbe de quelques jours ombrait ses joues, sa chemise dont les premiers boutons étaient défaits et dont les pans de la chemises retombaient sur ses hanches. Croisant une brève seconde son regard, elle crut qu’il était heureux de la voir. Elle esquissa un demi sourire aux coins des lèvres et le voyant s’approcher en se massant les poignets, elle ne cacha pas son trouble. Il était on ne peut plus sexy, les traits tirés, fatigué par le décalage horaire et manquant de sommeil, sans parler de sa situation des plus compliquées. Il se rapprocha d’elle et instinctivement, sans même y réfléchir, il la prit dans ses bras. Il n’agissait jamais ainsi, mais il avait besoin qu’elle sache. Il n’était ni du genre à parler, ni à s’épancher sur quelqu’un mais là, Rain avait fait quelque chose pour lui qui méritait bien plus qu’un merci à ses yeux.

Dans ses bras, elle s’était toujours sentie rassurée. Etrange comme deux personnes qui n’ont pas grandes affinités peuvent se rapprocher dans des circonstances délicates. Rain avait répondu présent car elle le connaissait et il n’était pas un inconnu. Après tout, elle avait partagé son lit plus d’une fois ! Repenser à ça, la mit mal à l’aise et pourtant elle ne regrettait rien. Se détachant de lui, elle passa une main sur sa chemise.

- Je crois qu’une bonne douche te ferait pas de mal…

- Quoi ? Tu veux dire que je sens le fauve c’est ça ?! répliqua-t-il très vite, un sourire naissant sur ses lèvres.

Elle leva les yeux au ciel puis croisa les yeux perçant de l’inspecteur. Son regard balaya la pièce puis elle passa son bras sous celui d’Alex tandis que l’avocat les devançait de quelques pas, vers la sortie. Durant quelques secondes ils restèrent silencieux puis Alex reprit plus doucement.

- Alors je sens pas si mauvais… même après une nuit en cellule…

- Encore une remarque Evans, et je te frappe ! prévint-elle en descendant les quelques marches devant le commissariat. On va chez toi et puisque t’es si gentil, tu m’offriras l’hospitalité !

- Pourquoi ça ne m’étonne pas ?! rit il, en s’approchant de la voiture, lui ouvrant la portière, l’invitant à s’installer sur le siège passager tandis qu’il prenait place sur la banquette arrière et que l’avocat se glissait derrière le volant, en direction de son appartement.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 18:21

Assise dans un fauteuil, recroquevillé sur elle-même, elle tourna la page du livre qu’elle tenait entre ses mains. Lui jetant un bref coup d’œil, elle s’attarda une seconde sur lui avant revenir au livre en secouant la tête. Elle soupira un bref instant. Elle n’avait pas hésité à lui venir en aide et maintenant, elle ne savait pas qu’elle attitude arborer avec lui. Endormi, elle savait que rien ne le réveillerait avant au moins une heure. Son regard se posant alors de nouveau sur Alex. Sa petite barbe de quelques jours, un tee shirt propre moulant, un jean qui tombait à merveilles sur ses hanches, elle connaissait chaque muscle parfait de son corps. Son visage était détendu. Elle remarqua qu’elle ne l’avait pas vu ainsi depuis longtemps, peut être jamais songea-t-elle. Elle secoua alors vigoureusement, refoulant ses pensées sur ce passé qui les liait tous les deux et sur lui particulièrement. Depuis quand était elle attaché à lui ? A lui qui depuis des années, elle s’évertuait à se tenait à distance ! Elle se leva soudainement et posa son livre sur le fauteuil. Son regard balayait la pièce principale. Il y avait encore des cartons ça et là de la pièce, un petite bibliothèque remplit à la fois de livres et d’œuvres cinématographiques connus du grand public.
Sur tout un pan de mur, était suspendu ce qu’elle comprit comme son trésor. Ses planches de surf. Il n’avait donc jamais arrêté, réalisa-t-elle, sa main glissant sur l’une d’elle. Il était si calme, inoffensif, comment la Police pouvait elle le suspecter. Elle n’avait pas le souvenir qu’il ait fait parler de lui à Silver Springs, hormis bien sur la faillite de l’entreprise de son père, mais il n’y était pour rien ! S’approchant de la baie vitrée, le soleil se couchait. La vue était superbe. L’appartement donnait à la fois sur la plage mais également sur le centre ville à deux pas. Comparé à son appartement, elle reconnaissait qu’Alex et elle n’avait pas les mêmes moyens financiers. Songeant à ceci, elle soupira. Elle avait rassuré Karine qu’elle reviendrait dans quelques jours, toutefois elle s’était abstenue de répondre à ses questions n’ayant pas encore abordé le sujet avec Alex. Se passant une main dans les cheveux, elle allait devoir appeler Carter, mais pour lui dire quoi ? Excuse-moi Chéri, je suis à Los Angeles et je rentre plus tard que prévu ? Un ami a des ennuis et je vais rester près de lui quelques temps pour l’aider à se remettre ?! Elle savait qu’il ne comprendrait pas. Elle la première, elle ne l’accepterait pas ! D’ailleurs pourquoi n’avait elle pas hésité à son coup de fil ? Secouant la tête à ses pensées des plus parasites, elle se retourna, plongeant son regard dans le sien au même instant. Il était réveillé et n’avait rien dit, il s’était contenté de l’observer. Elle détestait ça et elle ne s’était jamais gênée pour lui faire remarquer.

- C’est bon ! T’apprécie le spectacle ?! Lâcha-t-elle, énervée contre elle-même.

Il resta silencieux, ne la lâchant pas du regard. Il ne savait que peu de choses d’elle. Karine et Lucas avait été là pour lui rapporter quelques informations, mais jamais ils ne s’étaient étendus sur le sujet. Alex en était à la soulagé mais en même temps, il crevait de curiosité. Etre amoureux d’elle, le tuait à petit feu. Commençant à être connu du public, il ne pouvait pas refuser toutes les invitations aux soirées. Il devait se faire voir et être vu, même si ça ne lui plaisait pas. Se redressant lentement du canapé, encore ensommeillé, il articula d’une voix lointaine.

- Je ne pensais pas que je méritais une condamnation pour te regarder et me poser des questions… mais si je dois payer… et bien j’assumerais.

Elle le regarda, l’écoutant attentivement. Se poser des questions. Il se posait des questions sur elle ? Elle le connaissait si mal. Le peu qu’elle ne savait c’était les rumeurs de Silver Springs, les propos de Danny, qui l’avait surnommé le « rabat-joie », la discrétion de Karine et les silences de Lucas. Avec ça, difficile de connaître une personne même si elle a vécu à deux pâtés de maison de chez vous durant 17 ans. La première chose qu’elle remarqua, c’est qu’il ne regrettait rien. Après tout, il n’avait pas tort, il ne lui était pas interdit de la regarder ! Elle l’observa se lever lentement et son athlétique carrure vint la dominer de toute sa hauteur. Sous son tee shirt, elle devinait ses muscles saillant, bien dessiné qu’elle avait eu le loisir de caresser plus d’une fois. D’ailleurs combien de femmes avait eu ce privilège ? Elle secoua la tête. Ça n’était vraiment pas le moment de songer ça et d’ailleurs en quoi en avait-elle le droit ! Il était célibataire ou peut être une femme partageait elle sa vie, mais elle, elle n’avait pas le droit ! Elle était fiancée ! Elle soupira un instant baissant la tête, tandis qu’elle le sentait s’approcher d’elle. Sans lever la tête, elle s’entendit lui murmurer.

- Je suis désolée Alex…

A un mètre tout au plus d’elle, il sentait parfaitement qu’elle se reprochait des tas de choses. Il ne comprenait pas d’ailleurs. En réalité, elle restait un mystère pour lui et même s’il était curieux, il ne la forcerait jamais à se confier à lui. Il tenta pourtant de la réconforter même s’il doutait d’y parvenir.

- Je ne peux pas les accepter Rain.

- Quoi ?! Réagit-elle, levant les yeux vers lui.

- Je ne peux pas, commença-t-il calmement. Je t’ai appelé en pleine nuit, tu es venu me faire sortir de prison, tu as engagé un avocat pour me faire disculper… alors quand je t’entends t’excuser pour je ne sais pas… parce que tu t’énerves toute seule, je ne peux pas t’excuser ! Je te suis redevable, pas l’inverse-

Elle soupira, comprenant enfin où il venait en venir. Elle n’était pas de son avis évidemment mais jamais elle ne l’écouterait. Si depuis toutes ses années, elle ne savait pas qui était Alexander Evans, elle avait au moins conscience qu’il était plus têtu qu’elle ! Ce qui était peu dire !

- Je ne suis pas d’accord avec toi… mais puisque tu va me soutenir le contraire, je ne vois pas pourquoi je gaspillerais ma salive inutilement…

- Rain… souffla-t-il dans un murmure, sans la lâcher des yeux.

- Je déteste quand tu fais ça, secoua-t-elle la tête, en le fusillant du regard.

Il sourit doucement et s’approcha un peu plus d’elle. Il était incapable de lui résister. Ça avait toujours été le cas mais, elle ne l’avait jamais vu. Enfin sauf depuis sa rupture avec Danny, c’était la première fois qu’elle lui accordait un regard ou une attention particulière. Une chose lui apparaissait pourtant avec évidence. S’il voulait garder sa santé mentale, il devait rester à bonne distance d’elle, car l’attirance qu’il éprouvait pour elle ne cessait de s’accroitre.

- J’ai remarqué, vois tu…

- Tu devrais peut être songé à arrêter alors, persifla-t-elle, son agacement augmentant d’un cran, se détournant de lui.

- Je ne comprends pas, répliqua-t-il en la suivant du regard. Qu’est ce que je t’ai fait ? C’est ce qui s’est passé après la mort de Danny-

- Non… non, c’est rien de tout ça…

- Alors explique-moi, pourquoi tu me voues cette haine féroce-

- Je ne te déteste pas-

- Me voilà rassuré ! Mais encore ?

- Mais rien Alex ! Ça ne te concerne pas, laisse tomber !

- Tu crois que je vais « laisser tomber » ? Mima-t-il les guillemets avec ses doigts. Je reconnais que je ne suis pas l’expert en Rain Conrad, mais je fais des efforts au cas où tu n’aurais rien remarqué. Qu’est ce qui se passe ?

Elle le considéra. Même si elle était énervée contre elle-même, elle l’écoutait attentivement. Il semblait tenir à lui venir en aide. Mais qu’attendait-il d’elle ? Elle songea un bref instant que peut être, elle se faisait des idées et qu’il n’y avait de sens caché à sa proposition. Elle secoua la tête et le fixa une longue seconde.

- Tout va bien Alex… tu n’as rien fait. C’est moi. Je ne sais pas où j’en suis c’est tout… c’est pour ça que j’étais chez Karine.

- Tu étais chez Karine ? Elle est au courant pour-

- Pour toi ? Non, j’ai rien dit… tu savais que je ne dirais rien, c’est bien pour ça que tu m’as appelé non ?

- Oui… non… hésita-t-il. Je n’étais pas sûr que tu décrocherais ton téléphone ou que tu m’écouterais, donc encore moins que tu viennes et que tu engages un des meilleurs avocats de la ville.

- ça ressemble étrangement à des reproches-

- C’n’est pas le cas Rain…secoua-t-il la tête. C’est juste que… Tu es la seule qui ne m’a jamais posé de questions, tu m’acceptais tel que j’étais… et même si on n’a jamais été proches au point de se confier l’un à l’autre, une partie de moi savait que c’était toi que je devais appeler…

Elle détourna les yeux. Cette confession, elle ne savait comment l’interpréter. Jouait-il un jeu ? Voulait-il l’amadouer ? Tentait-il de la manipuler ? Ou bien pensait il vraiment tout ça ? Relevant les yeux vers lui, elle leva sa main à hauteur de son torse avant de finalement la laisser tomber le long de son corps.

- Je ne sais pas comment je dois interpréter tout ça, Alex, souffla-t-elle comme un aveu. Tu dois être le fantasme de plein de filles et c’est moi que tu appelles à l’aide, une ancienne camarade du lycée qui ne pouvait pas te supporter !

- Je t’ai appelé parce que j’ai confiance en toi… même si j’ai du mal à l’expliquer, ainsi que… notre relation…

- On n’a pas de relation Alex-

- Je savais que tu ne voudrais pas en parler-

- Waouh quelle perspicacité ! C’est flic que t’aurais dû faire ! Je suis sure que ça t’aurais aidé dans ta situation !

- Finalement, j’aurais du m’abstenir de t’appeler ! Lâcha-t-il, agacé.

Rivant son regard au sien, il savait que c’était méchant mais en l’occurrence, il ne savait pas quoi lui dire. Elle ne voudrait pas parler de ce qui s’était passé quelques jours plus tôt, et pourtant il avait besoin d’en parler. Toutefois, il se voyait mal avouer ça à Karine. Elle le fusillait du regard mais il s’en moquait. Il secoua alors la tête et disparut du salon alors que Rain restait figé, les bras ballants. Elle rejoignit alors la cuisine, elle devait s’occuper les mains pour éviter de trop réfléchir. Elle entreprit alors de préparer le dîner tandis qu’Alex venait de claquer la porte de sa chambre. La soirée s’annonçait chaleureuse et dénué de tensions ! Elle soupira et ouvrit la porte du frigo, se concentrant sur les aliments qui s’y trouvaient.

*.*.*.*.*.*.

*.*.*.*.*.*.

- Comment ça elle est partie ? partie où ? et quand ?!

- Elle t’appellera-

- Pourquoi tu m’as rien dit jusqu’à maintenant ?! T’es pas possible Lucas-

- Karine, laisse la respirer…

- C’était la première fois qu’elle quittait Washington sans aucun effort de ma part ! je sais qu’en ce moment… c’est pas la grande forme pour elle, alors permets moi de m’inquiéter quand ma meilleure amie se change en… en quelque chose qui me ressemble ! Rain n’est pas impulsive… alors ce forcément ce genre de détail ça éveille ma curiosité !

Il se pinça les lèvres et s’approchant lentement d’elle, il ajouta sans la quitter des yeux.

- Et si tu patientais un peu… Rain est adulte. Elle appellera. C’est quelqu’un de responsable et c’est ta meilleure amie… laisse lui un peu de temps.

Elle détourna les yeux et soupira. Elle détestait l’entendre dire ça. Et pourtant, elle savait qu’il n’y avait que ça à faire. Elle devait rester calme et ne pas s’inquiéter pour des broutilles. Fermant les yeux une seconde, elle sentit une main de Lucas, posé sur son ventre.

- Tu sais ce qui me ferait plaisir… lui chuchotta-t-il à l’oreille, se décalant dans son dos, l’entourant de ses bras. J’aimerais que tu te concentre sur moi-

- Sur toi ? demanda-t-elle, les yeux toujours fermés et souriant doucement.

- Oui sur moi… répétat-il. Aujourd’hui, il n’y a que nous deux… enfin deux et demi avec Carla Joséphine évidemment !

- Quelle horreur ! Je te promets que Charles Henry fera de tes nuits un vrai cauchemar d’ici quelques mois ! souffla-t-elle, s’adossant un peu plus à lui, rejetant sa tête dans son cou.

- D’accord, pas de Carla Joséphine, ni de Charles Henry… mais elle s’appellera pas Felicity, Patience ou Marguerite !

Calée dans ses bras, trouvant un peu de repos, elle rit de bon cœur à sa remarque puis réalisa simplement qu’elle n’avait pas eu une journée aussi reposante avec lui, depuis des semaines. Il était adorable dans tous les sens du terme. Bon, comme la majorité des hommes, il avait ses sales manies mais hormis ça, il était quasiment parfait. Il savait cuisiner, il passait l’aspirateur, faisait le ménage, il bricolait, envisageait de faire la chambre du bébé lui-même et lavait la vaisselle songea-t-elle, mais le plus étonnant c’était qu’il le faisait sans râler. Elle avait conscience que si jamais il la quittait, elle ne retrouverait jamais quelqu’un comme lui. Elle souriait presque bêtement dans ses bras. Elle était heureuse et épanouie. Elle n’avait ressentit tout ça. Enfant, son père décidait pour deux et elle n’avait pas d’autre choix que de suivre sans contester. S’opposer à lui avait été difficile mais elle ne regrettait rien. Aujourd’hui elle était heureuse et bientôt maman, même si elle angoissait à l’idée d’être mère. Un peu perdue dans ses pensées, elle ne l’entendait plus mais lorsqu’il murmura son prénom, elle revint à elle soudainement.

- Epouse moi, Karine.

- C’est toujours non Luke, répliqua-t-elle, faisant un pas, se détachant instinctivement de lui.

- Tu comptes pourtant bien un jour accepter ?

- Tu précipites tout. Tu sais que je t’aime… mais on n’a pas besoin d’être marié pour être heureux en couple-

- Tu sais bien que c’est pas uniquement pour ça-

- Je sais mais tes parents devront se faire à l’idée que je ne cèderais pas. Ils veulent que tout soit fait dans l’ordre, fiançailles, mariage, enfants… mais ça ne nous correspond pas Lucas.

- Il y a aussi le coté administratif-

- Tu agis comme ça pour qu’on soit protégés, qu’on ne manque de rien… mais pourquoi changer soudainement ? on est heureux, en bonne santé, équilibré… laisses les choses suivre son cours. Se marier ne changera rien pour moi, si ce n’est que je serais Mme Brady… j’ai pas besoin d’une bague pour savoir que je t’aime…

Elle était si convaincante, qu’il n’avait pas besoin de répondre. Près à se marier, il songeait qu’il l’était. Il allait être père, il devrait alors se faire à l’idée d’assumer une famille. Il n’était pas surprit qu’elle refuse une nouvelle fois sa demande en mariage. Il avait arrêté de les compter, il y a déjà bien longtemps. Elle était si sincère que dans ces moments précis, il ressentait une fierté à son égard. Elle ne se laissait pas marcher sur les pieds et ne disait pas noir, si elle pensait blanc. Croisant son regard, il se contenta de lui adresser un malicieux sourire et rajouta sans arrière pensée.

- Quand t’en aura marre, t’acceptera et je te passerais la bague au doigt, chérie !

Elle lui retourna un petit sourire tandis qu’il reprenait en douceur, se dirigeant vers l’entrée de la maison.

- Tu viens avec moi, j’ai envie de marcher…

Elle acquiesça de la tête et l’aida à enfiler une veste légère tandis qu’il sortait en pull. Instinctivement, sa main vint glisser dans la sienne et ils prirent la direction du parc. Ils avançaient d’un pas lent mais mesuré. Karine vint finalement se coller contre lui et se mirent à parler tout bas, tout en observant les gens autour d’eux.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 18:52

Elle n’avait pas eu le temps de réfléchir. Elle était là, entre ses bras alors qu’elle venait simplement lui dire que le repas était prêt. Elle ne s’était pas excuser pour autant de son comportement bien qu’elle savait qu’elle en avait le devoir. Trébuchant sur la petite marche à l’entrée de la pièce, la seconde plus tard, elle était entre ses bras. Ce regard si envoutant qu’il lui adressa lui fit perdre toute notion de la réalité. Sans plus réfléchir, elle s’était ruée sur ses lèvres, comme si elle savait que c’était inévitable. Ça l’était d’ailleurs, elle ne pouvait pas se mentir plus longtemps, elle avait envie de lui. Elle voulait ses mains sur son corps mais durant une seconde, elle songea qu’il la repousserait pour leur équilibre à tous les deux. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il la soulève de ses bras, la menant jusqu’à son lit où il l’allongea. Son regard ne quittait plus celui de Rain. Allongé sur elle, il ne voulait pas repousser ce moment. Il voulait qu’elle comprenne et qu’elle sache qu’il tenait à elle, malgré son engagement auprès de Carter. Ses lèvres effleurant à peine les sienne, il souffla tout bas alors que ses mains se glissait sous le léger pull de Rain.

- Quoiqu’il arrive, je ne te repousserais pas Rain. Ôte-toi, cette idée de la tête…

Il ne lui avait pas donné l’occasion de répondre et le seul son qui franchit les lèvres de Rain fut une longue plainte gémissante. Se cambrant sous lui, elle était, on en peut plus réceptive à ses caresses. Lui ôtant son pull, ses mains s’attardèrent sur son soutien gorge qu’il lui retira très vite. Ses lèvres glissèrent alors sur sa poitrine, attisant un peu plus ce désir violent qui l’envahissait. Incapable de lutter contre, les bras écartés, cramponné aux draps, elle rejetait sa tête en arrière, tout en soufflant le prénom d’Alex. Il la rendait dingue et fier de lui, il continuait à lui prodiguer ses caresses déstabilisantes.

Elle portait un pantalon slim noir très léger, moulant parfaitement ses formes parfaites. D’un geste rapide, il lui retira son pantalon et sa lingerie, tout en se débarrassant à son tour de ses propres vêtements. Il la torturait par ses baisers intenses, par ses mains caressant cette peau douce et chaude. L’avoir ainsi à sa merci l’excitait sans conteste mais il désirait la voir prendre part à leur étreinte. S’allongeant de nouveau sur elle, il fit glisser ses doigts entre les siens avant de plonger son regard dans le sien, chuchotant entre deux baisers malgré leurs souffles saccadés et les battements effrénés de leur cœur.

- Je veux plus qu’une nuit Rain…

Elle n’était pas sur de comprendre et pourtant, elle ne recula pas. Elle enroula ses jambes autour de ses hanches et l’embrassa furieusement, mettant le feu à tout son être. Elle le sentit la pénétrer brutalement et se mouvoir avec rapidité en elle. Il démolissait toute cette carapace qu’elle s’était construite. Ne cessant de la caresser, elle gémissait entre deux baisers passionnés. C’était peut être une pulsion mais il n’y croyait pas, parce qu’il ressentait ce besoin de l’avoir fréquemment près de lui, même s’il ne l’avait jamais clairement avoué. Elle murmurait son prénom entre deux souffles rapides. Elle ne résista plus et se cambra violemment sous lui, traversée par une puissante onde de plaisir. Il écoutait chacune de ses envies mais ne se stoppa pas, continuant à aller et venir en elle tandis qu’une seconde explosion la terrassait. Il voulait qu’elle soit sienne, complètement, uniquement à lui. Il voulait qu’elle ressente et qu’elle comprenne qu’il l’aimait elle et pas une autre. Sa main glissant dans le dos d’Alex, il leva les yeux vers elle alors qu’un sourire s’étirait sur le visage rincé de Rain. Il ne s’arrêta pas et, suivit quelques coups de reins supplémentaire, il succomba à son tour à ce fulgurant désir. On onde le traversant complètement, alors qu’il lui arrachait un furieux baiser. Toujours emmêlés, il ne voulait pas se détacher d’elle. Il savait pourtant qu’il devrait, sous peine qu’il serait sujet à une nouvelle vague de désir sous peu de temps.

Appuyé sur les coudes, son regard plongé dans le sien, il effleura légèrement ses lèvres, murmurant.

- Et après ça, tu retourneras auprès de ton cher petit fiancé…

- Alex…

- On n’a jamais parlé Rain… tu as toujours fuit pour éviter la discussion.

- On sait tous les deux que ça ne nous mènera nulle part.

- C’est ce que tu crois Rain… Même avec les années, ça n’a pas changé. Tu ne crois pas que ça mérite réflexion ?

- Non.

- Non ?! je crois que tu vas devoir m’expliquer parce que je ne te comprends pas, répliqua-t-il en roulant sur le coté.

Tournant la tête vers elle, il attendait qu’elle réponde mais elle s’obstinait à fixer le plafond, tentant vraisemblablement de chercher ses mots.

- Je… commença-t-elle. La vérité c’est qu’on ne tiendrait pas plus d’une semaine ensemble.

- Quand on commence en phrase par « la vérité », c’est que c’est un mensonge…

- Alex… soupira-t-elle. Je vais me marier-

- Et c’est maintenant que t’y pense ?

- Tu veux que je te dise ? Le fusilla-t-elle du regard. Je ne pourrais plus jamais me regarder dans une glace ! J’ai trahit mon fiancé ! Comment je suis censé pouvoir vivre avec un tel poids sur la conscience ?!

- J’n’en ai aucune idée… mais quelque chose me dit que t’y parviendra sans problème !

- Je ne suis pas amoureuse de toi, Alex-

- Je n’ai jamais prétendu ça !

- Je le sais mais…

- ça ne m’empêche pas de beaucoup tenir à toi, Rain. Tu tiens à n’être qu’une passade dans mon existence…

- J’ai pas dis ça, Alex.

- Tu le penses. Tu n’as pas besoin de le dire…

- parce que tu lis dans les pensées maintenant ?! Le fusilla-t-elle du regard.

- Crois ce que tu veux mais moi, je sais où j’en suis. Ce qui n’est pas ton cas, puisque tu trompes ton fiancé sans remords !

Furieuse qu’il s’adresse ainsi à elle, elle rongea son frein mais c’était trop ! D’un bond, elle sauta du lit et récupéra ses vêtements, se rhabillant à la va vite.

- C’est vrai je l’ai trompé… mais tu ne sais absolument rien de ce que je ressens ou traverse. Ça n’aurait jamais du se produire, tu le sais comme moi.

- Rain, la coupa-t-il.

Enfilant ses bottes, elle ne l’écoutait déjà plus et sortait de la chambre, passant par le salon où elle récupéra son sac à main. Elle lui en voulait comme jamais. Il la jugeait mais que savait-il de sa vie exactement ? Elle soupira en sentant son regard, se retournant elle ne gêna pas et le fusilla du regard.

- Je ne t’imposerais pas ma présence plus longtemps-

- Rain… ne part pas-

- Tu as été beaucoup trop loin ! Tu me juges Alex !!! Tu ne vaux pas mieux que Danny. Au moins avec lui, je savais à quoi m’en tenir ! mais avec toi… avec toi, c’est dix fois pire ! tu ne parles pas, tu fais comme si de rien était ! Et d’un seul coup, tu blesses cruellement la personne qui est près de toi en la jugeant, sans chercher à connaître la vérité !

Il déglutit difficilement. Avoir une discussion avec Rain avait toujours été très éprouvant pour lui. Il ne savait jamais sur quel pied danser. Il ressentait parfaitement sa colère. Devait-il essayer de la calmer ou alors la laisser partir comme elle le souhaitait ? Mais où irait-elle ? Rentrerait-elle à Silver Springs ou à Washington ? S’il la retenait, l’écouterait elle ?

- Danny n’a jamais été amoureux, il tenait à toi comme à un trophée ! Reste s’il te plait-

- On n’a plus rien à se dire… oublie moi, ainsi que mon téléphone, mon adresse… raye moi de ta vie définitivement Alex !

Ces mots le heurtèrent de plein fouet. Il baissa la tête. La rayer de sa vie. Il savait qu’il en serait incapable, il y avait trop. Il rêvait d’elle depuis des années. Aucune femme n’était parvenue à entrer dans sa vie et à partager son quotidien plus de deux jours. Rain l’obsédait à tel point, qu’il n’avait jamais discuté leur relation mais aujourd’hui tout changeait et il sentait qu’elle s’éloignait un peu plus à chaque minute.

- ça ne sera pas possible… souffla-t-il sans s’en rendre compte.

- Il le faudra… parce que je vais me marier.

- C’est ta décision. Je n’irais pas à l’encontre de ton choix, quel qu’il soit…

Il lui disait tenir à elle. Et là, il la laissait partir ? Elle ne comprenait pas tout. Se battre. Il ne comptait pas se battre pour elle, réalisa-t-elle. Cette pensée lui faisait mal en même temps qu’elle la soulageait. Comment pouvait-elle éprouver une telle attirance pour cet homme qui se fichait complètement d’elle.

- Dans ce cas, on n’a plus rien à se dire Alex. Adieu…

- Non Rain ! Non… Attends… la coupa-t-il, s’interposant entre elle et la porte. Je n’ai jamais été doué pour ça… je ne veux pas qu’on se sépare fâché-

- Tu veux soulager ta conscience ?! T’es mal barré Alex ! Avec moi, ça n’a jamais marché…

- Tu déteins sur Karine… échappa-t-il, cynique. Rain… je suis surement la dernière personne que tu écouteras mais… peut importe ce qui s’est passé ou se passera… je serais toujours là… pour toi. Finit-il en baissant la tête.

Il se dévoilait. A son goût, il en avait trop dit. Tenir à elle, était plus douloureux qu’une brulure au 3ème degré. Elle le tuait à petit feu. Il la voyait déjà retourner à Washington et près de Carter. Cette pensée le mettait hors de lui mais pour le bonheur de Rain, il le ferait. Elle méritait d’être aimé, heureuse, tout ce qu’il n’avait jamais été capable de lui apporter durant leur brève relation.

Elle le fixait. Sa remarque la touchait mais en même temps, elle ne pouvait s’empêcher de se demander ce que ça pouvait cacher. Il évitait nettement son regard et le contournant, elle formula à voix si basse, qu’elle n’était pas sure qu’il l’entendrait.

- Prends soin de toi… et évite de te faire de nouveau embarquer. Je ne reviendrais pas. Adieu Alex…

Ces derniers mots lui soulevèrent le cœur et pourtant, elle refermait la porte derrière elle. Le souffle court, elle sentait des larmes lui brûler les yeux tandis qu’elle dévalait les escaliers. Elle devait rentrer. Son cocon, elle irait chez Karine. Certes, elle comprendrait que ça tournerait pas rond mais Karine ne la harcèlerait pas de questions. Elle attendrait qu’elle soit prête même si elle doutait un jour de l’être. Elle culpabilisait. Coucher avec Alex était une grave erreur et elle ne pourrait jamais se le pardonner. Pouvait-elle le dire à Carter ? Non évidemment. Il y avait trop de choses en jeu et elle n’était pas assez forte pour affronter sa colère. Se passant une main rapide dans les cheveux, elle tenta de se calmer, marchant à un rythme effréné et irrégulier. Un point de coté, l’obligea à s’arrêter. Elle se rapprocha du mur et s’y adossa quelques minutes, le temps de reprendre ses esprits. Elle héla alors un taxi qui la mènerait à l’aéroport. Elle ne pouvait pas rester une minutes de plus dans cette ville. Elle revoyait son regard désespéré, et sa tentative pour la convaincre de rester. Elle secoua alors la tête et diverses images défilèrent tandis que le taxi roulait puis s’arrêtait avant de repartir et la déposer à l’aéroport. Elle se fit alors enregistrer et attendit son vol.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 18:59

*.*.*.*.*.*.

Elle avait l’option entre rentrer à son appart et aller se faire consoler chez sa meilleure amie. Se retrouver seule était la dernière de ses options. Toutefois, elle n’était pas prête à avouer ses péchés. Assise derrière son volant, de nouveau l’image d’Alex se dessina devant elle. Il la poursuivait jusqu’ici. Revoir Karine aurait des conséquences. Elle lui parlerait forcément d’Alex. La vie était mal faite, Karine était leur meilleure amie à tous les deux et elle la mettrait dans une situation compliquée si elle cessait de se taire. Elle posa son front sur le volant. Il n’y avait aucune échappatoire. Soupirant, elle se reprit et décida finalement de rejoindre la maison de son amie, même si elle lui ferait vivre un enfer. Elle avait besoin d’une épaule et de sa meilleure amie.

Lorsque Lucas lui ouvrit la porte, il grimaça légèrement lui soufflant que Karine lui en voulait un peu. Elle n’en attendait pas moins de sa part. Surtout qu’elle ne savait rien, songea-t-elle. D’ailleurs, elle n’avait encore aucune idée si oui ou non, elle devait lui dire la vérité sur sa relation avec Alex. Elle fit un léger signe de tête à Lucas, se pinçant les lèvres avant d’apercevoir Karine assise en tailleur sur le canapé, un tas de copies dans les mains qu’elle corrigeait d’un geste énergique, trahissant sa nervosité. S’apercevant qu’on la dévisageait, Karine releva la tête et croisa le regard de Rain. Elle ne la lâchait pas des yeux. Karine était têtue et Rain ne cédait que rarement, ce qui n’arrangerait surement rien à la situation. Rain baissa finalement les yeux et s’approcha de son amie.

- Je sais que tu m’en veux, tu as raison… et je n’aurais pas du partir.

- Je ne me contenterais pas d’excuses…

- Je me suis mit dans le pétrin Karine… un monstrueux pétrin… souffla-t-elle en se laissant tombé à coté de son amie.

Karine posa son stylo et déposa ses copies sur la table basse avant de se tourner vers Karine tandis que Lucas lui fit signe qu’il sortait.

- Qu’est ce que tu veux dire ? T’as tué quelqu’un ?!

Rain leva les yeux au ciel. C’était bien le genre de Karine de faire ce genre de remarques.

- Non… le soir où je suis partie, commença-t-elle, c’est parce qu’Alex m’a appelé.

- Alex ?! Notre Alex ? T’es allé à Los Angeles ?

- Il était en cellule-

- Quoi ?!

- C’est une longue histoire-

- On a tout le temps. Raconte !

Elle ne devrait pourtant pas être étonnée. Karine était avant tout responsable et curieuse. Elle aurait du se douter qu’elle ne se contenterait pas de ses vagues explications.

- Il a été arrêté pour détournements de fond. J’ai fait payer sa caution et engagé un avocat… la police a trouvé une grosse somme d’argent dans son appartement, dans une cachette. Apparemment ça appartiendrait à l’ancien locataire…

- Et Alex, comment il va ?

- ça va… enfin je pense-

- tu penses ?

- Karine, je ne vais pas te l’apprendre… on ne sait jamais comment va Alex ?! Il se renferme sur lui, dès qu’il est touché.

- Il aurait pu nous appeler-

- Il ne voulait pas t’inquiéter… toi et le bébé. Il savait qu’en appelant Lucas, il te dirait tout…

Karine soupira, elle détestait tout ça. Rain qui était torturé, Alex silencieux.

- Okay… mais je crois savoir que tu as un problème, appuya-t-elle sur le « tu ».

Rain fixa Karine une longue seconde, ne sachant pas si elle devait lui dire.

- Je sais plus où j’en suis avec Carter…

- Tu sais ce que je pense de lui. Il ne te mérite pas. Je l’accepte parce que tu l’aimes… mais je suis persuadé qu’il n’est pas fait pour toi-

- Karine…

- Oui, je sais mais je ne vais pas te mentir.

- Non, j’ai trop besoin de toi… mais tu vois… avec Alex… on a…

- Quoi ? Qu’est ce qu’il a dit ?

- On a couché ensemble, avoua-t-elle, finalement, croisant le regard à la fois surprit, amusé et rayonnant de Karine.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:01

Chapitre 8 : Questions, décisions et révélations.


Deux mois plus tard,

Rain était dans la chambre, encore en peignoir alors que l’heure de la cérémonie avançait. Elle entendait du bruit en bas. L’heure était proche et c’était également l’heure où ses pensées étaient parasitées par une seule et même personne ! Fermant les yeux, elle respira lentement avant de poser son regard sur sa bague de fiançailles. Avait-elle raison ? Son choix était il le bon ? ne le regretterait elle pas ? Perdue dans ses pensées elle sursauta violemment et porta une main à son cœur lorsque la voix de Karine lui parvint aux oreilles

- Tu devrais te presser un peu…

- C’n’est pas toi qui te marie ! Bougonna-t-elle.

- Ah bah ça… y’a aucun doute ! Je ne pourrais jamais enfiler ta robe avec ta taille de mannequin ! répliqua-t-elle avec un sourire.

A travers le miroir posé sur le bureau, Rain observa Karine s’approcher dans son dos. Leurs regards se soudèrent et Karine posa ses mains sur ses épaules.

- Rain… c’est pas le jour où tu dois hésiter…

- Alex… il est en bas ?

Karine n’était pas dupe. Ces derniers jours, où la préparation du mariage avait redoublé, elle avait remarqué que son amie était absente. Elles n’avaient évoqué le voyage de Rain à Los Angeles qu’une seule et unique fois. Mais Karine avait comprit même si Rain avait fait son choix. Elle secoua la tête, l’avertissant qu’il n’était pas là. Elle la vit alors soupirer. Karine hésita à lui parler durant une longue seconde. Rain la connaissait et un seul regard suffit à Karine pour qu’elle se jette à l’eau.

- Si tu hésites… si tu penses te tromper ou… que tu penses à quelqu’un d’autre… il est encore temps d’annuler.

- Il t’a dit qu’il venait, non ?

- Tu vas pas aimer ce que je vais te dire.

- Tu me ferais l’honneur de garder ça pour toi ?! Ironisa-t-elle.

- Non. Tu es incapable de le supporter parce que tu l’aimes depuis toujours…

- Je crois-

- Laisses-moi finir. Vous avez couché ensemble parce que vous êtes persuadé qu’après ça, vous seriez incapable de vous entendre… mais c’est tout le contraire. Vous êtes aussi malheureux l’un que l’autre mais incapable de le reconnaître.

- On n’arrive pas à se parler… et on a eu une grosse dispute quand je suis partie…

- Mais ça ne l’empêche pas de s’inquiéter pour toi.

- Il t’a dit quelque chose ?

- Non. Il ne parle jamais de toi… enfin pas avec moi. Je sais qu’avec Lucas, ils abordent le sujet-

- Mais Lucas, il te l’a bien dit non ?

- Vous pensez tous le connaître. Lucas est l’homme le plus loyal que je connaisse. Il ne révèlera jamais aucun secret, même à moi. Pour être honnête, je ne chercherais même pas à ce qu’il m’en parle.

- Lucas était déjà un garçon génial. A ton contact, il a mûrit et est devenus quelqu’un de droit et responsable…Vous êtes destinés l’un à l’autre-

Karine rit doucement à ses remarque et la coupa sans la quitter des yeux.

- Il m’a demandé en mariage… à plusieurs reprises, finit-elle tout bas.

- Quoi ? S’étonna Rain, se retournant et fixant la futur maman, perdue dans ses pensées. Mais qu’est ce que tu lui as dit-

- Il veut qu’on suive la généralité et qu’on se marie avant mon accouchement… je suis contre. Les traditions sont une chose mais ça ne me correspond pas… on est heureux en couple. Pourquoi précipiter les choses ?… En acceptant cette grossesse, on s’est engagé l’un envers l’autre. J’ai pas besoin de porter son nom pour savoir que je l’aime…

- J’n’en reviens pas. Tu lui as dit non-

- Oui, à chaque fois…

- Chaque fois ? Combien ?

- 5 fois…

- 5 fois ?!! Pince-moi ! Non mais je rêve ! Tu as refusé 5 fois de l’épouser !

- Rain-

- T’es incroyable ! Tu peux dire de moi mais toi… tu refuses de te marier avec l’homme de ta vie ! T’es la fille la plus illogique que je connaisse ! fit-elle en levant les yeux au ciel.

- C’est de toi qu’on parlait, pas de moi…

- Oui c’est ça, change de sujet… mais je n’oublierais pas-

- Tu devrais songer à enfiler ta robe… souffla-t-elle, abrégeant leur conversation.

A travers le miroir, elle lança un long regard à Karine qui ne broncha pas et qui s’éclipsa. C’était le moment où elle devait prendre une décision. Epouser Carter avec qui elle aura une vie banale et routinière ou rejoindre Alex et essayer d’arranger les choses, puis voir ce qu’il en est de leur relation ? Elle n’arrivait pas à faire la part des choses entre eux deux. Attrapant le bloc et un stylo dans un des tiroirs du bureau, elle commença à griffonner tandis que les minutes s’égrenaient avant le début de la cérémonie.

*.*.*.*.*.*.

Elle était devant la porte. Elle n’aimait pas ça du tout. Elle la connaissait et il se tramait quelque chose. Ne pas y songer était se leurrer. Rain n’avait pourtant rien dit mais Karine ne pouvait s’empêcher d’y songer. Chassant cette idée de sa tête, elle descendit les escaliers. En bas de ceux-ci, elle aperçut Lucas, non loin de Carter. Ce type, elle ne l’appréciait pas et ne s’y faisait pas. Elle était aimable avec lui, par respect pour Rain mais ça s’arrêtait là.
S’approchant de Lucas, elle fit glisser une main dans son dos. Il se retourna alors et sourit en la voyant. Carter ne tarda pas à s’éclipser et Karine haussa les sourcils.

- C’est moi qui le fais fuir ?

- Je crois qu’il ne te porte pas dans son cœur…

- Au moins, lui et moi, on est d’accord sur quelque chose… Alex est dans le coin ou…

- Tu sais… je crois que tu devrais te faire à l’idée que Rain va se marier avec Car-

- J’en suis pas si sure. J’ai vu son regard… et la première chose qu’elle m’a demandé c’est si Alex était là ? Pas Carter ! Alex… pour moi c’est très clair.

Lucas secoua la tête. Lorsque Karine avait une idée en tête, rien ne pouvait l’arrêter. Il ne savait pas comment agir dans ses moments. Avec les années, il avait comprit qu’il devait faire confiance à l’instinct de Karine mais là tout se compliquait. On parlait d’un mariage et de deux personnes qui se promettait de s’aimer éternellement. La situation le dérangeait. Son bras autour de la taille de Karine, il était dubitatif et si elle se trompait cette fois ? après tout ça peut arriver. Et Alex où était il passé ?

- Elle t’a peut être demandé ça… pour s’assurer qu’Alex ne viendrait pas troubler la cérémonie.

- Non. Elle l’aurait formulé plus subtilement… Luke, tu la connais. Il y a une raison à ses questions… et je sais exactement que sa concerne sa relation avec Alex. Il y a quelque chose que je dois savoir sur eux ?

- Quoi ?! S’étonna Lucas. Non Karine. Tu ne peux pas me demander ça.

- Bon d’accord… mais il est ici… à Silver Springs ?

- Oui… Je l’ai aperçus tout à l’heure mais c’est tout.

- Bon… dans ce cas, soit je le trouve et je lui parle… soit la cérémonie va commencer-

- Tout se passera comme à la répétition.

- Je ne voudrais pas te décevoir, mais je n’y crois pas une seule seconde…

Elle était sur d’elle. Tous ces détails lui apparaissaient trop évidents. Elle était les seuls à les voir et à les accepter. Parler à Alex était risqué. Rentrer dans un mur serait moins douloureux songea-t-elle. Elle soupira et leva les yeux vers Lucas qui posait sur elle un regard tendre.

- Ok, j’arrête. J’abandonne… mais si j’ai raison, tu devras le reconnaître et tu seras de corvée de vaisselle pour toute la semaine l’avertit-elle.

Il rit naturellement. C’était tout à fait elle. Rien n’était banal dans leur vie. Il y avait toujours ces petits détails qui faisaient la différence. C’était en partie pour ça, qu’il aimait tant sa présence. Elle égayait sa journée par ses petits défis, ses remarques et son sens du travail. Son bras autour de sa taille, il se pencha vers elle, l’embrassant aux coins des lèvres. Elle était adorable même quand elle partait en mission pour relever un défi !

*.*.*.*.*.*.

Il ne comptait pas venir. Ça, il se l’était dit au moins un bon millier de fois et pourtant vêtu un costume noir accompagné d’une chemise blanche, il déambulait entre les invités. Il tenait juste à s’assurer qu’elle ne ferait rien pour lui. Elle avait été claire et lui, il avait accepté. Elle se marierait et redeviendrait ses inconnus l’un pour l’autre. La voir, juste une seule fois, il ne l’avouerait pas même s’il en crevait de pouvoir la regarder dans sa robe blanche, qui il était sur, devait lui aller à merveilles. Il avait entraperçu Karine mais s’était très vite éclipser. Lucas avait du lui dire qu’il l’avait aperçu. Il adorait Lucas et ne doutait pas de lui mais Karine était capable de lui tirer les vers du nez et lui faire dire des tas de choses sans qu’il ait l’impression de parler. Elle était sacrément futé, et c’était bien la raison pour laquelle, il n’avait pas parlé à Lucas en arrivant ici. A quelques mètres d’un buisson, l’heure tournait. La cérémonie se déroulait dans le parc de la maison de famille de Carter, qui habitait au nord de Silver Spring. Il apercevait Carter près de l’autel improvisé à coté du prêtre, des centaines de personnes assises de chaque coté des allées fleuries, dont Lucas au premier rang, puis au bout de l’allée Karine. Il la voyait grimacer de temps à autre. Chez elle c’était un signe et ça ne l’encourageait pas. Elle jetait sans cesse des coups d’œil derrière elle quand il l’aperçu faire demi tour dans la maison. Cette fois il en était certain, Rain avait fait quelque chose. La seule chose à laquelle il songea, était qu’il espérait qu’elle n’avait rien commis d’irrémédiable en attentant à sa vie. Quelle idée ! Pourquoi pensait-il ça ?! Elle allait bien, et n’avait aucune raison de mettre sa vie en danger. Il se passa une main dans les cheveux, comment savoir ce qu’elle avait fait ? Pouvait-il se pointer à coté de Karine et lui demander des explications ? Il n’avait guère le choix cependant…

Longeant les arbustes, il rentra à son tour dans la maison et se rendit au premier, s’engouffrant par la porte non verrouillé, qu’il referma derrière lui, ce qui fit sursauter la future maman.

- Désolé… je ne voulais pas t’effrayer. Ça va ? demanda-t-il, hésitant.

- Comment veux-tu que ça aille, crétin ! Elle est partie ! C’était à prévoir ! Et je l’avais dit mais si vous m’aviez écouté, ça ne serait pas arrivé-

- Hé calme-toi, okay… Elle ne doit pas être loin. Une femme en robe de mariée, ça se remarque…

- Ouais, lâcha-t-elle, amère.

Il voyait bien qu’elle avait une dent contre lui mais était ce le moment d’aborder le sujet ? Il en doutait sérieusement. Le plus important était de retrouver Rain.

- Tu sais où elle a pu aller ?

- Tu la connais comme moi, je te rappelle !

- Je me passerais bien de ce genre de remarque !

- T’as qu’à t’en prendre à toi-même ! Si tu avais osé, ça serait pas avec cette andouille qu’elle serait fiancée !

- Bon… soupira-t-il. T’as finit ?

- Non ! Mais pour l’instant, je dois aller prévenir le fiancé… et avertir le reste des invités.

- okay… je t’appelle plus tard. Je vais voir si j’arrive… à avoir des nouvelles…

Elle leva les yeux au ciel. Son inquiétude, elle l’avait remarqué sur ses traits tirés. Il semblait ne pas avoir dormit depuis plusieurs jours et pourtant il était là. Elle n’avait pas été aimable mais elle s’en fichait. C’était son meilleur ami, elle savait qu’il passerait l’éponge. Elle redescendit alors dans le parc tandis qu’Alex prenait dans ses mains la lettre que Rain avait adressé à Karine et Carter.

Karine,

Tu es ma meilleure amie, celle qui m’a toujours écouté, même quand on se disputait. Tu me comprend mieux que personne et je ne te demande pas de comprendre mon geste. Ça serait ridicule. Tu as toujours voulu le meilleur pour moi, on s’est toujours mutuellement protégé. Il y a 6 ans, je ne savais que je te rencontrerais mais aujourd’hui tu es mon édifice. Quoi qu’il arrive dans ma vie, tu es là. La seule personne de mon passé sur qui je peux m’appuyer. Tu m’as toujours dit ce que tu pensais, ta franchise et ta loyauté m’ont fait réalisé que la vie n’était pas faite que d’hypocrite sans remords. Grâce à toi, j’ai pu avancer après la mort de Danny. Tu es la seule à avoir comprit mon malaise mais tu ne m’as rien demandé, tu as simplement été là. On n’a pas toujours été d’accord mais aujourd’hui, j’ai conscience que tu avais raison sur toute la ligne. Ma vie est ailleurs… loin de Silver Spring et de Washington. Prend soin de tout le monde et fait attention à ma filleule…

Je t’aime Karine,

Carter,

Tu as surement fait ce qui t’as toujours semblé juste et bon pour notre couple. Toutefois tu m’as fait du mal. Je ne dis pas que je pardonne. Ça serait beaucoup trop facile mais aujourd’hui alors que j’enfilais ma robe, je réalisais que c’était une erreur. Je me mens depuis des années. Je croyais que ce qu’on partageait était de l’amour. La vérité c’est que j’avais de l’affection pour toi. je ne voulais pas te faire de mal, comme j’ai pu le faire avec quelqu’un de mon passé mais je réalise mon erreur. On ne peut pas rester ensemble par peur du mal qu’on peut faire. Je dois vivre ma vie.
Je suis désolée Carter mais je ne reviendrais pas. Il n’y aura pas de mariage, ni fiançaille. Pour toi et moi, il n’y aura pas de relation possible. Ce que tu m’as fait endurer est inconcevable pour un femme, même si elle aime l’homme avec lequel elle vit. Je ne suis pas celle qu’il te faut. Personne ne m’a jamais façonné, toi tu as essayé et la seule chose que tu récolte, c’est ma fuite. Je ne demande pas le pardon, parce que tu ne l’accepterait pas mais je tenais à ce que tu saches que même si ce mariage n’avait pas eu lieu, je tenais à toi… à ma façon.
Je suis persuadé qu’une femme te comblera un jour alors ne regrette pas ce qui s’est passé aujourd’hui et tourne la page sur moi.

Au revoir,
Je t’embrasse,

Rain.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:02

Fronçant les sourcils, il reposa la lettre sur le bureau. Ça ne lui ressemblait pas. Rain n’était pas du genre à fuir, surtout un jour comme celui-ci. Elle était responsable et avait la tête pour les épaules, pourquoi réagissait-elle ainsi ? Il se gratta la tête. Il était à quelques kilomètres de Silver Spring. Rain pouvait être n’importe où, elle connaissait le coin comme sa poche. Ils avaient tous grandit là. Il n’était pas dupe et savait que quoi qu’elle en dise, Karine la chercherait. Il soupira, il devait la trouver avant Karine et lui parler. Il devait mettre un terme à ce qui se passait, pour sa propre santé mental mais aussi pour celle de Rain. S’il voulait pouvoir avancer, il n’avait d’autre choix. Il devait à tout prix avoir une conversation avec elle.
Il fit alors un tour sur lui-même et commença à observer la chambre. Elle était traditionnelle. Rain n’avait rien laissé trainer. Son sac n’était pas là, tout comme son portable. Sa robe avait également disparut, détail qui l’aiderait surement à la retouver songea-t-il. Balayant une fois de plus la chambre du regard, il sentit une présence et se retourna. Il déglutit en croisant ce regard. Ce mec avait le don de le mettre hors de lui. Cette arrogance dans son regard, cette façon qu’il dénigrait tout le monde. Il se croyait supérieur et l’utilisait sur tout le monde. Comment Rain pouvait aimer ce type ?! Il secoua la tête et le fusillant du regard, il s’avança vers le pas de la porte mais Carter le coupa, alors qu’il s’apprêtait à ajouter quelque chose.

- Tout ça c’est de votre faute !

A vrai dire, il se doutait qu’il n’allait pas être aimable avec lui, mais de là à ce que ça soit de sa faute, c’était éxagéré.

- Rain savait ce qui l’attendait en vous épousant… aujourd’hui, elle a juste eu le cran de passer ce cap qui la terrifiait. Vous êtes le seul responsable de sa fuite.

Il avait encore du mal à réaliser. Ce calme, cet apaisement qui l’envahissait, il ne l’avait pas ressentit depuis des années. Bizarrement, il n’était pas inquiet pour Rain. Elle était partie de son plein gré parce qu’elle était malheureuse avec lui et jamais Rain n’aurait agit sur un coup de tête. Ça devait faire des jours qu’elle réfléchissait à comment se sortir de cette situation et la fuite était sa seule option, réalisa-t-il. Il ne jeta pas un seul regard à Carter et quitta cette maison.
Roulant sur la nationale, Silver Spring se dressait devant lui à moins de 5 kilomètres. Trouver Rain allait se compliquer. Elle ne serait pas partit pour un autre état. Elle avait besoin de se retrouver et Silver était sa maison. Toutefois, comme la plupart des enfants ayant grandit dans cette ville, elle pouvait être n’importe où. De la plage, aux criques, à la fête foraine, la patinoire, le zoo, le stade, les places du centre ville, les nombreux parcs, il allait lui être difficile de retrouver sa trace. Réfléchissant, il songea que l’élément déclencheur n’était peut être pas Carter. Elle devait avoir eu des problèmes avec lui mais en y réfléchissant bien, Rain avait changé du tout au tout après la mort de Danny. Se pinçant l’arête du nez, cette histoire devenait insupportable. Si Danny était le problème, il y avait bien trop d’endroit où Rain pouvait se cacher. Il y avait une multitude de choix et il ne savait par où commencer. La plage ? Serait-elle passée chez lui ? Sans vraiment y croire, il s’y rendit. Il fallait qu’il soit le premier à la retrouver.

*.*.*.*.*.*.

Passant la porte de la maison, son premier geste fut d’ôter ses chaussures. Le gémissement qui s’en suivit en dit long sur l’état de ses pieds et de son soulagement. Lucas refermait la porte, desserrant sa cravate avant d’ôter sa veste. Il la suivait du regard. C’était devenu plus fort que lui. Depuis le début de sa grossesse, il ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour eux deux.

Se laissant tomber sur le canapé, elle soupira. La fuite de Rain l’agaçait mais elle préférait attendre qu’Alex l’appelle avant de prévenir les autorités, qui ne pourrait lancer un avis de recherches avant plusieurs heures, voir même pas du tout.
Le bras rabattu sur le visage, elle sentit l’after shave de Lucas se rapprocher. Lui relevant les jambes, il s’assit au bout du canapé et commença à lui masser les pieds. Il était un génie ! Même si au début ça chatouillait, il savait s’y prendre. Elle ne mit pas longtemps avant de soupirer sous sa délicatesse et son doigté parfait. Il restait silencieux et attendait qu’elle se lâche. Car il la connaissait, ses remarques sur Rain finiraient forcément par sortir, il suffisait juste d’être un peu patient. Il fut néanmoins surprit par son besoin de tendresse. Généralement, elle s’énervait puis passait à autre chose mais là, le fait qu’elle soit si tendre, le décontenançait un peu.

Lui tendant sa main, il se figea durant une seconde avant qu’elle lui murmure d’une voix qu’il perçut à peine.

- Viens…

Glissant ses doigts entre les siens, il étira son corps et vint s’allonger dans son dos. Se blottissant dans ses bras, il posa leurs mains sur son ventre puis l’embrassa dans le cou.

- Fatiguée, ma puce ?

- Pas vraiment…

- Tu ne devrais pas autant t’inquiéter pour-

- Tu crois qu’il va lui dire ? le coupa-t-elle.

- Lui dire qu’il aime, idiot ! tu suis rien ma parole !

- Ah… Franchement, je doute qu’il le fasse maintenant.

- Il devrait-

- Elle vient juste de rompre ses fiançailles… je doute que ça soit le moment adéquat pour eux de se retrouver.

- Tu as peut être raison… mais j’aimerais tellement que tous les deux…

- Avec eux, faut être patient… tu les connais.

- Mouais…

Elle n’était pas convaincue et il l’avait remarqué. Tendrement, il dégagea les cheveux glissé dans le cou de Karine et murmura contre sa peau.

- J’ai attendu ce moment toute la journée…

Elle sourit doucement, se retournant sur le dos et portant une main à sa joue. Il trouvait toujours le moyen de l’étonner et de l’émouvoir sans qu’elle s’y attende. Plongeant son regard dans le sien, elle chuchota en caressant sa joue.

- Tu as attendu quoi ? le moment ou tu me peloterais ?

- Comme si ça te déplairais… sourit il tendrement. Mais je reconnais plutôt que j’attendais le moment où j’allais pouvoir te tenir dans mes bras, je respirerais ton parfum où je te dirais que je t’aime toi et notre bébé… souffla-t-il, déposant quelques baisers sur son visage. Repose-toi un peu chérie…

- C’est un ordre ?

- ça pourrait le devenir… sourit il, en l’observant fermer les yeux.

L’embrassant sur le front, il posa sa main sur son ventre et ressentit alors l’agitation à l’intérieur, il sourit alors lentement sentant les coups se calmer sous ses doigts. Il avait besoin de ses moments. Il ne pouvait pas être proche autrement de son enfant que de cette façon. Il voulait la voir se reposer et dormir un peu. Les cernes sous ses yeux lui prouvaient qu’elle en avait besoin et qu’elle ne se reposait pas suffisamment. Il savait également qu’elle s’inquiétait trop pour son entourage. Il resta alors à l’observer s’endormir et caressant son ventre sans s’en lasser.

*.*.*.*.*.*.

Il commençait à perdre patience. Il avait parcourut toute la ville et les endroits susceptibles où elle pourrait se cacher. Les hôtels en premier lieu, les parcs, les squares, les monuments, les cinémas, le stade et même le cimetière. Bon, il y était allé à reculons, il le reconnaissait mais il s’était promit de la retrouver. Il se trouvait dans une impasse. Conscient, il savait qu’elle pouvait se planquer n’importe où. Elle n’était pas sur la plage non plus, il commençait à être à court d’idées. Il se remémora alors certaines rencontres entre lui, Rain et Danny. Son ami était parfois évasif et silencieux. Il était bien placé pour connaître les détails de la vie familiale de Danny. Il tenta de chercher où celui-ci se serait caché s’il ne voulait pas être trouvé. Une idée lui traversa alors l’esprit…

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:04

Au beau milieu d’un champ à quelques pas d’un cèdre centenaire, elle se tenait debout, les bras croisés sur la poitrine, la tête levée vers le ciel. Encore vêtue de sa robe, elle n’avait même pas songer à se changer avant de partir. Karine serait déçue et Carter lui en voudrait. Elle y mettrait sa main à couper. Le mariage, la cérémonie elle n’y pensait pas. Cet endroit, elle y était venue une seule et unique fois. La sérénité de ce lieu l’avait à la fois surprise et détendue, voilà pourquoi elle était en ce lieu aujourd’hui. Personne ne songerait à venir ici ou du moins, c’est ce qu’elle espérait. Elle ne voulait pas voir quelqu’un débarquer et lui demander des comptes sur sa fuite et ses actions.

Elle se remémorait la fois où elle était venue ici. C’était après une dispute entre Danny et ses parents. A la fin de la journée de cours, il lui avait alors parlé de leur dispute et il l’avait emmené ici. Touchée, elle l’avait été. Jamais il ne s’était ouvert ainsi à elle mais la suite des évènements lui fit revenir sur terre. Secouant la tête, elle fit quelques pas puis se retournant, son regard se riva alors à celui qui était face à elle et qui l’observait en silence. Elle déglutit péniblement. Leur dernière conversation avait été rude mais il était là, en smoking qui plus est.

- Tu es venu finalement… souffla-t-elle, plantant son regard dans le sien.

- Je t’ai toujours dit que je serais présent le jour de ton mariage…

Secouant la tête, elle gloussa tandis qu’elle trouvait la situation ironique. Elle était en robe de mariée face à l’homme qui la hantait et qui l’obligeait à tout remettre en question. Il était à quelques mètres d’elle et ne semblait pas être présent pour la faire changer d’avis.

- Tu n’as aucune obligation d’être ici-

- Rain… s’il te plait. Pas aujourd’hui.

- Je ne rentrerais pas-

- Si Carter s’inquiétait réellement, il aurait commencé par te chercher… et j’aurais été le dernier à l’aider.

Il avait toujours été franc avec elle. Jamais, il ne lui avait fait croire au compte de fée ou qu’il serait toujours là pour elle. Il ne lui avait jamais dit mais il aurait voulu le faire. Toutefois leur histoire étant ce qu’elle était, il ne pouvait lui confier ce genre de chose. Elle le fixait toujours et il s’étonnait de son silence.

- Qu’est ce que tu sous entends ? Qu’il ne m’aime pas ? Je crois que tu n’est pas concerné par tout ça et-

- La vérité sur lui, tu la connais mais tu es une poule mouillée Rain ! Tu as tellement peur d’affronter la vie que tu préfères te contenter de médiocrités alors qu’une personne n’attend qu’un signe de toi…

Il regrettait déjà ses mots. Elle finirait par comprendre et même s’il n’avait pas clairement prononcé ses sentiments, ceux devenait aussi clair que de l’eau de roche.

- Tu es qui pour me juger Alex ?! Depuis quand tu te permets de pénétrer mon intimité et être si méchant ?!

- Pense ce que tu veux de moi. Je m’en fous. Mais un jour tu te réveilleras et tu comprendras que tu as tout perdu. Le bonheur tu l’as à porté de main mais par orgueil, tu refuse d’ouvrir les yeux et de faire ce geste !

Depuis quand la connaissait il ainsi ? Elle n’avait aucun souvenir qu’ils aient eu une telle discussion un jour. Elle avait toujours eu horreur de se disputer avec lui et pourtant elle ne lui avait jamais dit. De quoi avait-elle peur ? Qu’il lui brise le cœur ? De ne jamais avoir le courage de lui avouer qu’elle agissait ainsi uniquement pour ne pas souffrir ? Elle était consciente que peu à peu, il ébranlait ses défenses mais elle ne pouvait pas l’aimer ou même ressentir de l’affection pour lui, c’était trop. Trop dur, trop de souffrance. Elle secoua la tête et se détourna de lui. Son regard posé sur l’horizon, elle le sentait toujours dans son dos. Il ne la laisserait pas faire et elle venait de le comprendre. Comment ça pouvait lui arriver à elle ? et maintenant qui plus est.

- Je voudrais rester seule-

- Tu peux rayer cette idée de ton esprit. Tu ne resteras pas seule ici. D’ailleurs as-tu une idée de l’endroit où tu es ?

- Bon sang Alex-

- Réponds à ma question. Sais tu à qui appartient cet endroit et comment il s’appelle ?

- C’est un parc…

- Le Jesup Blair Park… ajouta Alex. Le cèdre délimite la frontière entre le parc qui appartient à la ville et la propriété des Collins… On est chez Danny. Un peu plus loin, un souterrain mène jusqu’à la maison.

- Quoi ? comment tu sais tout ça ?

- C’est par là qu’il sortait en douce de chez lui. Il a découvert ce tunnel, quand il avait 7 ou 8 ans…

- C’est comme ça que tu m’as trouvé… Danny.

- Je ne savais pas…que tu connaissais cet endroit.

- Danny m’y avait emmené une fois… c’était au tout début… souffla-t-elle se tournant vers lui.

Elle éprouvait encore du mal à parler de lui. Levant les yeux vers lui, elle y découvrit son trouble. Elle ne l’avait jamais vu en costume mais maintenant qu’elle l’avait en smoking face à elle, elle réalisa combien il le portait avec classe. Elle déglutit péniblement et s’approcha finalement de lui, sentant ses forces l’abandonner face à lui.

- Je pouvais pas… je pouvais pas continuer… murmura-t-elle alors qu’un sanglot naissait dans sa gorge.

Elle retenait difficilement ses larmes. Elle ne comprenait pas comment elle pouvait craquer face à lui. Elle avait pourtant fait le nécessaire pour rester forte mais le sentir si fort, si solide la déstabilisait. Elle ressentait alors la douceur de ses bras comme s’ils étaient faits pour elle. Posant sa tête contre son torse, elle s’enivrait de son parfum et écoutait les battement affolé de son cœur. Ses mains en bas de ses reins, il la sentit trembler dans ses bras tandis qu’il murmurait.

- Tu as écouté ton cœur… tu ne pouvais pas faire un meilleur choix, aussi dur soit il à faire…

Il baissa les yeux vers elle alors qu’il s’apercevait qu’elle levait les siens vers lui. Il lui sourit doucement puis leva une main à son visage. De son index, il repoussa une mèche derrière son oreille tandis qu’elle fermait les yeux au contact de ses doigts sur sa peau.

- Tu es toujours là…

- Rain… Trop de choses se sont passées pour que je nie ce que je ressens.

- On devrait appeler Karine, elle doit s’inquiéter… répliqua-t-elle très vite, préférant éviter la discussion avec Alex.

Il la laissa alors faire, relâchant ses mains sur elle et recula d’un pas, avant d’ôter sa veste et de venir la poser sur les épaules de Rain. Plongeant la main au fond de sa poche, il en sortit son portable et composa le numéro de Karine avant de tendre le cellulaire à Rain.

- Merci… souffla-t-elle, accrochant son regard une longue seconde.

Elle se détourna alors de lui. Faisant quelques pas, elle porta le téléphone à son oreille et entendit alors la voix de Karine tandis qu’elle essayait de sortir Alex de ses pensées.

Appuyé contre l’arbre, il la détailla lentement. Il savait pourtant qu’il ne devait pas faire ça. Son départ en Californie serait doublement remplit de souffrance. Surtout que la police l’avait toujours à l’œil. Son avocat n’avait pas encore prouvé son innocence, le procès n’étant pas encore passé au tribunal. Il secoua la tête. L’avoir près de lui tous les jours, lui semblait fantastique bien qu’il était conscient qu’avec leurs tempéraments respectifs, les étincelles ne tarderaient pas à jaillir.
Refermant le clapet, il la vit se tourner vers lui sans pour autant se rapprocher. Il se redressa alors lentement.

- Tu pourrais me ramener chez Karine…

Il se contenta de hocher la tête et s’approcha lentement d’elle, mais à un pas d’elle, il la vit commencer à avancer. Il s’arrêta alors et elle se retourna en ne sentant plus sa présence. Elle s’aperçut alors qu’il la détaillait.

- Alex, s’il te plait…

- Je veux que ça cesse, soupira-t-il.

- Je-

- J’en ai marre, Rain… reprit il, serrant les mâchoires. Tu comptes te voiler la face encore combien de temps ?

A son froncement de sourcils, il comprit que c’était perdu d’avance. Elle ne voulait pas reconnaître leur histoire. Que devait-il faire pour qu’elle comprenne et analyse tous les signes en leurs faveurs ?

- Je devais me marier aujourd’hui… tu crois pas qu’il est un peu tôt pour parler de… hésita-t-elle. Comment tu veux appeler ça ? C’est une attirance, un désir… entre nous, je crois pas que ça marcherait.

S’il s’écoutait, il la ferait taire immédiatement en l’embrassant à pleine bouche, ses mains parcourant son corps. Mais la réalité était bien différente. Plongeant ses mains au fond de ses poches, il la fixait sans détour.

- Tu veux vraiment l’entendre ? ça fait 9 ans que ça dure ! C’est pas d’hier ou de notre première nuit, ou de ta rupture avec Danny-

- Alex-

- Non Rain. Tu comprends pas ! Tu me hantes depuis 9 longues années. 9 années où je me suis tus pour ton bonheur, parce que tu aimais Danny… avoua-t-il finalement. Etre avec toi est une bénédiction mais je suis le seul à en avoir conscience-

- Je suis enceinte, soupira-t-il, agacé qu’il ne s’arrête pas.

Elle le fixait. Ça faisait des semaines qu’elle avait fait sa prise de sang et aujourd’hui, elle ne savait toujours pas qui était le père, Alex ou Carter… véritable raison de sa fuite du mariage.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:06


Chapitre 9 : Telle mère, telle… fille



Il était là, médusé, son regard rivé au sien. Il avait mal comprit c’était ça ? Il secoua la tête sans la quitter des yeux. Il se passa deux mains sur le visage. Elle était enceinte de Carter. Il ne comprenait pas pourquoi elle avait quitté la maison. Ça n’avait aucun sens à ses yeux.

- Je… souffla-t-il. Je comprends pas-

- Je suis enceinte et tu ne comprends pas ?! Bon sang Alex ! Je dois te faire un dessin ?!

Secouant la tête, il se pinça la lèvre inférieure, il n’aimait pas le ton de Rain. Elle allait mal et elle se défoulait sur lui comme s’il était le coupable de son état. Levant les yeux vers elle, il prit une lente inspiration, cherchant le calme avant de lui répondre posément.

- Où est le problème ? tu vas avoir un enfant de ton fiancé-

- ça reste encore à déterminer.

- A déterminer ? répéta-t-il. Tu es en train de me dire… on a toujours prit nos précautions-

- Je sais bien Alex ! Mais il faut aussi envisager cette possibilité. Je t’en informe, je ne te demande pas d’être le père de mon enfant-

- Tu me prends pour qui ? Rain si cet enfant est le mien, je serais son père… et pas un père occasionnel.

- ça n’a pas à devenir une obligation pour toi…

- Je ne sais plus quoi te dire pour que tu comprennes ! Souffla-t-il, marquant une pause au même moment. Rain, je ne suis pas ici sur recommandation. Je suis là, parce que j’avais besoin de te voir, te parler… d’être avec toi.

La nouvelle de cette grossesse le prenait de court mais il savait ce qu’il voulait. Il n’était pas très explicite avec elle, une fois de plus mais il faisait des efforts ! Le réalisait-elle ?

- Je te l’ai déjà dit, ton bonheur est le plus important à mes yeux… et si tu préfères que je reste loin de toi, je le concevrais… mais si c’est mon enfant que tu portes, je ne te laisserais pas faire.

- Tu es l’homme le plus responsable que je connaisse… mais je ne veux pas non plus que tu te fasses de faux espoirs. C’est peut être celui de Carter-

- Tu as prit rendez vous avec un gynéco ?

- Une amie me fait passer l’échographie, mercredi.

- Je viens avec toi.

- Alex-

- Non Rain. Je tiens à être présent…

- Et s’il ne s’agit pas de ton enfant-

- ça tu ne le sauras pas avant plusieurs mois… sauf si bien sur, tu ne tiens pas à mettre cet enfant au monde…

- Quoi ? Fronça-t-elle les sourcils. Tu penses que je veux avorter ?!

- C’est une éventualité… Tu n’as fini pas tes études-

- Ecoutes moi bien Alex… la probabilité que je mette fin à cette grossesse se rapproche nettement de zéro. J’arrive même pas à croire que tu ais pu penser que je puisse faire une telle chose !

Il baissa la tête soupirant légèrement. Pensez ça, il le regrettait mais en vérité, il voulait croire qu’elle n’irait jamais au bout de cette idée. Joignant ses mains, il se détourna légèrement d’elle. Il souffrait comme il n’avait jamais cru possible que ça arrive et la douleur qui l’oppressait l’empêchait de respirer correctement. Il tenta de se reprendre mais plus les minutes passaient, plus il la sentait s’éloigner de lui.

- J’étais venu pour te raisonner et tout t’avouer… et maintenant j’apprends que tu es peut être enceinte de moi… Là, je crois avoir une bonne raison de paniquer…

- Alex, souffla-t-elle, s’approchant de lui, levant une main sur son bras. J’apprécie que tu prennes toujours soin de moi… mais tu n’as pas à le faire.

- Si. Tu viens de me donner la meilleure raison pour le faire… mais tu sais, ça serait beaucoup plus simple si tu reconnaissais que tous les deux, on a dépassé le stade de l’attirance.

- Je vois ! Et selon toi, on doit faire quoi ? Tu vas m’épouser et m’enfermer dans ta grande maison avec un chien, un jardin et une barrière blanche ?

- Arrêtes de tout voir en noir. Je ne suis pas un imbécile Rain ! Tu vas avoir un enfant… le mien peut être, soupira-t-il en la fixant. J’en peux plus de me battre contre mes sentiments pour toi…

- Tu as toujours gardé un œil sur moi… et je n’ai jamais objecté parce que tu le faisais avec discrétion mais là… s’arrêta-t-elle quelques longues secondes. Mais là, c’est comme si tu me demandais d’oublier mes fiançailles et de m’engager avec toi sans y réfléchir.

- Non. Je ne te demande rien… si ça n’est d’arrêter de te voiler la face… je sais plus ce que je dois faire pour que tu nous laisses l’occasion d’avoir notre chance.

Elle fuyait son regard. Il attendait une réponse alors qu’elle ne savait toujours pas comment considérer leur relation. Il attendait beaucoup d’elle. De plus, il y avait cinquante pour cent de chance qu’il soit le père de son enfant. Après tout, sa demande était légitime. D’autant plus qu’elle ne pouvait nier qu’elle éprouvait de fort sentiment pour lui et ça, depuis des années, même si elle s’interdisait d’y penser.

- Et si on se sépare-

- Pour ça, il faudrait déjà que tu me donnes une chance… et puis, poursuivit-il. Je doute que tu veuilles retourner chez toi aujourd’hui…

- C’est pas faux…

- Viens avec moi… Fais moi confiance s’il te plait…

- C’est pas en toi que j’ai pas confiance, souffla-t-elle en évitant son regard, tandis qu’il s’approchait d’elle. Passant son bras autour de ses épaules, il l’attira contre lui murmurant tout bas pour elle.

- Allez viens… c’est pas que j’aime pas te voir dans cette robe mais tu sera plus à l’aise dans un jean à mon avis... l’entraina-t-il vers la sortie du Jesup Blair Park, tandis qu’elle grimaçait en attrapant sa traine.

*.*.*.*.*.*.

Soupirant, elle ouvrit lentement les yeux. Le calme de la maison ne la surprit pas, toutefois, elle fronça les sourcils se souvenant qu’elle s’était endormie dans le canapé et pas dans son lit. Elle se redressa après de longues secondes. Ayant jeté un œil au réveil, ça devait faire au moins 2 heures qu’elle dormait et où était passé Lucas ? Soupirant de nouveau, elle sortit de la chambre pieds nus avant d’entamer la descente des escaliers d’un pas lent.

Elle avait désespérément envie d’un café mais pour le bébé, Lucas avait été intransigeant. Elle n’aimait pas ça mais l’acceptait pour le bébé. Toujours à moitié endormit, elle descendit les quelques marches, se retrouvant alors dans le salon. La lumière tamisé lui indiqua que Lucas ne devait pas être bien loin. Elle fit le tour de la pièce puis se rendit dans la cuisine, attrapant au passage un paquet de chips. Elle avait terriblement faim. Elle qui avait pensé pouvoir se goinfrer au mariage de son amie, c’était mit le doigt dans l’œil. D’ailleurs, elle n’avait aucune nouvelle. Elle fronça les sourcils, où avait bien pu passer Lucas.

- Luke ? Appela-t-elle d’une voix encore ensommeillée, ouvrant son paquet de chips en même temps.

Marchant lentement, elle traversa le salon, puis la salle à manger. Personne ? Poussant la porte qui menait au garage, elle l’appela du haut des marches et entendit du bruit. Elle grimaça puis une vieille ampoule éclairant à peine la pièce, elle vit une forme se mouvoir près de quelques cartons. Se relevant, elle lut la surprise dans son regard avant de le voir s’approcher.

- T’es déjà réveillée ?

- Qu’est ce que tu fouilles dans ces cartons ?

- Les médecins ne t’ont pas prescrits beaucoup de repos ?

- Dis-moi pourquoi tu fouilles dans nos cartons de lycées ? Soupira-t-elle et je te dirais pourquoi je suis debout !

Il esquissa un petit sourire avant de se rapprocher d’elle, les mains pleines de poussière ainsi que la chemise blanche qui avait désormais viré au gris.

- Toi t’as faim… mon ptit estomac sur patte ! lança-t-il en montant les deux petites marches pour se retrouver à sa hauteur et apercevant le paquet de chips dans ses mains.

Déposant un rapide baiser sur sa joue, il la sentit soupirer doucement. Il releva alors la tête, plongeant son regard dans le sien.

- Tu te sens bien ? S’inquiéta-t-il.

- Oui… c’est juste… rien, laisse tomber… secoua-t-elle la tête en se détournant de lui.

- Karine…

Elle avait déjà fait demi-tour et se dirigeait vers la porte alors que la sonnette retentissait une seconde fois. A quelques mètres, il l’observait méticuleusement. Ça n’était pas son style de garder des choses pour elle. Il n’aimait pas ça. Il s’approcha alors dans son dos tandis qu’elle ouvrait à une femme, qu’elle n’avait pas revu depuis des années et dont elle avait peu de souvenirs…

Lucas s’approchant dans son dos, la vit chanceler légèrement. Fronçant les sourcils, il eut juste le temps de combler les quelques mètres qui les séparait pour l’empêcher de s’étaler sur le carrelage glacé, le paquet de chips s’étalant sur le carrelage de l’entrée. Levant les yeux vers la femme face à lui, ces traits ne lui étaient pas inconnus mais rapidement, il souleva Karine la portant jusqu’au canapé avant de vérifier son pouls. Rassuré par son souffle et son pouls régulier, il se leva attrapant son portable sur la table basse tandis qu’il s’apercevait que la femme refermait la porte d’entrée. Il fit une rapide navette dans la salle de bain, récupérant une serviette éponge qu’il humidifia. Il ignorait qui était cette personne et c’était bien le cadet de ses soucis. Revenant près de Karine, il déposa la serviette sur son front tandis qu’il composait le 911.

- J’ai besoin d’une ambulance au 4369 Burton Street. Femme, 24 ans, enceinte de 6 mois, vient de faire un malaise…

- L’équipe est prévenue, une ambulance sera chez vous dans moins de 2 minutes… le nom de la jeune femme ?

- Karine… Karine Bennett.

- Bien, les secouristes la transféreront directement à l’hôpital de Bethesda qui est le plus proche… Monsieur ?

- Brady, Lucas Brady…

- Monsieur Brady, rester près d’elle en attendant les secouristes et veiller à ce qu’elle respire sans assistance.

- Bien Madame !

Il claqua le clapet de son téléphone tandis qu’il s’attendait à voir les secouristes débouler d’une minute à l’autre. Instinctivement, il passa sa main sur le ventre de Karine et sentant des coups sous sa paume, il comprit que le bébé devait se porter bien pour le moment. Son regard se posa de nouveau sur le visage blême de Karine. Elle ne lui avait jamais fait un coup pareil et ça l’inquiétait. Avait-elle déjà d’autres malaises de ce genre ? Sa main vint alors se poser sur son visage, son pouce frôlant sa joue en douceur tandis qu’il s’attendait à la voir ouvrir les yeux avec ce petit sourire malicieux comme elle le faisait tous les matins. Toutefois, elle ne daigna ouvrir les yeux. Son inquiétude s’amplifia mais il tenta de se maîtriser, jetant alors un rapide coup d’œil à la femme debout à quelques mètres de lui et qui regardait Karine.

- Elle va bien ? demanda la femme, gênée.

- J’en sais rien, répondit-il simplement avant de la fixer intensément comme lorsque sa curiosité était piquée à vif et qu’il cherchait la vérité. Je ne sais pas qui vous êtes mais-

Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase qu’on sonnait à sa porte. En quelques enjambées, il ouvrit aux secouristes qui se dirigèrent immédiatement vers Karine toujours inconsciente. Le premier réflexe des secouristes fut de mettre un masque à oxygène sur le nez et la bouche de Karine après avoir vérifier son pouls. Ils exécutèrent quelques tests de vérifications la transportèrent sur le brancard. L’un deux se tourna vers Lucas.

- Son état est stable mais pour plus de sureté, on la transfert à Bethesda.

- Ils vont bien tous les deux ? S’inquiéta Lucas.

- Pour le bébé… ils pratiqueront une échographie à l’hôpital mais il semble tous les deux en parfaites santé…

Le médecin secouriste restait évasif, il ne pouvait pas s’étendre sur le sujet de sa patiente sans que certains examens n’aient été effectués. Avec son collègue, ils firent alors sortir Karine sur un brancard avec Lucas qui les suivait, montant avec eux dans l’ambulance.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:06

Ayant dépassé la cabane depuis longtemps, Alex la dirigea lentement vers la maison, sa maison. Elle se figea devant la bâtisse blanche puis se mit à fixer Alex qui se dirigeait vers l’entrée, gravissant les marches qui menaient à la terrasse.

- Cette maison… tu l’as… louée ? demanda-t-elle sous le choc.

Il esquissa un petit sourire et croisant son regard, il pencha la tête sur le coté.

- Et bien… dans ce cas, la location me reviendrait cher, je crois…

- Non… Alex. Tu… T’es complètement dingue ! Cette maison… c’est pour une famille entière pas pour un célibataire comme… comme toi !

- Mais qui a dit que j’y vivrais seul ? répliqua-t-il, sans la quitter des yeux.

- Pourtant tu m’as dit… tu m’as demandé une chance… pour nous. Je croyais enfin… souffla-t-elle en baissant la tête.

- Je ne compte pas passer ma vie à Los Angeles. Ma vie est ici, près de mes amis… c’est dans cette ville que mes enfants verront le jour… enfin j’espère… expliqua-t-il en la fixant, avant d’observer le silence de Rain. Si j’ai fait construire cette maison… c’est parce que j’ai foi en toi… et en nous.

Le fixant, elle parvenait à peine à intégrer tout ce qu’il venait de lui confier. Elle devrait être flatté qu’il porte à leur relation tant d’importance. Combien d’hommes seraient prêt à prendre la décision de se poser, juste pour son propre bonheur, le faisant passer avant leur carrière ?! Il aurait pu attendre des années avant de faire ça. Attendre d’être un acteur reconnu du public. Pourquoi maintenant ?

- Alex… tu ne crois pas que c’est prémédité ? Toi et moi… cette maison-

- Cette maison était finie d’être construite avant que tu me révèle ta grossesse. Personne ne connaît l’existence de cette maison… les terres appartenaient à mon père. J’ai toujours rêvé d’une maison sur la plage, pas très loin de la cabane où je pourrais m’isoler…

- Tu l’as fait sans arrière pensée… hasarda-t-elle.

- Je te mentirais, si je te disais que ça n’est pas toi et moi que je voyais dans cette maison… mais à l’instant où j’ai songé à cette maison, je n’avais aucune idée de l’évolution de notre relation. Cette maison n’est pas un piège…

Elle déglutit difficilement. Elle s’en voulait de douter de lui et de tout remettre en cause. Toutefois, une chose lui était évidente, son besoin de la savoir en sécurité et le fait que si elle portait effectivement son enfant, il serait à la fois présent et un bon père. Mais fera-t- il un bon compagnon ? Elle se passa une main sur le visage avant de finalement le rejoindre en bas des marches qu’il avait redescendu.

- Je sais pas où on va Alex… et ça m’effraie réellement. J’ai pas pour habitude de me lancer dans quelques choses qui n’a pas de fondations…

Il se pinça les lèvres, rivant son regard au sien. Il réajusta les deux pans de sa veste, déposée sur les épaules de Rain. Déglutissant, il articula simplement à voix basse afin qu’elle seule entende.

- Je serais tes fondations… et je serais près de toi, quoi qu’il arrive…

Elle voulait réellement le croire mais le pouvait elle ? N’allait-il pas changer d’avis lorsque son ventre s’arrondirait ? Comment pourrait-il être là, alors qu’il tournait en studio à Los Angeles ?

- Tu travailles à Los Angeles… comment tu pourrais être à deux endroits à la fois ? Ne me fais pas de promesse que tu ne tiendras pas-

- Tous les tournages sont actuellement arrêtés pour cause de grèves… C’est très rare mais ça arrive. Tant qu’aucun accord ne sera signé entre les maisons de productions, je serais payé à ne rien faire… mais je serais là où je veux être. A tes cotés. Si tu ne changes pas d’avis bien sur…

Il était si attentif, si doux et présent. Alex était là. Comme il l’avait toujours été pour elle. Comme tous les soirs où elle était avec Danny et qu’il l’attendait dissimulé dans sa voiture, s’assurant que rien de mal ne lui était arrivé.
Il avait été à peine surprit lorsqu’elle lui sauta dans les bras, mais en même temps il découvrait cette Rain qu’il avait entraperçu à travers diverses nuits durant ces 6 dernières années. La serrant contre lui, sa tête glissant contre la sienne, il respira son odeur à la fois fraîche et sucré sans la relâcher. Ce fut seulement après quelques minutes qu’il lui fit découvrir l’intérieur de la maison comprenant 4 chambres, deux salles de bains, un immense salon séjour donnant sur la plage et une véritable cuisine à faire pâlir plus d’un cordon bleu.

*.*.*.*.*.*.

Dans le hall de l’hôpital, les médecins l’avaient emmené et avait refusé la présence de Lucas. Il était alors assis sur une des ses chaises, à quelques mètres de la pièce où se trouvait Karine, seule et inconsciente. Il ne cessait de se remettre en question. Avait il agit correctement ? N’avait il pas été trop lent ? Il tenta de garder à l’esprit les mots des ambulanciers mais un doute s’insinuait en lui. Une heure qu’elle avait été emmenée, les médecins sortaient et entraient dans la pièce, sans lui jeter un seul regard. Les épaules affaissées, sa tête plongée dans ses mains, ses coudes posés sur ses cuisses, une angoisse terrible le parcourait. L’idée que Karine ne se réveille pas, l’angoissait de plus en plus, et ça sans songer au bébé. Seul dans ce couloir, il remuait ses pensées parasites. Les médecins prenaient ils un malin plaisir à torturer les familles de leurs patients ainsi ? D’un geste rageur, il se leva, se passant une main fébrile dans les cheveux. Ce fut le moment précis où un médecin l’interpella en sortant de la chambre.

- M. Brady ?

- Oui… comment vont-ils ? Karine est réveillée ? s’empressa-t-il de demander.

- Nous lui avons injecté un sédatif afin de pratiqué divers examens.

- Mais… elle va se réveiller n’est ce pas ? s’inquiéta-t-il.

- Oui, bien sûr, s’empressa de répondre le médecin. Ses tests son normaux, le bébé se porte à merveille… ils sont tous les deux en parfaite santé. Toutefois… c’est la première fois qu’elle fait ce genre de malaise ?

- Il y avait les vertiges du à son début de grossesse… hormis ça, elle n’a jamais eu de malaise-

- A-t-elle été contrariée dernièrement ? Un choc émotionnel ?

- Non, je ne crois pas… enfin, ça s’est produit après qu’elle ait ouvert à une femme dont j’ignore la connaissance…

- On va la garder cette nuit en observation… dans l’optique où un malaise se reproduirait. Dans le cas où demain matin tout sera normal, nous l’autoriserons à sortir. Je ne vois aucune raison à ses malaises mais il serait prudent qu’elle ne reste pas seule jusqu’au terme…

- Je vais m’arranger pour ça… vous m’autorisez à la voir ?

- Oui bien sur. Vous pouvez y aller… on va lui attribuer une chambre pour la nuit.

- Merci Docteur, acheva Lucas en lui serrant la main avant d’entrer rapidement dans la chambre.

Etendue devant lui, une douleur lui opprima le cœur. Il n’aimait pas la voir ainsi sans connaître l’étendue de ce qu’elle vivait. Elle dormirait surement encore plusieurs heures. Son sourire, ses sarcasmes et son regard lui manquait depuis des heures. Inspirant lentement, il repoussa ses pensées parasites revenus le torturer, il s’approcha alors du lit de Karine, où elle était étendue endormie. Instinctivement sa main vint se glisser dans la sienne, comme si elles avaient été faites l’une pour l’autre. Se penchant sur elle, ses lèvres frôlèrent son front frais. Il soupira alors que sa main restée libre venait se poser sur son ventre. Tentait il de se rassurer qu’ils allaient bien tous les deux ? Il y avait de fortes chances. Toutefois, il prit son mal en patience et sa main resté dans celle de la jeune femme, il s’installa sur une chaise près d’elle, attendant son réveil et son changement de chambre.

*.*.*.*.*.*.

Elle avait exploré la maison à sa guise. Rain avait toujours l’impression d’être une intruse dans cette immense demeure. Toutefois cette maison n’avait rien de froid au contraire. Les couleurs et la décoration avaient été accomplis avec choix. Elles inspiraient la convivialité et non la solitude. Elle avait tout pour se sentir à l’aise ici. Elle pourrait même s’y sentir mieux que dans son petit appartement de Washington. Cependant il s’agissait de la maison d’Alex, pas de la sienne. Elle avait troqué sa superbe robe blanche de marié pour un jean et tee shirt appartenant à Alex et trop grand pour elle. Combien de fois avait elle rêver de s’enivrer de son odeur sans jamais le reconnaître ? Il avait toujours eu une place importante dans sa vie mais consciemment, elle l’avait toujours repoussé. Elle avait toujours pensé que s’accrocher à homme tel que lui, ne lui apporterait que de la souffrance. Se trompait-elle ? Il était présent le jour de son mariage et lui proposait quelques chose de plus important que cet amitié qui les liait depuis tant d’années. Avait elle été folle d’accepté ? Pourquoi avait-elle accepter ? Pour cet enfant qui s’épanouissait en elle ? Pour avoir la conscience tranquille ou encore parce qu’en vérité elle l’aimait depuis toujours ?
Son esprit était confus et Alex avait eu l’intelligence de lui laisser cet espace pour songer à tout ça. Était-il vraiment ce méchant garçon dont elle s’était créer l’image ? Elle avait pourtant remarqué plus d’une fois qu’il se souciait beaucoup d’elle. Pouvait-elle encore fermer les yeux sur ce qu’il était devenu pour elle ? Cet homme au bon fond et définitivement inaccessible ? Comment pouvait-il vouloir un avenir avec elle alors que tant de femmes n’attendaient qu’un seul mot de sa part. Perdue dans ses pensées, assises au milieu de son lit, elle ne trouverait pas le sommeil cette nuit. Non. Elle avait besoin de réponses et la seule personne à pouvoir les lui fournir, dormait dans la chambre voisine. Elle n’était pas du genre à s’inviter dans le lit d’un homme mais elle n’était pas effrayée. Non parce qu’au fond d’elle, les réponses, elle les avait mais elle avait besoin de les entendre par la seule et unique personne qui ne s’étendait jamais sur ses sentiments.

Un long tee shirt flottant autour d’elle, arrivant juste au dessus du genou, il passa la porte de sa chambre avec une certaine appréhension. Depuis quand le craignait elle ? Ou plutôt, pourquoi craignait-elle autant les réponses qu’il lui fournirait ? Inspirant profondément, elle longea le couloir jusqu’à cette porte fermé. Allait-elle le trouver endormi ? Que portait-il pour dormir ? Allait-elle le déranger ? S’attendait-il à sa visite nocturne ? Elle secoua la tête puis posa sa main sur la poignée avant de la tourner lentement. Son cœur tapait à tout rompre contre ses cotes et son angoisses s’intensifiait au fil des secondes qui s’écoulaient. Faisait-elle le bon choix à cet instant ? Elle faisait ce pas vers lui qui l’effrayait depuis des années. Le regretterait-elle ?

Poussant à présent la porte du bout des doigts, une sensation de liquéfaction la traversa. Par les rayons de la lune, son regard se posa sur la masse étendue sur le lit. Le drap remonté au niveau des hanches elle devina déjà son torse musclé, ses abdominaux parfaits et ses bras rassurant qui l’avait étreint à plusieurs reprises. Pourquoi refusait-elle encore ce qui était si évident aux yeux de tous ? Debout à l’entrée de la chambre, elle était envahie par l’envie de faire demi-tour. Elle ne distinguait pas ses yeux et émit alors un très léger soupir mais un souffle l’obligea à se raidir.

- Tu songes rester à m’observer toute la nuit ? Souffla-t-il d’une voix très légèrement ensommeillée.

- Tu ne dors pas…

- Bonne déduction, Sherlock… Comment pourrais-je dormir en te sachant en proie à tes doutes, dans une chambre voisine ?

- Je… Comment… Alex-

- Approches, murmura-t-il en se redressant lentement s’adossant à la tête de lit.

Lui tendant sa main, elle hésita une longue seconde et finalement y glissa sa main frêle. Ses mains n’étaient ni sèches, ni calleuses, au contraire, elles étaient fermes, douces et résistantes. Le rejoignant sur le lit, elle s’installa à ses cotés tandis qu’elle sentait son bras venir entourer ses épaules, d’un geste on ne plus protecteur et rassurant. Elle hésitait encore à se rapprocher de lui ou même de laisser retomber sa tête sur son épaule.

- Tu m’attendais… comprit elle, après un silence quasi serein.

- Je t’ai toujours attendu Rain…

- Non, je veux dire… ce soir, tu savais que je viendrais.

- Je l’espérais… Tu as des milliers de questions. Tu es effrayé à l’idée de ne pas savoir de ce que sera demain et aussi parce que je pourrais te faire souffrir…

- Tu as été plus présent que n’importe qui dans ma vie. Mes parents ne se sont jamais vraiment souciés de mes sorties nocturnes… que je sois avec Danny ou non… mais toi… tu étais présent à chaque fois. Veillant à ma protection… comme un ange gardien…

Il esquissa un sourire à cette définition, tournant la tête vers elle. Il appréciait bien plus ses confidences emplies de douceur. Depuis quand ne s’était elle pas ouverte à quelqu’un qui l’écoutait réellement et l’aimait pour la personne qu’elle était ?

- Tu as volé mon cœur Rain. T’avoir aujourd’hui près de moi est une renaissance de ce que j’ai cru avoir perdu à tout jamais après la mort de Danny. Cette semaine avait été la plus belle de ma vie… peut être que ses années ont été nécessaires pour nous faire prendre conscience que notre relation avait quelque chose de plus réel qu’on ne voulait l’admettre… Je n’ai regretté que deux choses depuis 6 ans… avoir fuit après la mort de Danny et ne pas t’avoir rattrapé, il y a deux mois, car tu n’aurais jamais perdu tout ce temps dans l’élaboration de ce mariage…

- J’aurais peut être du prendre un magnéto pour t’enregistrer et me repasser la cassette en boucle lorsque je douterais… souffla-t-elle, troublée. Tu y crois vraiment ? je veux dire… nous deux, en couple…

- Oui… je n’aborde jamais le sujet de mes sentiments mais si tu as besoin de l’entendre… Oui Rain, c’est toi que j’aime. Et je t’aimerais jusqu’à ma mort et même au-delà, si c’est possible…

Relevant son regard dans le sien, son cœur tambourinait toujours contre ses cotes et son moment d’hésitation était dépassé. Elle se jeta dans ses bras, prenant une profonde respiration et sentant ses yeux s’humidifier. Elle retrouvait enfin cette étrange sensation au creux de ses bras, cette protection et l’impression de compter pour quelqu’un.

Il n’avait pas besoin de mots. Non, il n’attendait rien d’elle. Il faudrait surement du temps avant qu’entre eux cette intimité s’établisse mais il avait foi, comme il le lui avait dit précédemment. La serrant plus étroitement contre lui, il sentait revenir cette harmonie entre eux et cette tension s’évaporer. La sentir près de lui suffisait à le rendre serein et comblé.

Se détachant très lentement de lui, elle leva un timide regard vers lui tandis qu’elle discernait cette lueur d’adoration dans ses prunelles bleues. Il balayait alors ses quelques larmes sur son visage, souriant doucement.

- Personne n’a le pouvoir de me rendre plus heureux que toi… chuchota-t-il à un souffle de ses lèvres.

Découvrait elle enfin qu’elle ne s’était pas trompé sur lui ? Qu’il serait celui qu’elle avait finalement attendu toutes ses années. Un sourire fleurissant sur ses lèvres, elle combla l’espace restant entre leurs lèvres alors qu’il l’allongeait plus étroitement contre lui, ramenant sur leur corps les couvertures.

*.*.*.*.*.*.


_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:07

Sa tête était lourde. Elle peinait à soulever ses paupières encore lourdes et emplies de sommeil. Toutefois la lumière tamisée lui permit de ne pas être éblouie. Ouvrant à présent le yeux, elle s’aperçut que quelque était glissé dans sa main. Lentement, elle laissa alors tombé sa tête sur le coté et l’aperçut, le regard perdu dans le vide, songeur voir même inquiet. Elle frôla légèrement ses doigts sous les siens, l’évadant alors de ses pensées sombres. Elle lui adressa un léger sourire au même instant où leurs regards se croisèrent enfin.

Se levant d’un bond, il combla l’espace entre eux, l’enlaçant soudainement. Elle sentit alors l’odeur de son after shave, titiller ses sens et ses bras rassurant l’envelopper. Elle se détendit alors à son contact, éprouvant une sensation familière. Remontant une main dans son dos, elle sentait ses muscles fermes sous ses doigts. Très doucement, il se recula, ne la quittant désormais plus du regard. S’asseyant sur le bord du matelas, il ne cachait son soulagement. Son regard balayant le visage de Lucas, elle s’aperçut de ses traits tirés, ses cheveux en batailles, ses cernes noires sous yeux et sa chemise froissée. Gardant sa main dans la sienne, son pouce vint balayer tendrement sa peau.

- Tu m’avais promit de cesser de t’angoisser…

- Et je t’avais dit de ne pas me faire promettre ça, souffla-t-il, la regardant tendrement. Comment tu te sens ?

- Comme une baleine et toi ? répliqua-t-elle avec un petit sourire.

- Karine… Tu m’as fait la peur de ma vie.

- Je vais bien, Luke. On va bien… Il arrête pas de bouger, réalisa-t-elle, soulagée.

- Ils veulent te garder cette nuit. Pour s’assurer que ton malaise ne se reproduira pas… et, ils suggèrent que tu ne restes pas seule jusqu’à l’accouchement-

- Je peux très bien me débrouiller toute seule-

- Oui tu le peux, mais je serais plus rassuré-

- Et comment tu comptes faire ça ? en m’envoyant tes parents à tour de rôle ?! S’énerva-t-elle.

- Pourquoi faut-il toujours que tu les ramènes sur le tapis ?! Oui ce sont mes parents, oui ils ne sont pas parfaits mais ils sont là en cas de besoin ! Je ne vais demander ni à Rain, ni à Alex, leurs vies sont déjà assez compliqué ! Mais si par hasard tu as un éclair de génie vas y je t’écoute !

Il avait en horreur de se disputer avec elle. Leurs vies pouvaient être on ne peut plus tranquille mais se disputer, c’était l’arrivé d’un ouragan. Dans le fond, elle était consciente qu’il avait raison. Toutefois l’idée de devoir supporter ses parents à longueur de temps qui lui ferait des reproches, elle ne le supportait pas. Il n’avait pas bougé d’un pouce et la fixait toujours. Elle soupira alors puis se mit à fixer le plafond, sans ajouter un mot.

- Je ne tiens pas à ce qu’on se dispute… mais vois les choses en face, s’il te plait. Tu as besoin de repos et ça n’est pas au lycée que tu vas y parvenir… alors fais moi plaisir, acceptes de rester à la maison. Je serais là tous les soirs-

- Des nouvelles de Rain ? Dévia-t-elle la conversation.

- Elle est avec Alex. Apparemment Alex ne va pas repartir immédiatement… il m’a dit que les tournages étaient suspendus, murmura-t-il. J’ai besoin de savoir ce qui s’est passé…

- Humm… je suis pas sure de vouloir en parler.

- Mais tu peux essayer. Commence par le début, qui est cette femme ?

- Tu l’as pas reconnu ? S’étonna-t-elle, d’un ton doux, presque dans un murmure. Il secoua la tête de dénégation et elle reprit après un soupir d’exaspération. C’était ma mère.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Liam Foster
Admin | Delicious Banana
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 36
Mood : exhorted
Date d'inscription : 27/01/2008

Identité
In love:
Relationship:
Âge: 27 ans

MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   Dim 24 Fév - 19:08

Chapitre 10 : un doute… toujours ?


Ouvrant subitement les yeux, le regard porté sur le plafond, elle tourna la tête vers le radio réveil qui indiquait 10h23. Elle soupira alors, se remémorant les derniers évènements. Tendant l’oreille, elle s’apprêtait à se lever mais se contenta de se redresser sur ses coudes aux bruits lui parvenant du couloir. Elle s’attendait à le voir arriver comme une fleur mais non, personne ne vint. Attrapant l’oreiller à coté d’elle, elle se laissa retomber, abattant l’oreiller sur son visage d’un geste rageur. Elle avait cru à ses paroles et se réveiller sans lui mettait fin à ses illusions. Repoussant les draps, elle chercha son tee shirt rageusement avant de l’enfiler puis de se diriger vers la salle de bain attenante.

La radio allumé, l’air des beach boys emplissait la pièce tandis qu’il terminait les pancakes. Une spatule dans une main, il retourna la crêpe d’un geste sur avant de se verser une nouvelle tasse de café. Un sourire serein envahissait son visage en songeant à Rain qui dormait à quelques mètres de lui. Il ne s’était pas sentit si bien depuis des années. Il avait l’impression d’aboutir enfin à quelque chose avec elle et que même s’il faudrait un certain pour qu’une communication s’établisse entre eux, il prendrait le temps et serait patient. Un bruit suivit d’un juron l’alerta. Fronçant les sourcils, il jeta sa spatule sur le plan de travail et se rua vers la provenance du bruit. Il la découvrit alors dans la salle de bain se tordant de douleur sous la douche. Une longue seconde plus tard, il croisa alors on regard et elle répondit à sa question silencieuse.

- Je me suis tordue la cheville… j’ai du me faire une entorse.

Il s’approcha d’elle mais le regard qu’elle lui lança l’arrêta et il se figea plantant son regard surprit dans le sien.

- Il faudra bien que tu sortes de la douche, observa-t-il, alors laisse-moi t’aider.

Il n’attendit pas son approbation et arrêtant les robinets de la douche, il attrapa un peignoir avant de l’aider à l’enfiler puis enfin glissa ses bras lentement sous son corps malgré ses protestations.

- Je peux marcher-

- En claudiquant et prenant le risque de te fouler l’autre cheville, hors de questions ! répliqua-t-il en s’avançant vers le lit et l’y déposant lentement.

- C’est qu’une foulure, y’en a pour quelques jours-

- Je t’emmène à l’hôpital-

- C’est pas nécessaire Alex ! Je peux très bien me soigner toute seule-

- T’es pas en état de parlementer Conrad ! Alors tu me laisses faire ! Trancha-t-il, sans la quitter des yeux.

Elle rongea son frein et était à deux doigts de lui répondre qu’après 24 heures de repos, sa cheville serait à moitié remise mais en vérité, elle savait qu’il n’écouterait rien. Elle céda mais n’avait pas dit son dernier mot pour autant. Elle marmonna alors à voix basse, levant les yeux vers lui.

- Je crois que quelque chose brule…

- Bordel ! Le petit déjeuner !! jura-t-il entre ses dents avant de quitter précipitamment la chambre.

Le voyant partir, son regard resta de longues secondes posé sur le couloir. Des questions la tourmentaient. Elle le savait soucieux de son bien être à elle mais n’en faisait il pas trop ? Était ce naturel ou bien était ce juste pour lui prouver qu’ils pouvaient être ce couple ? Et surtout qu’il pouvait se supporter dans un endroit confiné pendant plus de 24 heures ensemble ? Le regard perdu dans le vide, elle ne le vit pas revenir. Ce fut seulement lorsque ses doigts effleurèrent sa cheville douloureuse qu’elle grimaça et planta son regard dans le sien, silencieuse.

- Qu’est ce qu’il y a Rain ? Réalisa-t-il en croisant son regard perdu. Si j’ai été maladroit et que je t’ai blessé c’était par inadvertance…

Baissant la tête, elle ferma les yeux une longue seconde, inspirant profondément. Accroupi en face d’elle, elle porta sa main à sa joue, relevant son regard dans le sien.

- J’ai eu peur… souffla-t-elle. Je suis terrorisée à l’idée de former un couple avec toi. Je ne devrais pas l’être, parce que tu es homme intelligent, sexy, charmant…

- Mais ? devina-t-il en prenant ses mains dans les siennes.

- Mais tu es ma faiblesse. Et je ne sais pas comment réagir avec toi ? Alors je te repousse et je deviens méchante… ce n’est pas ce que je veux… confessa-t-elle dans un soupir las.

Son regard rivé au sien, il sentait que ses larmes étaient proches. Ses peurs, étonnamment, il les sentait et depuis qu’il l’avait trouvé dans la salle de bain, ces doutes étaient confirmés. En dépit des apparences, il savait que Rain cachait un cœur énorme. Peut être était il d’ailleurs le seul à l’avoir remarqué. Toutefois, il s’était promit de ne jamais l’abandonner. Il l’aimait depuis bien des années et n’avait jamais pu se tenir à distances de sa vie, se renseignant par des amis à Washington ou par Lucas. Karine était sa meilleure amie et avait toujours essayé de les rapprocher mais il ne voulait pas d’un plan calculé. Il voulait que Rain le veuille, qu’elle se mette en danger… qu’elle s’investisse avec lui. Il l’avait observé même si pour certaines fois, elle en ignorait la connaissance. Combien de fois était il passé à Washington, pour simplement l’apercevoir rentrer chez elle ou quitter l’hôpital en pleine forme. Ça, personne n’en avait jamais rien su. Il avait ce besoin vital de la voir et de la savoir hors des problèmes. Cependant, il savait qu’elle avait subi un certain traumatisme comme elle l’avait mentionné dans sa lettre à Carter. Il aurait du se retenir de poursuivre ses quelques lignes mais il n’avait pas pu, car c’était Rain.
Il se contentait toujours de l’observer de détailler son visage qui se crispait un peu à chaque seconde, alors que le silence s’intensifiait. Il lâcha alors ses mains, se relevant doucement avant de quitter la chambre sans un mot.

A quoi jouait-il ? Elle commençait à s’ouvrir à lui et il la plantait. Elle n’arrivait pas à comprendre, à le comprendre ! Où avait été son erreur ? Elle songea qu’au fond c’est pour lui qu’elle avait tout quitté. Mais était-elle prête à repartir à zéro ? Supporterait-elle de vivre loin de lui ? Qu’il ne soit plus là ? Elle se laissa alors tomber sur le lit, se mettant à fixer le plafond quand elle sentit sa présence. Un pan du peignoir s’était écarté, découvrant sa cuisse. Elle se redressa alors très lentement tandis qu’il posait une pile de vêtement à coté d’elle. Il semblait réfléchir. Il prit alors une profonde inspiration et vint s’asseoir tout près d’elle, rivant son regard au sien.

- Ta vie n’a jamais été simple Rain… Tu as tenté de le cacher du mieux que tu le pouvais mais ça n’était pas nécessaire. Pas avec moi. Depuis la mort de Danny… je rentrais tous les week end ici, le cachant également à ma meilleure amie, car je préférais qu’elle me croit loin… mais aussi parce qu’en me croyant loin, elle ne t’en dirait rien et que tu poursuivrais ta vie selon ton souhait. La vérité était que tous les week end, j’étais à Washington m’assurant de ta sécurité et que tu allais bien… toutefois, j’ai échoué, murmura-t-il à voix très basse. J’ai lu la lettre que tu as adressée à Carter.

Il sentait alors de nouveau cette distance s’installer entre eux mais il y mit fin très vite, l’obligeant à le regarder et glissant ses doigts entre les siens, leurs mains posées sur sa cuisse.

- J’aimerais savoir, je ne le cache pas… mais j’attendrais. Pour l’instant tu doutes de notre relation et de la réciprocité de nos sentiments… mais je te prouverais qu’on est fait l’un pour l’autre.

- Alex-

- Laisses-moi finir. Je t’aime Rain. Rien ne pourra changer ça, même pas une foulure ou un ex fiancé jaloux et encombrant. Alors aujourd’hui, on ne va rien planifier et savourer la présence de l’autre. Je vais te laisser t’habiller sauf si tu as besoin de mon assistance, lança-t-il malicieusement, lui décrochant un sourire gêné. Ensuite on ira à l’hôpital pour remplir les papiers nécessaire à ton arrêt, car je doute sérieusement que tu reprennes le travail de sitôt avec une entorse de la cheville.

Les mots qu’il venait de prononcer la rassurait autant qu’il l’effrayait. Cependant, elle était convaincue qu’il avait raison. Etrange, surtout que cinq minutes plus tôt, elle se battait contre lui. Levant son regard dans le sien, elle lui adressa un léger sourire puis il s’éclipsa tandis qu’elle réalisait l’effort qu’il venait de faire. Pour elle. Il venait d’affronter ses sentiments et de lui révéler qu’il avait été toujours là… même quand elle le croyait à des milliers de kilomètres. Elle était à la fois touché, émue, attendrie… et emplit de respect pour cet homme qui faisait tant pour elle, sans en dire un mot. Elle attrapa alors le tee shirt sur la pile de vêtement et sourit en songeant à ce vêtement pour le lui avoir arraché lors de leur première nuit.

*.*.*.*.*.*.

Son gobelet à la main, il parcourait les derniers mètres jusqu’à la chambre de Karine. Sa hantise de se retrouver face à sa mère, il en connaissait maintenant la raison. Rassurer Karine n’avait pas été une mince affaire mais il songeait s’en être plutôt bien tiré. Elle avait finit par s’assoupir après plusieurs heures, s’accrochant néanmoins à lui. Il avait alors été forcé de rester allongé à coté d’elle sur ce lit beaucoup trop étroit pour deux. Il n’avait jusqu’à maintenant pas remarqué ses peurs. Elle les dissimulait parfaitement sous sa carapace d’humour et de franchise. L’abandon de sa mère l’avait détruite et elle avait enfin accepté son soutien et de se livrer à lui ainsi que sa frayeur d’être bientôt mère à son tour. Y songer lui faisait mal à son tour. Sur ce plan personnel, elle avait si peu confiance en elle, qu’il avait été à fois touché, ému et blessé.
Sa main sur la poignée de la porte il s’immobilisa en voyant deux silhouettes près du comptoir des urgences. Il esquissa un léger sourire, il n’aura pas fallut longtemps pour que les étincelles naissent, songea-t-il. Il tourna alors la poignée et se figea en s’apercevant que Karine avait de la compagnie, et pas n’importe qui, son père.

Il le salua d’un signe de tête, accompagné d’un « Monsieur Bennett » tandis qu’il s’approchait de Karine, qui semblait déjà sur les nerfs. La tension dans la pièce menaçait d’exploser. Croisant le regard de la jeune femme, il glissa sa main dans la sienne et d’un geste rassurant, ses doigts vinrent caresser l’intérieur doux de son poignet. Il la sentit alors, peu à peu reprendre contenance et se calmer à son contact. Il lui adressa un timide sourire et posa son gobelet de café sur la desserte à coté du lit. Son attention revenant à Karine, il entendit alors son père articuler brièvement quelques mots.

- Je n’avais jamais caché que la probabilité qu’elle revienne-

- Je me fous complètement qu’elle soit revenue. Je ne veux pas la voir et il en sera toujours ainsi.

- C’est ta mère, Karine ! Elle t’a mise au monde ! Ça ne signifie rien ?!

- Ma mère m’a abandonné alors que je n’étais qu’une enfant et la femme qui s’est présenté devant chez moi, c’était une inconnue qui cherche le pardon or, il est impossible qu’elle obtienne une telle chose de ma part !

- Ta mère t’a toujours aimé-

- Non papa ! Aucun de vous deux ne s’est soucié de moi ! Toi, tu vivais pour ton boulot… ce qui est toujours le cas. J’étais forcé de te suivre mais ma mère n’avait aucune obligation de m’abandonner ! Je n’ai aucune raison de pardonner à une femme qui m’a laissé pendant près de 20 ans et pour qui j’étais quasi inexistante !

Lucas n’était pas dupe, elle était au bord de la crise. La force se décuplait dans ses doigts tout comme sa colère. Il leva les yeux vers le père de Karine ajoutant doucement.

- Il serait préférable que vous partiez Monsieur Bennett-

- Tu me mets à la porte Lucas ?!

- Non, mais je ne crois pas que vous voudriez que votre petit fils ou votre petite fille naisse prématurément. Karine doit rester calme, sans stress inutile…

Karine ne lâchait pas Lucas et le silence se fit alors entendre dans la pièce. Le père de Karine les regarda finalement tour à tour sans ajouter un mot et quitta la chambre de sa fille. Lucas regarda la porte se refermer puis se tourna vers Karine, s’asseyant au bord du lit. Sa main dans la sienne, elle secoua la tête et se jeta dans ses bras éclatant en sanglot. Passant ses bras autour de son corps, il fit remonter une main sur sa nuque, l’enfouissant dans ses cheveux doux. Affronter ses deux parents en moins de 24 heures avait été une véritable épreuve et aucun d’eux ne semblait songer qu’elle portait un enfant et qu’elle pouvait être fragile. Des sanglots le secouant, il déposa quelques baisers dans son cou puis murmura lentement, sachant qu’elle seule l’entendrait.

- Je vais te ramener à la maison et je prendrais les dispositions pour qu’ils n’approchent plus jamais la maison.

- T’étais parti où ? Dévia-t-elle la conversation, nichant sa tête dans le creux de son cou.

- Parti me chercher un café… mais on dirait qu’il attendait ce moment pour venir semer la pagaille.

Elle était de nouveau silencieuse, calée dans ses bras. Durant une minute, il se demanda si elle ne s’était pas endormie mais finalement, il réalisa qu’elle prenait de lentes inspirations. Au bout d’un long moment il l’entendit murmurer.

- D’accord… je te promets de me tenir tranquille et si tu veux que tes parents soient présents en journée, je m’y ferais-

Il se détacha très légèrement d’elle, passant sa main sous son menton, l’interrompant au milieu de sa phrase.

- Mes parents ne viendront pas mettre leur nez dans notre vie, tu m’entends… on se débrouillera autrement-

- Je vais prévenir le lycée que je n’y retourne pas, avança-t-elle levant les yeux vers Lucas, qui arborait un petit sourire soulagé.

- Je préfère entendre ça, mon cœur, souffla-t-il, effleurant sa joue de son pouce. Tu sais que je suis fier de toi, n’est ce pas ?

Elle eut un timide sourire et se blottit de nouveau contre lui, se détendant dans ses bras. Elle n’avait jamais eu autant besoin que lui. Plus les jours passaient, plus elle en prenait conscience. Combien de temps pourrait-elle garder cette impassibilité ? Elle estimait faible de craquer et d’autant plus s’il n’était pas là pour la prendre dans ses bras. Respirant son odeur musquée, elle prit une lente inspiration, chuchotant tout bas.

- Je ne t’ai jamais mérité.

- Je t’interdis de dire ça. Dans la vie, on traverse tous des passages difficiles et je serais là pour toi. Je te protégerais toujours, toi et notre famille… et tu devras t’habituer à t’entendre me le dire, tu es merveilleuse même quand tu t’énerves. C’est ainsi que je t’ai toujours aimé…

- Ne sois pas gentil avec moi parce que-

- Parce que quoi ? Oui je t’aime, toi, notre bébé, la famille qu’on va bientôt former… et même si tu refuses de devenir ma femme, je ne baisserais pas les bras… aucune femme ne peut m’apporter ce que toi tu me donnes avec un seul de tes sourires…

Il sentait son désarroi et même si elle était toujours blottie dans ses bras, il n’envisageait pas de se détacher d’elle. Elle l’appelait au secours et avait besoin de sa force. Il la força tout de même à s’allonger et il fit de même près d’elle. Naturellement, elle vint se blottir contre lui, cherchant l’apaisement et la sérénité qu’elle ne tarda pas à retrouver au creux de ses bras.

*.*.*.*.*.*.

_________________

icon by lasamy
Ava by me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriesobs.forum2jeux.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Devices & Desires - Fiction   

Revenir en haut Aller en bas
 
Devices & Desires - Fiction
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Entrer dans la danse [U.Desires]
» [3ème année et +] #Cours 1# Le sortilège de stupéfiction
» PEtite fiction de Punxy pour les fans de Green Day ^^
» [Fan-fiction] Plasma, Wiret, Rhad'... et les autres.
» info sur docu fiction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: In Conclusion :: Tasses de Café :: Lectures-
Sauter vers: